RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
Auteur : Greg PALAST
pourquoi n’y avais-je pas pensé avant ?

Qui a peur d’Oussama Wolf ?

Greg PALAST

Alors, c’est Oussama Ben Laden qui entre dans un bar et y’a Bush qui lui demande, "Salut mon pote, qu’est-ce que tu bois ?" et Oussama répond... Hé, attendez une minute. Je ferais mieux de la fermer. Un panneau ici à l’aéroport annonce « LA SECURITE EST UNE AFFAIRE SERIEUSE ».

Mais si la sécurité est une affaire sérieuse, pourquoi est-ce que ce type déguisé en musicien de fanfare me demande d'enlever les chaussures ? A cause de celui qui a tenté de faire exploser un avion avec une bombe cachée dans ses semelles ? Heureusement qu'il n'a pas caché la bombe dans son slip. Je suis un peu nerveux. L'alerte terroriste est au niveau "Orange", ce qui signifie que la menace d'attentat est "basse". Selon un communiqué de presse du Département du Homeland Security, un niveau "Orange" signifie qu'il n'y aura pas d'inspections particulières des passagers et des bagages aujourd'hui. C'est sympa de la part de M. Bush de prévenir ainsi Oussama que la moitié de nos forces de sécurité sont en RTT. Un jour j'ai demandé à un Israélien expert en sécurité pourquoi son pays n'adoptait pas le même système d'alerte avec de jolies couleurs. Il m'a demandé si, au réveil, je vérifiais la couleur du jour. « Je dois avouer que non, jamais. D'ailleurs, qui le ferait ? » Il sourit : « Les terroristes. (...) Lire la suite »

Etats-Unis : comment voler une élection (Rolling Stone Magazine)

Greg PALAST

Ces derniers jours, le vieux centre ferroviaire de Las Vegas, Nouveau Mexique, est à peine une friche industrielle poussièreuse. La ville vote massivement Démocrate. Plus de 80% de ses habitants sont hispaniques et un sur quatre vit en dessous du seuil de pauvreté. Le 5 février, le jour du «  Super Tuesday Caucus » (primaires - ndt), un chauffeur de bus scolaire nommé Paul Maez est arrivé au bureau de vote local et s’apprêtait à glisser son bulletin. A sa surprise, Maez découvrit que son nom avait disparu de la liste des inscrits, grâce à une campagne menée dans tout l’état pour éliminer les inscriptions présumées frauduleuses. En ce qui concerne Maez, le choc fut particulièrement rude car il faisait partie des superviseurs de ces élections.

Maez n'était pas le seul dans ce cas. Le jour du « Super Tuesday », un neuvième des Démocrates qui ont voulu voter ce jour-là ont découvert que leur nom avait disparu des listes électorales. Le pourcentage était encore plus élevé dans la circonscription de Las Vegas, où près de 20% de électeurs avaient disparu des listes. Les électeurs ont du voter avec des bulletins « provisoires » qui pouvaient être examinés et rejetés sans explications par les autorités. Ce jour-là , plus de la moitié des bulletins provisoires ont été rejetés dans tout l'état. Ce qui arriva à Maez en ce mois de novembre arrivera à des centaines de milliers d'électeurs à travers tout le pays. Dans tous les états, les troupes de choc du Parti Républicain brandissent une nouvelle législation fédérale pour écarter systématiquement les Démocrates. Si les prochaines élections s'avèrent aussi serrées que les deux dernières, la campagne nationale du Parti Républicain pourrait se révéler suffisamment déterminante pour modifier le résultat du scrutin (...) Lire la suite »
Greg Palast : « les gens savent qu’ils se font avoir, mais ils ne savent pas exactement comment »

Elections truquées aux Etats-Unis : une autre manière de livrer la lutte des classes

Greg PALAST

Chris Pepus : Les grands médias US ont enfin commencé à parler des illégalités de l’administration Bush. Cependant, le trucage des élections est encore largement ignoré. Au cours des dernières années, le Parti Républicain a eu recours à tout un éventail de tactiques pour éliminer les votes en faveur de leurs opposants. On y trouve l’envoi de machines à voter défectueuses dans des circonscriptions démocrates ainsi que la suppression des listes électorales des électeurs à revenus modestes ou membres de minorités ethniques.

Le journaliste Greg Palast enquête sur ce sujet depuis l’année 2000, lorsqu’il révéla comment les officiels de la Floride ont assuré l’élection de George W. Bush en rayant de manière illégale les électeurs afro-américains et démocrates des listes électorales. (voir article ici ). (...)

PRECISION : L'article en question peut être difficile à comprendre avec le terme américain "vote caging". Ce terme est en fait utilisé lorsque les minorités, qui ont tendance à voter pour les Démocrates, n'ont pas répondu aux lettres envoyées à une adresse où ils ne vivaient pas (partis dans un autre Etat, à la guerre ...etc) pour s'enregistrer sur les listes électorales. C'est une pratique courante aux USA, trop inconnue médiatiquement. La seule personne qui a travaillé sur ce sujet est le célèbre journaliste Greg Palast qui travaille à la BBC. L'instigateur de ces pratiques illégales s'appelle Tim Griffin, bras droit de Karl Rove, et vient de démissionner au moment même où la BBC vient de publier certains documents qui le compromettraient. (...). (extrait édité par LGS et trouvé sur http://politiquesusa.blogspot.com/2007_06_01_archive.html ) * * * * CHRIS PEPUS : vos articles sur la suppression d'électeurs ont provoqué une enquête du Congrès et la démission de Tim Griffin, un des procureurs du (...) Lire la suite »

LES $300 MILLIONS DE CHAVEZ AUX FARC : UNE INVENTION

Greg PALAST

Rédaction : bien que les événements aient évolué depuis la rédaction de cet article de Greg Palast, ce dernier nous donne un petit - tout petit - aperçu de l’étendue de la désinformation, volontaire ou non, à laquelle les grands médias peuvent se livrer. Bonne lecture quand même.

C'est dingue, non ? Le semaine dernière, la Colombie a envahi l'Equateur, a tué un chef de la guérilla dans la jungle, puis a ouvert son ordinateur portable et… devinez ce que les Colombiens ont trouvé ? Un message à Hugo Chavez selon lequel il aurait envoyé 300 millions de dollars aux FARC pour acheter de l'uranium et fabriquer une bombe ! C'est ce que Bush nous raconte. Et il le tient de son copain, l'étrange président d'extrême droite de la Colombie, Alvaro Uribe. Donc : une fois l'acte accompli, la Colombie justifie sa tentative de provoquer une guerre des frontières comme un acte destiné à éliminer la menace d'une Arme de Destruction Massive ! Hum... on a déjà entendu ça, quelque part... La presse étasunienne a repris l'histoire des « 300 millions de dollars de Chavez aux terroristes » en moins de temps qu'il n'aurait fallu au jeune Bush pour sniffer un rail de poudre colombienne. Ce que la presse étasunienne a omis de faire [pas que cette presse là , d'ailleurs - NDT] c'est de vérifier (...) Lire la suite »

Le Bien et le Mal au Centre de la Terre, entrevue avec Rafael Correa, Président de l’ Équateur

Greg PALAST
24 décembre 2007, Quito, Équateur. Je ne sais pas ce qui m'a pris. Au beau milieu d'une entrevue d'une heure avec le président de l'Équateur, je lui ai demandé de me parler de son père. Je ne suis pourtant pas Barbara Walters. Ce n'est pas le genre de question que je pose normalement. Il a hésité. Puis il a dit : « Mon père était sans emploi. » Il a fait une pause. Puis il a ajouté : « Il a introduit une petite quantité de drogue aux États-Unis… C'est ce qu'on appelle une mula (mule) en espagnol. Il a passé quatre ans aux États-Unis, dans une prison. » Il a continué. « Je n'avais jamais parlé de mon père avant. » De toute évidence c'était vrai : les membres de son personnel étaient silencieux comme des pierres, les yeux écarquillés. Le père de Correa a pris ce terrible risque dans les années 60, une époque où sa famille, comme presque toutes les familles d'Équateur, était dans l'indigence. L'Équateur était la république de bananes originelle, et le prix des bananes avait atteint un plancher. Un million (...) Lire la suite »

Venezuela : L’assassinat d’Hugo Chávez.

Greg PALAST
[ « Chávez est qualifié de marxiste et de socialiste. Il n'est ni l'un ni l'autre. Son programme est réformiste, coopérativiste et redistributionniste ; et sa gestion de la richesse pétrolière est tout à fait ""norvégien-iste''. Chávez appelle ses réformes de type norvégien la ""Révolution bolivarienne''. Apparemment ça rend fou à Washington quand des gens de couleur demandent des privilèges de Nordiques. » ] Venezuelanalysis, lundi 3 juillet 2006. Voici un extrait du dernier livre de Greg Palast « Armed Madhouse », qui sort ce 1er juillet 2006. Vous pouvez vous procurer « Armed Madhouse » à l'adresse www.GregPalast.com . Le 26 août 2005 le Seigneur a parlé a Son serviteur à la télévision puis Son serviteur a dit à ses fidèles qui regardaient depuis la terre de la télévision : « Hugo Chávez pense que nous essayons de l'assassiner. Je pense que nous devrions effectivement y aller y le faire. » Le Révérend Pat Robertson peine à se faire à l'idée de la séparation de l'église et de la (...) Lire la suite »

Les Rats du désert abandonnent le Navire qui coule. Pourquoi Rumsfeld ne doit pas démissionner.

Greg PALAST
Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources. N'oublions pas. The Guardian - Comment, 14 avril 2006. Et bien les voilà : les Rommels en herbe, le quarteron de généraux, en sécurité à la retraite, qui lancent l'assaut contre Donald Rumsfeld. Cette semaine, six d'entre eux ont appelé à la démission du Secrétaire à la Défense. Et bien, selon ma montre, ils sont en retard d'environ quatre ans - et ils n'ont toujours rien compris. Je sais que la plupart de mes lecteurs seront ravis à l'idée que des garçons en mal de médailles et aux cheveux coupés en brosse aient finalement décidé de s'en prendre à Rumsfeld, et en public. Mais pour moi, cela ne fait que prouver que ces gars sont incapables de tirer droit. Ce n'est pas le Secrétaire à la Défense Rumsfeld qui s'est présenté devant l'ONU pour désigner deux latrines mobiles comme des laboratoires d'armes biologiques, n'est-ce pas Général Powell ? Ce n'est pas le Secrétaire à la Défense Rumsfeld qui a déclaré que le prochain (...) Lire la suite »

Venezuela et Argentine : histoire de deux coups d’état

Greg PALAST

Le coup d’état mené par le patronat vénézuélien a échoué, alors que celui mené par la finance internationale en Argentine a réussi. Greg Palast nous raconte l’histoire de deux prises de pouvoir complètement différentes.

La révolte des blondes Caracas - Le premier Mai, partant de l'Hôtel Hilton, 200,000 blondes ont marché vers l'est de la ville en suivant l'Avenue Casanova, la principale artère commerciale de Caracas. En même temps, un demi-million de petites brunes ont convergé vers elles depuis l'ouest. Tout cela aurait pu ne sembler qu'un carnaval de coiffeuses, si deux semaines plus tôt 16 personnes n'avaient pas été abattues quand les deux groupes se sont croisés. Les petites brunes du premier Mai soutiennent le Président vénézuélien Hugo Chavez. Ils descendent des ranchos, véritables pustules de bungalows en briques rouges, empilés les un sur les autres le long des pentes raides et instables qui entourent cette ville de cinq millions d'habitants. Les briques de certains ranchos sont d'ailleurs neuves, amélioration récente par rapport à celles, fétides, des taudis vite bâtis où beaucoup s 'abritaient auparavant derrière des murs cartonnés. « Chavez leur donne des briques et du lait » me dit un journaliste d'une (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10