RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Chaises musicales ministérielles

Le Guépard, roman de Giuseppe Tomasi di Lampedusa a été filmé par Visconti (Palme d’or au festival de Cannes1963).

On y rencontre le prince Fabrizio Corbera de Salina, un aristocrate sicilien (Burt Lancaster) et son neveu Tancrède Falconeri (Alain Delon) qui lui explique : « Si nous ne nous mêlons pas de cette affaire, ils vont nous fabriquer une république. Si nous voulons que tout reste pareil, il faut que tout change ».

Ainsi éclairé, le roi Normal 1er a dit à son Premier ministre : « Don Manuel, faisons un remaniement ministériel ».

Un martien qui passait par là apprit par nos médias que cette entourloupe était l’événement le plus important au monde en ce jeudi 11 février 2016.

Théophraste R.

URL de cette brève 4972
http://www.legrandsoir.info/chaises-musicales-ministerielles.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
11/02/2016 à 10:50 par morvandiaux

pas de changement ? quoique ...entre les sinistres Laval et La Valls : qu’une question d’ortografe ?

#122152 
11/02/2016 à 12:37 par Autrement

Les chaise ? Le martien connaît. Petit aperçu à base de Ionesco (Dwaabala nous avait bien cité Tardieu) :

DÉCOR Murs circulaires avec un renfoncement dans le fond. C’est une salle très dépouillée. A droite, en partant de l’avant-scène, trois portes. Puis une fenêtre avec un escabeau devant ; puis encore une porte. Dans le renfoncement, au fond, une grande porte d’honneur à deux battants et deux autres portes se faisant vis-à-vis, et encadrant la porte d’honneur. Ces deux portes, ou du moins l’une d’entre elles, sont presque cachées aux yeux du public. A gauche de la scène, toujours en partant de l’avant-scène, trois portes, une fenêtre avec escabeau et faisant vis-à-vis à la fenêtre de droite, puis un tableau noir et une estrade.
Sur le devant de la scène, deux chaises côte à côte. Une lampe à gaz est accrochée au plafond.
Le rideau se lève. Demi-obscurité. Le Vieux est penché à la fenêtre de gauche, monté sur l’escabeau. La Vieille allume la lampe à gaz. Lumière verte. Elle va tirer le Vieux par la manche.
LA VIEILLE : Allons, mon chou, ferme la fenêtre, ça sent mauvais l’eau qui croupit et puis il entre des moustiques. LE VIEUX : Laisse-moi tranquille ! LA VIEILLE : Allons, allons, mon chou, viens t’asseoir. Ne te penche pas, tu pourrais tomber dans l’eau. Tu sais ce qui est arrivé à François Ier. Faut faire attention.
LE VIEUX : Encore des exemples historiques ! Ma crotte, je suis fatigué de l’histoire française. Je veux voir ; les barques sur l’eau font des taches au soleil. LA VIEILLE : Tu ne peux pas les voir, il n’y a pas de soleil, c’est la nuit, mon chou. LE VIEUX : Il en reste l’ombre.
Il se penche très fort. LA VIEILLE, elle le tire de toutes ses forces : Ah !... tu me fais peur, mon chou... viens t’asseoir, tu ne les verras pas venir. C’est pas la peine. Il fait nuit... Le Vieux se laisse traîner à regret. LE VIEUX : Je voulais voir, j’aime tellement voir l’eau. LA VIEILLE : Comment peux-tu, mon chou ?... Ça me donne le vertige. Ah ! cette maison, cette île, je ne peux m’y habituer. Tout entourée d’eau... de l’eau sous les fenêtres, jusqu’à l’horizon...

La maison prend l’eau de partout, c’est tout juste si les chaises ne commencent pas à flotter. Mais ce qui étonne le plus le martien, c’est la musique : pendant que les fantômes invités dans la maison de l’île, tous plus incolores et insipides les uns que les autres, se pressent pour occuper les chaises, surtout devant la porte d’honneur (ah ! Ils y tiennent, à se faire voir devant porte d’honneur !), la musique qui joue, c’est troulala troulala zimboumboum tirelarigolo, tirelarigolette, et quand ça s’arrête, on constate qu’il ne reste plus rien de la vie vivante, ni libertés, ni code du travail, ni services publics, ni bio-éco durable, seulement des prisons, des camps, des miradors.

#122153 
11/02/2016 à 16:58 par Beyer Michel

L’essentiel, c’est que FABIUS ne reste pas sans emploi. DEBRE va avoir un remplaçant de son niveau.
Qui parlait déjà de " coquins et copains" ?.....

#122159 
12/02/2016 à 10:26 par Lt Anderson

Sur France Pravda Télévision, rien, nada, sur le possible cessez-le-feu en Syrie. Que le "Remaniement Ministériel"... Affligeant.

#122171 
12/02/2016 à 13:15 par Calame Julia

En italien "Il Gattopardo" ; et phonétiquement "gâteau par deux".
"Autre chose" ? comme demanderait le chef de chez la MAAF pour pouvoir poursuivre "je l’aurai un jour" !
Le martien vient d’atterrir, atterré, sur nos montagnes et les signaux que je reçois ne sont pas de la couleur
de l’espoir : verte.

#122175 
12/02/2016 à 13:21 par Calame Julia

Lt Anderson,
ah ! vous aussi ?
J’ai appris secondement et par hasard que six adolescents avaient été enlevés à la vie suite à un
accident de transport scolaire. Vous n’allez pas me croire, je me suis creusée le ciboulot pour avoir
un souvenir d’un accident à Rochefort ! Or, c’était hier matin...
Reniement ? Pardon Remaniement. ( :-}

#122176 
12/02/2016 à 14:54 par Roger

Ah ! bon, il y a eu un "remaniement" ministériel.. ; ? Un changement ? Vous croyez les media ?

#122178 
RSS RSS Commentaires
   
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.