RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
16 

63 % des Français n’adhèrent à aucune religion.

En 2012, selon l’Institut de sondages WIN/Gallup International, un tiers des Français répondaient être « non religieux » et presque un autre tiers « athées », soit près de deux tiers de Français sans religion.

Moins de la moitié font encore baptiser leurs enfants et seuls 4,5 % des catholiques assistent à la messe chaque semaine.

Plus de 71 % des Français rejettent également les commandements de la religion El Khomri dans ce pays malheureusement gouverné par une secte d’obédience médefienne.

Théophraste R. (Athée, dieu merci).

URL de cette brève 5135
http://www.legrandsoir.info/63-des-francais-n-adherent-a-aucune-religion.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
25/07/2016 à 22:49 par Adel

Cher theophraste

Un athée est quelqu un qui ne croit en aucun dieu. Je n’ai jamais compris comment on peut se définir par la négation de quelque chose que l’on suppose ne pas exister. L’ennemi de l’amour n’est pas la haine mais l’indifférence et faut reconnaître que l’athéisme de nos jours passe le plus clair de son temps à rejeter Dieu au point qu’il n’est plus athéisme mais antitheisme ce qui confine à l’absurde. Se battre contre Dieu veut dire que soit il existe et à ce moment mieux vaut être de son côté sinon quel intérêt y a t il ?

#126044 
25/07/2016 à 23:55 legrandsoir

Je n’ai jamais compris comment on peut se définir par la négation de quelque chose que l’on suppose ne pas exister.

Il serait intéressant d’analyser l’existence même du mot "athée".

Existe-il un mot pour désigner quelqu’un qui ne croit pas aux fées ? Qui ne croit pas aux Licornes ? Non ? Alors pourquoi avoir inventé un mot pour désigner quelqu’un qui ne croit pas en Dieu ? (Ricky Gervais, de mémoire)

#126045 
26/07/2016 à 06:56 par cunégonde godot

Une secte ne se soumet pas au vote démocratique pour accéder au pouvoir. Les européistes "socialistes" français au pouvoir ont été démocratiquement élus et mettent en place par tous les moyens constitutionnels à leur disposition la loi travail européiste, comme le font, l’ont fait ou le feront d’autres entités subsidiaires de l’ "U"E – la Belgique, l’Italie, etc.

Par ailleurs, l’athée est un individu garçon ou fille sans aucune certitude a priori (comme Socrate p.ex.) qui demande, inlassablement et aimablement, aux théologiens qu’ils prouvent l’existence de leur Dieu – puisqu’en théorie c’est leur job. Et, patiemment, il attend toujours la réponse.

#126046 
26/07/2016 à 08:03 par calame julia

Parce que le théisme est une doctrine ; un système philosophique si vous préférez.
Les ignorants qui n’adhèrent pas à ce système sont donc les athées !
Elle est pas belle la vie ?
A ne pas confondre avec le déisme ! Quoique...

#126048 
26/07/2016 à 08:14 par Gilbert Gélinas

@Adel
Les athées ne croient pas en Dieu. Quelle partie de cette phrase trouvez-vous difficile à comprendre ?

#126049 
26/07/2016 à 10:54 par Moundi

Il ne faut pas confondre pas confondre "athée" et "agnostique".

Athée : Qui nie l’existence de Dieu.
http://www.cnrtl.fr/definition/ath%C3%A9e
Un athée est donc bien un croyant comme le théiste. C’est bien pour cela que des athées ont été invités parmi les autres religions à Assise.

La "religion" est encore autre chose. Il peut y avoir des théistes adeptes d’une religion/idéologie théiste, comme des athées adeptes d’une idéologie/religion athée.
http://www.cnrtl.fr/definition/religion

#126053 
26/07/2016 à 11:36 par Dominique

Tout homme a une croyance car même celui qui ne croit en rien croit en rien. De plus, tous les athées ne croient pas en rien, il y en a beaucoup qui, à l’instar de Che Guevara, croient en l’homme. C’est qu’il avait lu Marx le bougre et qu’il avait donc compris que la transcendance est une qualité humaine.

En effet, Marx a réconcilié la science et la philosophie. Il rejette les philosophies de l’être, philosophie basée sur des superstitions, philosophies dans lesquelles certainEs sont plus proches de dieu que les autres (version religieuse), ou plus riches que d’autres (version anarchisme de marché) et adopte une philosophie de l’acte dans laquelle quelqu’unE est respectable en fonction des conséquences de ses actes. Je suis personnellement absolument convaincu que c’est d’abord pour cela que les bourgeois le détestent tant.

Hé oui, il nous a expliqué scientifiquement ce qu’est la transcendance : l’être humain est capable ici, maintenant et consciemment, d’analyser une situation, de se fixer des buts et de travailler à leur réalisation. La meilleure preuve que l’être humain est un animal transcendantal est que, contrairement aux autres animaux qui mènent la même existence génération après génération, nous n’habitons plus dans les arbres. Pour pouvoir en descendre, nos lointains ancêtres ont su développé une technologie d’abri et de défense contre les grands fauves. Si ce n’était pas le cas, nous ne serions pas là.

Pour Marx, le dogme cesse d’être une superstition pour devenir scientifique, c’est le travail, mais seulement à la condition que celui-ci soit effectué dans un but défini de façon consciente et en toute connaissance de cause.

Sur la foi, nous croyons tous en quelque chose. Personnellement je suis bien conscient de n’être qu’un être humain sur une petite planète bleue quelque part dans l’univers, et que cela implique qu’il y a quelque chose qui rend possible tout cela. Mais je me refuse de personnifier ce que je ne connais pas et d’en faire une sorte de prototype parfait de superman affublé de pouvoir superstitieux, à l’instar du Christ vengeur de l’Apocalypse, lequel n’est qu’un remake d’autres superstitions comme Indra (déesse indienne de la guerre) ou Thor (dieu de la guerre scandinave). Même le royaume des cieux n’est qu’un remake du Walhalla, ce royaume céleste dans lequel les walkyries emmenaient les héros morts au combat pour qu’ils aident les dieux dans leur combat contre les géants. Par conséquent, je ne l’appelle même pas dieu, tout au plus c’est une force qui rend possible le monde matériel. Par contre, en tant qu’être transcendantal, j’ai le choix de mes actions, et comme celles-ci ne sont pas sans conséquences, j’ai la responsabilité de faire le bon choix. Celles et ceux qui ont compris cela et qui ne font pas le bon choix sont des salauds, et ce sont de loin les plus dangereux d’entre nous. Quand à celles et ceux qui n’ont pas compris, nous ne pouvons pas leur en vouloir et pouvons tout au plus essayer d’éduquer leurs enfants.

Ce qui explique que quand je prie, je ne prie pas pour être absout de mes péchés dans l’attente d’un futur hypothétique conjugué à l’impératif du plus-que-parfait, mais pour avoir plus de plaisir pour moi et pour mes semblables, ceci ici et maintenant.

Après, il faut distinguer la foi de la croyance. La foi est individuelle et elle est une des parties les plus intimes d’une personnalité. La croyance est l’ensemble des dogmes véhiculés par les religions. La foi de la plupart des gens a un idéal d’amour, et ceci indépendamment du fait qu’ils soient croyants, athées, libres penseurs, agnostiques, épicuriens ou que sais-je encore. Une bonne question à se poser est donc de savoir si les dogmes véhiculés par ma croyance correspondent à l’idéal de ma foi. Par exemple, ce qui soutient toute la bible est le dogme de l’immuable conflit du bien et du mal. 3 religions y croient, le judaïsme, le christianisme et l’islam. Or en pratique, à la place d’appliquer l’idéal d’amour de la foi de leurs adeptes, elles n’ont eu de cesse, et continuent aujourd’hui encore, d’appliquer ce dogme au pied de la lettre et de les faire s’entre-tuer.

Avec le Yin Yang c’est plus subtil, les choses et les êtres seraient complémentaires au lieu d’être en conflit. Les adeptes de ces religions là sont donc plus soumis à un ordre des chose qui comme chez nous leur échappe, mais ils n’en sont pas moins tarés. Pour mémoire, les premiers traités de l’art de la guerre ont été écrit en Chine.

Marx a donc raison, l’être humain est un animal transcendantal parce qu’il peut choisir consciemment le but à donner à ses actions. Encore faut-il qu’il en ait conscience pour pouvoir prétendre à la qualité d’être humain. Si ce n’est pas la cas il n’est à choix qu’une coquille vide, que de la chair à canon, qu’une girouette, tout ça à la fois.

#126056 
26/07/2016 à 17:01 par morvandiaux

"Dieu est mort, Marx est mort et moi-même, je ne me sens pas très bien..."
(Woody Allen

#126063 
26/07/2016 à 20:00 par depassage

@ Adel
« Un athée est quelqu’un qui ne croit en aucun dieu. Je n’ai jamais compris comment on peut se définir par la négation de quelque chose que l’on suppose ne pas exister »
La réponse est dans votre question. On ne peut pas reprocher à des gens de se définir par rapport à une chose qu’ils supposent ne pas exister puisque d’autres supposent que quelque chose existe sans pouvoir la nommée du fait que Dieu est cette chose qui n’a pas de nom et échappe à l’entendement comme le mystère de la vie et sa finalité. En fait et au clair, on ne croit pas en Dieu. On croit en quelqu’un qui rapporte qu’il a été en contact avec une entité qui s’est révélé à lui à travers un médium ou un média pour le charger de transmettre un message et de le révéler aux autres en tant qu’entité qui existe et qui a la primauté suprême sur tout en plus d’un pouvoir légiférant inexpugnable. Comme on est le fait d’une entité qu’on appelle nature, nous n’avons pas besoin de beaucoup d’imaginaire pour concevoir une entité qui lui ressemble et qu’on érige en média pour le bien comme pour le mal dépendamment des délire, des intentions et des ignorances dont on le charge.
Concrètement, il existe un univers du réel et un univers du mental le notre qui se télescopent sans que l’on puisse comprendre ni l’un ni l’autre vraiment. L’univers du mental fait partie de l’univers du réel qui le conditionnent et lui impose ses règles, des règles dont on ne connait que des bribes souvent fausses. SI leurs correspondances ont toujours été problématiques, ceci est plus lié aux incohérences de l’univers du mental et ses facéties qu’à tout autre chose. Le problème n’est pas lié aux médias ou médiums dont on se sert mais aux contenus dont on les charges, et ainsi qu’à nos petit nombrils toujours enclins à préférer ce qui les caresse que ce qui les gratte même si le premier est un poison et le deuxième un remède.
PS : au grand soir : celui qui croit aux fées et aux licornes est un crédule et celui qui ne croient pas est un incrédule. Certes, ce sont des adjectifs qu’on peut substantiver, mais athée aussi est un adjectif.

#126066 
27/07/2016 à 07:01 par babelouest

Tiens, c’est amusant, personne n’a ressorti la simple phrase de Laplace, en réponse à Napoléon, "Je n’ai pas besoin de Dieu dans mon hypothèse", et mon hypothèse à moi, c’est un monde où l’on peut vivre en bonne entente, rien de transcendant donc. Je n’ai pas de dieu, parce cela ne présente aucun intérêt. Croire n’est pas dans mon vocabulaire. Je me suis contenté de faire à l’envers le pari de Pascal.

En revanche, celui de l’empereur Marc Aurèle ne manque pas d’intérêt :

"Vivez une bonne vie. S’il y a des dieux et qu’ils sont justes, alors ils ne se soucieront pas de savoir à quel point vous avez été dévots, mais ils vous jugeront sur la base des vertus par lesquelles vous avez vécu.
S’il y a des dieux mais qu’ils sont injustes, alors vous ne devriez pas les vénérer.
S’il n’y a pas de dieux, alors vous ne serez pas là, mais vous aurez vécu une vie noble qui continuera d’exister dans la mémoire de ceux que vous avez aimés. Je n’ai pas peur."

#126073 
27/07/2016 à 13:37 par Roger

J’apprécie la qualité de ces commentaires, au point que je n’ai rie à y ajouter.
Il me semble que la volonté de clarifier le sens des mots qu’on utilise est la clé fondamentale de tout débat (Athée,théisme, déisme, agnostique ...).
Je trouve très intéressante la distinction faite par Dominique entre foi et croyance et les conséquences qu’elle engage.
J’avoue que je suis séduit, comme Babelouest, par la courte et pénétrante position de Marc Aurèle.
Sans oublier que, relayée par morvandiaux, la pointe d’humour de Woody Allen était bien venue...

#126077 
27/07/2016 à 15:30 par Jean Cendent

Un religieux est quelqu’un qui croit en un dieu. Je n’ai jamais compris comment on peut se définir de quelque chose que l’on suppose exister et que l’on peut croire sur sa seule véritable et bonne parole.

Je suis dieux ( non, c’est pas les chevilles, c’est une image gonflée, mais après tout, serai-je le premier ?) je donne l’immortalité à la femme et à son image, l’homme ( parce que je suis un bon dieu ) combien restera-t-il de religieux rien que sur terre ?

Je suis Marx et n’en fait pas tout un dogme avec de multiples relecteurs trop bien éclairés. Le bonheur « absolu » est sur terre, combien restera-t-il de religieux pour partir au ciel ?

Enfin, quand les vaches me parlent, elles ne comprennent pas pourquoi les contestataires leurs souhaitent tant la mort, plus souvent qu’aux sectes hiérarchiques verticales et capitalistes medefiennes, incapables de fournir la moindre goutte de lait à l’humanité .

Les vaches sont loin d’être bête quand on sait comprendre l’animal.

#126078 
27/07/2016 à 16:37 par Adel

Merci à tous pour vos lumières. Loin de moi la volonté de critiquer, je suis guidé par la seule volonté de comprendre. La liberté de conscience est quelque chose de très important. Pourquoi un athée que l’on a forcé à être chrétien, musulman ou autre mériterait-il le Paradis au même titre que celui qui a cru de son plein gré et vice versa ? Ce serait injuste. Cependant je constate, à travers les différents commentaires, qu’à l’instar des autres religions, le courant athée est pluriel et comprend des orthodoxes, des dogmatiques, des personnes plus versées dans la spiritualité...
La mécanique de la pensée humaine est implacable, aucune vérité aussi pure soit elle ne peut satisfaire son besoin d’interpréter les choses et donc de les travestir. La question qui se pose n’est pas qui ou que croire mais comment ?

#126080 
27/07/2016 à 19:02 par macno

David Ray Griffin est un des acteurs principaux de la recherche de la vérité sur le 11 Septembre. C’est aussi à l’origine disons un Théologien. En introduction de l’une de ses plus importantes conférences sur le 11.9.,[ le Mythe et la Réalité] lui et sa conception de la religion ont été décrits ainsi, et en tant qu’Athée je ne peux qu’adhérer aux valeurs qui sont les siennes :

On doit se demander : qui suis-je ?
David Ray Griffin a passé une grande partie de sa vie à s’interroger sur qui sommes nous et notre relation avec l’Univers.
Professeur émérite de philosophie des religions et de théologie à l’université de Claremont, co-directeur d’études méthodologiques, il est l’auteur de 15 livres et a édité une dizaine de plus, des centaines d’articles et a donné énormément de conférences(...)
Dans un traité de théologie, lui et John B. Cobb présentent l’existence de Dieu et la nôtre comme un processus de co-création, où il appartient à l’Homme d’imaginer pour tous un avenir meilleur ou pire.
Dr Griffin a relevé le défi essentiel, politique et spirituel auquel est confrontée l’humanité en cet instant toujours crucial : la Peur.
En 1976 lui et Cobb ont écrit : le choix de la vie qui est le choix de l’appel divin est en soi la plus grande des libertés. L’espoir grandit avec notre capacité de réaction, le désespoir grandit avec la fermeture délibéré de notre horizon.
Être responsable ce n’est pas endosser un fardeau insupportable, c’est prendre part au divin et s’aventurer dans le Monde. Bien que le résultat ne soit jamais assuré, c’est une joie en soi. Celui qui éprouve cette joie espère le succès, mais accepte le risque que la seule récompense soit la joie en elle-même.
En déconstruisant les mensonges contre le terrorisme, en ignorant la peur pour faire triompher la Vérité et l’espoir en l’avenir, Dr Griffin est une aspiration pour ceux qui rejettent la Terreur, la Guerre et les Mensonges, et qui chérissent la Vie, l’Entraide, la Paix et la vérité.
Qu’il prenne plaisir à défier l’Empire le plus menaçant que le Monde ait jamais connu [ les USA], est pour nous tous une aspiration à nous joindre à lui.

#126087 
28/07/2016 à 15:51 par calame julia

Votre billet n’est pas à jour ! Depuis hier c’est "Missel et Medef" ! En Jésuites ça le fait pour les deux. :-}

#126095 
29/07/2016 à 09:58 par Autrement

Sarkozy était bien chanoine, pourquoi Hollande et Valls n’entreraient-ils pas dans les ordres (du Medef) ? le veau d’or est toujours debout ! Tantum religio potuit suadere malorum, comme disait Lucrèce en faisant l’éloge d’Epicure (qui pensait que les dieux étaient trop intelligents pour s’occuper des pauvres affaires humaines). Et d’ailleurs, "la religion a été inventée par des hommes malins pour dominer les autres", c’est ce que disait déjà Critias, l’oncle de Platon. Comme quoi un bienfait ( de Théophraste) n’est jamais perdu...

#126105 
RSS RSS Commentaires
   
Philippe Bordas. Forcenés. Paris, Fayard 2008.
Bernard GENSANE
Ce très beau livre, qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société. Ce n’est pas l’argent qui pourrit le sport (l’argent, en soi, n’est rien), c’est le sport qui pourrit l’argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Personnellement, je n’ai jamais très bien compris ce qu’est le féminisme. Je sais par contre que les gens me qualifient de féministe chaque fois que j’exprime une idée qui me différencie d’un paillasson ou d’une prostituée.

Rebecca West

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.