RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Haïti

Allumons des foyers d’insoumission pour combattre l’indigence

Erno RENONCOURT
En France aussi, l’indigence électorale se cultive. Ceux qui ont le temps et la générosité pour suivre l’actualité venant d’Haïti, au-delà du rythme imposé par les catastrophes naturelles et l’assistance humanitaire, savent combien le système électoral haïtien est ponctué de failles qui vibrent de violentes et d’indigentes secousses à chaque élection. C’est si vrai, que par une pensée simpliste, mais non moins vraisemblable, le monde a fini par voir en Haïti la référence à l’indigence électorale. Pourtant, depuis le reflux des luttes populaires et sociales, sous la poussée de l’escroquerie néolibérale qui voue un culte démesuré au profit et à la finance, au mépris de l’homme et au détriment de la nature, les théâtres électoraux du monde entier, notamment aux EU et en France, semblent rejouer les mêmes scènes indigentes qui ont déshumanisé Haïti. Une même nuit obscure, immonde, peuplée de monstres hideux, émerge et terrifie l’espoir, l’humanisme et la paix. Au vrai, Haïti n’a pas le monopole de l’indigence. Qu’elle (...) Lire la suite »

Marxisme en Haiti : Louis-Joseph Janvier face au livre 1 du Capital de Karl Marx

Jean-Jacques CADET
La pensée classique haïtienne du XIXème siècle a été élaborée au regard de l’Occident, plus précisément en critique aux théoriciens européens les plus connus. Anténor Firmin a écrit De l’égalité des races humaines (1885) contre les thèses racistes de Arthur Gobineau[1]. Dans Les théoriciens au pouvoir (1870), Jean Démesvar Delorme passe au crible de ses arguments les théoriciens fondateurs de la démocratie, de Solon jusqu’à Périclès. Edmond Paul fait de même dans Les causes de nos malheurs (1882) avec un peu de moins de virulence. Louis-Joseph Janvier était plus impliqué car il réagissait constamment aux réflexions visant de près ou loin la société haïtienne. Collaborateur de certains quotidiens parisiens, il confectionne de 1840 à 1882 un ensemble d’articles sur les lectures jugées inappropriées d’Haïti. Les plus pertinents seront publiés en 1883 sous forme de recueil titré La République d’Haïti et ses visiteurs (1840-1882). Dans ce recueil, il est question d’évaluer au regard de la réalité les réflexions produites (...) Lire la suite »

Haïti : Un Carnaval en mode trivial pour masquer les contradictions d’un pouvoir au service de la corruption.

Erno RENONCOURT
Sous le regard d'un monde secoué par l’émergence d'une onde politique de plus en plus réactionnaire, Haïti bascule dans une obscurité qui facilite le recyclage d'un modèle économique et social d'exclusion vieux de plus de deux siècles. Malgré les urgences sociales après le passage de l'ouragan Matthew, malgré le contexte d'illégitimité d'un président sur lequel pèse de lourds soupçons de blanchiment d'avoir, les premiers actes du nouveau président ont consisté à multiplier les festivités carnavalesques dans toutes les grandes villes du pays. Célébrer l’indigence et bafouer l’intelligence On eut un pays en fête pour célébrer une croissance économique certaine justifiant la reconduction au pouvoir de l'équipe « Tet Kale » après un an d'une longue bataille électorale sur fond de fraudes et d'irrégularités. Ainsi Pendant toute la saison allant de la fête des Rois au mercredi des cendres, de nombreux médias haïtiens ont diffusé sans intermittence et sans retenue des bruits d’une indigence en fête. Ce sont de échos (...) Lire la suite »

De l’assistance humanitaire à l’indigence totalitaire : une invitation aux medias haitiens pour que l’information soit un outil d’autodefense et de formation de l’opinion.

Erno RENONCOURT
Ô assistance, quand ta générosité nous déshumanise Presque 6 ans après la déferlante solidarité qui s’est abattue sur Haïti suite au séisme dévastateur du 12 janvier 2010, l’écosystème haïtien, par la faute de l’ouragan Matthew, se trouve encore sous les feux des projecteurs de l’assistance humanitaire. Et comme toujours, les messages de solidarité, les vœux de sympathie et de compassion, les appels de collecte de fonds s’égrènent comme autant de prières remerciant et invoquant Dame Nature pour cette nouvelle opportunité qui permettra de célébrer la résilience haïtienne. Mais que cette onde de générosité, traversée par de multitudes alternances, et dédiée à l’endroit des « mendiants et des emmerdeurs haïtiens », pour reprendre la pensée d’un officiel canadien, eut été efficace si elle était là au moment opportun. Je veux parler de l’instant critique où le peuple haïtien dignement se battait contre l’impunité, l’indécence et la toute-puissance diplomatiques de l’ONU qui s’était abritée derrière un indigne rempart (...) Lire la suite »

Non à la militarisation de l’aide humanitaire en Haïti

Collectif
En dépit du retrait des troupes dominicaines d’Haïti annoncé par voie de presse, nous tenons à exprimer notre indignation sans bornes lorsque nous avons appris, le 13 octobre 2016, que des soldats dominicains avaient été déployés en Haïti sous prétexte de protéger des convois d’aide humanitaire en provenance de la République dominicaine. Ceux et celles qui ne partagent pas ou ne comprennent pas notre légitime colère devant cet inacceptable état de fait ne savent pas ou ignorent peut-être délibérément qu’en 1937 près de 30 000 haïtiens ont été massacrés par des soldats dominicains sous l’ordre du gouvernement dominicain alors engagé dans une campagne de haine et d’épuration ethnique visant les ressortissants haïtiens sur son territoire. Rappelons que tout récemment, le 23 septembre 2013, la République dominicaine a retiré rétroactivement la nationalité dominicaine à un quart de million de Dominicains d’origine haïtienne nés en République dominicaine. Cela, en violation de la constitution dominicaine qui reconnaît (...) Lire la suite »

L’aventure de la pensée socialiste en haiti. Une analyse des oeuvres d’Antenor Firmin, Démesvar Delorme et Louis-Joseph Janvier.

Jean-Jacques CADET
Le « socialisme scientifique » [1], en référence au marxisme, a officiellement pénétré la société haïtienne dans les années 1930 avec L’Analyse schématique 32-34 publiée en 1934 et considérée par certains progressistes comme « le premier essai d’interprétation marxiste de la réalité haïtienne ». Cet ouvrage trace la voie idéologico-politique à suivre pour combattre l’occupation américaine d’Haïti. Le mouvement nationaliste qui a dominé toute la période antérieure aux années 30 est rejeté au profit du marxisme de tendance léniniste faisant de l’impérialisme le stade suprême du capitalisme [2]. Signé par Jacques Roumain, Christian Beaulieu et Etienne Charlier, il marque aussi la création, en 1934, du premier Parti Communiste Haïtien (PCH). Le socialisme de tendance marxiste inscrit ses premières empreintes dans cet ouvrage et prendra en même temps la forme politique avec le Parti communiste déjà évoqué. Ainsi, l’introduction officielle du marxisme dans les années 1930 est complète : théoriquement avec L’Analyse schématique (...) Lire la suite »

L’occupation d’Haïti, un trouble socio-historique dévastateur.

Joel LEON
« Il n’y a pas de vertu dans l’occupation » (Joël Léon) L’occupation est toujours un package de complications. Elle entraîne avec elle de néfastes conséquences qui méritent d’être exposées devant le peuple haïtien. Parmi elles, désorientation culturelle, dépendance endémique, assujettissement historique et banalisation internationale… Marc Arthur Fils aime, a noté que : « Les occupants ont un comportement typique partout où ils se trouvent : l’humiliation des nationaux, l’irrespect des lois du pays en question, l’accaparement manu militari de ses richesses ». Donc, Haïti n’a pas été une exception. La tendance générale veut que l’occupation soit militaire. Pourtant, l’occupation est beaucoup plus culturelle que tout autre. L’histoire fournit pas mal d’exemples, notamment celui de la « Pax Romana ». Malgré les siècles qui séparent la « pax americana » de l’empire romain, l’empire américain porte les traces inaltérables de la période historique romaine, particulièrement au niveau de la citoyenneté. Le citoyen issu (...) Lire la suite »

Haiti : L’influence de Moise Jean Charles sur le discours politique haitien

Joel LEON

L’objectif du discours politique de Moïse Jean Charles est «  d’agir sur l’autre pour le faire agir, le faire penser, le faire croire » (Rodolphe Ghiglione)

L’année 2015 a été la plus fertile, depuis les années 60 en Haïti, en termes de théorie ou plus précisément de discours politique. Il est difficile d’expliquer cette pullulation d’idées. Cependant, j’estime que les deux invasions internationales (1994 & 2004), suivies d’occupation du territoire national en une décennie, et d’autres événements sociopolitiques agaçants constituent les agrégats qui allaient donner naissance à cette richesse au niveau du discours politique. Ils sont nombreux à contribuer à cette amplification du discours politique. On peut citer entre autres : Liliane Pierre Paul, Marvel Dandin, Ricot Dupuy, Himmler Rebu, Lesly Manigat, Lyonel Trouillot, Junot Félix, Jean Monard Metellus et Moïse Jean Charles. Ce dernier constitue à mon avis, l’homme politique qui a contribué le plus, en ce sens qu’il allie pensées & actions sur un fond national inspiré du fondateur de la patrie haïtienne, Jean Jacques Dessalines. En 1993, lors d’un échange téléphonique que j’avais eu avec un conseiller (...) Lire la suite »

Haïti : La macabre offensive du fascisme rose mise à nu !

Yvon PIERRE
Carpettes d’une certaine communauté internationale dite « amie d’Haïti », - qui elle continue de tout faire pour défendre le plus récent crime électoral d’août et octobre 2015, - une bande de mercenaires corrompus sortent de leurs gonds, voyant que les sacrifices consentis par ceux et celles qui ont toujours cru qu’ ʽʽil faut que ça changeʼʼ ont servi à quelque chose. Forts de la culture de l’impunité avec la complicité honteuse de la justice, la lâcheté et le cynisme des gouvernements passés, toutes tendances confondues, ils sont ces Temer et Cunha [1] à nous, qui hurlent au Parlement pour une chemise, ces clowns attitrés, ces fascistes patentés, membres de partis politiques, de l’élite intellectuelle, de la société civile, de confessions religieuses, ces théoriciens de l’empire du chaos, voyous cravatés ou non, ex-président du Sénat, ex-rebelle, ex-PM, ex-sénateur recyclé délégué PHTK puis maire etc, qui font du chantage à la menace terroriste... A force de tout voir on finit par tout supporter... A force de (...) Lire la suite »

Pourquoi la bêtise haitienne ne meurt pas ?

Erno Renoncourt
Pourquoi la bêtise ne meurt pas ? J'ai lu une pertinente réflexion de Mme Junia Barreau qui constate avec indignation que la bêtise (haïtienne) refuse de mourir. Je me permets de reprendre et de problématiser une partie du titre de son message dans une perspective liminaire : Pourquoi la bêtise (haïtienne) ne meure pas ? Au demeurant, il faut saluer la perspicacité de l'analyse de Madame Barreau dont le contenu combien riche est utile et édifiant en ces temps de basses eaux intelligentes. Au vrai c’est un prétexte pour nous aider à voir un peu plus clair dans cette nuit obscène et barbare qui s’épaicit et augure pour ceux et celles qui habitent profondément Haïti des lendemains remplis d’échecs humains et de douleurs atroces. Du reste, je l'ai déjà dit face à l'entêtement des crapules dans la bêtise, nous devons à notre tour nous regrouper en faisant de nos étincelles d'intelligence un flambeau pour illuminer haiti et montrer la voie pour briser le cycle de la bêtise. Mais, comme nous le constatons (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 140