RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
12 

Les victoires de M. Mélenchon et du Front de Gauche

La fourmi rouge n’a qu’une parole !

Où il s’agit de ne pas laisser une déception éclipser de belles victoires tant attendues, ni la résistible ascension du FN à contrer sans tarder.

Le talent et la justesse de bien des propos de M. Mélenchon étaient à la fois si inattendus et attendus qu’ils provoquèrent en France et au-delà un fol espoir côté coeur. Un rêve très collectif où la sincérité et la détermination, le temps d’une campagne, effaceraient d’une magie rouge plusieurs décennies de recul, de démissions de la gauche, de ses représentants autant que de sa base, de ses électeurs.

Le système électoral français et -tant que faire se peut- les électeurs ont tranché,
l’alarme a sonné, la gravité a frappé et pourtant...

Les militants, M. Mélechon lui-même et les instituts de sondages avaient placé la barre -et cet espoir- très haut. Parlant et partant d’une gauche qui au scrutin de 2007 peinait à rassembler un score bien moindre que celui remporté cette fois par le Front de Gauche, et à lui seul !

Ramener les scores de l’ensemble de la gauche réelle -présentant un programme objectivement socialiste et/ou communiste- à plus de 10%, étant entendu que le PS en tant que parti n’en est plus jusqu’à preuve du contraire, est une des victoires objectives dont peut se targuer le Front de Gauche.

Particulièrement dans les conditions actuelles et face aux manoeuvres menées par l’implacable machine médiatique spectaculaire donc réactionnaire durant cette campagne faite de coïncidences extrêmes. Telles « l’affaire DSK » ou cette intrigante « affaire Merah » arrivant à point nommé ; et sa suite d’arrestations ultra-médiatisées en forme d’appel pour les droites extrêmes, puisque l’UMP se meurt d’en être.

L’objectif -proposé durant la campagne- par M. Mélenchon de déverrouiller ce spectacle politique cadenassé par le FN n’est malheureusement pas atteint. Au contraire le FN obtient son plus haut score jamais enregistré.

Pourtant les électeurs et militants du FdG peuvent facilement dépasser cette légitime déception en imaginant un instant le score qu’aurait obtenu l’extrême droite s’ils et elles n’avaient pas enfin décidé de se rassembler et de résister, d’occuper le terrain, dans les têtes comme en rue.

Car le moment n’est pas aux lamentations mais à l’action et surtout de ne plus quitter ni céder ce terrain enfin mais trop partiellement réinvesti.

Le FdG a effectivement porté l’essentiel du combat contre le FN et son programme, fait qui est aussi alarmant que le score du FN. Ce parti qui n’est plus seulement banalisé ou « dé-diabolisé » mais ouvertement propulsé par le discours du président sortant et consacré par les médias privés et « publics » !

Parmi les enseignements de cette campagne, en dehors du fait qu’un discours réellement à gauche est pertinent et nécessaire, un des principaux tient dans le rappel d’une évidence :

Tant qu’un discours de gauche, intelligent et intelligible, critique et radical n’aura pas pleinement accès à des médias populaires massivement diffusés et consultés, espérer influer sur le système électoral français actuel -voir sur la politique à court et moyen termes- est illusoire.

Le score du FN comme la percée puis le repli du FdG en sont une énième démonstration.

Les gauches latino-américaines l’ont bien compris en créant Télé-Sur ou en multipliant les médias publics, régionaux d’information, d’éducation populaire et permanente.

Fait notable, c’est le programme et candidat du FdG que plusieurs formations politiques qui gouvernent ces pays ont décidé de soutenir officiellement. Comme M. Mélenchon s’est employé à le répéter, ces pays ont déjà expérimenté le traitement que la finance et le FMI appliquent maintenant en Europe. C’est donc en connaissance de cause qu’ils apportent ce soutien. Voilà encore un motif de fierté pour le FdG, certains reçoivent le soutien de Mme Roussef d’autres de Mme Merkel.

Revenons sur cette campagne médiatique française qui mis à part ses « extrêmes coïncidences » présente trois temps dans son approche du phénomène FdG et de son candidat.

D’abord le déni, les médias français semblant jusqu’à ignorer l’existence du FdG et préférant s’intéresser au FN et son électorat. Entreprise de promotion du FN et de son « programme » déjà bien entamée par une série de provocateurs médiatisés et cautionnés par les plus grandes chaînes de médias, ainsi que par le discours du gouvernement sortant. Guéant ayant repris avec ardeur le nauséabond flambeau d’Hortefeux.

Ensuite une grande partie des médias officiels décident de s’intéresser au Front de Gauche et son tribun. C’est qu’il devenait difficile d’ignorer un candidat qui déjà dépasse les « centristes », déplace des foules et semble menacer le FN. Mais aussi parce que M. Mélenchon a choisi de bannir toute langue de bois et de s’adresser à l’intelligence de ses interlocuteurs, journalistes et auditeurs, ce avec un talent d’orateur et une maîtrise rarement égalés. La jubilation positive de certains journalistes était patente face aux réponses du candidat. Sans parler des gens de gauche de France et d’ailleurs dont nombre d’entre eux n’espéraient plus avoir le plaisir d’écouter de tels discours en français de leur vivant.

L’effet de cet intérêt des médias est immédiat, M. Mélenchon créant la surprise dans les sondages, suscite un nouvel espoir à gauche et une certaine inquiétude à droite. Démontrant ainsi à la fois qu’un discours intelligent et radical est nécessaire mais aussi la toute puissance des médias qui en temps normal ne répercutent pas ce type de discours et programme.

JPEG - 10.9 ko
"Si tu veux voir mes petits doigts , vote pour ..."

Le dernier temps de cette campagne ne fut donc que retour à la normale. Rappel à l’ordre et M.Mélenchon de révélation redevient vite l’homme à abattre. Pire, les médias qui avaient provisoirement délaissé le FN s ’empressèrent d’en revenir au verrouillage par l’extrême droite, renforcée par la caution du président sortant et de son équipe ratissant tellement à l’extrême de la droite qu’ils en provoquent encore l’émoi jusque dans les rangs de leurs propres « camarades » Européens ou d’outre atlantique !

Rappelons que dans d’autres pays européens l’extrême droite fait de tels scores que la droite classique après avoir instrumentalisé tente un peu tard d’éviter de se faire déborder !

Il est évident que le FN doit beaucoup à Sarkozy et plus encore aux médias, tout autant qu’une partie de l’oligarchie a déjà opté pour ce néo-fascisme. Celui où se rencontrent cols bleus du FN et cols blancs de la finance libertarienne.

Relevons cette autre victoire du FdG -non des moindres- qui consiste en une réhabilitation d’un véritable discours ancré à gauche. Connecté au réel, compréhensible par delà les convictions, porteur d’espoir, ne se cantonnant pas dans la critique et délivrant des pistes concrètes pour l’action.

Le Front de Gauche peut aussi se targuer d’avoir autant que possible tiré cette morne campagne vers le haut. D’avoir imposé le politique, le débat de fond, des thématiques, propositions et objectifs réellement de gauche. Loin du sécuritaire, des courbettes à la finance, du halal, de la chasse aux assistés-sociaux tandis que les assistés-nantis pavanent, et autres provocations d’extrême bassesse.

Il est aussi le seul parti ayant une telle audience à proposer une réelle sortie du cadre économique en le dénonçant et le combattant pour ce qu’il est : un choix politique et non une fatalité.

La responsabilité des militants de gauche enfin de retour sur ces fronts est donc d’autant plus grande face aux défis et luttes à venir.

Il est à espérer qu’après l’alarme qui vient de retentir ceux qui à gauche n’avaient pas encore rallié le FdG pourront enfin dépasser les divergences qui menèrent à cette attitude. Hier difficilement compréhensible -jusque dans leurs maigres rangs- et confinant aujourd’hui à l’inacceptable de la part de militants communistes sincères, car elles et ils le sont.

Le Front de Gauche et M. Mélenchon par leur détermination, leur engagement et leurs talents ont réussi l’exploit de réveiller et de rassembler à gauche. Il serait ingrat de ne pas poursuivre et amplifier ce qui vient de se produire, la fierté et la combativité retrouvées ; de multiplier ces premières avancées et victoires après des décennies de recul continu de la gauche sur tous les fronts !

La prochaine doit être le départ de Sarkozy, quand bien même cela passe par un vote pour le candidat du PS.

La lucidité n’empêche pas le pragmatisme, au contraire, de plus elle prémunit des déceptions.

I. Vergado

Les illustrations sont détournées d’une affiche situationiste de ’67.

SOURCE http://lafourmirouge.blogspot.fr/2012/04/les-victoires-de-mr-melenchon...

URL de cet article 16536
AGENDA
vendredi 31 octobre 2014
samedi 1er novembre 2014
dimanche 2 novembre 2014
mardi 4 novembre 2014
mercredi 5 novembre 2014
jeudi 6 novembre 2014
vendredi 7 novembre 2014
dimanche 9 novembre 2014
mardi 11 novembre 2014
vendredi 14 novembre 2014
samedi 15 novembre 2014
vendredi 21 novembre 2014
lundi 15 décembre 2014
Les éditocrates - Mona Chollet, Olivier Cyran, Sébastien Fontenelle, Aude Langelin

Vous les connaissez bien. Leur visage et leur voix vous sont familiers.
Ils signent tous les jours un éditorial dans la presse écrite ; ils livrent une chronique chaque matin sur une antenne de radio ; ils occupent les plateaux des grandes - et des petites - chaînes de télévision ; chaque année, voire plusieurs fois par an, leur nouveau livre envahit les tables des librairies.
« Ils », ce sont les « éditocrates ». Ils ne sont experts de rien mais ils ont des choses à dire sur (presque) tout et, à (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

L’avenir appartient à ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt.

La vérité éclate : un accès de franchise de la Banque d’Angleterre démolit les bases théoriques de l’austérité. (The Guardian)
On dit que dans les années 1930, Henry Ford aurait fait remarquer que c’était une bonne chose que la plupart des Américains ne savent pas comment fonctionne réellement le système bancaire, parce que s’ils le savaient, « il y aurait une révolution avant demain matin ». La semaine dernière, il s’est passé quelque chose de remarquable. La Banque d’Angleterre a vendu la mèche. Dans un document intitulé « La création de l’argent dans l’économie moderne », co-écrit par trois économistes de la Direction de (...)
15 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
46 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
32 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.