RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Chaises musicales ministérielles

Le Guépard, roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa a été filmé par Visconti (Palme d’or au festival de Cannes1963).

On y rencontre le prince Fabrizio Corbera de Salina, un aristocrate sicilien (Burt Lancaster) et son neveu Tancrède Falconeri (Alain Delon) qui lui explique : « Si nous ne nous mêlons pas de cette affaire, ils vont nous fabriquer une république. Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que tout change ».

Ainsi éclairé, le roi Normal 1er a dit à son Premier ministre : « Don Manuel, faisons un remaniement ministériel ».

Un martien qui passait par là apprit par nos médias que cette entourloupe était l’événement le plus important au monde en ce jeudi 11 février 2016.

Théophraste R.

URL de cette brève 4972
http://www.legrandsoir.info/chaises-musicales-ministerielles.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
Chaises musicales ministérielles
11/02/2016 à 10:50 par morvandiaux

pas de changement ? quoique ...entre les sinistres Laval et La Valls : qu’une question d’ortografe ?

#122152 
Chaises musicales ministérielles
11/02/2016 à 12:37 par Autrement

Les chaise ? Le martien connaît. Petit aperçu à base de Ionesco (Dwaabala nous avait bien cité Tardieu) :

DÉCOR Murs circulaires avec un renfoncement dans le fond. C’est une salle très dépouillée. A droite, en partant de l’avant-scène, trois portes. Puis une fenêtre avec un escabeau devant ; puis encore une porte. Dans le renfoncement, au fond, une grande porte d’honneur à deux battants et deux autres portes se faisant vis-à-vis, et encadrant la porte d’honneur. Ces deux portes, ou du moins l’une d’entre elles, sont presque cachées aux yeux du public. A gauche de la scène, toujours en partant de l’avant-scène, trois portes, une fenêtre avec escabeau et faisant vis-à-vis à la fenêtre de droite, puis un tableau noir et une estrade.
Sur le devant de la scène, deux chaises côte à côte. Une lampe à gaz est accrochée au plafond.
Le rideau se lève. Demi-obscurité. Le Vieux est penché à la fenêtre de gauche, monté sur l’escabeau. La Vieille allume la lampe à gaz. Lumière verte. Elle va tirer le Vieux par la manche.
LA VIEILLE : Allons, mon chou, ferme la fenêtre, ça sent mauvais l’eau qui croupit et puis il entre des moustiques. LE VIEUX : Laisse-moi tranquille ! LA VIEILLE : Allons, allons, mon chou, viens t’asseoir. Ne te penche pas, tu pourrais tomber dans l’eau. Tu sais ce qui est arrivé à François Ier. Faut faire attention.
LE VIEUX : Encore des exemples historiques ! Ma crotte, je suis fatigué de l’histoire française. Je veux voir ; les barques sur l’eau font des taches au soleil. LA VIEILLE : Tu ne peux pas les voir, il n’y a pas de soleil, c’est la nuit, mon chou. LE VIEUX : Il en reste l’ombre.
Il se penche très fort. LA VIEILLE, elle le tire de toutes ses forces : Ah !... tu me fais peur, mon chou... viens t’asseoir, tu ne les verras pas venir. C’est pas la peine. Il fait nuit... Le Vieux se laisse traîner à regret. LE VIEUX : Je voulais voir, j’aime tellement voir l’eau. LA VIEILLE : Comment peux-tu, mon chou ?... Ça me donne le vertige. Ah ! cette maison, cette île, je ne peux m’y habituer. Tout entourée d’eau... de l’eau sous les fenêtres, jusqu’à l’horizon...

La maison prend l’eau de partout, c’est tout juste si les chaises ne commencent pas à flotter. Mais ce qui étonne le plus le martien, c’est la musique : pendant que les fantômes invités dans la maison de l’île, tous plus incolores et insipides les uns que les autres, se pressent pour occuper les chaises, surtout devant la porte d’honneur (ah ! Ils y tiennent, à se faire voir devant porte d’honneur !), la musique qui joue, c’est troulala troulala zimboumboum tirelarigolo, tirelarigolette, et quand ça s’arrête, on constate qu’il ne reste plus rien de la vie vivante, ni libertés, ni code du travail, ni services publics, ni bio-éco durable, seulement des prisons, des camps, des miradors.

#122153 
Chaises musicales ministérielles
11/02/2016 à 16:58 par Beyer Michel

L’essentiel, c’est que FABIUS ne reste pas sans emploi. DEBRE va avoir un remplaçant de son niveau.
Qui parlait déjà de " coquins et copains" ?.....

#122159 
Chaises musicales ministérielles
12/02/2016 à 10:26 par Lt Anderson

Sur France Pravda Télévision, rien, nada, sur le possible cessez-le-feu en Syrie. Que le "Remaniement Ministériel"... Affligeant.

#122171 
Chaises musicales ministérielles
12/02/2016 à 13:15 par Calame Julia

En italien "Il Gattopardo" ; et phonétiquement "gâteau par deux".
"Autre chose" ? comme demanderait le chef de chez la MAAF pour pouvoir poursuivre "je l’aurai un jour" !
Le martien vient d’atterrir, atterré, sur nos montagnes et les signaux que je reçois ne sont pas de la couleur
de l’espoir : verte.

#122175 
Chaises musicales ministérielles
12/02/2016 à 13:21 par Calame Julia

Lt Anderson,
ah ! vous aussi ?
J’ai appris secondement et par hasard que six adolescents avaient été enlevés à la vie suite à un
accident de transport scolaire. Vous n’allez pas me croire, je me suis creusée le ciboulot pour avoir
un souvenir d’un accident à Rochefort ! Or, c’était hier matin...
Reniement ? Pardon Remaniement. ( :-}

#122176 
Chaises musicales ministérielles
12/02/2016 à 14:54 par Roger

Ah ! bon, il y a eu un "remaniement" ministériel.. ; ? Un changement ? Vous croyez les media ?

#122178 
RSS RSS Commentaires
   
TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.