RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Désinformation & Propagande

140 contrevérités et diffamations à propos de Wikileaks et Julian Assange couramment relayées par la presse.

WIKILEAKS

LGS : Le document suivant ayant été "fuité", voici sa traduction. (le titre est de la rédaction)

COMMUNICATION JURIDIQUE CONFIDENTIELLE NON DESTINÉE À LA PUBLICATION. Julian Assange a publié les plus grandes fuites de documents de l'histoire de la CIA, du département d'État, du Pentagone, du Parti Démocratique américain et du gouvernement de l'Arabie saoudite, parmi tant d'autres, et a aussi entrepris le sauvetage d'Edward Snowden. Comme on pouvait s'y attendre, de nombreuses contrevérités se sont répandues par la suite sur WikiLeaks et son éditeur. Les contrevérités ont également été propagées par des tiers : des concurrents des médias, des sites à sensation et "pièges à clics", des sympathisants de partis politiques, et aussi par ceux liés aux gouvernements avec lesquels WikiLeaks ou Julian Assange sont en procès ou contre lesquels ils ont été en procès (Royaume-Uni, États-Unis, Équateur, Suède), qui demandent son arrestation (États-Unis, Royaume-Uni), qui cherchent son expulsion (Équateur), ou qui ont lancé une enquête criminelle officielle (États-Unis, Arabie saoudite, Australie), ou qui ont (...) Lire la suite »
Quand la rivière déborde de son lit, elle emporte tout sur son passage

Le signal et le bruit

Fabrice AUBERT
Introduction : l’idée de ce papier m’est venue suite à la lecture de magazines politiques « main-stream » sur les gilets jaunes et dont le message se ressemble à se confondre. Il s’agit de réfléchir philosophiquement à la manière dont la politique se construit aujourd’hui. En fait le message politique quel qu’il soit, passe par les médias, qui deviennent l’intermédiaire obligé. Or plus l’intermédiaire fait d’idéologie, moins le « signal d’origine » est retransmis. Le fait que 90 % des médias appartiennent à 9 milliardaires, n’est peut-être pas étranger au fait, que le message soit toujours le même… Toute ressemblance avec une situation actuelle ne serait pas qu’involontaire… LE RAPPORT SIGNAL-BRUIT : On ‘est pas ici dans la politique, mais dans la physique dure, celle qui souvent s’exprime sous la forme d’équations et de chiffres. Cependant, y compris dans ce domaine, la philosophie est sous-jacente. Le rapport « signal bruit » est « un indicateur de la qualité de la transmission d’une information ». Le « signal » (...) Lire la suite »

Le faux journalisme du Spiegel et la campagne contre les « fausses nouvelles »

Peter Schwarz
Les révélations sur la fraude journalistique à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel a permis de lever le voile sur la manipulation de l'opinion publique par les médias faisant soi-disant « autorité ». Alors que Facebook, Google, Twitter et d’autres réseaux sociaux censurent systématiquement les publications inopportunes, les informations prétendument « fiables » et « objectives » des médias traditionnels s’avèrent être de la propagande, produite en coopération avec l'État et visant à promouvoir les intérêts de la classe dirigeante. Au nom de la lutte contre les « fausses nouvelles », on est en train de détruire la liberté de la presse et la liberté d’opinion. La semaine dernière, les rédacteurs en chef du Spiegel, le plus important tirage parmi les magazines allemands d'actualités, ont avoué (article en anglais) avoir publié 55 articles « totalement ou partiellement inventés, falsifiés, contrefaits » du journaliste Claas Relotius. Relotius a également écrit de nombreux articles pour d'autres publications (...) Lire la suite »

En refusant de défendre Julian Assange, les médias révèlent leur véritable nature

Caitlin JOHNSTONE
Mardi dernier [juillet 2018 - NdT], un grand avocat du New York Times, David McCraw, a averti une salle pleine de juges que la poursuite de Julian Assange pour les publications de WikiLeaks créerait un précédent très dangereux qui finirait par nuire aux principaux médias d'information comme NYT, le Washington Post et les autres médias qui publient des documents gouvernementaux secrets. "Je pense que la poursuite contre lui constituerait un très, très mauvais précédent pour les éditeurs", a déclaré M. McCraw. "Dans cette affaire, d'après ce que je sais, il se trouve dans la position d'un éditeur classique et je pense que la loi aurait beaucoup de mal à faire la distinction entre le New York Times et WikiLeaks." Vous savez où j'ai lu ça ? Pas dans le New York Times. "Curieusement, au moment d'écrire ces lignes, les mots de McCraw n'ont trouvé aucun écho dans le Times lui-même", a écrit l'activiste Ray McGovern pour le média alternatif Consortium News. "Ces dernières années, le journal a montré une (...) Lire la suite »

Le quotidien The Guardian monte d’un cran ses diffamations contre Julian Assange.

Jonathan COOK
Tant mieux qu'il y ait eu une petite réaction, y compris de la part des principaux journalistes, sur la diffamation constante de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, par [le quotidien britannique] The Guardian. Le dernier article du journaliste Luke Harding, qui affirme que l'ancien directeur de campagne déchu de Donald Trump, Paul Manafort, a visité secrètement Assange à trois reprises à l'ambassade de l'Equateur à Londres, est tellement plein d'incohérences que même les opposants les plus aguerris à Assange dans les grands médias ont du mal à le défendre. Confronté à ce un retour de manivelle, The Guardian a rapidement - et très discrètement – effectué une marche arrière sur sa prétention initiale que son article était basé sur des faits vérifiés. Au lieu de cela, il a modifié le texte, sans reconnaître qu'il l'avait fait, pour attribuer les allégations à des "sources" non identifiées et incontrôlables. La fonction de propagande de l'article est évidente. Il est destiné à apporter la preuve (...) Lire la suite »

HOLLYWOOD PROPAGANDA

MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie américaine dans le monde, des films prétendument critiques comme Les Rois du désert, Hôtel Rwanda ou Avatar, n’en remplissent pas moins la même fonction. Au-delà des tendances progressistes affichées par certaines célébrités, Alford met en évidence leur totale intégration à un système encourageant la suprématie mondiale américaine et le recours à la violence. 304 pages 20 euros ISBN : (...) Lire la suite »

Quotidien : entre rires et parodies, un travail de fourmi très réfléchi dans la désinformation

Paulo CORREIA

Après l’élection du nouvel astre/désastre politique – Jupiter, roi Soleil…nous ne savons plus – à la tête de l’État français, les batteries médiatiques se sont focalisées sur « La France Insoumise » et sur son fer de lance, Jean-Luc Mélenchon. Oui, depuis Georges Marchais, aucune figure politique française, avec un vrai discours social et progressiste, n’avait réussi à fédérer autour d’elle une telle ferveur et à obtenir de tels résultats électoraux – à moins de 2% de décrocher une présence au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2017. Cela s’appelle avoir du charisme !

Les médias « mainstream », à cette époque-là, ont du se demander « comment ça se fait, qu’on l’avait pas vu venir ? Nous avons failli laisser élire démocratiquement, un vrai gars de gauche !? ». Alors, à la veille de l’élection, « Le Figaro » sort sa belle une de propagande – photo à l’appui, avec des manœuvres militaires américaines en Corée du Sud – où, par association de titres et d’images, le lecteur de droite, démobilisé par l’affaire Fillon, était conduit à imaginer un « danger rouge » et que les USA pourraient envahir l’hexagone en cas de victoire du Mouvement Insoumis. « En même temps », la baronne du débat politique, Ruth Elkrief, affirmait sur son plateau BFM : « Mélenchon n’a pas de projet politique ». Nous ne sommes pas tous d’accord avec toutes les idées des Insoumis, mais de là à dire une ignominie pareille, il fallait la sortir…la phrase ! Entre rires et parodies, un travail de fourmi très réfléchi dans la désinformation C’est ici que l’émission télévisée « Quotidien » [1] de la chaîne TMC – groupe (...) Lire la suite »

« Hollywood propaganda » : la fabrication du consentement au cinéma

Laurent DAURÉ
« La politique étrangère américaine est ignoble car non seulement les États-Unis viennent dans votre pays et tuent tous vos proches, mais ce qui est pire, je trouve, c’est qu’ils reviennent vingt ans plus tard et font un film pour montrer que tuer vos proches a rendu leurs soldats tristes. » - Frankie Boyle, humoriste écossais La publication d’Hollywood propaganda de Matthew Alford est assurément la bienvenue, tant les travaux récents sur le pouvoir idéologique du cinéma américain sont rares en français, a fortiori quand il est question de la politique étrangère des États-Unis et des guerres qui lui sont consubstantielles. Pour la première fois un ouvrage analyse de façon approfondie et documentée ce soft power au service de l’hégémonie américaine, passant en revue des dizaines de films sortis depuis le début des années 1990. C’est en 2010 que l’universitaire britannique Matthew Alford publie Reel Power : Hollywood Cinema and American Supremacy (Pluto Press), qui paraît aujourd’hui – enfin ! pourrait-on (...) Lire la suite »
Le témoignage de l’ancien président équatorien

Gouverner sous les bombes... médiatiques

Rafael Correa

Au pouvoir en Équateur de janvier 2007 à mai 2017, M. Rafael Correa a décidé de ne pas se représenter. La rupture avec son successeur et ancien collaborateur l’a néanmoins conduit à reprendre le combat. Au-delà de cet affrontement singulier, il témoigne ici des conquêtes et des reflux de la gauche en Amérique latine. Et il relève à quel point les grands médias sont devenus une arme politique au service de la contre-offensive des partis conservateurs.

À la suite de la longue nuit néolibérale des années 1990, et à partir de l’élection d’Hugo Chávez au Venezuela en 1998, les bastions de la droite latino-américaine se sont effondrés comme des châteaux de cartes. À l’apogée du phénomène, en 2009, huit des dix principaux pays d’Amérique du Sud étaient gouvernés par la gauche. Sans parler du Salvador, du Nicaragua, du Honduras, de la République dominicaine ou du Guatemala. Dans ce dernier pays, comme au Paraguay, c’était la première fois que les progressistes parvenaient au pouvoir. Les premières années du XXIe siècle ont été marquées par de grandes avancées économiques, sociales et politiques, dans un contexte de souveraineté, de dignité et d’autonomie géopolitique. Ces réussites furent facilitées par la hausse du prix des matières premières, mais encore fallait-il que ces richesses soient investies dans le « bien-vivre » de nos peuples (lire le reportage de Loïc Ramirez, « Difficile construction de la santé publique en Équateur ») (1). C’est ce qui fut fait. L’Amérique (...) Lire la suite »

Rainbow Warrior : Paris Match re-coule l’histoire.

Richard LABÉVIÈRE

Si nous osions, à propos du Rainbow Warrior, nous écririons que certaines histoires sont elles, insubmersibles. Ainsi Mai 68, le Temple Solaire, le petit Grégory, l'Année sécheresse, le Yéyé sont de bon clients. On peut sortir les plats du frigo, les servir ainsi ou les réchauffer. C'est le choix fait par les concepteurs d'un supplément "vintage" de Paris-Match. Comme les degrés de l'atmosphère grimpent et dilatent la mer qui recouvre alors les terres, Match efface l'histoire.

Vous me direz : « quel besoin avais-je d’acheter un supplément de Paris-Match ? » Sinon, par rapport au magazine hebdomadaire, de m’infliger une double peine. En réalité, comme je suis très fortuné et que, passant devant la gare Saint Lazare, je n’avais en poche qu’un billet de 50 euros pour acheter L’Equipe, ne voulant pas vexer le kiosquier, j’ai aussi pris un coûteux machin, une édition spéciale de Match qui nous ramène en 1980, et aux alentours. Voilà donc pourquoi je me suis usé la cornée sur cette publication : pour y découvrir un certain nombre de vieilles sottises. Comme le vin, en prenant de l’âge les mensonges capitaux deviennent capiteux. C’est-à-dire ronds, doux, acceptables : faciles à avaler. Le pompon de l’éventaire est un article qui entend revenir sur l’affaire Greenpeace, celle du Rainbow Warrior. Il est signé Jean-Michel Caradec, vieux laboureur de lieux communs qui s’est illustré jadis en collaborant au magazine VSD, alors entre les mains d’un certain Marc Francelet comme rédacteur en (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 490