RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
Gaza - Israel

Moi aussi j’attends la paix

dessin : Latuff (Cc)

Je viens d’apprendre que ça bougeait à Gaza. Ou plutôt que ça bougeait pas. Et c’est là le problème. Un convoi d’aide humanitaire s’est (une fois de plus) fait refouler à un check-point.

Motif ? « Raisons de sécurité » [1].

Mais encore ? « Mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes » (roquettes qui ont, je te le précise, « causé des dégâts à des bâtiments » [2]).

Le porte parole de l’Unrwa (agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés de Palestine), Chris Gunness, résume bien la situation de ces derniers jours : « Nous n’avons plus de denrées. Nos entrepôts sont vides » [3], analysant que « Cela signifie que des enfants, des mères de famille et des personnes âgées parmi les plus vulnérables et les plus défavorisés au Proche-Orient ne recevront plus l’assistance de l’ONU » [3].

Malgré ça, tu as quand même un éditorialiste (qui « attend la paix », comme semble le dire son titre) qui ose écrire : « Au-delà des intentions véritables des dirigeants israéliens, force est de constater que leurs propos témoignent plus que jamais de leur désir de faire la paix. » [4] Je traduis : leurs propos témoignent de leur envie de faire la paix, mais on ne connait pas leurs véritables intentions. Plutôt que de dire ça, autant se taire.

Et, toujours au même d’enchaîner : « Au Moyen Orient, la paix ne se fera pas sans le respect mutuel et la reconnaissance de l’autre, l’envie d’ouvrir les frontières, l’intérêt mutuel que des accords diplomatiques peuvent susciter, échanges économiques, projets communs. » [4] Évidemment, si construire un mur exprime « l’envie d’ouvrir les frontières », on comprend vite pourquoi ça coince. De même que le blocage des camions d’aide humanitaire (sic).

Répondant à des « affrontements sporadiques » (c’est pas moi qui le dit c’est l’AFP) entre Tsahal et le Hamas, Israël inflige donc une punition collective à l’ensemble des 1 400 000 habitants (pour 360 km² de terre...) de la bande de Gaza. Bloquant l’approvisionnement de vivres et de carburant, l’état hébreu montre clairement au yeux du monde sa volonté de « faire la paix », rapidement encensée par nombres d’éditoriaux et de chroniques qui opinent sagement du chef.

Se rejetant la faute comme deux gamins pris en flagrant délit de tabassage en règle, les « c’est lui qui a commencé ! » pleuvent. Rien de bien nouveau sous le soleil en somme.

Certains continuent pourtant de faire semblant, comme le prouve l’éditorial de notre ami : « les propos [des dirigeants israéliens] témoignent de leur envie de faire la paix ».

Mais qu’en est-il des actes a-t-on envie d’ajouter ? N’est-ce pas là la vraie question ?

Shyankar

rédacteur du blog Comprendre ce là -bas
http://shyankar.blogs.courrierinternational.com/

Notes :

[1] : « Israël bloque un convoi d’aide à la bande de Gaza » lemonde.fr avec AFP

[2] : « Gaza flare-up threatens truce » Al-Jazeera

[3] : « Gaza privée d’aide humanitaire, la violence se poursuit » AFP

[4] : « En attendant la paix... » par Guy Senbel in Guysen International News

URL de cet article 7477
Même Thème
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE

Né en 1952, Daniel Vanhove a une formation en psycho-pédagogie.
Par ailleurs, il est bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il participe à la formation des candidats et à la coordination des Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une trentaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004.
Au fil de ses voyages dans la région, l’urgence s’est manifestée de témoigner de l’insoutenable réalité de ce qu’il a vu et (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui qualifient les chômeurs et les handicapés de parasites ne comprennent rien à l’économie et au capitalisme. Un parasite passe inaperçu et exploite son hôte à son insu. Ce qui est la définition de la classe dirigeante dans une société capitaliste.

Jason Read

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
113 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
46 
Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.
Vous avez oublié les photos (bidons) du faux charnier de Timisoara en Roumanie ? En décembre 1989, elles démontrèrent au monde entier la férocité du régime communiste roumain. La presse avança le chiffre d’une dizaine de milliers de morts. Ceausescu renversé et exécuté, on a appris que les cadavres (moins de 200) avaient été sortis de la morgue d’un hôpital pour une mise en scène politico-macabre que les médias avalèrent illico et propagèrent urbi et orbi sans chercher à vérifier. Et voici que nous en (...)
12 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.