RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Capitalisme

Les prédictions de Karl Marx étaient justes, selon la banque Natixis

Proletaire de fer
"La dynamique du capitalisme est aujourd’hui bien celle qu’avait prévue Karl Marx", ainsi titre un document Patrick Artus pour la banque Natixis, document "distribué aux Etats-Unis. "Ce document d’informations (pièces jointes comprises) est strictement confidentiel et s’adresse exclusivement à une clientèle de professionnels ou d’investisseurs qualifiés. Il ne peut être divulgué à un tiers sans l’accord préalable et écrit de Natixis. Si vous receviez ce document et/ou toute pièce jointe par erreur, merci de le(s) détruire et de le signaler immédiatement à l’expéditeur. La distribution, possession ou la remise de ce document dans ou à partir de certaines juridictions peut être limitée ou interdite par la loi." Vous pourrez toutefois retrouver le lien vers le document dans l'article du journal libération. "On observe bien aujourd’hui dans les pays de l’OCDE la succession d’évolutions que Karl Marx avait prévues : 1- la baisse de l’efficacité des entreprises (ralentissement de la Productivité Globale des (...) Lire la suite »
12 

"Quel beau matin que le matin des étrennes"

ALBERT

Voeu pour l'an 2018

"Chacun pendant la nuit avait rêvé des siennes"... Ce matin, matin de Noël, je me suis levé le premier la tête pleine d'idées insoumises. La première chose que je fais le matin après avoir préparé le café, c'est d'allumer la radio. Madame est encore au lit où elle récupère de la fête du retour du soleil. Pendant que je déjeune, pressé d'aller donner leur foin à mes ânes, j'écoute un débat de "spécialistes" à la radio sur la laïcité. Les auditeurs sont invités à participer au débat sur une grande question : comment faire dialoguer sereinement les religions dans un pays (le nôtre) où l'immense majorité des gens ne croit plus au Père Noël ? Le Père Noël est aux enfants de moins de six ans ce que Dieu est à leurs parents mais j'aime la couleur de ce Père Noël devenu rouge après avoir été vert. Merci à la firme multinationale Coca-cola. Comme je pouvais m'y attendre, il se trouve un athée laïc et franc-maçon pour causer dans le poste avec les "spécialistes". Que dit-il ? Tout simplement qu'il n'a aucun problème pour (...) Lire la suite »

Vive le Capitalisme !

Adil GOUMMA
Car, et pour que les ventes augmentent et pour que cette société d'hyper consommation prospère, il est essentiel que l'individu soit vide. La nature refuse le vide. C'est pourquoi on cherche à le combler ne serait-ce que par des pseudos occupations. Et ce n'est pas par hasard que la cible favorite des grandes surfaces soit des oisifs et des oisives naïves qui cèdent facilement devant les offres et les bonnes affaires. Il est fort probable aussi que cette clientèle préférée soit parmi les personnes démesurées ou dépressives. Pourquoi pas, l'argent n'a pas d'odeur ! La forteresse dans laquelle se protégeaient les individus de l’âpreté de ce monde trop matérialiste est détruite. Son dernier rempart était la famille qui s’est effondrée face aux assauts du capitalisme et de son subalterne le modernisme. Les liens familiaux forts et solidaires, qui nous protégeaient autrefois d’une société jugée hostile, se sont relâchés et ont cédé devant la sympathie mensongère de la société moderne. Une famille (...) Lire la suite »
12 

Pouvoir, sexe et climat

Michel WEBER
« Les meilleurs livres [politiques] sont ceux qui vous disent ce que vous savez déjà. » - (Orwell, 1949) Pourquoi le Trône de fer — dont le titre original est A Song of Ice and Fire — de George Raymond Richard Martin (1948–), et tout particulièrement son adaptation par HBO (« Home Box Office », une chaîne de télévision payante US-américaine), rencontre-t-il un succès quasiment planétaire ? À cause de la créativité de l’auteur, magistralement mise en image par des producteurs richement inspirés ? Parce que la vie « post-moderne » suscite, plus que jamais, un besoin de fantastique, de rêve et de mystère ? Ou plutôt car cette fiction politique agit comme révélateur de la crise que nous traversons ? Une crise dont les ramifications apparaissent totalement imprévisibles, et qui met en évidence les vices de la finance, la vacuité du politique et la factualité du changement climatique. Les meilleurs livres politiques — écrivait en substance Orwell — sont « ceux qui vous disent ce que vous savez déjà [1] ». Il s’agit (...) Lire la suite »

Le capitalisme libéralisé brûle ses vaisseaux

Gérard COLLET

Les classes dirigeantes se sentent si puissantes et inattaquables qu'elles n'hésitent plus à tomber le masque et à révéler leur hypocrisie. Au risque de sous-estimer la rage de ceux qui ne sont rien et de ceux qui "foutent le bordel"...

Voici des temps révélateurs où éclatent au grand jour, au hasard de faits fortuits ou de la publication de longues enquêtes, la perversité incurable du « système » économico-politique et la collusion entre toutes les strates des possédants et profiteurs. On y apprend sans surprise la tolérance bienveillante des puissants à l'égard des divers aspects de la domination, dont le harcèlement sexuel n'est qu'une des facettes, puis on découvre toujours sans surprise les noms des entreprises et des dirigeants qui grâce à des montages aussi invraisemblables dans leurs détails que limpides dans leurs objectifs, dissimulent au cœur même de l'Europe leurs milliards, leurs villas provocantes et leurs yachts inmanœuvrables. L'apogée est évidemment atteinte avec la découverte des acrobaties de l'entreprise Whirlpool, déjà rendue célèbre pas ses récents plans sociaux qui ont fourni à E. Macron une des premières occasions de se mettre en avant. Des ouvriers découvrent ainsi qu'après – ou avant, ou pendant – qu’elle (...) Lire la suite »
11 

Ça ruisselle de partout...!

MONTAUBA
Ça ruisselle de partout... ! Ils vous l’avaient bien dit, les Macron et les Philippe et toute la bande : les riches (les « premiers de cordée »), comme ils ont pas assez de fric, comme ils paient trop d’impôts (sic, interdit de rire !) ils attendent qu’une chose, c’est qu’on leur en donne encore un peu plus « pour investir » (si, si, ce coup-là, c’est sûr !) et là, vous allez voir, comme par miracle, ils vont en placer partout dans l’économie, dans les entreprises. Et tout cet argent qui va jaillir de partout, s’accumuler sur les travailleurs (excusez, les « fainéants cyniques »), ça va leur donner du boulot, ils vont plus chômer, vous allez voir, qu’ils disaient, ça va être super, le jackpot ! Eh bien c’est exactement ça qui se passe, ou à peu près : les riches, comme ils savent plus quoi faire de tout leur fric, ils vont le mettre au chaud dans les paradis fiscaux, ils le planquent dans les terriers que l’UE leur a soigneusement entretenus, dans des îles lointaines à l’abri des regards. Comme ça ils paient (...) Lire la suite »
18 

UBU néolibéral...Encore plus nu après Maria.

Philippe BELAIR
"Toute spéculation mercantile que je fais aux dépens de la vie de mon semblable n'est point un trafic, c'est un brigandage et un fratricide." - Maximilien de Robespierre Dans un premier article ( "Tout vas très bien Madame IRMA...), le passage de l'ouragan IRMA sur Saint-Martin était l'occasion de pointer la responsabilité systémique de l'idéologie néolibérale. Ici, et après le passage de l'ouragan MARIA sur la Guadeloupe, c'est l'occasion de poursuivre le constat en mettant l'accent sur la duperie et le cynisme de ce système. Le terme est encore plus à propos lorsque l'on sait qu'il a été utilisé par le pape du néolibéralisme Français devenu, pour le malheur du peuple, Président de tous les Français grâce à une minorité convaincue de la charge négative des mots qui expliquent leurs maux, les chiens de garde veillant bien à cela. Il est vraiment temps de faire un strict bilan de cette idéologie qui ne dit pas son nom au point de faire croire que c'était la fin des idéologies. Un bilan qui repose sur des (...) Lire la suite »
Côte d’Ivoire : de l’exploitation des planteurs de cacao à l’amer profit du chocolat

À qui profite la manne des matières premières ?

Jérôme DUVAL
Finalement, les pays dits « en voie de développement » (PED) d’aujourd’hui remplacent les colonies d’hier : les grandes entreprises multinationales occidentales se placent dans les anciennes colonies, y investissent et en extorquent les ressources pour accumuler de faramineux profits qui s’évadent dans des paradis fiscaux appropriés. Tout cela se déroule sous le regard bienveillant des élites locales corrompues, avec l’appui des gouvernements du Nord et des Institutions financières internationales (IFI) qui exigent le remboursement de dettes odieuses héritées de la colonisation. Par le levier de la dette et des politiques néocapitalistes imposées qui la conditionnent, les populations spoliées paient encore le crime colonial d’hier et les élites le perpétuent subrepticement aujourd’hui, c’est ce qu’il est convenu d’appeler le néocolonialisme. Pendant ce temps, hormis quelques tardives et bien trop rares reconnaissances des crimes commis, on se hâte d’organiser l’amnésie collective afin d’éviter tout débat (...) Lire la suite »
La France se situe en effet dans le peloton de tête au niveau mondial pour la productivité du travail

Des chiffres

Yann FIEVET

L’Empire des chiffres ayant définitivement supplanté la République des lettres les « décideurs » politiques sont passés maîtres dans l’art de choisir les opportunes données leur permettant d’appuyer leurs desseins le plus souvent dictés par « les forces du marché ».

Ces données, quand elles ne sortent pas d’un chapeau, leur sont souvent fournies par des « boîtes à penser » forgées à leur mesure. Ensuite, la plupart des médias de masse, eux-mêmes sur mesure, n’ont plus qu’à les reprendre fidèlement. Depuis l’avènement du néolibéralisme et son cortège mortifère de plans d’austérité, les chiffres les plus prisés par la classe politique en place sont évidemment ceux qui reflètent des coûts trop élevés, soit pour la Nation, soit pour une catégorie particulière – non choisie au hasard – au sein de la population. Ainsi, le coût du travail ou les indemnités prudhommales sont trop élevés, les fonctionnaires coûtent trop cher, la protection sociale est dispendieuse, l’aide au logement pourtant modeste est encore trop généreuse, les « emplois aidés » sont subitement décrétés inefficaces, les retraites ne seront bientôt prétendument plus finançables, etc. Au fil des quarante dernières années la liste des coûts qui « handicapent la France » est devenue interminable ! Nous le savons (...) Lire la suite »

Que vaut l’esclave du capitalisme ?

Caleb IRRI
Je crois bien en avoir déjà causé ailleurs, mais j’ai toujours le doute qu’évoquer un bon sujet au mauvais moment n’ait pas l’impact qu’il pourrait avoir s’il était traité au bon. Et ces jours derniers convergent tous tellement en ce sens que j’ai décidé de retenter mon sujet. Il y a eu la conférence Tedx de Jorion, Monique Pinçon-Charlot, les « fainéants » de Macron et ceux « qui ne sont rien », les « anti-spécistes » vegan radicaux, des discussions sur le capitalisme comme responsable de tous nos maux…. enfin en gros une sorte de dichotomie entre les discours compréhensibles, logiques, raisonnables de la plupart des gens, avec une réalité contraire qui semble au premier abord indéfendable : les riches possèdent déjà tout, et ils essaient encore par tous les moyens d’en gratter un peu plus sur le dos des pauvres. Personne ne trouve cela normal et pourtant c’est bien ce qui se passe : on veut faciliter les licenciements pour favoriser les embauches ! Face à cette contradiction apparente, monsieur Jorion nous (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190