RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Droits des femmes

Congruence : Bonne année aux hypotextiles et hypertextiles

Christian DELARUE

Bonnes année partout, par delà les frontières, ici et ailleurs, aux hommes, surtout ceux de condition sociale modeste, et surtout bonne année aux femmes.

Soyons plus précis : Bonne année aux femmes de toute couleur de peau (point de racisme), de toute forme corporelle (ni grossophobie, ni maigrophobie), qu’elles soient plutôt hypertextiles ou plutôt hypotextiles ou en entre deux. Cesser les haines dans un sens ou dans un autre, qu’elles viennent d’en-haut ou d’en-bas. Point de sexyphobie ni de voilophobie. Liberté ! Liberté de principe avec exceptions possibles évidemment mais liberté d'abord. Liberté tant vers l'hypotextile que l'hypertextile. Eu égard au mouvement des femmes de l’automne 2017, des femmes légitimement en colère contre des hommes, des hommes croyants ou non, des hommes dominateurs ou violents, il importe en ce début d’année de s’engager et de trouver les mots et les actes - nécessaire congruence ici - pour que les hommes cessent de les harceler, les injurier ou pire encore les battre et les violer. Les femmes, hypotextiles ou hypertextiles, sont nos soeurs et doivent pouvoir avancer librement dans la vie sans subir les violences (...) Lire la suite »
15 

Recep Tayyip Erdoğan et Thanatos : Vers un hyperpatriarcat musulman en Turquie

Christian DELARUE

Un vent mauvais souffle sur la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan. Thanatos est le nom de ce vent mauvais

Thanatos c’est ici un « surmoi autoritaire et hyperpatriarcal » (de facture intégrisme musulman) ; c’est la logique impitoyable de mort, de régression, de destruction (cf plusieurs études d’Erich Fromm ) des acquis de la civilisation, des progrès sociaux et notamment de l’égalité hommes-femmes et de la liberté des femmes. On se retourne vers le crépuscule ai lieu d’aller vers l’aube (cf Ernst Bloch) . On voit Thanatos à l’œuvre dans toutes les régressions sociales ou les humains perdent leurs qualités pour aller vers la barbarie dont le viol des femmes exprime le franchissement ultime des limites. Le discours du Président Erdogan prend régulièrement appui surtout sur le Coran dans ce qu’il a de plus conservateur en mœurs mais aussi secondairement sur la nature humaine (le joker de tous les préjugés). I - Voile et islam partout L’islamisation comme entreprise de conquête Il y a 20 ans, en décembre 1997, Recep Tayyip Erdogan donne un condensé de la doctrine de l’islamisation. "Le 21 avril 1998, Erdoğan (...) Lire la suite »

Le Venezuela lance la campagne contre la violence envers les femmes (Ciudad Caracas)

Ciudad CCS*

L’élection le 30 juillet dernier d’une Assemblée Constituante au Venezuela remobilise les énergies dans la bataille permanente pour développer les droits de la femme.

L’élection le 30 juillet dernier d’une Assemblée Constituante au Venezuela remobilise les énergies dans la bataille permanente pour développer les droits de la femme. Ce mercredi, dans tout le pays, a commencé la campagne nationale contre la violence envers les femmes. Les activités se dérouleront du 1er novembre au 10 décembre 2017 afin de sensibiliser tous les secteurs de la population au droit de la femme à une vie exempte de toute forme de violence. La campagne a démarré le mercredi 1 novembre sur le thème : « La paix commence à la maison, stop à la violence contre les femmes » . Lors d’un entretien dans le cadre de l’émission « Encendidos » à Venezolana de Television, la Vice-Ministre pour la Protection des Droits de la Femme, Rebeca Madriz a la société à mener une évaluation interne sur ce plan dans chacun de ses secteurs et surtout d’introduire le thème de la violence contre les femmes en tant que délit dans le débat public et politique, ainsi qu’à exiger que les droits des citoyennes soient reconnus (...) Lire la suite »

Simone Veil ? Non, Gisèle Halimi !

Bernard GENSANE
Dans la nuit du 28 au 29 Novembre 1974, 284 députés contre 189 adoptent la loi autorisant l'IVG. Parmi ces députés, 55 UDR sur les 174, 26 centristes sur 52, 105 socialistes sur 106, 74 communistes. Pour défendre cette loi, Simone Veil, ministre de la Santé, va subir pendant deux jours les pires insultes racistes et sexistes. La saisine du Conseil constitutionnel par Jean Foyer, une des plus grossières incarnations de la réaction française de l’époque qui déclara lors du débat : « Le vice des riches ne doit pas devenir le vice des pauvres », n'aboutit pas. Dans les années qui précédèrent ce vote historique, le combat pour le droit à l’avortement avait été mené par diverses personnalités et mouvements : entre autres Simone de Beauvoir, le prix Nobel de médecine Jacques Monod, Choisir. Mais sans Simone Veil, magistrate, grande bourgeoise de droite qui prendrait – avec énormément de courage assurément – le train en marche. Á l’actif de la magistrate Simone Veil, l’organisation de transferts vers la France, (...) Lire la suite »
35 

Du 8 mars 1917 au 8 mars 2017

Appel collectif
C’est le 8 mars 2017 que la puissante Révolution russe dite de Février prit toute sa force à Petrograd, principalement sous l’impulsion de militants ouvriers clandestins du Parti bolchevik. Plongée dans une spirale de misère et de mort par l’exploitation capitaliste et féodale en Russie, exaspérée par l’interminable guerre impérialiste de 1914-17, où l’Armée tsariste allait de défaite en défaite face aux Austro-Allemands, la population ouvrière de Petrograd s’insurgea contre le tsarisme assassin en réclamant du pain, la paix et les libertés démocratiques. La répression brutale ne fit qu’accroître la révolte, d’autant plus qu’à l’armée, les soldats d’origine paysanne se rebellaient de plus en plus contre une guerre absurde, conduite par et pour les privilégiés de Russie. Ainsi se réalisait pas à pas l’idée directrice de Lénine, appelant dès 1914 à transformer la guerre impérialiste en insurrection révolutionnaire. Aujourd’hui, il est de bon ton d’opposer la Révolution « démocratique » de février 17 au prétendu « (...) Lire la suite »

Valls et Sarko : même combat ? De l’instrumentalisation du « burkini » : « Le burkini et les bourricots ».

Jean ORTIZ

Jamais la France n’aura eu un premier ministre aussi provocateur, méprisant, matamoresque, cynique... Comme Sarko et le FN, il a décidé que les prochaines présidentielles porteraient sur « l’identité », la « sécurité », la « nation », à la sauce ultra réact, reléguant ainsi la question des questions : la « question sociale »...

La polémique sans cesse relancée, burinée, sur le « burkini » relève d’une offensive proche de la « révolution nationale » du bon maréchal. Bien qu’elle puisse apparaître burlesque, elle n’en est pas moins dangereuse, instrumentalisée de tout bord ; elle peut se terminer par la mise à mort de la République, alors que nous avons besoin d’une République et d’une laïcité ouvertes, intégratrices, d’inclusion. Mais ces hommes sont prêts à tout, à mettre la France à feu et à sang s’il le faut, comme ceux qu’ils dénoncent, pour asseoir leur ambition personnelle et surtout servir un capitalisme de plus en plus carnassier dont ils sont les hérauts besogneux. La France est menacée d’éclatement, de fragmentation, oui, par leur politique antisociale, leur inféodation à l’Union européenne et aux Etats-Unis, ravagée par une austérité létale, l’austérité pour « ceux d’en bas ». Ces politicards créent les conditions pour que des jeunes français, ne se sentant pas exister, se retournent criminellement contre leur pays. La révolte (...) Lire la suite »
43 

Pour que la femme tunisienne soit libre de contracter mariage avec qui elle veut

Salah HORCHANI

CRÉATION D’UN COLLECTIF POUR L’ABROGATION DE LA CIRCULAIRE DU MINISTRE DE LA JUSTICE DU 5 NOVEMBRE 1973 (MARIAGE DES TUNISIENNES AVEC DES NON MUSULMANS).

Communiqué de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) PLATEFORME du COLLECTIF Les 11 juillet et 10 août 2016 se sont tenues deux réunions au siège de la FTCR-Tunisie ayant pour objet la circulaire du ministre de la Justice en date du 5 novembre 1973 relative au mariage des tunisiennes musulmanes ou présumées telles avec des non musulmans ou présumés tels. Cette circulaire est contraire à la Constitution et aux Conventions internationales ratifiées par l’État tunisien en matière de libertés individuelles et d’égalité hommes-femmes. La Constitution tunisienne du 27 janvier 2014 garantit dans : son préambule, l’égalité des citoyennes et des citoyens en droits et en devoirs ; son article 6, la liberté de croyance, de conscience et d’exercice des cultes ; son article 21, l’égalité des citoyennes et des citoyens en droits et en devoirs et devant la loi sans discriminations ; son article 46, la protection, la consolidation et l’amélioration des droits acquis des femmes. (...) Lire la suite »
Un film militant pour la défense de l’IVG qui traite des atteintes à disposer, aujourd’hui en France, librement de son corps.

« Quand je veux, si je veux ! »

Alors qu’une femme sur trois avorte au moins une fois dans sa vie, l’IVG apparaît toujours comme une concession et non comme un droit à part entière : délais d’attente trop longs, difficultés à trouver un service acceptant de pratiquer l’interruption entre 10 et 12 semaines, disparités régionales très importantes dans la prise en charge, propos maladroits et parfois culpabilisants de la part du corps médical, etc. L’objectif de ce film est de donner la parole à des femmes qui racontent leur parcours d'IVG ces dernières années, et décrivent les différents obstacles auxquels elles ont été confrontées. Filmées dans des espaces publics, refusant l’anonymat,ces femmes d’aujourd’hui s’attaquent avec sérénité aux idées reçues et aux représentations négatives qui refont violemment surface. Dénonçant les discours réactionnaires qui cherchent à faire douter et à effrayer, elles nous amènent à repenser les enjeux de pouvoir qui traversent nos corps : pouvoir de la norme sociale, du politique, du médical ou encore de la (...) Lire la suite »

21 thèses sur religion, intégrisme, patriarcat, racisme

Christian DELARUE

Au début figuraient rapidement 11 thèses ou hypothèses puis d’autres points furent ajoutés, pour aboutir, avec le débat, aux 21 positions finalement présentée.

De ce fait, il faut bien dire, ici en introduction, ce qui est plus difficilement apparent avec la longueur actuelle, à avoir une ligne générale, qui fait ordinairement cohérence d’ensemble de ces divers points, et qui tient en l’acceptation de la diversite humaine mais en refusant la domination et l’oppression. Et encore aucun point concerne la laïcité ou sur la libre critique de la religion y compris par le blasphème ! Ce que l’on trouvera ailleurs. 1 - D’abord, ne pas céder au binarisme de compréhension d’une religion qui l’essentialise ou la globalise comme un tout et qui, de ce fait, soit la voit comme bonne et pacifique (toute) ou soit, au contraire, comme mauvaise, aliènante et autoritaire (toute - ce qui n’est pas interdit). Mais , au-delà du contenu du texte fondamental (dit « sacré ») - diversement interprété - on trouve une diversité d’attitudes et de comportements, on trouve notemment des croyant(e)s tolérant(e)s et d’autres autoritaires, intransigeant(e)s . 2 - Cela suppose une réflexion (...) Lire la suite »
11 
Ève, une divine erreur ? (En guise de préface)

Latines, belles et rebelles

Hernando CALVO OSPINA

Et Dieu créa l’homme « à son image », dit la mythologie catholique dans la Bible. C’est-à-dire qu’il le créa homme et parfait. Et il l’appela Adam.

Le voyant si esseulé dans l’immensité du Paradis, il prit une de ses côtes et en façonna un être au physique quelque peu différent du sien. Il lui dit que c’était une femme et qu’elle s’appelait Ève. Dieu avait dans l’idée de donner à sa photocopie terrestre quelqu’un qui le distrairait, lui ferait la conversation. Le Tout-Puissant ne trouvait pas distingué que sa créature passe son temps à dresser perroquets, chiens, chimpanzés ou tous autres animaux qui déambulaient là-bas. Dieu avertit Adam et sa côte qu’ils pourraient profiter de tout et goûter à tout, sauf à un fruit qui leur était interdit. Dieu savait qu’Adam ne lui désobéirait jamais. Mais avec Ève, c’était une autre histoire, car il ne l’avait pas faite « à son image ». Elle était simplement humaine et donc, imparfaite. Dieu, malgré son « infinie connaissance » du futur, n’avait pas prévu ce qui allait se passer au Paradis. Ève arriva dans ce monde, heureuse, jouissant de tout. Elle s’amusait avec les animaux et même avec Adam, lorsque celui-ci le lui (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50