RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Lettre d’Antonio Guerrero, l’un des 5 cubains anti-terroristes emprisonnés aux E-U

CELA FAIT UNE DECENNIE

Chers amis,

Une décennie exactement a passé depuis que, dans une salle de la Cour de Miami, la Juge Lenard m’a infligé une sentence de perpétuité qui était une décision erronée.

Que de décisions erronées ont été prises jusqu’à ce jour, c’est ce que je me demande.

Ce fut une décision erronée de chercher un jury impartial là où jamais on ne pouvait le trouver.

Ce fut une décision erronée de ne pas nous permettre l’accès aux pièces à conviction nous concernant, en les classifiant comme documents secrets et en les enfermant dans un second mitard, où nous avons rarement pu aller les consulter avec nos avocats.

Ce fut une décision erronée de signifier que seule une partie de ces pièces à conviction, celle déterminée par le gouvernement, devait être celle utilisée dans cette salle.

Ce fut une décision erronée de nous empêcher d’utiliser la circonstance de la théorie de la nécessité, qui mettait en évidence les motifs qui nous ont amenés à exercer notre activité sans nous déclarer.

Ce fut une décision erronée de permettre impunément tous les actes de mauvaise conduite des procureurs et de nombreux de leurs témoins.

Comme fut une décision erronée chaque sentence infligée à mes frères, que j’ai eu l’honneur de voir se dresser dans leurs paroles sincères et dignes et recevoir avec une grande force de caractère les sentences les plus lourdes et les plus démesurées.

Ce fut, enfin, une décision erronée d’avoir décidé la tenue de ce « procès », le plus long que l’on ait vu, dans ces Cours où jamais nous ne pouvions attendre la justice, après nous avoir refusé un changement de siège dans une ville située à peine à quelques heures d’ici.

Cette "erreur" a été corroborée par un panel de trois juges, du Onzième Circuit d’Appel d’Atlanta, unanimement, après avoir analysé pendant trois ans tous les arguments de notre appel direct, dans leur verdict en 2005.

Et c’est là -bas, au milieu de la parfaite tourmente, dans cette Salle de la Cour de Miami, que se joue notre dernier recours légal, l’Habeas Corpus, entre les mains de cette même Juge Lenard qui, par ses erreurs, nous a fait vivre dans une des plus violentes unités pénitentiaires de ce pays pendant huit ans et demi.

Il y a des choses que chacun est capable de surmonter, mais jamais d’oublier, même si dans nos coeurs il n’y aura jamais place pour le moindre brin de rancoeur.

Avec l’amour et l’amitié, nous vaincrons !

Cinq accolades.

Antonio Guerrero Rodriguez
27 décembre 2011

(Traduction Annie Arroyo)

URL de cette brève 2206
http://www.legrandsoir.info/lettre-d-antonio-guerrero-l-un-des-5-cubains-anti-terroristes-emprisonnes-aux-e-u.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
Lettre d’Antonio Guerrero, l’un des 5 cubains anti-terroristes emprisonnés aux E-U
29/12/2011 à 00:25 par Scual

Je ne comprend pas de quoi il se plaint. Il vit le rêve américain dans toute sa splendeur !

Prisonnier, n’est ce pas l’activité la plus courante et la plus répandue dans ce pays ?

C’est ça, le rêve américain !

#76062 
Lettre d’Antonio Guerrero, l’un des 5 cubains anti-terroristes emprisonnés aux E-U
29/12/2011 à 07:44 par legrandsoir

Le sous titre ( CELA FAIT UNE DECADE) a été corrigé en CELA FAIT UNE DECENNIE.
Le mot espagnol "década" (décennie) ne se traduit pas par décade (10 jours).
L’erreur est courante. Lors d’un débat télévisé,Chirac la fit face à Jospin qui la corrigea discrètement.
Bueno : LGS vous souhaite une décade d’agapes et une décennie de bonheur.

#76066 
RSS RSS Commentaires
   
Cuba Miracles
Ramon CHAO

(précipitez-vous pour acheter Cuba Miracles, cet "objet -livre", merveille de couleurs, d’odeurs et de musiques)
Le « dictateur » cubain Fidel Castro vient de passer les rênes de l’Etat à son frère Raúl. C’est bien la première fois qu’un chef d’État abandonne ses fonctions motu proprio. Un certain nombre d’hommes politiques n’ont pas, eux, daigné se démettre de leur fonction avant de mourir. Souvenons-nous par exemple des longues agonies des entubés Georges Pompidou, François Mitterrand, ou Jean-Paul II, (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.