RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
Auteur : Gérard FILOCHE

Sarkozy veut-il ... Allez donc au fond des questions sociales importantes !

Gérard FILOCHE
Campagne électorale : allez donc au fond des questions sociales importantes ! Jeudi 1er février 2007. Bon sang, dans ce pays pourra t-on avoir une campagne électorale démocratique de qualité ? Car c'est vrai, la "grande presse" sélectionne ses thèmes, les plus vulgaires, les moins importants sur le fond, par exemple les questions des "RG", des patrimoines des candidats, des petites phrases sans sens, les "voisins" de la rue d'Enghien, le "scooter" du fils Sarkozy et l'Adn de son voleur, toutes questions secondaires, mais elle ne poursuit aucun des débats sociaux de fond qui surgissent : Ces sont les questions sociales qui passionnent les électeurs, le salaire, l'emploi, le logement, la santé... Aucune n'est encore sérieusement abordée... La grande presse a déjà abandonné le thème du "contrat unique", du Cne, du droit du travail, avant même d'avoir obtenu une quelconque précision... Pourtant le candidat Ump s'est enferré dans des contradictions énormes, mais comment (...) Lire la suite »
15 

"Class action " : Parisot et Sarkozy parviennent à faire retirer le projet de loi de l’ordre du jour de l’Assemblée.

Gérard FILOCHE
Mercredi 1er février. Le projet de loi devant instaurer la "class action" en France, qui devait être examiné par les députés à partir du 6 février, était une vieille promesse de jacques Chirac, vient d'être retiré de l'ordre du jour de l'Assemblée nationale lors de la conférence des présidents mardi 30 janvier, officiellement pour des raisons de calendrier parlementaire trop serré. C'est un coup de main de plus des amis de Sarkozy au Medef qui était, de façon acharnée, hostile à ce projet. La "class action" est le terme anglais pour désigner des actions de groupes en justice. Par ce moyen légal (aux États-Unis, au Canada, au Portugal...), les consommateurs ont là -bas et auraient eu ici, la possibilité de se retourner collectivement contre une entreprise et ses pratiques abusives sur certains marchés (si celle-ci était condamnée, elle devrait alors indemniser chaque consommateur concerné). Pensez au milliard d'euros que les majors de la téléphonie privatisée, Sfr, Bouygues et Orange ont (...) Lire la suite »

CNE - Sarkozy ? Girouette ou dissimulateur ?

Gérard FILOCHE
Sarkozy ne généralisera finalement pas le CNE, dit Xavier Bertrand, - ah oui ? Que dit Sarkozy sur le Cne et contrat unique dans son discours d'Agen ? (22 juin 06) « Au chef d'entreprise qui hésite à embaucher parce qu'il a peur de ne pas pouvoir licencier et qui se perd entre les quelque 36 formules de contrats de travail possibles, je propose un contrat unique à durée indéterminée, plus souple, avec une consolidation des droits du salarié au cours du temps. » Discours de Sarkozy à Agen. Que dit Sarkozy sur le Cne et le contrat unique à Charleville-Mezières ? (18 déc 06) « ... je propose qu'on protège moins les emplois et davantage les personnes, grâce à la création d'un contrat de travail unique, à durée indéterminée, à droits progressifs, plus souple en matière de licenciement économique, et d'une sécurité sociale professionnelle qui sécurise mieux les parcours individuels. Quand on change d'emploi on doit être mieux protégé. Et c'est parce que l'on sera mieux protégé que l'on changera plus (...) Lire la suite »

Quand Sarkozy parle des ouvriers, en concret, c’est pour diminuer leur droit de grève ...

Gérard FILOCHE
CNE - Sarkozy ? Girouette ou dissimulateur ? Lundi 29 janvier 2007. Quand Sarkozy parle des ouvriers, en concret, c'est pour diminuer leur droit de grève et "s'inspirer du Cne" pour "réformer le code du travail" ... Xavier Bertrand, son porte parole, vient, ce matin, de reprendre l'antienne contre le droit de grève : « A celui qui est contre la grève obligatoire imposée par une minorité je propose la démocratie par l'organisation obligatoire d'un vote à bulletin secret dans les 8 jours qui suivront tout déclenchement de mouvement social ». crie Sarkozy à Agen. Sarkozy veut une "France d'après" en "rupture" avec le "modèle social français" pour se rapprocher du "modèle anglo-saxon" . Pour en arriver là , il faut remettre en cause le droit constitutionnel de grève. Déjà le « Tce » (traité constitutionnel européen) s'y essayait. Mais là , ce que veut Nicolas Sarkozy c'est imiter carrément Mme Margaret Thatcher. Depuis l'ère Thatcher, (...) Lire la suite »

Le CNE de Sarkozy : un contrat maudit.

Gérard FILOCHE
Vendredi 26 janvier 2007. Un vrai débat de campagne électorale...ce n'est pas monter "des affaires"... Le Monde d'hier et tous les grands médias préfèrent parler des RG ou d'autre "affaire" que du Cne, de la suppression du droit du licenciement et de la proposition du Medef, dans un grand show, de faire un autodafé avec le Code du travail... Pendant ce temps-là , on laisse dire à Sarkozy non seulement qu'il est pour le licenciement sans motif tout au long de la vie professionnelle dans un contrat unique... en étendant le Cne Mais on le laisse dire que "le Cne" est une réussite ... Alors que le Cne est l'apogée de la précarité et un contrat maudit. Le Cne de Sarkozy : un contrat maudit. On nous abreuve d'une prétendue « polémique » pour ou contre les bienfaits du Cne, ce « contrat nouvelle embauche » institué sans concertation par ordonnance, c'est-à -dire par un coup de force du ministre Villepin en plein été 2005. On cherche à nous faire participer à un « débat » sur l'intérêt (...) Lire la suite »

Sarkozy pour le licenciement sans motif sur toute la vie.

Gérard FILOCHE
Jeudi 25 janvier 2007. Il annonce un Cpe à vie pour toutes et tous ! Nicolas Sarkozy veut s'inspirer du CNE pour un contrat unique 24.01.07 PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a déclaré mercredi, lors d'une rencontre avec des patrons de PME, qu'il entendait s'inspirer du "contrat nouvelle embauche" (CNE) pour créer un contrat de travail unique s'il était élu le 6 mai à la présidence de la République. "Le CNE est un progrès, il ne faut pas y toucher", a déclaré le ministre de l'Intérieur et candidat de l'UMP lors de cette rencontre organisée par la CG-PME dans un théâtre parisien. Le CNE, pour le moment réservé aux entreprises de moins de 20 salariés, prévoit une période d'essai de deux ans et rencontre un certain succès auprès des PME. "Je garderai l'intérim et les contrats de projet (...) mais le contrat de travail unique inspiré du CNE est une occasion de simplifier beaucoup le droit du travail français", a ajouté Nicolas Sarkozy. Est-ce que ca va passer inaperçu comme une lettre à la Poste ? (...) Lire la suite »

L’ UMP - Sarkozy pour la "liberté de travailler le dimanche", par Gérard Filoche.

Gérard FILOCHE
Vendredi 12 janvier 2007. Il paraîtrait que c'est une question de " liberté " d'ouverture des commerces, pour ceux qui veulent " faire leurs courses ". Une question de " liberté " pour ceux qui veulenttravailler ce jour-là et " gagner plus ". Il paraît même que ce serait meilleur pour la consommation et l'emploi. Ce serait enfin une question de " nouveaux modes de vie modernes ". Après avoir rétabli le travail de nuit et du dimanche pour les apprentis de quinze ans, Sarkozy veut supprimer un droit au " repos dominical " des salariés qui date de 1906 ! C'était le 13 juillet 1906 : après un siècle de débat, l'Assemblée nationale, à l'unanimité, votait le principe du repos dominical pour les travailleurs. Ce fut un accord national, entre toutes les composantes de la société. Le Code du travail affirma qu'il était " interdit d'occuper plus de six jours par semaine un même salarié ". (art. L 221-2 du Code du travail). Un système de dérogation fut construit. Avec le temps, il a évolué et la loi de (...) Lire la suite »

Kouchner tel qu’en lui-même le 26 décembre sur France-inter.

Gérard FILOCHE
Bernard Kouchner à la Conférence de Montréal 26 décembre 2006. Il parle, il parle, sans modestie, donne des leçons à tous, surtout à ceux qui ont voté « non », défendent les 35 h ou veulent plus d'impôts... maoïste, gauche caviar, non il ne l'a jamais été... Oui il participerait à un gouvernement d'union nationale avec Sarkozy, mais préférerait avec Ségolène Royal... On est en panne en Europe depuis le « non » français, on est bloqués, ce fut très grave, ce « non », 18 pays ont voté pour, les grandes lignes ne pourront pas changer, on ne peut avoir raison, il faut revoter, assez de façade française de superbe, on a fait du mal à notre pays, pas pour de bonnes raisons. Regrette qu'on parle d'heures supplémentaires pour les infirmières alors qu'on ne peut pas les payer (le principe de réalité impose donc de les faire effectuer sans les considérer comme heures supp' donc que les infirmières travaillent plus mais gagnent moins) Kouchner reproche même à Sarkozy de parler de patron-voyou, parce que sans les (...) Lire la suite »

Vidéo, vérité, les profs, le premier ministre hongrois et Ségolène Royal.

Gérard FILOCHE
Texte, vérité et vidéo, internet, la démocratie participative, le calcul des heures de travail des profs, le premier ministre hongrois et Ségolène Royal... Samedi 11 novembre 2006. A propos d'une petite vidéo qui fait très mal Je suis frappé de cette réaction de Ségolène Royal qui prend actuellement sur toutes les chaînes télévisées, la diffusion de la vidéo sur ce qu'elle a dit contre les enseignants, comme une manoeuvre "malhonnête", comme si c'était un "coup" de dernière minute de la campagne... contre elle... Mais, en fait que s'est-il passé ? Certainement "quelqu'un" a trouvé, ou retrouvé cette vidéo avec des intentions politiques évidentes de polémiquer contre "la candidate favorite des sondages" (comme l'appelle la presse). Sans doute, celui ou ceux qui, à l'origine, ont initié cela étaient des adversaires de la candidature de Ségolène, bien évidemment. Sans doute, ils ont essayé de diffuser au maximum cette information pour combattre le succès éventuel de sa candidature. Mais quelles chances (...) Lire la suite »
14 

Le scandale des 35 h enfin appliquées dans la restauration.

Gérard FILOCHE
31 octobre 2006. Travailler plus, gagnez moins disent Ump et Medef ! L'Ump se mobilise pour tenter, par un "cavalier" parlementaire, par la loi, de s'en prendre aux salaires de 800 000 salariés de la restauration après une décision pourtant justifiée du Conseil d ¹état. Oh quel scandale : toute la presse en parle, les dossiers sérieux du Monde et moins sérieux des médias éphémères, se penchent sur la « menace » des 35 h dans la restauration. En fait de quoi s'agit il ? Les 600 000 salariés de la restauration des entreprises de moins de 20 salariés qui travaillent, en fait, plus prés de 60 h par semaine que de 35 h, risquent, suite à une décision du conseil d'état de percevoir dorénavant des heures majorées de 10 % entre 35 et 39 h. Une toute petite hausse de salaire, si elle est respectée, égale à 24' par semaine. Pour ces petits salaires (généralement diminués d'avantages en nature, donc inférieurs au Smic) il s'agit d'une hausse minime, hyper méritée, pour eux, qui travaillent tant ! Insurrection, (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 110