RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Désinformation & Propagande

Élections régionales au Venezuela : large victoire du chavisme et… nouvelle défaite de la droite et des médias

Thierry DERONNE
Ce dimanche 15 octobre, plus de 18 millions de vénézuéliens étaient invités à élire les 23 gouverneurs de 23 états parmi 226 candidats de droite ou bolivariens (= chavistes) – sauf à Caracas qui n’est pas un État. À cet effet le Centre National Électoral avait installé dans tout le pays 13.559 centres de vote et 30.274 tables électorales. Le taux de participation a été de 61,4 %, un taux très élevé pour un scrutin régional. Les bolivariens remportent une large victoire avec 17 états contre 5 pour l’opposition. Celle-ci gagne notamment dans les états stratégiques de Mérida, Táchira, Zulia, proches de la Colombie, foyers de violence paramilitaire. Les bolivariens récupèrent trois états historiquement gouvernés par la droite : les états d’Amazonas, de Lara et – victoire hautement symbolique – celle du jeune candidat chaviste Hector Rodriguez dans l’État de Miranda, longtemps gouverné par le milliardaire et ex-candidat à la présidentielle Henrique Capriles Radonsky. Pour mieux comprendre le ressort vivant du (...) Lire la suite »
22 

Mensonges médiatiques contre France Insoumise (partie III) : « dictature et crise humanitaire au Venezuela » (15 y Ultimo)

Pasqualina Curcio
Ces derniers mois en France, on observe au hasard des plateaux de télévision et de radio une situation plutôt comique : tout militant insoumis est sommé de rendre des comptes sur le Venezuela. Or s’il y a quelqu’un qui doit rendre des comptes, c’est bien le journaliste. D’abord, pour avoir occulté les 90 % de la population qui n’ont pas participé aux violences et les ont rejetées, faisant passer la minorité insurgée pour « la population » ; Ensuite, pour avoir inversé l’ordre du montage. L’agression des commandos de la droite et la réponse des forces de l’ordre, montées à l’envers, ont créé l’image d’un « régime » réprimant des manifestants. Il y a plus grave : les médias ont imputé automatiquement, jour après jour, au « régime » les morts causés par l’extrême droite, ce qui a alimenté l’énergie des tueurs. Ceux-ci savaient parfaitement que chaque mort imputé à Maduro renforcerait le discours en faveur d’une intervention. Mais qui, de Médiapart au Soir, de France Inter au Monde, qui, dans la vaste zone grise (Primo Levi) (...) Lire la suite »

La véritable première victime de la guerre

John PILGER

La censure par le journalisme est virulente en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis - et cela peut faire la différence entre la vie et la mort pour les gens des pays lointains.

[Avril 2006] : Dans les années 1970, alors que je filmait clandestinement en Tchécoslovaquie, alors sous une dictature stalinienne, le romancier dissident Zdenek Urbánek m'a dit : 'À certains égards, nous sommes plus chanceux que vous en Occident. Nous ne croyons rien de ce que nous lisons dans les journaux et regardons à la télévision, rien de la vérité officielle. Contrairement à vous, nous avons appris à lire entre les lignes, parce que la vérité est toujours subversive.' Ce scepticisme aigu, cette capacité à lire entre les lignes, est aujourd'hui devenu une nécessité urgente les sociétés supposées libres. Prenons le cas d'un reportage sur une guerre parrainée par l'État. Le cliché le plus ancien est que la vérité est la première victime de la guerre. Je ne suis pas d'accord. C'est le journalisme qui est la première victime. De plus, le journalisme est devenu une arme de guerre, une censure virulente qui n'est pas reconnue aux États-Unis, en Grande-Bretagne et dans d'autres démocraties ; une censure par (...) Lire la suite »

L’histoire de « l’influence russe » fortifie la puissance de la Russie : Poutine a-t-il acheté nos médias ?

Moon of Alabama
Il était probablement prématuré d'écrire que L’histoire de « l’influence russe » tombe en miettes : L'histoire de « l'influence russe » a été inventée par les démocrates pour expliquer l’échec électoral de Clinton et éviter d'en assumer la responsabilité. Elle a aussi permis de développer un nouveau récit de guerre froide et de vendre des armes. Comme aucune preuve de la campagne « d’influence russe » n'a jamais pu être trouvée, il est fait pression sur Facebook et d'autres pour qu’ils fournissent la « preuve » que les services de renseignement américains sont dans l’incapacité de produire. La narrative actuelle selon laquelle [la Russie] « sème le chaos » est sortie du pays des Merveilles*. Le dernier épisode grotesque de la campagne sur « le piratage des élections par la Russie », est la lettre que le ministère de la Sécurité intérieure vient d’envoyer à 21 États, pour les avertir, avec un retard d’une année, que leurs systèmes électoraux avaient été attaqués par quelque chose de « russe ». Jusqu'à présent, trois (...) Lire la suite »

Mensonges médiatiques contre France Insoumise (partie II) : le digne chavisme de M. Bourdin

Thierry DERONNE
« Et que dites-vous de Luisa Ortega, la procureure générale, c’est une chaviste digne ! » : L’émission touche à sa fin et pour Jean-Jacques Bourdin comme pour tant de « journalistes », c’est le moment de glisser une énième peau de banane sous les pieds de Jean-Luc Mélenchon. Luisa Ortega ! La caution de gauche parfaite, puisque, venue du camp bolivarien, elle dénonce à présent la « dictature » de Nicolas Maduro ! Reposons aujourd’hui la question à Mr. Bourdin et à ceux qui tenaient enfin leur pasionaria du chavisme critique : « Et que dites-vous de Luisa Ortega ? » Si le droit de suite existait encore, on découvrirait le surprenant itinéraire d’un fantôme qui travaille aujourd’hui avec les États-Unis (1) selon le Miami Herald – après avoir fui le Venezuela dès qu’un coin de voile s’est levé sur l’important réseau mafieux qu’elle organisait depuis ses bureaux à Caracas. La justice vénézuélienne s’intéresse en particulier aux contrats de la frange pétrolière de l’Orénoque, à la destruction de preuves de corruptions (...) Lire la suite »

Encore une histoire sur la Russie qui s’effondre. Le scepticisme est-il encore permis ? (The Intercept)

Glenn GREENWALD
Vendredi dernier, la plupart des grands médias ont fait l'éloge d'une importante histoire sur les tentatives russes de piratage des systèmes de vote américains, en se fondant exclusivement sur les déclarations du Département de la sécurité intérieure. Voici le début d'un article publié par USA Today, similaire à ce qu'on pouvait trouver dans la plupart des autres médias : « Les Russes ont tenté de pirater les systèmes électoraux dans 21 États à la veille de l'élection présidentielle de l'année dernière, ont déclaré des officiels vendredi ». Cette histoire officielle était explosive pour des raisons évidentes, et a déclenché de manière prévisible des réactions immédiates - qui, bien sûr, se sont aussitôt répandues - déclarant que la légitimité du résultat de l'élection présidentielle américaine de 2016 est désormais remise en question. Don Beyer, membre du Congrès Démocrate de Virginie, se référant aux 21 états ciblés, a annoncé que cela montre que « la Russie a tenté de pirater leur élection » La journaliste de MSNBC (...) Lire la suite »

Les petits soldats du journalisme nous racontent la manif de la France Insoumise

Gérard COLLET
Samedi 23 septembre, place de la Bastille, c'est la manif de « La France Insoumise ». J'y suis avec mon frère ; le soleil inonde Paris, et la place bruit de joie. En bons provinciaux, nous sommes tout de suite impressionnés par la densité, par la foule innombrable... mais qui sera évidemment dénombrée avec des intentions diverses. Combien ? demandons nous à nos voisins, pas parisiens non plus et pas habitués à estimer les rendez-vous de la capitale. Ils ne savent pas. Pour avoir tout de même une vague idée, nous comptons « au pifomètre » le nombre de gens sur un mètre dans toute la largeur de la chaussée à l'entrée du Bd. Beaumarchais, cela en fait une bonne centaine. Je sors le GPS : la longueur du boulevard dépasse 1km, et les drapeaux se voient jusqu'au point où le boulevard fait un angle, continuent au delà... 100 000 personnes sans compter celles qui s'entassent sur la place elle même... On piétine sur place, ce qui laisse le temps de voir, d'écouter, de parler. Et ce qu'on voit, ce qu’on (...) Lire la suite »
13 

Mensonges médiatiques contre France insoumise, partie I : « Maduro a fermé 49 médias ».

Thierry DERONNE
Grèce, Espagne, France… les pouvoirs financier et médiatique usent fébrilement du repoussoir de la « dictature-au-Venezuela » pour attaquer les résistants au libéralisme (1). Les grands groupes et leurs journalistes ne sont élus par personne mais utilisent leur pouvoir de facto pour discréditer des mouvements ou des députés sortis des urnes. Face à ces voies de fait contre le choix des électeurs, de jeunes militants ont commencé à étudier de près la réalité vénézuélienne et ont découvert le talon d’Achille du discours journalistique : sa coupure du réel, qui le réduit à recopier la propagande des médias privés majoritaires dans la nation sud-américaine. Hollywood pouvait baser sa guerre froide sur un substrat réel : l’existence du Goulag et son cortège d’emprisonnements et d’exécutions. La propagande sur le Venezuela ne repose sur rien et n’atteint l’effet de réel que par la quantité de répétition du mensonge. C’est ce qui explique l’incapacité de répondre d’un journaliste suisse lorsque Maurice Lemoine lui demande (...) Lire la suite »

Neymar-Venezuela : deux histoires imbibées de pétrole

ANTICONS - Observatoire du néo-conservatisme
D’un côté, il y a le transfert au PSG du footballeur brésilien Neymar, présenté comme un joueur fantastique. De l’autre, le Venezuela en proie à une recrudescence de violences perpétrées au sein des manifestations organisées par l’opposition au Président socialiste Nicolas Maduro qui se retrouve, force est de le constater, totalement diabolisé par la presse française. De prime abord, ces deux sagas aux traitements médiatiques antagonistes peuvent paraître dépourvues de rapport. Pourtant, quand on y regarde de plus près, on se rend compte que ces deux évènements ont pour toile de fond des intérêts pétroliers et gaziers. Avant tout ne perdons pas de vue que Neymar est payé et acheté par la pétro-monarchie du Qatar dont la stratégie est d’utiliser le football pour enjoliver son image. D’autre part, il y a les États-Unis, premiers importateurs de pétrole vénézuélien, qui cherchent depuis toujours à contrôler les réserves d’hydrocarbures de ce pays qui possède en effet plus de pétrole que l’Arabie saoudite. Et (...) Lire la suite »

Venezuela : comment NE PAS donner une information

Ángeles Diez Rodríguez
Le 30 Juillet s’est produit un évènement politique d’une portée historique considérable : un peuple internationalement assailli à l’extérieur et soumis à la violence paramilitaire à l’intérieur, est descendu dans la rue pour exprimer son double rejet de l’ingérence internationale et des aspirations des élites locales à reprendre le pouvoir. Il y a moins de vingt ans, au siècle dernier, un évènement d’une telle ampleur aurait figuré en première page de toute la presse d’information du monde. Les médias de masse, publics et privés, l’auraient relevé dans leurs gros titres, sans doute manipulateurs, mais ceux-ci auraient parlé du défi du peuple vénézuélien face aux menaces de l’impérialisme. Ils auraient montré des images, peu nombreuses, mais sans doute quelqu’une ou quelqu’autre de ces immenses files de vénézuéliens devant les bureaux de vote, comme ceux du Poliedro de Caracas, ou de ces gens marchant à travers les collines et traversant les rivières dans la région de Táchira ou de Mérida, où les bureaux de vote étant (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190