RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Europe

Les États-Unis et l’Europe commencent à manquer d’armes à envoyer en Ukraine.

Natasha TURAK

Natasha Turak , auteure du présent article est journaliste à la chaîne d'information anglo-saxone CNBC, dont le propriétaire est NBC universal. CNBC est une chaîne d'information internationale à visée financière. Ce que contient cet article à l'usage de potentiels investisseurs ne pourra donc pas être soupçonné de propagande russe, mais contiendra des informations crédibles qui devraient nous intéresser. Finalement, il apparaît que les stocks d'armes et de munitions de l'Otan ne sont pas si importants qu'on pouvait le penser et surtout insuffisamment renouvelables dans des délais de disponibilité opérationnelle pour l'Ukraine . L'armée ukrainienne dépense sans compter tout en réclamant sans cesse d'autres livraisons. Les Etats-Unis et l'ensemble des pays de l'Otan commencent à tirer la langue sur les demandes croissantes de Kiev, se questionnent sur les possibilités des futures livraisons et voient avec inquiétude la fonte rapide de leurs propres arsenaux. latitude zero

Dans l'industrie de l'armement étasunienne, le niveau de production normal des munitions d'artillerie pour l'obusier de 155 millimètres – une arme d'artillerie lourde à longue portée actuellement utilisée sur les champs de bataille en Ukraine – est d'environ 30 000 munitions par an en temps de paix. Les soldats ukrainiens qui combattent les forces russes consomment cette quantité en deux semaines environ. C'est ce qu'affirme Dave Des Roches, professeur associé et chercheur militaire senior à la National Defense University des États-Unis. Et il est inquiet. "Je suis très inquiet. À moins que nous n'ayons une nouvelle production, ce qui prend des mois, nous n'aurons pas la capacité d'approvisionner les Ukrainiens", a déclaré Des Roches à CNBC. L'Europe aussi est à bout de souffle. "Les stocks militaires de la plupart des États membres [européens de l'OTAN] ont été, je ne dirais pas épuisés, mais appauvris dans une proportion élevée, parce que nous avons fourni beaucoup de capacités aux Ukrainiens", a (...) Lire la suite »
12 

Europe, le suicide est-il consommé ?

Prensa Latina

En Europe les gouvernements ont choisit de s’accrocher à l'alliance suicidaire avec les États-Unis dans sa politique de confrontation avec la Russie. Avec des alliés comme les États-Unis ont n'a pas besoin d'ennemis, pour preuve le sabotage récent des gazoducs Nordstream 1 et 2. Voici donc deux articles montrant le point de vue de latino-américains, un article de l'agence de presse cubaine Prensa Latina et un autre de la chaîne publique vénézuélienne VTV citant le président Maduro qui parlait notamment de la proposition de cessez le feu et de négociation de paix du président Mexicain Lopez Obrador.

Bruxelles, 27 sept (Prensa Latina) L'un des concurrents économiques des États-Unis est l'Union européenne (UE), compliquée aujourd'hui par une crise énergétique, une dévaluation des principales monnaies et un potentiel croissant d'explosions sociales. Malgré le fait que l'UE était en partie en retard et suivait presque aveuglément la ligne proposée par Washington pour attiser le conflit en Ukraine, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une opération militaire là-bas le 24 février, les choses sont loin de profiter aux Européens. L'Occident a remis à Kiev près de 20 milliards de dollars en armement depuis le début de l'action militaire afin, comme le prétend Poutine, de mener une guerre “jusqu'au dernier ukrainien.” Les États-Unis, en imposant des restrictions draconiennes à la Russie, notamment en suspendant l'achat de son pétrole, ont provoqué une inflation qui s'est fait sentir, notamment, dans plusieurs puissances occidentales. Mais la Réserve fédérale des EU, avec sa hausse (...) Lire la suite »

Crise énergétique : vers une récession violente et potentiellement durable en Europe

Philippe MURER

Philippe Murer, économiste, prévoit une « véritable tempête économique » en Europe, en raison d'importants problèmes d'approvisionnement en énergies, liés aux sanctions européennes contre la Russie et aux mesures de rétorsion de cette dernière.

Avant le déclenchement de la guerre en Ukraine, fin janvier 2022, l’inflation était déjà à un niveau très élevé aux Etats-Unis : 7,5%. Des pertes de pouvoir d’achat de 3% pour les ménages étasuniens y ont déclenché une baisse de la consommation et une récession aux 1er et 2e trimestres 2022. Avec la hausse des prix de l’énergie et l’inflation qui perdure, la récession n’est bien sûr pas terminée. L’Europe était et est aujourd’hui dans la même situation, en pire. Peu après le déclenchement de la guerre, les Européens décidèrent d’appliquer progressivement un embargo sur le pétrole, le charbon et enfin sur le gaz russe. Sur le gaz, Poutine les a pris de vitesse et a mis en place un quasi embargo avant que l’embargo européen ne s’applique. Ces sanctions ont presque fait doubler le prix du pétrole et du charbon et multiplié par 10 à 20 le prix du gaz livré en Europe. Cette décision de l’Union européenne de se couper d’un tiers de son approvisionnement en énergie est du jamais vu et ressemble malheureusement à un suicide (...) Lire la suite »
13 

Les États-Unis, Européens par effraction.

Djamel Labidi

Les États-Unis ne sont pas un pays européen. Mais la Russie, elle, oui. Pourquoi les États Unis sont-ils donc dans l'alliance atlantique qui concerne les pays européens, et la Russie non ? Question naïve direz-vous. Non, question plutôt simple, fondamentale qui peut tout expliquer si on enlève le fatras idéologique utilisé pour justifier cette hostilité éternelle envers la Russie.

Tout d'abord, on peut noter que les intérêts économiques des pays européens et de la Russie sont complémentaires. La crise actuelle n'a fait que le montrer à contrario, par ses conséquences des deux côtés. Ceci est évident dans tous les domaines : énergie, technologie, matières premières, agroalimentaire etc. Par exemple le gazoduc "Nord Stream 2" promettait d'être un puissant instrument de développement économique autant pour les Russes que pour les Allemands et les Européens. Ce sont des intérêts économiques communs qui sont partout le meilleur gage de rapprochement entre les peuples et donc de paix. C'est d'ailleurs, sur la base d'échanges économiques de plus en plus intenses, que s'était opéré le rapprochement de la Russie avec les pays européens après la guerre froide. Cela aurait pu continuer de fonctionner mais les États Unis, pays extra européen, ont perçu cela comme une menace, celle de la perte de leur hégémonie sur l'Europe. Ils ont donc baptisé ces échanges économiques, "dépendance envers la (...) Lire la suite »

Les « excuses » impérialistes couvrent un colonialisme renouvelé

Simon KORNER
Trois des pires puissances colonialistes d'Afrique, la Grande-Bretagne, la France et l'Allemagne, ont présenté des excuses pour leurs crimes historiques – ou du moins fait des gestes d'excuse. Pourquoi le font-ils ? La Grande-Bretagne a été l'un des premiers promoteurs. En 2013, William Hague, alors ministre des Affaires étrangères, a exprimé ses « sincères regrets » pour les atrocités britanniques contre les Kenyans dans les années 1950, qui incluent le massacre de 100 000 membres de la tribu Kikuyu. William Hague a suggéré 19,9 millions de livres sterling de compensation. Cette offre misérable – les survivants Kikuyu ont exigé dix fois ce montant – a permis au Premier ministre Theresa May, en visite en 2018, de proclamer le Kenya l'un des « partenaires clés » de la Grande-Bretagne et d'annoncer l'ambition de la Grande-Bretagne de dépasser les États-Unis comme le plus grand investisseur du G7 en Afrique d'ici 2022. L'Afrique est depuis devenue plus rentable pour la Grande-Bretagne que toute autre (...) Lire la suite »
L’Union européenne s’est couchée devant les laboratoires pharmaceutiques.

Union Européenne, Covid-19 et documents confidentiels volés

Maxime VIVAS

Le 10 février 2021, la députée européenne Manon Aubry, élue sur la liste de « La France Insoumise », co-présidente du groupe de la « Gauche unitaire européenne/gauche verte nordique » prend la parole au parlement européen et interpelle vivement Ursula Von der Leyen, membre de l’Union chrétienne-démocrate (Allemagne), ministre fédérale entre 2005 et 2019 et actuelle présidente de la Commission européenne.
Manon Aubry constate que les citoyens européens doutent du vaccin contre le Covid-19. Une des raisons, dit-elle, est que l’Union européenne s’est couchée devant les laboratoires pharmaceutiques.

Elle brandit un contrat souscrit par l’Europe pour la commande de vaccins destinés aux pays membres de l’Union européenne. Les élus ne peuvent en connaître le contenu. La plupart des lignes sont noircies pour cacher le texte. Le prix, le calendrier de livraison, le détail des clauses de responsabilité du laboratoire sont masqués. Devant la présidente, figée derrière son masque de protection, la députée française assène : « Les dirigeants de big pharma ont fait la loi à votre place ». Vidéo de l'intervention de Manon Aubry. Le 16 janvier 2021, le quotidien le Monde a publié une enquête troublante sous le titre : « Ce que disent les documents sur les vaccins anti-Covid-19 volés à l’Agence européenne des médicaments ». L’article porte sur une enquête à laquelle ont contribué des journalistes italiens, allemands, néerlandais, suisses. Il est signé par la journaliste française Lise Barnéoud. L’enquête a été conduite dans le cadre du projet européen Behind the pledge (Derrière l’engagement) financé par Journalism (...) Lire la suite »
28 

Lumpen, Berlin 1920 Europe 2020

CHARCLOT
Lumpen nous vivons dans l’hiver, entre deux rangées de voitures cartons sales étalés au sol où, comme taches encore plus sales, flottent nos haillons, nos sacs, ce qu'il reste, parfois, de notre vie d'avant, nous vivons dans l’hiver, contreseings de l'injurieuse misère, héritiers affalés de la démangeaison bourgeoise, enfants perdus du progrès, nous vivons dans l’hiver, sous les creux abandonnés des villes affamées, assis, emmitouflés, regardant virevolter les lumières assassines des machines nous vivons dans l’hiver, à des milliers d'années lumières du temps disparate qui nourrit les âmes bien nées nous vivons dans l’hiver, comme feuilles sur le fleuve, emportés par les courants des voix affables et des rires gras et froids dégoulinants des écrans nous vivons dans l’hiver, remontant le temps sans peaux de bête, sans feu, ni forêt de hêtre, dans la trame asphyxiée des déserts urbains nous vivons dans l’hiver, dans le confinement assourdi et moite de l'humidité ambiante, éponges pathétiques d'un monde (...) Lire la suite »

Coronavirus et crise économique : pas un centime pour les banques, tout l’argent pour les services publics de santé et pour les travailleurs.

Michel COHEN
La Banque Centrale Européenne vient d’annoncer un plan de soutien à l’économie, lire aux banques, de 750 milliards d’euros. Par « soutien », la BCE veut dire que contre de l’argent frais au taux de – 0,75% de la BCE s’engage à racheter toutes dettes qui lui sera présentée : dettes d’Etat, dites dettes souveraines et dettes privées. On a bien lu : 750 milliards non pour soutenir l’activité économique par des programmes ambitieux d’investissements ou d’incitation à revaloriser les salaires, ou encore pour aider à bâtir des systèmes sociaux favorables aux travailleurs ; non, juste pour racheter de la dette. Et en plus, c’est une fausse annonce car le Fonds européen de stabilité est déjà doté de 700 milliards d’euros ! Mais à ces 750 milliards qui se cumulent avec les 120 milliards décidés le 12 mars s’ajoutent encore 3.000 milliards d’euros de liquidité via des opérations de refinancement au taux négatif de – 0,75%, ce qui signifie que les banques vont toucher de l’argent pour emprunter ! Les Etats et les entreprises (...) Lire la suite »

Grèce : L’introuvable « retour à la normalité » sur fond de faillite historique de ses gauches !…

Yorgos MITRALIAS

Presque unanimement, tant les médias grecs et internationaux que les leaders des principaux partis grecs ont commenté les résultats des élections du 7 juillet en célébrant “le retour à la normalité” du pays dont la crise a défrayé la chronique européenne pendant la dernière décennie.

Retour donc à la normalité car l’addition des scores de Nouvelle Démocratie (39.9%) et de Syriza (31,4%) donne un écrasant 71,3% en faveur du bipartisme qui semble revenir en force après un intermède chaotique qui a vu des masses de citoyens abandonner les partis de leur vieux bipartisme traditionnel et se déplacer pratiquement d’une extrémité à l’autre du paysage politique en des temps record ! Et aussi, quelle meilleure preuve de la réalité de ce retour à la normalité que l’absence des députés de la très néonazie Aube Dorée des bancs du nouveau Parlement hellénique, ce qui annoncerait (?) la fin de ce pur produit d’une période agitée, mais désormais révolue... Alors, “retour à la normalité” ? Oui, sûrement, mais seulement en apparence. Et tout d’abord, parce que la crise historique (économique, mais aussi sociale et politique) qui a fait naître une Grèce qui ressemblait à l’Allemagne de Weimar comme deux gouttes d’eau, est toujours ici, indifférente aux exorcismes et autres vœux pieux que lui adressent (...) Lire la suite »

Gilets Jaunes contre oligarchie et « peste bleue », généalogie d’une guerre ouverte

Zevengeur
Comme le souligne Emmanuel Todd [1], les dissidents de la pensée unique politico-médiatique avaient presque perdu l'espoir que le peuple Français ait conservé sa capacité à se soulever contre ses oppresseurs. La révolte des gilets jaunes fut donc la bonne surprise de la fin d'année 2018 et une certaine fierté peut en être tirée après toutes ces années de soumission à la dystopie mondialiste. Ce mouvement n'est donc que l'aboutissement d'un demi-siècle d'une politique des petits pas ayant consisté à hypothéquer la démocratie au profit des puissances financières et au détriment des intérêts de la grande majorité de la population. Le principal vecteur de cette tyrannie est le machin supranational appelé « Union Européenne » construit ex-nihilo à partir de la fin de la guerre. Les traités européens ratifiés dans le cadre de cette « peste bleue » sont la source de la plupart des problèmes majeurs ayant induit l'explosion récente du mouvement des gilets jaunes. Mais d'où viennent donc les concepts fondateurs de (...) Lire la suite »
17 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90