RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Et ils se déchaînent contre Correa ...

Le texte ci-dessous, s’il souffre d’une traduction perfectible, donne une idée du ton qu’un journaliste peut adopter pour parler du président élu de son pays : l’Equateur.
A comparer avec le léchage de botte de nos journalistes envers le président Sarkozy.

Pour les distraits et les amnésiques, précisons que l’individu que le journaliste ne nomme pas autrement que "le Dictateur" est Rafael Correa, président de l’Equateur et que l’épisode évoqué est celui d’une tentative de putsch et d’assassinat à son encontre.
Le Grand Soir.


Depuis quelques heures c’est la folie contre Correa, les articles fusent qualifiant un verdict judiciaire d’atteinte à la liberté d’expression, etc.

Quatre prévenus (Emilio Palacio le "journaliste" et trois responsable du journal El Universo : Carlos Eduardo Pérez Barriga, César Enrique Pérez Barriga et Carlos Barriga Nicolas Perez) ont été condamnés à trois ans de prison et 40 millions de dollars d’amende (10 millions par responsables du journal et 10 millions par le journal) pour diffamation pour la publication d’un article (No a las mentiras) dans le journal El Universo.

Source : Directivos y dueños del diario El Universo son condenados por difamar al presidente ecuatoriano Correa

Les fonds seront remis en dommages et intérêts au président qui a annoncé qu’il les donnera au projet Yasuni ITT.

Quand au "journaliste" Emilio Palacio il a vivement critiqué la décision et a traité un journaliste de Ecuador Tv (un média public) de "fasciste" (voir la vidéo : Emilio Palacio discriminó a periodista de Ecuador TV y lo calificó de fascista)

Emilio Palacio traitant un journaliste de Ecuado TV de "fasciste"

Pour juger vous même de la teneur du "journalisme" d’opposition équatorien et pour juger si la sanction est appropriée je vous ai traduit l’article en question :


Non aux mensonges

Emilio Palacio

21/02/2011

Cette semaine, pour la deuxième fois, la Dictature informa via un de ses porte paroles que le Dictateur est en train de considérer la possibilité de pardonner aux criminels qui se sont soulevés le 30 septembre. Pour cela il étudie une amnistie.
Je ne sais pas si la décision m’inclut (selon les médias de la dictature je fus un des instigateurs du coup d’état) mais si c’est le cas je la refuse.

Je comprends que la Dictateur (un dévot chrétien, un homme de paix) ne perde pas l’occasion de pardonner à des criminels. Il gracia les mules du narcotrafic, il eu pitié des assassins prisonniers à la Prison du Littoral, il sollicita les citoyens pour qu’il se laisse voler pour qu’il n’y ait pas de victimes, il cultive une grande amitié avec les envahisseur de terre (Ndt : personnes pauvres occupant illégalement des terrains pour construire des logements de mauvaise qualité, des bidonvilles). Mais l’Équateur est un État laïque qui ne permet pas d’utiliser la foi comme fondement juridique pour exempter les criminels de payer leurs dettes. Si j’ai commis un quelconque délit j’exige qu’on me le prouve, je n’espère aucun pardon judiciaire mais des les excuses dues.

Ce qui se passe en réalité c’est que le Dictateur a enfin compris (ou ses avocats lui ont fait comprendre) qu’il ne peut pas démontrer le supposé crime du 30 septembre, car tout fut le produit d’un scénario improvisé, à mesure que le temps passa, pour occulter l’irresponsabilité du Dictateur d’aller dans une caserne soulevée, d’ouvrir sa chemise et de crier qu’ils le tuent, comme tout catcheur qui s’efforce de faire son show dans un chapiteau de cirque dans un village oublié.

A ce niveau, toutes les "preuves" pour accuser les "putschistes" se sont décousues :

Le Dictateur reconnait que la mauvaise idée d’aller au Régiment de Quito et rentrer par la force fut sienne. Mais alors personne ne put se préparer pour l’assassiner et personne ne l’attendait.

Le Dictateur jure que l’ex-directeur de l’Hôpital de la Police ferma les porte pour empêcher sa rentrée. Mais alors il n’y eu pas complot car il ne désirait même pas voir son visage.

Les balles qui assassinèrent les policiers disparurent, mais pas dans le bureau de Fidel Araujo mais dans une enceinte gardée par des forces loyales à la Dictature.
Pour montrer que le 30 septembre il n’utilisa pas un gilet pare balles, Araujo en enfila un devant les juges et ensuite mit le même maillot qu’il avait ce jour là . Ses accusateurs durent rougir devant la démonstration palpable que les gilets pare balles ne peuvent tout simplement pas se dissimuler.

Je pourrais continuer mais l’espace ne me le permet pas. cependant, maintenant que le Dictateur a compris qu’il doit reculer dans son histoire de fantômes, je lui offre une sortie : ce n’est pas une grâce qu’il doit appliquer mais une amnistie à l’Assemblé Nationale.

L’amnistie n’est pas un pardon, c’est un oubli juridique. Cela impliquerait, si cela se décide, que la société arrive à la conclusion que le 30 septembre furent commises trop de stupidités, de part et d’autre, et qu’il serait injuste de condamner les uns et de récompenser les autres.

Pourquoi le Dictateur a-t-il pu proposer une amnistie pour les "pelucones" (Ndt : surnom que Correa donne aux opposants) Gustavo Noboa et Alberto Dahik, mais par contre ne veut pas pardonner aux simples policiers ?

Le dictateur devrait se rappeler, finalement, et ceci est très important, qu’avec un pardon, dans le futur un nouveau président, peut-être un de ses ennemis, pourrait l’amener devant une cour pénale pour avoir ordonné d’ouvrir le feu à volonté et sans avertissements contre un hôpital plein de civils et gens innocents.

Les crimes de lèse humanité, qu’on ne l’oublie pas, ne se prescrivent pas.

Source : No a las mentiras publié dans El Universal


Voici une vidéo où on peut voir les civils et les gens innocents (d’après Emilio Palacio) en action :

URL de cet article 14237
Même Thème
Les guerres scélérates : interventions de l’armée US et de la CIA depuis 1945
William BLUM

Le livre "KILLING HOPE - U.S. Military and CIA Interventions Since World War II" de William Blum vient ENFIN d’être traduit en français.
Editions Parangon
"Nous possédons environ 60% des richesses mondiales, mais seulement 6,3% de la population mondiale... Notre tâche dans l’avenir est...de maintenir cette situation de disparité." George KENNAN, responsable de la planification du département d’Etat, 1948
"Ce livre très documenté relate plus d’une cinquantaine d’interventions américaines de 1945 à (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
65 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.