RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
Thème : Syrie
Au-delà de la propagande.

Discours de la guerre et double pensée. L’exemple de la Syrie.

Jean-Claude PAYE, Tülay UMAY

Depuis les attentats du 11 septembre, nous assistons à une transformation de la manière dont les médias rendent compte de l’actualité. Ils nous enferment dans l’irréel. Ils fondent une vérité non sur la cohérence d’un exposé, mais sur son caractère sidérant. Ainsi, le sujet reste pétrifié et ne peut plus établir un rapport à la réalité.

Les médias nous mentent, mais, en même temps, nous montrent qu'ils nous mentent. Il ne s'agit plus de modifier la perception des faits afin d'obtenir notre adhésion, mais de nous enfermer dans le spectacle de la toute puissance du pouvoir. L'exhibition de l'anéantissement de la Raison repose sur des images qui ont pour fonction de se substituer aux faits. L'information » ne porte plus sur la capacité de percevoir et de représenter une chose, mais sur la nécessité de l'éprouver ou plutôt de s'éprouver à travers elle. De Ben Laden à Merah, en passant par le « tyran » Bachar el-Assad, le discours des médias est devenu production permanente de fétiches, ordonnant de s'abandonner à ce qui est « donné à voir ». L’injonction n’a pas pour objectif, comme la propagande, de convaincre. Elle enjoint simplement le sujet à donner chair à l'image de la « guerre des civilisations ». Le dispositif discursif de la « guerre du bien contre le mal », actualisant le processus orwellien de la double pensée, doit devenir un (...) Lire la suite »

Avis à l’opposition syrienne modérée : voici comment gagner 500 millions de dollars (The New Yorker)

Andy Borowitz
Formulaire à remplir par les rebelles syriens modérés potentiels destinataires de l’aide américaine promise par Obama. Après avoir annoncé, jeudi, qu'il demanderait du Congrès américain 500 millions de dollars destinés à « former et équiper des éléments sélectionnés de l’opposition armée syrienne modérée », la Maison Blanche a rendu public aujourd'hui le formulaire suivant à remplir par les membres de la rébellion syrienne modérée postulant à cette aide : Bienvenue aux candidats de la rébellion syrienne modérée répondant aux critères de sélection définis par le Gouvernement des États-Unis. Pour vérifier si vous êtes admissible pour bénéficier des 500 millions de dollars en armes américaines, cochez s'il vous plaît, la case correspondant aux questions suivantes : En tant que rebelle syrien, je pense que le mot ou la phrase qui me décrit le mieux est : A) Modéré B) Très modéré C) Follement modéré D) Autres Je suis devenu un rebelle syrien parce que je crois en : A) la vérité B) la justice C) The American Way of life (...) Lire la suite »

Irak : Attentisme étasunien ou piège tendu à l’Iran et à la Syrie ? (Al-Ikhbariya)

Salim HARBA
1. Docteur Harba, vous dites que l’invasion de l’Irak par les hordes « daechistes » [de l’EIIL] est une conséquence de la résistance de la Syrie durant trois années ; Daech ayant échoué en Syrie, il s’est déplacé en Irak. De son côté, Daech a clairement annoncé que ce à quoi nous assistons aujourd’hui est le point de départ de l’édification effective de l’« État Islamique en Irak et au Levant ». Si jamais ils y arrivent, jusque quand l’Irak pourra-t-il éviter la partition du pays et/ou une guerre confessionnelle ? Dans ce cas, ne peut-on craindre que cela ne se répercute sur la Syrie ? Et, partagez-vous l’analyse de ceux qui pensent que c’est un coup porté, avant tout, contre l’Iran ? Ceux qui soutiennent le terrorisme en Syrie sont ceux-là mêmes qui le soutiennent en Irak, et par les mêmes moyens. Mais avant de répondre à vos questions, je dirai que nous sommes favorables à tout effort international qui déciderait de briser le terrorisme non seulement en Syrie et en Irak, mais partout dans le monde. Ceci étant (...) Lire la suite »

Laurent Fabius perd la bataille politique en Syrie après son échec militaire et diplomatique

Kamel MOULFI
Dans les médias français, comme France 24, farouchement hostiles au président syrien Bachar Al-Assad, les journalistes et spécialistes qui ont cru que le « régime de Damas » pouvait tomber ne peuvent cacher leur dépit. Un envoyé spécial de cette chaîne a carrément traité les Occidentaux d'hypocrites, ciblant plus particulièrement le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, suite à sa déclaration sur les élections en Syrie. L’hypocrisie occidentale est également dénoncée par l’« opposition » créée à Paris par le président français et son ministre des Affaires étrangères. Ces « opposants » constatent que la « communauté internationale » est coincée et n’a pas envie que le « dictateur » parte, à cause du risque fatal que les « djihadistes » prennent sa place et s’installent au pouvoir à Damas. C’est là que réside l’hypocrisie : un discours anti-Bachar Al-Assad, exprimé par une déclaration de Laurent Fabius qui décrit l’élection présidentielle syrienne comme une « mascarade », alors que dans les faits, les (...) Lire la suite »

ONU : Quels sont les vrais buts des débats sur la situation humanitaire en Syrie ?

Bachar al-Jaafari
Sous le titre « Washington arme l'opposition syrienne et cherche à paralyser Al-Jaafari aux Nations Unies », le quotidien Al-Akhbar revient sur les déclarations de ces derniers jours témoignant de la volonté des USA, et de leurs alliés prétendument « amis de la Syrie », de passer à un niveau de violence supérieur contre le peuple et l’État syriens depuis que le « Tsunami électoral » du 28 mai d’abord, et du 3 juin ensuite, est venu confirmer la légitimité du Dr Bachar Al-Assad en tant que Président de la République arabe syrienne et, par conséquent, en tant que Commandant en chef de ses Forces armées qui vont d’exploit en exploit, malgré la monstruosité des terroristes, les ravages du vivant et de l’inerte, et la coalition des pays plus ou moins civilisés qui les soutiennent. Légitimité remise en question, sans complexe, par moins légitimes que lui, si l’on tient compte du critère premier des démocraties occidentales. Témoin en est le tableau des « résultats comparés », ci-dessous, avec le plus populaire (...) Lire la suite »

De 100.000 à 120.000 djihadistes en Syrie, selon le Brookings Doha Center Report.

René NABA
La Syrie compte de 100.000 à 120.000 djihadistes, repartis en un millier de formations combattantes, selon une déclinaison religieuse-ethnico tribale, reflet des clivages politico sociales du pays et de leurs parrains respectifs, opérant au sein de PC conjoint, sur fond de violentes rivalités et d‘une opposition instable. Autant dire que la Syrie n’est pas un long fleuve tranquille et la guerre qui s’y déroule ne reflète pas l’image d’Epinal que les médias occidentaux, particulièrement français, s’évertue à véhiculer d’un combat de démocrates contre un odieux tyran. Le verdict est sans nuance. Il porte la signature, non d’un complotiste, ni d’un révisionniste, mais d’une prestigieuse institution « The Brookings Institution », dont le centre régional à Doha (Qatar), « Brookings Doha Center Report » vient de publier à la mi-mai, son rapport périodique : « Syria Military Landscape Mai 2014 », sous la plume de Charles Lester Lister. « De 100.000 à 120.00 djihadistes dont 7.000 à 10.000 étrangers, repartis en un (...) Lire la suite »

Qui sème le vent...

Karim MOHSEN
La Libye sombre dans le chaos, l'Ukraine n'est guère mieux lotie, alors que la Syrie fluctue entre accalmie et explosion de violence. Voilà donc trois places fortes géopolitiques sur trois continents qui font l'actualité et menacent la stabilité et la sécurité dans le monde. Coïncidence ? Peu probable ! En Libye (Afrique), en Syrie (Asie) et en Ukraine (Europe) trop d'intérêts sont engagés pour estimer un seul instant que cela relèverait du hasard ou d'une simultanéité douteuse. Surtout lorsque l'on sait que les acteurs des événements sanglants dans ces trois pays sont en accointance avec l'Occident - Etats-Unis et France en particulier - qui ne veut pas que du bien aux Ukrainiens, Syriens et Libyens. Ce qui est encore plus étonnant est le fait que l'on retrouve derrière ces déstabilisateurs des services occidentaux, en particulier la CIA très active en Libye et en Ukraine. Elle est aussi accusée de n'être pas étrangère dans la formation des milices rebelles qui combattent le régime syrien. En Libye, (...) Lire la suite »

Lettre aux syriens vivant en France : vous pouvez voter en Espagne

L’ambassade de la République arabe syrienne de Madrid en Espagne, accueille tous les Syriens qui vivent en France. Ils peuvent donc s’y rendre pour participer à l’élection présidentielle prévue le 03 juin prochain... Une gifle à la France ! S’il vous plaît, communiquez avec l’ambassade, car nous n’avons pas encore de date. Aux Syriens résidant dans d’autres pays européens, vous pouvez également contacter l’Ambassade syrienne en Espagne. ADRESSE : 1 Platerias Plaza de Martinez 28014 Madrid Espagne TÉLÉPHONE : +34.91.420.3946 FAX : +34.91.420.2681 Allain Jules Lire la suite »

Liberté des syriens de voter en France aux élections syriennes (texte de la décision du Conseil d’Etat)

Ci-joint la décision du Conseil d’Etat (Bernard STIRN...) qui, à peine quelques heures après leur dépôt, a rejeté toutes les requêtes des syriens qui ne demandaient qu’à pouvoir voter aux présidentielles syriennes.

Les requêtes déposées le 23 mai 2014 entre 13h00 et 15h00 étaient, à 16h42, toutes rejetées selon le même modèle d’ordonnance dont nous donnons ci-dessous la reproduction pour en faciliter le commentaire juridique et politique. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES REFERES Vu la requête, enregistrée le 23 mai 2014 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat, présentée par X… ; le requérant demande au juge des référés du Conseil d’Etat, sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative : 1°) de faire cesser l’atteinte grave et manifestement illégale que le ministre des affaires étrangères et du développement international aurait portée au droit de vote des ressortissants syriens résidant en France ; 2°) d’enjoindre à l’administration de l’autoriser à voter à l’élection présidentielle du 28 mai prochain en se rendant, le cas échéant, à son consulat ; 3°) d’enjoindre à l’administration d’autoriser les autorités consulaires syriennes à organiser l’élection présidentielle syrienne dans ses (...) Lire la suite »

ONU : Réponse de la Syrie au projet de résolution initié par la France et soldé par un quatrième véto sino-russe

Bachar al-Jaafari

Le 22 mai 2014, à l’initiative de la France, un projet de résolution visant à renvoyer « le dossier syrien » au procureur de la Cour Pénale Internationale [CPI] a été soumis au Conseil de sécurité des Nations Unies [1] [2]. Pour mémoire, voici la réponse du Docteur Bachar al-Jaafari, délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies.

Au nom du gouvernement de la République arabe syrienne, j’exprime nos sincères condoléances au gouvernement et au peuple du Nigéria pour le malheur qui a frappé ses deux villes, Kano et Jos, suite aux attentats terroristes qui ont emporté la vie de centaines de civils innocents, ainsi que toute notre sympathie aux familles des victimes. Et si c’est par ces mots que je prends la parole, c’est bien parce que nul, autour de cette table ronde, ne peut ressentir l’atrocité du terrorisme autant que le peuple syrien. Monsieur le Président, les modalités d’approche de la situation syrienne, par certains États présentateurs de ce projet de résolution, me rappellent « L’Étrange cas du Dr Jekyll & M. Hyde » de l’écrivain écossais Robert Stevenson. Car, ils ont beau chercher à jouer le rôle du bon docteur Jekyll en clamant leurs principes philanthropes, c’est en réalité le monstrueux M. Hyde qui les anime lorsqu’ils s’associent pour soutenir le terrorisme qui frappe mon pays et collaborent pour saigner davantage (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190