RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
Gaza - Israel

Moi aussi j’attends la paix

dessin : Latuff (Cc)

Je viens d’apprendre que ça bougeait à Gaza. Ou plutôt que ça bougeait pas. Et c’est là le problème. Un convoi d’aide humanitaire s’est (une fois de plus) fait refouler à un check-point.

Motif ? « Raisons de sécurité » [1].

Mais encore ? « Mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes » (roquettes qui ont, je te le précise, « causé des dégâts à des bâtiments » [2]).

Le porte parole de l’Unrwa (agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés de Palestine), Chris Gunness, résume bien la situation de ces derniers jours : « Nous n’avons plus de denrées. Nos entrepôts sont vides » [3], analysant que « Cela signifie que des enfants, des mères de famille et des personnes âgées parmi les plus vulnérables et les plus défavorisés au Proche-Orient ne recevront plus l’assistance de l’ONU » [3].

Malgré ça, tu as quand même un éditorialiste (qui « attend la paix », comme semble le dire son titre) qui ose écrire : « Au-delà des intentions véritables des dirigeants israéliens, force est de constater que leurs propos témoignent plus que jamais de leur désir de faire la paix. » [4] Je traduis : leurs propos témoignent de leur envie de faire la paix, mais on ne connait pas leurs véritables intentions. Plutôt que de dire ça, autant se taire.

Et, toujours au même d’enchaîner : « Au Moyen Orient, la paix ne se fera pas sans le respect mutuel et la reconnaissance de l’autre, l’envie d’ouvrir les frontières, l’intérêt mutuel que des accords diplomatiques peuvent susciter, échanges économiques, projets communs. » [4] Évidemment, si construire un mur exprime « l’envie d’ouvrir les frontières », on comprend vite pourquoi ça coince. De même que le blocage des camions d’aide humanitaire (sic).

Répondant à des « affrontements sporadiques » (c’est pas moi qui le dit c’est l’AFP) entre Tsahal et le Hamas, Israël inflige donc une punition collective à l’ensemble des 1 400 000 habitants (pour 360 km² de terre...) de la bande de Gaza. Bloquant l’approvisionnement de vivres et de carburant, l’état hébreu montre clairement au yeux du monde sa volonté de « faire la paix », rapidement encensée par nombres d’éditoriaux et de chroniques qui opinent sagement du chef.

Se rejetant la faute comme deux gamins pris en flagrant délit de tabassage en règle, les « c’est lui qui a commencé ! » pleuvent. Rien de bien nouveau sous le soleil en somme.

Certains continuent pourtant de faire semblant, comme le prouve l’éditorial de notre ami : « les propos [des dirigeants israéliens] témoignent de leur envie de faire la paix ».

Mais qu’en est-il des actes a-t-on envie d’ajouter ? N’est-ce pas là la vraie question ?

Shyankar

rédacteur du blog Comprendre ce là -bas
http://shyankar.blogs.courrierinternational.com/

Notes :

[1] : « Israël bloque un convoi d’aide à la bande de Gaza » lemonde.fr avec AFP

[2] : « Gaza flare-up threatens truce » Al-Jazeera

[3] : « Gaza privée d’aide humanitaire, la violence se poursuit » AFP

[4] : « En attendant la paix... » par Guy Senbel in Guysen International News

URL de cet article 7477
Même Thème
Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN

L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
13 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.