RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 

Pour une lecture profane des conflits

Georges Corm, économiste et historien, est l’auteur de nombreux ouvrages consacrés aux problèmes du développement et du monde arabe. Il répond à nos questions alors que paraît son dernier ouvrage : « Pour une lecture profane des conflits - Sur le « retour du religieux » dans les conflits contemporains du Moyen-Orient » (Editions la Découverte - 2012).

Vous appelez à une lecture profane des conflits. Qu’entendez-vous par là  ?

Il s’agit de revenir à une politologie classique et multifactorielle qui ne tient pas compte de la mode idéologique à travers laquelle on justifie un conflit. Cette dernière a changé au cours des deux, trois derniers siècles. Au XIXe siècle, les conflits étaient analysés en termes de luttes nationales, par exemple en Europe, qui déboucheront sur les deux grands conflits mondiaux. Par la suite, on a eu tendance à tout analyser en termes de lutte des classes et en termes de lutte contre le capitalisme-impérialisme. Enfin, dernière étape dans laquelle nous sommes aujourd’hui, on invoque l’anthropologie politico-religieuse, soit les valeurs judéo-chrétiennes quand il s’agit de l’Occident, et à l’opposé les valeurs arabo-musulmanes. On a donc des vapeurs religieuses, émotionnelles, qui empêchent de faire une analyse objective de la complexité du réel. J’appelle lecture ou approche profane d’un conflit le fait de regarder toutes les données d’un conflit, qui sont à facettes multiples, et non pas de s’arrêter sur une grille de lecture du type : « Il y a des bons et il y a des méchants ».

La religion -l’islam en particulier- tient une grande place dans votre livre. S’agit-il ici d’un ennemi « utile » depuis l’effondrement du bloc soviétique dans l’imaginaire collectif ?

J’essaie justement de montrer que si on fait appel au religieux, celui-ci n’est pas la source du conflit. Nous avons toute cette idéologie débilitante de conflit des civilisations, de non-dialogue des civilisations, qui brouille tout regard sur les ambitions de puissance et les hégémonies d’Etats très puissants, qui sont normales. Il y a également le fait qu’aujourd’hui, aussi, des Etats à prétention religieuse prétendent défendre une religion ou des valeurs religieuses à l’échelle internationale, tels Israël, le Pakistan, ou encore l’Arabie Saoudite qui se prétend défenseur des musulmans dans le monde entier. Ceci est une aberration : si l’on accepte que des Etats se servent de religions pour affirmer, en réalité, des hégémonies qui leur sont propres, c’est toute la vie internationale qui devient absolument insupportable, et c’est ainsi que l’on attise des conflits. Alors, effectivement, on a assisté à un glissement. Autrefois dans cette lutte supposée entre le Bien et le Mal, l’URSS était l’Empire du mal ; aujourd’hui, l’Empire du mal, ce sont les radicalismes islamiques qui s’expriment par des actes de violence sur le terrain. Le plus souvent d’ailleurs, ces actes de violence frappent d’autres musulmans, plus qu’ils ne frappent des armées occidentales occupantes.

Vous faites grand cas de l’héritage révolutionnaire français au Proche-Orient. A partir de quand peut-on dater cet « héritage » révolutionnaire et lesquelles de ses conséquences se font encore sentir aujourd’hui ?

Aussi bien dans la Turquie ottomane que dans le monde arabe, qui s’appelait à l’époque les Provinces arabes de l’Empire ottoman, la révolution française a eu un impact extrêmement rapide. En Egypte, Méhémet Ali, qui était le dirigeant au début du XIXe siècle, envoya en mission, à Paris, de 1826 à 1831, des étudiants égyptiens et leur imâm dont résultera un livre, devenu un classique de la Renaissance moderne arabe, « L’or de Paris » (qui a eu une traduction française), et dans lequel tous les concepts républicains qu’a apporté la révolution française sont exposés de façon très positive.

Ainsi, le concept de citoyenneté rentre déjà , dès les années 1830, dans le monde arabe. Ensuite, on oublie combien, dans les luttes anticoloniales il a été fait appel à l’esprit citoyen et républicain, à un nationalisme laïc. Tout cela est finalement arrivé à maturité au moment du mouvement des non-alignés, qui a un langage totalement laïc. Il y a notamment Nasser en Egypte, qui sera ce dirigeant adulé dans tout le monde arabe. A ce moment-là , les forces coloniales et impériales, anglaises comme françaises, vont avoir pour souci principal de liquider ce type de discours et vont chercher à favoriser, déjà à l’époque, la montée d’un discours islamique.

On observe cette conjonction très bizarre qui se manifeste à nouveau aujourd’hui consistant à dévoyer les révolutions arabes de leurs aspirations libertaires, où des Etats occidentaux sont alliés avec les pétromonarchies, lesquelles diffusent une idéologie très autoritaire en se basant sur une interprétation très spécieuse de l’islam, alors que, jusqu’au début des années 50-60, l’islam présentait un visage de libéralisme tout à fait exceptionnel. C’est le développement d’une Arabie Saoudite wahhabite et d’un Pakistan tendant vers un islam de même tendance, qui fait qu’on se retrouve aujourd’hui avec une force contre-révolutionnaire, qui a permis aux mouvances islamiques diverses de gagner des élections libres, en Egypte ou en Tunisie par exemple.

Georges Corm

Source : Affaires stratégiques http://www.affaires-strategiques.info/spip.php?article7327

URL de cet article 18282
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA

Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés.
En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
29 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
46 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.