RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz
 
18 

Refus du campisme pour la Tunisie : Ni musulmans radicaux, ni soumission aux oligarchies !

Après la lumière du "printemps arabe" vient la nuit de "l’automne arabe". Retour du parti islamiste en Tunisie (40% environ donné à Ennahda) et annonce de la Charia en Lybie. Mais tout n’est pas noir. Ce n’est l’un ou l’autre.

Pas de campisme ! Les forces d’émancipation sont toujours là .

S’agissant de la Tunisie, le souhait n’est pas ici pour la gauche authentique d’arrêter le processus révolutionnaire à un stade démocratique restreint qui pourrait satisfaire aussi bien les oligarchies du Nord (et d’ailleurs) que le monde musulman radical. Bien au contraire, il s’agit de poursuivre et d’aider au combat et de renforcer les solidarités émancipatrices.

Ne pas faire passer un ennemi intérieur pour une force de libération.

"S’il convient de ne pas tomber dans l’angélisme, il faut néanmoins raison garder et ne pas faire d’amalgames" écrit Pascal Boniface (1). C’est vrai . Il y a charia et charia ainsi que l’explique nettement un article de Sarah Diffalah (2). Lire aussi Boris Mabillard (3) La Tunisie n’est pas la Libye. "Ce ne sont pas des talibans" disent ceux qui, comme Moncef Marzouki (4) veulent négocier en Tunisie. Ennahda pourrait prendre dans les mois à venir un cours libéral.

Mais pour l’heure, il s’agit en quelque sorte d’une différence entre les durs et les modérés au sein de l’extrême-droite. Prenons un autre registre : c’est un peu comme si on distinguait un sionisme dur et un sionisme soft. Autrement dit, la différence existe (elle sera à préciser) mais c’est le point commun (maintien de la domination) qui importe surtout de ne pas perdre de vue. En Tunisie, il va s’agit d’assurer l’imposition de la référence (à minima) à la religion et à une religion précise à une partie de la population qui n’en veut pas ou qui n’en veut plus. Au pire il s’agit d’imposer non pas une simple référence religieuse mais certaines pratiques jugées par beaucoup comme particulièrement injustes, inégalitaires, patriarcales et pour résumer profondément réactionnaires. In fine, la vigilance reste donc nécessaire.

Soutien des démocrates athentiques, des laïques et des féministes !

De fait une large fraction du peuple tunisien reste vigilante. Ils savent eux quel est concrètement le type d’oppression subie. Les forces d’émancipation sont face à la réaction. Le danger de la généralisation de l’autoritarisme islamique (en matière de politique et de moeurs) est là . Mais répétons-le, la résistance est là . Il y a le mouvement social et la gauche politique tunisienne.

Entretenir un antiracisme en acte.

Il faut bien dire ou redire que le "printemps arabe" a eu le pouvoir de réfuter par les faits bien mieux que tous les discours le vieux racisme colonial qui frappait le monde arabe et plus particulièrement les "arabo-musulmans". Le racisme qui les frappe est connu et se résume en deux phrases. Ils sont réfractaires à la modernisation, à la rationalité, à la démocratie et à la laïcité. Ils défendent aussi au plan des moeurs un sexo-séparatisme entre hommes et femmes et des rapports humains virils contre les femmes et contre les hommes non virils et tout particulièrement les homosexuels. Ce n’est vrai que pour une part. On ne saurait nier l’existence de musulmans radicaux. Le racisme vient d’une généralisation à l’ensemble des musulmans.

En tout état de cause tant en Tunisie qu’en Libye, de nombreuses fractions de peuple (4) défendent toujours la démocratisation, la laïcité (qui permet la pratique de sa religion mais protège de son emprise) et l’égalité homme-femme. On ne saurait donc généraliser le retour du "mal" et retomber dans le racisme. Dans le même mouvement on ne saurait pas plus se voiler la face et refuser de voir la montée de Thanatos et des forces archaïques du patriarcat religieux.

Choisir sa solidarité.

Ceux et celles qui se battent pour la liberté et l’égalité auront besoin de notre solidarité. Mais c’est à eux de s’exprimer de dire ce qu’ils veulent et ne veulent pas. Tant qu’ils pourront parler ils pourront être soutenu et vivre.

Christian DELARUE

1) Tunisie/Libye : menace islamiste ? de Pascal Boniface.

http://pascalbonifaceaffairesstrate...

2) COMPRENDRE. Une charia mais plusieurs écoles.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20111025.OBS3182/application-de-l...

3) Charia, mode d’emploi par Boris Mabillard

http://www.letemps.ch/Facet/print/U...

4) "M. Marzouki à expliqué qu’il ne s’agit pas d’une alliance électorale, mais d’un front pour défendre la révolution face aux assauts répétés de la contre-révolution." Mais ou est la contre-révolution ?

http://www.kapitalis.com/fokus/62-national/5108-tunisie-moncef-marzouk...

4) A propos des élections le score des autres forces est : pour le second soit le Congrès pour la république 14 % des voix exprimées et obtient 30 sièges au sein de la Constituante. Ettakatol ne franchit pas la barre des 10 % et disposera de 21 sièges. Avec 8,7 et 7,8 % des suffrages, les listes de la Pétition populaire de Hechmi Hamdi et du Parti démocratique progressiste ont respectivement obtenu 19 et 17 sièges. Les autres organisations doivent se contenter de résultats bien modestes, inférieurs à 2,5 % des voix.

URL de cet article 14999
AGENDA
jeudi 24 avril 2014
jeudi 24 avril 2014
jeudi 24 avril 2014
vendredi 25 avril 2014
samedi 26 avril 2014
samedi 26 avril 2014
samedi 26 avril 2014
samedi 26 avril 2014
mercredi 7 mai 2014
jeudi 15 mai 2014
jeudi 15 mai 2014
vendredi 16 mai 2014
samedi 17 mai 2014
Point de non-retour
Andre VLTCHEK

LE LIVRE
Karel est correspondant de guerre. Il va là où nous ne sommes pas, pour être nos yeux et nos oreilles. Témoin privilégié des soubresauts de notre époque, à la fois engagé et désinvolte, amateur de femmes et assoiffé d’ivresses, le narrateur nous entraîne des salles de rédaction de New York aux poussières de Gaza, en passant par Lima, Le Caire, Bali et la Pampa. Toujours en équilibre précaire, jusqu’au basculement final. Il devra choisir entre l’ironie de celui qui a tout vu et l’engagement de (...)

Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
113 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
25 
Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.
Vous avez oublié les photos (bidons) du faux charnier de Timisoara en Roumanie ? En décembre 1989, elles démontrèrent au monde entier la férocité du régime communiste roumain. La presse avança le chiffre d’une dizaine de milliers de morts. Ceausescu renversé et exécuté, on a appris que les cadavres (moins de 200) avaient été sortis de la morgue d’un hôpital pour une mise en scène politico-macabre que les médias avalèrent illico et propagèrent urbi et orbi sans chercher à vérifier. Et voici que nous en (...)
12 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.