RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Ukraine : La drôle de guerre de Porochenko (The vineyard of the Saker)

C’est qui le monsieur à côté de BHL ?

Introduction : Le contexte de la crise ukrainienne

Avant de se pencher sur les derniers évènements en Ukraine, je crois qu’il faut d’abord mentionner deux importants développements touchant la Russie. Premièrement, la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie ont acté l’Union Economique Eurasienne (UEE) et ils seront bientôt rejoints par l’Arménie et le Kirghizstan. Et deuxièmement, la Chine a officiellement appelé à une nouvelle alliance pour la sécurité avec la Russie et l’Iran prouvant clairement que tous ceux qui prétendaient que la Chine ne voulait pas vraiment s’allier avec la Russie se trompaient lourdement. Comme je l’ai déjà dit, l’ampleur et la nature des récents accords économiques entre la Chine et la Russie, constituaient déjà ce que j’appelle une crypto-alliance et maintenant on assiste au premier geste officiel de la Chine pour laisser tomber la partie ’crypto’ de l’alliance. Il s’agit, je le répète, d’une évolution majeure de la politique internationale avec semble-t-il la formation de la plus puissante coalition de l’histoire. Les USA et Barak Obama peuvent s’enorgueillir d’être les Parrains de cette nouvelle coalition car leur politique alliant l’arrogance à l’hostilité a largement contribué à forger cette alliance.

Ce processus est loin d’être terminé d’ailleurs. Non seulement il y a des discussions pour étendre les BRICS à d’autres pays (comme l’Argentine), mais l’Organisation de la Coopération de Shanghai (OCS) et l’Organisation du Traité de Sécurité Collective (OTSC) pourraient accueillir d’autres pays comme l’Iran ou la Pakistan. Quant à l’Union Economique Eurasienne, elle se transformera éventuellement en une seule entité politique, une alliance eurasienne qui pourrait inclure la Chine dans des accords économiques et/ou sécuritaires.

Toute l’Eurasie est lentement mais sûrement en train de constituer une zone unie que l’Empire ne contrôle pas et où le dollar ne règne pas. Cela n’augure rien de bon pour l’Empire Américain.

Derniers développements en Ukraine

L’offensive ukrainienne a connu une escalade dramatique de plus, avec, pour la première fois, l’utilisation de lance-roquettes multiples Grad sur la ville de Slaviansk. Au moins un hélicoptère ukrainien, qui aurait transporté un général et 12 autres personnes, a été abattu par les Forces de Défense de Novorossiya (FDN). Des tirs sporadiques d’artillerie parfois intensifs ont été entendus toute la nuit et les blessés continuent d’arriver dans les hôpitaux locaux. Plusieurs unités ukrainiennes ont déposé les armes et se sont rendues aux FDN. A Sébastopol plusieurs quartiers généraux ont été mis en place pour accueillir le flot incessant de réfugiés. A Kiev le Parlement envisage d’instaurer la loi martiale, ce qui donnerait tout pouvoir à la junte et suspendrait la plupart des droits civils.

Il y a deux manière de considérer les événements. On peut dire que beaucoup de choses sont arrivées, qu’il y a une escalade, que des gens meurent dans les deux camps, qu’un hélicoptère a été abattu, que des unités ont refusé d’obéir à des ordres criminels, etc. Mais on peut aussi dire que d’un point de vue purement militaire, il n’est rien arrivé du tout. Voyez vous-mêmes :

Qu’est-ce qui s’est passé depuis que la junte a commencé son opération terroriste en Novorossiya ? Slaviansk et Kramatorsk ont été assiégées et bombardées. La junte a pris les aéroports près de Slaviansk/Kramatorsk et Donetsk. Et c’est tout.

Si vous pensez que ces aéroports ont une importance stratégique, je vous dis tout de suite qu’il n’en est rien. Dans la plupart des conflits les aéroports ont une grande importance, notamment les pistes et les radars. Mais dans le cas présent, la prise des aéroports de Slaviansk/Kramatorsk et Donetsk n’a été d’aucune utilité à la junte car il y a encore trop de combats autour d’eux pour pouvoir les utiliser en toute sécurité. De plus, à quoi servent les aéroports quand on peut aller partout en voiture ? Et pour ce qui est d’empêcher les FDN ou les Russes d’y atterrir s’ils décidaient d’intervenir, les FDN n’ont pas d’aviation et les Russes n’ont aucun besoin d’un aéroport pour amener un régiment, une brigade ou même une division aéroportés. Alors pourquoi la junte a-t-elle envoyé ses meilleurs soldats prendre ces aéroports ? C’est très simple. Parce que ce ne sont pas des villes. Parce qu’ils sont situés en dehors des villes, je veux dire. Le fait est que la junte n’a tout simplement pas les forces nécessaires pour occuper et contrôler la moindre ville, et c’est pourquoi elle choisit des objectifs en dehors des villes.

Petr Porochenko a annoncé que ce que la junte appelle "l’opération anti-terroriste" ne devrait pas durer des semaines mais seulement quelques heures. Alors on se le demande, si toutes les forces réunies de la junte (armée + escadrons de la mort) n’ont pas réussi à prendre Slaviansk (hab : 130’000) ni Kramatorsk (hab : 165’000), quelles chances ont-ils de prendre Donetsk (hab : 1’000’000) ? Zéro, bien sûr.
Et même moins que zéro si cela doit être fait en quelques jours et heures.

Alors qu’est-ce que tout cela signifie ?

Les leaders politiques et la junte sont-ils simplement idiots ou très mal informés ?

Non, ce n’est pas si simple. D’abord, parler de la "stratégie de la junte" ou de la "stratégie de Porochenko" est une erreur car cela revient à corroborer le mythe que l’Ukraine aurait un gouvernement indépendant. Ce qui n’est pas le cas. En réalité toutes les décisions sont prises par l’oncle Sam et ses représentants à Kiev, et les soi-disant autorités ne font que collaborer avec les USA et obéir aux ordres. Et malgré tous leurs défauts, les types de Washington DC ne sont ni stupides ni mal informés. Alors quelle est leur stratégie dans cette vraiment drôle de guerre ?

L’idéal, pour les Américains, serait de provoquer une intervention militaire russe pour protéger la Novorossiya. Cela recréerait les tensions de la Guerre Froide que ces gens-là regrettent tant. Cela justifierait l’existence de l’OTAN et, si tout se passait comme prévu, ça pourrait même aboutir à un face à face des forces de l’OTAN et des forces russes sur la rivière Dniepr. Ce serait le rêve pour le complexe militaire étasunien ; ça lui permettrait d’atteindre son principal objectif : maintenir l’Europe en colonisation et empêcher son intégration avec l’est. Loin d’être idiote, cette stratégie est brillante car elle ne laisse que deux options à Poutine : s’il n’intervient pas, Poutine aura l’air faible et hésitant, et même traître au peuple russe, mais s’il intervient, alors Poutine sera le "nouvel Hitler" ou le "nouveau Staline", un fou nationaliste russe obsédé par l’idée de reconstruire l’Union Soviétique en écrasant les Européens épris de liberté sous ses tanks. Ce sont des clichés ? Oui, évidemment, mais ils seront repris en boucle. Quoi qu’il fasse, Poutine est perdant.

Deuxième option : épuiser les FDN jusqu’à ce qu’elles se rendent. Ce n’est pas très vraisemblable mais c’est possible en théorie. Si cela arrivait, cela serait présenté comme une double victoire pour Porochenko : il aurait écrasé les "terroristes" et "intimidé l’ours russe". Tout cela n’est pas très réaliste mais les Américains le considèrent peut-être comme une possibilité.

Troisième option : la vieille stratégie étasunienne du "ce que je ne peux pas avoir, je le détruits". Il s’agit donc ici de détruire et d’endommager autant de Novorossiya que possible, pour que la reconstruction soit aussi longue et coûteuse que possible. Cela sert en même temps de leçon à tous ceux qui oseraient défier l’Empire : si vous désobéissez, cela vous coûtera très cher.

Les options russes :

Comme je l’ai déjà dit, la Russie n’a pas beaucoup de choix. Toute intervention directe en Ukraine - qui en termes militaires serait une sottise - aurait des conséquences terribles pour la future stabilité de l’Europe. En fait, en n’intervenant pas, la Russie refuse aux USA la guerre froide n° 2 qu’ils désirent tant. Si la Russie intervenait, et c’est une chose possible, cela signifierait que le Kremlin accepte que toute l’Europe se subordonne à nouveau totalement aux intérêts étatsuniens.

La Russie a bien sûr la possibilité d’aider secrètement les FDN et je suis sûr qu’elle le fait déjà, mais elle doit le faire avec prudence et discrétion de façon à ne pas donner prise aux USA. De fait, on voit sur des vidéos des armes anti-chars et anti-missiles de pointe qui prouvent que la résistance reçoit de l’aide.

La Russie fait aussi fuiter des renseignements sur les unités ukrainiennes qui se battent contre le peuple du Donbass. Par ex, la TV russe a annoncé hier que les unités suivantes étaient impliquées dans le bombardement de l’aéroport de Donetsk : la brigade d’aviation tactique 299 de Nikolaev (Su-25) et la 40ième brigade d’aviation de Vasilkovo (MiG-29) qui utilise l’Ecole d’Aviation Ivan Kozhedub de Kharkov (Mi-24 ; Mi-8) comme base d’opérations de combats. Les bloggers russes ont aussi fait fuiter les photos et les noms des pilotes.

Des juristes russes ont créé des firmes légales spéciales pour recueillir les témoignages des Ukrainiens dont les droits civils ou humains ont été violés par la junte pour la poursuivre en justice. Les tribunaux ukrainiens rejetteront sûrement les plaintes mais alors les Russes pourront aller devant la Cour européenne des droits de l’homme.

La bonne nouvelle pour la Russie est que la junte est tout à fait incapable de prendre Donetsk ou Lugansk. Et même si elle parvenait à entrer dans ces villes, elle ne pourrait pas les contrôler. Les stratèges militaires russes le savent très bien. Après tout, les Russes ont plus d’expérience des combats urbains que n’importe quelle autre armée du monde : pendant la seconde guerre mondiale, les forces soviétiques ont libéré 1200 villes de l’armée germanique et cette expérience a été étudiée encore et encore dans les académies militaires russes. De plus, même si à l’heure actuelle, une minorité d’hommes en âge de combattre a rejoint les FDN, les bombardements continuels et la peur des assauts de la junte motivent de plus en plus d’hommes à les rejoindre.

Le temps joue en faveur de Novorossiya et de la Russie.

Mon sentiment est que Porochenko va bientôt annoncer une sorte "d’initiative de paix" qui ne sera sans doute pas un complet retrait des forces de la junte de Novorossiya comme le demandent les autorités locales, mais qui inclura une "suspension" des combats. Porochenko -qui est loin d’être idiot - sait qu’il doit absolument négocier avec les Russes et il sait aussi que les Russes refuseront de négocier avec lui tant que les combats continueront. Je ne peux pas le prouver mais je crois que Porochenko comprend très bien tout cela mais il lui reste à convaincre les Etasuniens d’accepter la réalité du terrain. Pour le moment, Porochenko peut se cacher derrière le prétexte qu’il n’a pas encore été formellement investi, mais bientôt (le 7 juin) il ne le pourra plus et je pense qu’aussitôt investi il proposera un arrangement de paix.

Jusque là les Russes devront attendre en grinçant des dents à chaque nouvelle atrocité commise par les escadrons de mort néo-nazis de la junte. L’heure de la vengeance sonnera mais la priorité est de dénier à l’Empire la guerre froide qu’il essaie de déclencher de toutes ses forces.

The Saker

Traduction : Dominique Muselet

»» http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/05/ukraine-sitrep-may-29th-1554-...
URL de cet article 25796
Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Sous une dictature, il y a une chose pour laquelle nous avons plus de chance que vous en Occident. Nous ne croyons à rien de ce que nous lisons dans la presse, à rien de ce que nous voyons à la télévision, parce que nous savons que c’est de la propagande et des mensonges. Contrairement aux Occidentaux, nous avons appris à voir au-delà de la propagande et de lire entre les lignes et, contrairement à vous, nous savons que la vérité est toujours subversive.

Zdener Urbanek

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Colombie : Le poids des maux, le choc des photos.
Vous avez oublié les photos (bidons) du faux charnier de Timisoara en Roumanie ? En décembre 1989, elles démontrèrent au monde entier la férocité du régime communiste roumain. La presse avança le chiffre d’une dizaine de milliers de morts. Ceausescu renversé et exécuté, on a appris que les cadavres (moins de 200) avaient été sortis de la morgue d’un hôpital pour une mise en scène politico-macabre que les médias avalèrent illico et propagèrent urbi et orbi sans chercher à vérifier. Et voici que nous en (...)
12 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.