RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Education/Culture

Lettre ouverte : Quand le rectorat de Dijon sert la soupe aux lobbys de tout poil...

Sud Education Bourgogne
Madame la Rectrice, Interpelé par nombre de collègues le syndicat Sud Education Bourgogne s'élève contre les messages pro-patronaux -pour ne pas dire propagandistes- envoyés dans le cadre de l'opération "Actions Ecole-Entreprise" par le Rectorat aux enseignants via leur adresse électronique professionnelle ou via l'intranet installé dans les établissements publics de l'Académie de Dijon. En effet, les enseignants de l'Académie de Dijon voient leur messagerie professionnelle polluée par des annonces publicitaires vantant les bienfaits -supposés- des partenariats public-privé sous couvert de "permettre aux collégiens et lycéens d'avoir une meilleure connaissance de l'environnement économique (...) et faciliter les choix d'orientation" (sic !). La fédération SUD Education a déjà dénoncé ces collusions et appelle le ministère à respecter l'indépendance et la neutralité du service public d'éducation. L'Ecole n'est pas une entreprise -ni même une annexe d'entreprise, et l'Education n'est pas une marchandise. (...) Lire la suite »

Comptez les morceaux !

Jean-Michel HUREAU
Éditions Nathan, Collection Hyperbole, nouvelle édition 2017, Mathématiques Term. ES (spécifique + spécialité) et L (spécialité), p. 34 : Outre son aspect immoral, inepte, irréaliste et cynique, cet exercice comporte un aspect morbide que son auteur n’avait peut-être pas imaginé. En effet, lors du 4ème voyage, il y a 131,1 migrants ce qui laisse à penser qu’une jambe ou un bras doit traîner dans le bateau. Dés lors, le résultat est faux. Mieux, lors du 6ème voyage, plusieurs morceaux de migrants des précédents voyages se sont reconstitués pour former le 161ème dont 160 sont entiers, supposés vivants, et un amas de morceaux équivalent à 1,051 migrants. Il n‘est pas précisé si les morceaux sont rapatriés pour être embarqués au voyage suivant ou donnés en pâture aux requins puisqu’il est demandé d’arrondir à l’unité seulement au 8ème voyage. L’auteur aurait-il trouvé un moyen d’organiser une filière d’immigration en pièces détachées ? Reste à savoir comment reconstituer un être vivant à partir des morceaux. On ne (...) Lire la suite »
16 

Désastre pour les Universités

SNESUP/FSU
Communiqué de presse, 30 août 2017 : Loi L. R. U., dix ans déjà... dix ans ça suffit ! Le 10 août 2007, parmi les premiers textes votés après l'élection de Nicolas Sarkozy, une loi modifiait l'administration des universités. Sous couvert d'efficacité et de simplicité, avec l'accord de la C.P.U. qui en avait approuvé les principes lors de son colloque de février, l'esprit du service public universitaire était détruit au cœur de l'été. Ce ne fut qu'après la parution des décrets d’application, en particulier celui modifiant le statut des enseignants-chercheurs en 2009, que les membres de la communauté universitaire comprirent les enjeux véritables de cette loi : instiller le modèle managérial des entreprises au cœur du fonctionnement des établissements en détruisant la collégialité universitaire. La réaction fut très forte, mais elle ne permit que de limiter les impacts directs sur ce statut. Aujourd'hui, plus personne ne peut douter de ce que la loi L.R.U. veut dire : l’austérité budgétaire, la réduction de (...) Lire la suite »

L’Ecole, est-elle obligée de suivre le modèle de l’entreprise ?

Adil GOUMMA
La notion de l’école autrefois n’est plus la même aujourd’hui. Des modifications au niveau du cursus, des activités, des programmes, et des finalités font que le changement soit considérable. S’il est normal que l’établissement scolaire reflète la gestation et le dynamisme de la société, la remise en cause de son rôle et de son abnégation pose plus d’une question. L’école publique ne l’est plus vraiment : elle est de plus en plus sectatrice. Son désintéressement est remis en question d’autant plus qu’elle sert des particuliers aux dépens des intérêts communs. La scolarité ne tient plus tellement au savoir et à la connaissance : c’est une manœuvre destinée plus à la professionnalisation. Du fait, l’établissement scolaire prendra progressivement l’apparence d’une manufacture qui prépare des compétences à la demande. Vers les années 70, un nouveau concept commence à submerger sur la scène : c’est le New Management public ou la nouvelle gestion du public, autrement dit introduire dans la gestion des affaires publiques (...) Lire la suite »

La destruction du Baccalauréat ?

Jeunes pour la Renaissance Communiste en France
« Je suis pour un rapport à l’autorité construit à l’école ». Emmanuel Macron au Grand Oral du Medef. Dans un précédent article nous pointions déjà les dysfonctionnements de la plate-forme APB qui ont amené près de 87 000 bacheliers dans l'attente, jusqu'au 19 juillet, pour avoir une proposition d'affectation dans une Université, ainsi que le manque de moyens donnés aux universités, encore amputées financièrement. Nous prédisions à long terme une destruction de l’enseignement supérieur*. Eh bien l’on peut penser que bientôt il en sera de même du baccalauréat, premier grade universitaire, l’épreuve reine de la scolarité française. Macron, lors de son passage au Grand Oral du Medef, avançait, entre autres, vouloir reconstruire un savoir à l’école, mais un savoir utilisable pour l’entreprise (les fameuses « compétences »), avec à la clé une accentuation de la mise en compétition des élèves, et tous les effets néfastes qu’elle apporterait sur le collectif, l’augmentation des stages durant le secondaire et une présence (...) Lire la suite »

L’école démocratique : un rêve inaccessible ?

Nico HIRTT

Nous reproduisons ci-dessous le texte du discours prononcé par Nico Hirtt le 16 mars 2016 à Montreal, à l’occasion des Rendez-vous CSQ de l’éducation organisées par la Central des syndicats du Québec.

En éducation comme dans bien d’autres domaines, nous vivons une époque de profonde contradiction entre les discours et les pratiques. Jamais, dans les documents de l’OCDE ou dans les promesses des gouvernements, on ne nous aura autant parlé d’équité et de chances égales alors même que les inégalités sociales à l’école augmentent globalement au lieu de diminuer. Je sais qu’il existe, à juste titre, pas mal de réserves quant aux enquêtes PISA. Tant il est vrai qu’elles jouent un rôle néfaste dans la mise en compétition du marché éducatif. Gardons en tout cas à l’esprit que les savoirs — et les inégalités de savoirs — qu’elles mesurent ne portent que sur les quelques compétences jugées utiles pour l’adaptation au marché du travail. N’espérerez pas y trouver une évaluation des capacités d’expression artistique, de la beauté ou de la pertinence d’un écrit, des connaissances historiques, philosophiques, littéraires... Mais ne crachons pas dans la soupe : pour autant que l’on comprenne bien sur quoi elles portent, les (...) Lire la suite »

Quand François taille ses moustaches, Kamel rase sa barbe

Omar CHAALAL

Dire que les parents en savent assez sur l’éducation de leurs enfants c'est avouer qu'on veut les tromper. C'est la dégradation éducative sous la vaine apparence d'un sérieux hypocrite qui nous fait prendre la patate de Mascara pour des truffes de Laghouat. Nouria pense que nous évitons à nos enfants un choc culturel élastique quand on ne leur parle pas en Chinois ou en Arabe littéraire. D’après les conseillers de Benghebrit, enseigner à notre enfant une langue autre que le Français est un signe de barbarisme chez Nouria. En faisant ainsi nous forcerons nos enfants à se braquer et se refermer sur eux-mêmes. Drôle de raisonnement.

Je commence mes idées par un passage d’Honoré de Balzac « Si le gouvernement avait une pensée, je le soupçonnerais d'avoir peur des supériorités réelles qui, réveillées, mettraient la société sous le joug d'un pouvoir intelligent. Les nations iraient trop loin trop tôt, les professeurs sont alors chargés de faire des sots. Comment expliquer autrement un professorat sans méthode, sans une idée d'avenir ? ». Balzac parle de Madame Firmiani dans La Comédie Humaine. Madame Firmiani tenait pour les flâneurs une espèce d’auberge sans enseigne. Madame Firmiani est une femme mystérieuse....Ce prototype de femme existe chez nous. Je rappelle à Madame Firmiani que la tête de nos enfants n’est ni un package expérimental ni un champ de bataille idéologique. La maladresse politique peut l’agiter. L’agitation dans la boite pensante entraine un futur perturbé. Le peuple est frappé par la bizarrerie politique qui remue cette boite. La boite pensante est secouée de partout. Elle résume le malsain de la situation actuelle. (...) Lire la suite »

Pour un débat vers l’école de la Sixième république.

Michel PIRIOU
C’est la rentrée, Eva et Ange connaissent à nouveau une réalité qui commence souvent vers 7h le matin. On descend pour manger dans le silence blafard de la cuisine. Maman est déjà partie travailler. La grande aiguille bouge d’un cran à chaque minute. Au début, c’est imperceptible, puis, à force, un coup d’œil discret suffit. Se laver, s’habiller, pas question de jouer. Faire les lits, ne pas se chamailler. On prendra le bus sur la départementale, à l’autre bout du champ de maïs. Ange est demi de mêlée le samedi après midi ; il sait lire tous les ya, yo, yeu, you de la semaine. Marie-Louise était institutrice comme son mari Léon qui admirait Jean Jaurès et leur fils épousera les thèses socialistes dans sa jeunesse. Georges fut l’exemple parfait de la promotion sociale sous la Troisième République. Au seuil de l’année 68, alors qu’il est encore premier ministre, il convoque quelques experts pour étudier la politique industrielle. Le rapport « Ortoli-Montjoie » montrera la nécessité de mieux centrer la politique (...) Lire la suite »

Pour une meilleure relation en classe

Adil GOUMMA
Avec la montée de violence que connaissent la scène éducative et le rapport de force entre professeur et élève dans un climat effervescent où le respect cède sa place à la réaction musclée, se recueillir pour repenser la relation entre les deux protagonistes devient une obligation. Il est évident qu’avec cette vague de droits accordés aux élèves, le rapport de force a visiblement changé et nous devons nous interroger si le mot ’’force’’ devrait encore exister dans le domaine pédagogique. Un enseignant doit être conscient de la sacralité et de la noblesse de son métier. C’est pourquoi il la doit placer l’intérêt de de l’apprenant au-dessus de toute considération et créer un rapport positif avec ses élèves et chercher à fonder sa relation avec eux sur trois piliers à savoir l’humanité, la sympathie et l’encouragement en vue de décrocher cette gratitude chez l’élève. Ce dernier devient reconnaissant envers un professeur pour lui avoir accordé tant d’attention et de bonté. A commencer par l’humanité. Un professeur doit (...) Lire la suite »

L’Ecole de la désillusion

Adil GOUMMA

Le déclin du niveau des élèves est une affirmation qui n’est plus à contester. Il suffit de comparer leurs acquis linguistiques et culturels avec ceux de leurs prédécesseurs des années 60 - 70 pour mesurer l’ampleur de ce constat.

D’une explication relative à la fatalité ou au développement technologique ou économique du pays, à un scepticisme à propos des finalités politiques ou encore à une remise en question du système éducatif et de ses différentes pédagogies adoptées, chacun essaye tant bien que mal, et selon son idéologie et ses références à trouver des justifications qui soient logiques et convaincantes à cette baisse du niveau. Et si la cause était un creuset où se mêlent les éléments précités ? Et s’il existait un rapport subtile entre l’économique, le politique et le pédagogique ? Le phénomène devient alors plus délicat et plus compliqué à cerner. Mais ce qui est évident, c’est que cette baisse du niveau scolaire s’aggrave au fur et à mesure que le monde s’enfonce dans le terrain de la modernité et s’enlise dans les affres du système capitaliste qui attribue à l’établissement scolaire des rôles qui servent essentiellement ses intérêts. La régression du savoir et du savoir–faire de nos élèves n’est pas un fait fortuit. C’est le résultat (...) Lire la suite »
32 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190