RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
En fait, ils sont (presque) partout

Que fait LGS à la fête de l’Humanité ?

On peut tout aussi bien voir un ou des administrateurs du GS dans un salon du livre, chez les communistes ou dans un débat à l’invitation d’EELV.

Un administrateur du GS, ça peut aussi rencontrer et former des syndicalistes, animer une émission culturelle hebdomadaire dans une radio de la CGT, dédicacer dans une fête de la LCR, une Université d’été du PCF, dans un Remue-méninges du PG, assister à un hommage rendu par Jean-Luc Mélenchon à Hugo Chavez, faire des conférences, etc.

On voit aussi les gens du GS dans les pires endroits : l’un parle dans un colloque en Tunisie sur les médias, la désinformation et les oligarchies, l’autre s’affiche, déguisé en schtroumpf, dans une manif à Caracas ou enquête au Tibet.

On a pu lire un administrateur du GS dans des chroniques de l’Humanité, de Métro, des Z’indignés ou dans un recueil de nouvelles publié par les anarchistes de la CNT (et à leur bénéfice) et dans un autre publié par l’Humanité (et à son bénéfice). Parfois, les administrateurs s’associent pour écrire un livre : Les Etats-Unis de mal empire et 200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir (pour lequel ils ont arraché une préface à Jean-Luc Mélenchon).

LGS a aidé à la publication de livres chez des catholiques de gauche, il a cofinancé des vidéos d’Emmaüs. Il a investi dans un projet d’aide aux Palestiniens et il a vidé ses caisses pour que, sur une idée de Viktor Dedaj, soit tourné un documentaire à jamais « collector » sur les « revolucionarios » cubains de la première heure, etc.
Un administrateur du GS, ça peut se compromettre (cela s’est vu) dans les médias en France. Comme Bernard Gensane, spécialiste de George Orwell, sur lequel il a écrit un livre et qui parle du personnage sur France Inter : https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensi...

LGS, peut aussi se complaire dans les médias à l’étranger et tolérer que les articles du site soient repris par d’autres, voire deviennent des sujets de la télé.

Eclectiques ils sont, au GS.

D’un éclectisme rassembleur, celui qui nourrit les débats d’idées, au-delà des divergences. « L’opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir », lit-on tout en bas de la « une ». Et encore : « LGS est « Un journal qui pourra se permettre beaucoup de lignes éditoriales parce qu’il n’aura que quelques principes. Il sera critique, il sera internationaliste, et il sera anticapitaliste. Pour le reste ses lecteurs et ses rédacteurs en feront ce qu’ils voudront ». (voir « Qui sommes-nous ? » ).

L’exercice est périlleux et des courants de pensée que publie bénévolement LGS lui font tour à tour des reproches. Certains lecteurs, quand ils s’expriment dans les forums, sont particulièrement sévères. Ils aimeraient que LGS s’inscrive dans un courant exclusif. C’est impossible. Depuis 2002, LGS a publié plus de 22 000 articles (consultables en archives) de plus de 1800 auteurs différents et 75 000 commentaires de lecteurs (Tiens, si chaque commentateur avait donné un euro, LGS aurait son stand à la fête de l’Huma, un des plus beaux).

LGS et les communistes

A la demande du responsable du Village du livre, Maxime Vivas a écrit depuis 2 ans des chroniques gratuites dans l’Huma, Le Grand Soir publie des articles de l’Huma (y compris des articles et déclarations de Pierre Laurent). LGS publie toutes les chroniques de Jean Ortiz, universitaire communiste, parues dans l’Huma. Les recensions de livres écrites par LGS invitent (avec les liens à l’appui) à les acheter à la librairie de la Renaissance (qui gère le Village du livre à la fête de l’Huma).

Gentils ils sont, au GS. Mais ne croyez pas que les relations entre LGS et l’Huma ou le PCF soient simples pour autant. Un jour sans doute (mais pas maintenant, c’est la fête), on en saura plus.

LGS est aussi à la fête de l’Huma en off, sur des stands installés (moyennant quelques milliers d’euros) qui font une place gracieuse à des grandsoiristes : Cuba Linda, stand palestinien ou latino-américain, France Cuba

Où LGS montre son vrai visage.
La fête de l’Huma est l’occasion pour des lecteurs de venir voir (en chair, en os et en poils grisonnants !) les administrateurs « historiques » : Viktor Dedaj, qui excelle à animer des débats sérieux avec une verve grandsoiriste (et donc impertinente), Maxime Vivas qui annonce (sans plus de précision) que la fête de l’Huma 2016 sera la dernière où on le verra et qui provoque les organisateurs en annonçant que, par manque de versatilité tambouillarde, il va voter aux présidentielles de 2017 pour celui qui fut le candidat chéri de la gauche rassemblée en 2012, pas pour des figurants (quelle que soit la qualité de leur texte et le respect qu’ils méritent éventuellement) et surtout pas pour l’éléphant PS, Arnaud Montebourg, même cornaqué par un sénateur communiste.

Agaçants ils sont, au GS.

Valérie Moretti

URL de cet article 30846
Une histoire populaire de la Résistance palestinienne.
Mazin QUMSIYEH
20 ans après la signature des Accords d’Oslo, découvrez l’Histoire de la Résistance palestinienne depuis le commencement, avec la lutte contre la domination ottomane, jusqu’à nos jours avec la campagne BDS (Boycotts, Désinvestissements et Sanctions)... Chercheur en génétique et professeur aux Universités de Bethléem et de Birzeit, après avoir enseigné aux États-Unis, le docteur Mazin QUMSIYEH est président du Centre palestinien pour le rapprochement entre les peuples. Figure importante de la résistance (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
56 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.