RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

De qui Nicolas est-il le prénom ?

Pour Nicolas Sarkozy, légitimement soucieux d’une gloire recherchée par les terroristes, la solution est dans une uniformisation avec numérotation. Cela ferait, suggère-t-il : « barbare n°1 », le suivant « barbare n°2, etc. ».

« Ne les appelez plus Abaaoud, Kermiche, Abballa ou Abdeslam », adjure-t-il.

Il a oublié « Andreas(1), » « Anders(2), » « George(3), » etc.

Et surtout, pourquoi ne pas étendre la méthode aux délinquants de toutes sortes qui s’enivrent de gloire à la télé, leur drogue favorite. Je pense aux hommes politiques qui trahissent leurs électeurs, à ceux qui ont été condamnés, à ceux qui sont poursuivis.

Par exemple, on pourrait dire : «  : « Bismuth n°1 », le suivant « Bismuth n°2, etc. ».

Théophraste R. (Fabricant de casseroles).

NOTES :

(1) Andreas Lubitz, pilote allemand qui a précipité son avion sur le flanc d’une montagne des Alpes en mars 2015. Le crash volontaire a fait 150 victimes.

(2) Anders Behring Breivik, militant d’extrême droite qui a liquidé 77 personnes en juillet 2011 en Norvège : 8 à Oslo par explosion d’une bombe, 69 par mitraillage sur une petite île lors d’un rassemblement de jeunes travaillistes.

(3) George W. Bush, président d’un pays qui a liquidé des centaines de milliers d’innocents, détruit plusieurs pays arabes pour punir un Saoudien, ancien agent de la CIA, commanditaire d’un attentat aux USA.

URL de cette brève 5174
http://www.legrandsoir.info/de-qui-nicolas-est-il-le-prenom.html
Print Friendly and PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
18/09/2016 à 11:27 par calame julia

Théophraste,
c’est une mob ! Or Nicolas la ferraille ne pratique que le vélo !
Ah ! Il a changé ! Mais c’est bien sûr...

#127534 
18/09/2016 à 11:33 par Marissé

Et va pour un petit surplus pour charger le vélo : un article de Cabanel sur Agoravox.
http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-republique-des-...

Belle lecture et bonne journée à toutes et tous.

Marissé http://humeursdemarisse.blogspot.com/

#127535 
18/09/2016 à 13:08 par ozerfil

Désolé, un carnage n’en justifie ou n’en excuse pas un autre !

Et puis, rien que dans le macabre décompte des victimes, il y a quand même une différence entre des actes déments isolés relevant d’une initiative personnelle et des actions organisées - terroristes ou d’état...

Attaquez plutôt Sarko sur sa dangereuse idéologie politique que sur ses raisonnements primaires bien connus, même s’ils le servent !!

#127539 
19/09/2016 à 09:19 par Adel

Le plus drôle c que si tu avais voulu citer le Pdt en exercice des US tu aurais été contraint d’ajouter un prénom arabe alors que ta démonstration cherche à prouver que tous les terroristes et assassins ne sont pas tous arabes. Je trouve étrange qu’on appelle terroristes (mot fort) des personnes qui tuent d’autres personnes, sans doute en raison du mobile idéologique motivant le geste, mais alors, quand une personne assassine un état et de facto provoque un massacre de masse, pas de nom ou alors un terme technique, dommage collatéral quand c l’armée sinon victimes du terrorisme qui loin d’être aveugle est guidé ou téléguidé. L’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie figurent pourtant comme victimes mais leurs bourreaux ne sont désignés par aucun terme. Que dire du soutien militaire apporté par "l’armée US" à Daesch en Syrie par le bombardement d’une position del’Armée Syrienne pour la prise d’une colline stratégique ? Du largage de bombes à sous-munitions ayant l’aspect de colis humanitaires en Afgha (Liberté Immuable) ? Du largage d’armes à Daesch lors du siège de Kobané ? ... Toujours pas de nom ? Criminel de guerre fait un peu léger.

#127560 
19/09/2016 à 11:15 par Autrement

Intéressant de relire ici le lucide commentaire du 08/05/2008 (repris de son blog), inspiré à B. Gensane par le livre de Badiou, présenté dans LGS :
http://www.legrandsoir.info/DE-QUOI-SARKOZY-EST-IL-LE-NOM.html
Ainsi que celui de Pierre Capoue, proposant "d’ouvrir un espace dans lequel ils nous est possible de rêver à d’autres systèmes économiquess".
Et le bref commentaire ajouté, le 05/11/2012, par l’amoureux fervent et le savant austère que fut Dwaabala : de quoi Hollande est-il le nom ?

#127561 
19/09/2016 à 16:34 par Louise de Bretagne

"Loser and Co."
8. Nicolas
Les Nicolas croient détenir la toute-puissance, ils sont tyranniques et veulent que le monde entier leur obéisse. Dans la vraie vie, ces hommes se terrent piteusement dans leur carapace pour ne pas montrer ce qu’ils sont exactement. C’est pourquoi ils semblent préférer les femmes plus soumises pour plus facilement les dominer. Macho, prétentieux et vulgaire, Nicolas tente de pallier son manque de virilité et sa faible confiance en lui par tous les moyens. Vous pourriez être touchée et émue par ce petit être lamentable et timide, mais dès que la relation est engagée, il retournera sa veste et profitera de vous..

#127568 
RSS RSS Commentaires
   
Frédéric Rousseau. L’Enfant juif de Varsovie. Histoire d’une photographie.
Bernard GENSANE
Paris, Le Seuil, 2009 Nous connaissons tous la photo de ce jeune garçon juif, les mains en l’air, terrorisé parce qu’un soldat allemand pointe sur lui un fusil-mitrailleur. En compagnie de sa mère, qui se retourne par crainte de recevoir une salve de balles dans le dos, et d’un groupe d’enfants et d’adultes, il sort d’un immeuble du ghetto de Varsovie. A noter que ce que l’enfant voit devant lui est peut-être plus terrorisant que ce qui le menace derrière lui. Au fil d’un travail très rigoureux, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme véritablement objectif non seulement rapporte correctement les faits, mais en tire leur véritable signification. Il résiste à l’épreuve du temps. Il est validé non seulement par des "sources sûres", mais aussi par le déroulement de l’Histoire. C’est un journalisme qui, dix, vingt ou cinquante ans après les faits, tient encore la route et donne un compte-rendu honnête et intelligent des évènements.

T.D. Allman (dans un hommage à Wilfred Burchett)

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.