RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
Thème : Syrie

Tous sur la Syrie… Mais qu’est-ce qui fait bouger le panier de crabes impérialistes ?

Pablo Leonidas
Tous sur la Syrie... USA, France, Arabie Saoudite, Turquie, Iran, et maintenant la Russie... Le monde entier semble s’être donné rendez-vous pour régler des comptes sur le dos de la pauvre Syrie... Mais qu’est-ce qui fait bouger le panier de crabes impérialistes ? L’intervention russe semble redistribuer les cartes des enjeux géopolitiques... Dans un contexte régional passablement embrouillé, de plus en plus illisible, et dont les populations civiles font déjà les frais depuis 4 ans, cette intervention révèle une nouvelle fois l’instabilité des rapports de force et la vitesse accrue à laquelle ils changent, avec l’enracinement des causes de la crise et son approfondissement chronique continu. Si la Syrie est devenue le théâtre le plus spectaculaire de tous les affrontements, il ne doit pas nous faire oublier les autres brasiers allumés sur la planète par l’interventionnisme impérialiste. Si l’on veut y comprendre quelque chose, à l’heure de la "mondialisation", c’est dans leur ensemble qu’il faut (...) Lire la suite »

Élections « syriennes » en Turquie : victoire de Recep et défaite d’Erdogan… (Syria Now)

Naram Sargon
Pas d’erreur, c’est bien le titre original de l’article de Naram Sargon, pseudonyme de l’un des citoyens syriens les plus lus depuis le début de la Guerre contre la Syrie. En février 2012, nous avions traduit l’un de ses articles rédigé le lendemain des premiers attentats terroristes à Alep [1]. Il écrivait : « L’esprit occidental n’accepte pas l’échec de son projet en Syrie car sa défaite ici sera finale, et ceci particulièrement parce que l’élément russe en est le facteur critique… son projet promettant d’arrêter le temps devant les avancées chinoises et russes est lié à la destruction de l’ensemble du Moyen-Orient et porté par l’Islam djihadiste qu’il a lancé vers l’Extrême-Orient telle une barrière psychologique et humaine, pour contrer ses puissances émergentes. L’occident ne sera donc protégé que par le Jihad islamique qui l’a déjà sauvé dans chacune des ruelles d’Afghanistan, aussi bien que dans toutes les ruelles de feu Mouammar Kadhafi… Le cœur du projet réside dans la mise en avant des Frères musulmans et (...) Lire la suite »
Poutine est à prendre au sérieux

"Si la bagarre est inévitable, il faut frapper le premier"

Oscar FORTIN

Ce serait une grave erreur pour l’Occident et ses dirigeants de ne pas prendre au sérieux ce que dit Poutine. Il n’est pas du genre à parler pour ne rien dire. Ce qu’il a à dire, il le dit sans élever le ton et sans effet oratoire. Les mots sont pesés, les pensées sont claires et ses intentions sont sans équivoque.

On se souviendra de son intervention, l’an dernier, à la rencontre de Valdaï, où il avait précisé les défis à relever de la part des puissances qui conditionnent les destinées de ce monde. « …le monde s'est engagé dans une époque de changements et de mutations profondes, époque où nous devons tous faire preuve d'un degré élevé de prudence et d'une capacité à éviter les démarches irréfléchies ». Cette année, à l’occasion de sa rencontre avec les experts internationaux, réunis à Sotchi pour la XIIe édition du club de discussion de Valdaï, il a de nouveau pris la parole dans un contexte où les problèmes semblent s’accentuer plutôt que de diminuer. Le conflit en Ukraine n’est toujours pas résolu. En Syrie, le droit international de l’État syrien est toujours bafoué par la coalition occidentale qui ignore la souveraineté et l’indépendance du peuple syrien. Elle recrute, forme, arme et finance une soi-disant armée de libération syrienne (ALS) pour lutter contre l’armée syrienne et le gouvernement de Bachar Al-Assad. Pendant (...) Lire la suite »
27 

Syrie : Le scandale des « Groupes armés non étatiques » de M. Ban Ki-moon

Bachar al-Jaafari
Le 27 octobre 2015, a eu lieu une énième réunion du Conseil de sécurité consacrée à la situation en Syrie. Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires, Stephen O'Brien, s’est fondé sur le rapport mensuel préparé par les bons soins de son chef, M. Ban Ki-moon [1]. Et, pour la énième fois, l’envoyé permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, le Docteur Bachar al-Jaafari, s’est évertué à aider ses collègues à lire entre les lignes des rapports tendancieux qui se succèdent, désignant les choses par leur nom, décrivant la situation telle qu’elle est, autant que faire se peut vu le temps qui lui est imparti et la surdité volontaire de ceux qui ne veulent pas entendre raison. En tout cas à l’heure où nous achevons la traduction de cette intervention du Dr Al-Jaafari, les gens d’Alep ont parfaitement intégré qu’il n’y a plus aucun distinguo à faire entre les dizaines de factions terroristes qui ont massacré, endeuillé, pillé, maltraité et détruit leur ville. Daech, Jabhat Al-Nosra et (...) Lire la suite »
Les rebelles "modérés » et leur campagne : « Mon voile est ma chasteté »

Deux éminents soutiens de la « Révolution syrienne » désertent la cause

Moon of Alabama

Depuis le début de l’opération de « régime change » en Syrie, Jenan Moussa, qui travaille pour la chaine Al Aan TV basée aux Emirats Arabes Unis, a pris fait et cause pour les « rebelles modérés ».

Les reportages qu’elle a faits avec et sur eux s’apparentaient davantage à de la propagande anti-régime qu’à du journalisme. Elle est très connue et est suivie par plus de 100 000 followers sur Twitter. Mais sa lune de miel avec l’ASL ("Armée syrienne libre") semble avoir pris fin. Elle reconnaît enfin que l’ASL est un simple intermédiaire entre la CIA et les Saoudiens d'une part, et d'Al-Qaïda et l'État islamique de l'autre : Jenan Moussa @jenanmoussa à Maarat Numan #Syrie, tribunal impose strict code vestimentaire islamique aux femmes. Règles similaires à Sirt, Tombouctou et Raqqa> Code vestimentaire strict non seulement imposé dans MaraatNuman, mais également dans Idlib. Contrôlé par la coalition djihadiste JaishFatah> La campagne djihadiste en faveur code vestimentaire strict à Idlib est appelée « Mon voile est ma chasteté »> L’ASL à Hama & Idlib ne peut rien faire contre règles islamiques strictes imposées par Jaish alFatah parce que ASL faible & ne contrôle pas le territoire. > C’est le (...) Lire la suite »

La "solution" serait d’éliminer Obama, Cameron, Hollande, Netanyahu etc.

SERGIO

La "solution" (si l’on reprenait la rhétorique guerrière de certains dirigeants et certains membres du personnel politique, et qu’on la retournait contre eux) serait d’éliminer Obama, Cameron, Hollande, Netanyahu etc. ... car en les éliminant, cela réglerait (soi-disant) tous les problèmes ?! ...

Préambule : L’élimination du leader libyen, Mouammar Kadhafi, n’a rien arrangé en Libye... au contraire !, car depuis son assassinat par des miliciens terroristes (aidés de membres de services spéciaux occidentaux) la situation n’a fait qu’empirer pour le peuple libyen, et se détériorer... jusqu’au chaos actuel ! C’est devenu une couveuse pour les factions terroristes (qui les exportent dans le monde) et un repère de trafiquants en tous genres... Leur cynisme contre le droit de vivre Contrairement à l’expression qu’utilise le président russe, Vladimir Poutine, pour parler d’Obama, de Cameron, de Hollande, de Netanyahu etc., « chers collègues », alors que ceux-ci ne sont que de sinistres criminels de guerre, des assassins prêts à toutes les vilenies et compromissions afin d’assouvir leur soif destructrice et pour commettre leurs crimes sur d’innocentes populations civiles (leurs victimes sont beaucoup plus nombreux parmi les femmes, les enfants et les vieillards que parmi les membres des groupes (...) Lire la suite »

Syrie : le Président Poutine dévoile les duplicités occidentales, l’Otan fourbit ses armes.

Mohamed EL BACHIR
Daech, Front El Nosra et les fantômes modérés Au lendemain des premières frappes russes en Syrie, le Ministre des Affaires étrangères et du commerce français L. Fabius déclara que « si c'est Daech et Jabhat el Nosra qui sont visés, alors les frappes russes sont les bienvenues. » (1) D'une part, il semble feindre d'ignorer que la présence russe dans le ciel syrien est légale puisque décidée d'un commun accord entre deux Etats souverains. D'autre part, le donneur de leçon français oublie qu'il y a peu « les gars du Front El Nosra-El Qaïda faisaient du bon boulot ». Mais la France, pas plus que les Etats-Unis, ne fournissent de précisions à même d'éclairer leurs opinions publiques sur les organisations qu'ils soutiennent, arment et entraînent. Bref, celles que la Russie ne doit pas bombarder. S'agit-il de Jaïch El Fath ? Ahrar El Cham ?...L'éphémère Nouvelle Syrie ? Toutes ces organisations sont financées par l'Arabie Saoudite, le Qatar, la Jordanie et la Turquie qui, par ailleurs, a soutenu et armé Daech (...) Lire la suite »

Syrie - La nouvelle Campagne au sud d’Alep

Moon of Alabama
Hier, l'armée arabe syrienne soutenue par les forces irakiennes et iraniennes et la force aérienne russe a lancé une attaque surprise au sud et à l'est d'Alep. Au début, la progression a été rapide, mais maintenant la résistance s’est renforcée et le rythme de la progression actuelle est plus lent et plus régulier. Comme les lignes de front se déplacent constamment, les nouvelles sur les positions réelles changent. Une excellente carte de l'opération en cours via TexMapMaker1. (Encore une fois, le vert = insurgés, le rouge = le gouvernement syrien et les forces alliées) En plus grand Il y a trois axes importants. Le premier, (en haut à gauche sur la carte : numéros 1 et 2) aux abords des villes assiégées de Nubl et Al-Zahra, a pris de l’ampleur lorsque, plus tôt dans la semaine, les rebelles payés par l’étranger ont perdu certaines de leurs positions au nord-est d'Alep dans des combats contre l'État islamique. L'Armée arabe syrienne (AAS) en a profité pour élargir son emprise sur le terrain aux abords (...) Lire la suite »

Que se passe-t-il en Syrie ? Le prélude à une troisième guerre mondiale ?

Chems Eddine CHITOUR

La solution aux problèmes du Moyen-Orient passe par le Kremlin et Téhéran
« L’intervention extérieure agressive a entraîné, au lieu de réformes, la destruction pure et simple des institutions étatiques et du mode de vie lui-même. En lieu et place du triomphe de la démocratie et du progrès règnent la violence, la misère et les catastrophes sociales, tandis que les droits de l’homme, y compris le droit à la vie, ne sont appliqués nulle part (…) » Vladimir Poutine à la tribune des Nations Unies (28.09.2015)

Les événements se précipitent au Moyen-Orient et beaucoup de Cassandre annoncent une possible troisième guerre mondiale. On sait que l'unique objectif de Washington en Syrie est de destituer Bachar Al-Assad et de le remplacer par une marionnette étasunienne capable de mettre en oeuvre le plan de Qatar Petroleum (soutenu par l'Arabie saoudite, le Qatar, la Turquie et les Etats-Unis), pour remplacer le russe Gazprom sur le marché européen du gaz naturel et du pétrole brut. C'est l'opposition de Bachar Al-Assad à ce plan qui a déclenché l'utilisation de forces extérieures et la guerre civile de la Syrie. La stratégie de Poutine On dit que Poutine est un joueur d'échecs qui a une revanche à prendre sur ceux aux Etats-Unis et en Europe vassale, qui le prenaient pour quantité négligeable au point de faire des rodomontades et de sanctionner la Russie pour avoir refusé d'avoir une Otan à ses portes – en Ukraine ou en Ossétie. Par trois fois Poutine joue et met en échec l'Occident qui l'a exclu du G7. (...) Lire la suite »

Les Etats-Unis doivent-ils s’allier à Al-Qaida en Syrie ?

Robert PARRY

Aux Etats-Unis, la nouvelle « pensée collective » souligne que le président russe Poutine n’a pas tenu sa promesse d’attaquer seulement l’État islamique lorsque ses avions de guerre ont frappé d’autres cibles rebelles en Syrie. Mais Poutine n’a jamais précisé quels terroristes il allait frapper. Et la coalition des rebelles ciblés comprend des affiliés d’Al-Qaida, comme l’analyse Robert Parry.

La phrase-clé du principal article du New York Times à propos des frappes aériennes russes contre les rebelles syriens arrive en bout de course, cinq paragraphes avant la fin, lorsque le Times remarque au passage que le quartier nord de Homs où les attaques ont eu lieu a été le théâtre d’une offensive menée par une coalition « comprenant le Front Al-Nosra ». Ce que le Times ne précise pas dans ce contexte, c’est que le Front Al-Nosra est une filiale d’Al-Qaida. Cette omission s’explique peut-être par le fait que cette information supplémentaire perturberait le bon ton de l’article qui accuse la Russie de mauvaise foi en attaquant d’autres groupes rebelles plutôt que l’État islamique. Mais les Russes ont été très clairs sur leurs intentions : engager des frappes aériennes contre le mélange de groupes rebelles parmi lesquels autant Al-Qaida que l’État islamique jouent un rôle de premier plan. Le Times et le reste des médias mainstream US jouent simplement le jeu lorsqu’ils prétendent le contraire. De plus, (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190