RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Libye

Libye : ces images intolérables

République sociale

Les images, en provenance de Libye, qui ont choqué à juste titre tant de personnes étaient malheureusement prévisibles. Nous avions été nombreux à alerter sur l’état de la Libye après la chute de Kadhafi. Ces images, filmées en caméra cachée par la chaîne CNN, nous ramènent plusieurs siècles en arrière, lorsque l’esclavage était encore en vigueur et que les êtres humains était vendus comme de simples marchandises. Ces images, insupportables aux yeux du plus grand nombre doivent nous amener à nous poser les bonnes questions.

Depuis la chute de Kadhafi, quoi que l'on puisse penser de lui et de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, qu'il avait instauré, la Libye n'est plus que l'ombre d'elle même et, malheureusement, les images captées par CNN sont là pour nous ramener à cette réalité dramatique. La chute de la Libye populaire et socialiste On peut au moins s'entendre sur le fait que la prétendue, "révolution libyenne" n'était, en réalité, qu'une machination de plus orchestrée depuis les bureaux de l'impérialisme dont le but était clair : renverser un Etat souverain africain et arabe. Et il y a fort à parier que si la Libye avait accepté de brader son économie aux multinationales, elle n'aurait jamais été détruite de la sorte. C'est précisément parce que la Libye s'est posée en Etat souverain, anti-impérialiste, et dans une certaine mesure socialiste, qu'elle a été la cible de l'OTAN, organisation qui du fait de la disparition de l'URSS, donc du Pacte de Varsovie depuis 1991, ne devrait plus exister. (...) Lire la suite »

Esclavage en Libye : merci l’OTAN !

Bruno GUIGUE

Une découverte, les pratiques esclavagistes filmées par CNN ? On tombe vraiment des nues ? Certainement pas. Le 11 avril 2017, l’Office international des migrations publiait un rapport indiquant que des milliers de migrants transitant par la Libye étaient vendus comme du bétail sur des marchés aux esclaves, avant d’être soumis au travail forcé ou à l’exploitation sexuelle.

Cette réalité, tout le monde la connaissait, et personne n’a rien fait. Lorsque Emmanuel Macron a consacré son premier voyage présidentiel à la région sahélienne, on n’a pas le souvenir qu’il ait dit quelque chose. Mais on le comprend : la sécurité des approvisionnements miniers de l’ex-puissance coloniale est une affaire beaucoup plus sérieuse, et on ne va quand même pas perdre son temps avec des broutilles. C’est vraiment dommage, car la France aurait eu beaucoup à dire sur la situation en Libye. Il ne faudrait pas l’oublier : si ce pays est à la dérive, s’il est dépecé par les factions rivales, si la violence y règne, c’est parce que la France et ses alliés l’ont anéanti en 2011. Les marchands d’esclaves ne sont pas tombés du ciel : ils sont arrivés dans les bagages de l’OTAN. Sous des prétextes humanitaires fabriqués par la propagande, Paris, Londres et Washington se sont arrogé le droit de détruire un Etat souverain. Ils l’ont remplacé par la loi de la jungle et le chaos milicien. On voit le résultat. Où (...) Lire la suite »
24 

Macron-Libye : la Rothschild Connection (Il Manifesto)

Manlio DINUCCI
“Ce qui se passe aujourd’hui en Libye est en quelque sorte le noeud d’une déstabilisation à multiples visages” : a déclaré le président Macron en célébrant à l’Elysée l’accord qui “trace la feuille de route pour la paix et la réconciliation nationale”. Macron attribue la situation chaotique du pays uniquement aux mouvements terroristes, lesquels “visent à profiter de la déstabilisation politique et de la manne économique et financière qui peut exister en Libye pour prospérer”. Pour cela - conclut-il - la France aide la Libye à bloquer les terroristes. Macron renverse, de cette façon, les faits. L’artisan de la déstabilisation de la Libye a précisément été la France, avec les Etats-Unis, l’Otan et les monarchies du Golfe. En 2010, documente la Banque mondiale, la Libye enregistrait en Afrique les plus hauts indicateurs de développement humain, avec un revenu par habitant moyen-haut, l’accès universel à l’instruction primaire et secondaire et de 46% à l’enseignement supérieur. Environ 2 millions d’immigrés (...) Lire la suite »
Comment les États-Unis et le Royaume-Uni, en Libye et en Syrie, ont aidé les djihadistes comme Salem Abedi

L’attentat de Manchester est le résultat des interventions désastreuses de l’Occident (AlterNet)

Max Blumenthal
L'attentat suicide odieux commis par Salman Abedi, né britannique, dans un concert d'Arianna à Manchester n'était pas seulement le travail d'un « loser maléfique », comme l'a dit Donald Trump, mais le résultat des politiques interventionnistes qui ont été menées au nom des droits de l'homme et de la « protection des civils ». Grâce aux guerres de changement de régime et à l'armement et à la formation des groupes islamistes, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont déployé leurs illusions impériales à travers le Moyen-Orient. En Syrie et en Libye, ils ont cultivé la boite de Pétri parfaite pour une insurrection djihadiste, créant ainsi des nihilistes armés comme Abedi, déterminés à rapatrier à domicile les guerres de l'Occident. Fils d'immigrants anti-Kadhafi au Royaume-Uni, Abedi a grandi dans la communauté d'exilés libyens de Manchester. Un rapport du London Telegraph indique que quelques semaines avant son attaque, il avait voyagé en Libye où les milices Salafi-jihadistes se disputent le contrôle du (...) Lire la suite »
19 

L’OIM dénonce les marchés d’esclaves en Libye

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a dénoncé mardi l'existence de véritables "marchés d'esclaves" en Libye, où les migrants sont vendus entre 200 et 500 dollars.

"Vous allez au marché, et vous pouvez payer entre 200 et 500 dollars pour avoir un migrant" et l'utiliser pour "vos travaux", a déclaré aux médias le chef de la mission de l'OIM en Libye, Othman Belbeisi, de passage à Genève. "Après l'avoir achetée, vous devenez responsable de cette personne. (...) Certaines d'entre elles s'échappent, d'autres sont maintenues en servitude", a-t-il ajouté. Dans un communiqué, l'OIM, une agence liée au système des Nations unies, explique que son personnel en Libye et au Niger a pu recueillir des récits "choquants" de migrants, qui ont décrit l'existence de "marchés d'esclaves" dans lesquels des centaines d'hommes et de femmes sont vendus. Ces personnes sont notamment vendues sur des places publiques ou dans des garages. Il s'agit de "gens vendus en public, assis par terre", a expliqué à l'AFP un porte-parole de l'OIM, Leonard Doyle. Dans le communiqué, l'OIM cite le terrible témoignage d'un migrant sénégalais, dont le nom n'est pas publié. Cet homme a d'abord dû (...) Lire la suite »

Des intérêts particuliers créent les « bons », les « méchants », et l’histoire « intéressante » qui va avec.

Moon of Alabama
Amanda Taub du New York Times fait une analyse intelligente de la raison pour laquelle certaines guerres attirent plus l'attention « occidentale » que d'autres. C’est seulement lorsqu’on peut tirer des conflits un récit, une histoire convaincante et excitante, sans rapport nécessaire avec les pertes humaines, mais qui passionne le public comme les politiciens, que l’intérêt des Étasuniens pour eux ne faiblit pas. Il faut qu’ils aient un lien direct avec les intérêts étasuniens immédiats et des questions culturelles ou des débats politiques étasuniennes, et surtout, sans doute, qu’ils offrent un cadre émotionnel attractif où les bons et les méchants sont clairement identifiables. ... Le nombre de morts du Yémen est inférieur à celui de la Syrie mais, bien qu’Al-Qaïda y opère, le conflit du Yémen n'a pas eu le même impact sur les intérêts étasuniens et européens que la Syrie. Il n'y a pas d'histoire évidente du bien contre le mal à en tirer. Le pays est déchiré par différentes factions en guerre sur le (...) Lire la suite »

Libye : Sarkozy, Cameron et BHL en route vers la CPI ?

Gilles DEVERS
Ce massacre organisé en Libye était visible dès les premiers jours, avec l’activisme insensé de Bernard-Henri Lévy, et ses amours fugaces avec Sarko. À l’époque, Martine Aubry, première secrétaire du PS, approuvait cette réussite... Et Blanco en était tout excité... En effet, le but était, selon la propagande, de chasser un dictateur et d'établir la démocratie... avec quelques inévitables petits inconvénients secondaires. Air connu... Devant le désastre, la France a organisé une commission parlementaire afin d’identifier l’ensemble des responsabilités politiques... Non rassurez-vous, la France n’a rien fait. Le consensus national est total pour, quoi qu’il arrive, légitimer ce que fait la France pour garder sa place en Afrique, son empire jamais décolonisé. Il n’y a donc eu aucune commission parlementaire, et ce pour une raison simple : c’est parce que c’est un sujet sérieux, et en cherchant des responsabilités, on risque de les trouver. Non, il faut mieux exciter les foules sur les trois burkinis de Nice, (...) Lire la suite »
Pétrole, immenses réserves d’eau, milliards de fonds souverains. Le butin sous les bombes

Libye, le grand partage (il manifesto)

Manlio DINUCCI
« L’Italie évalue de façon positive les opérations aériennes lancées aujourd’hui par les Etats-Unis sur certains objectifs de Daesh à Syrte. Elles adviennent à la demande du Gouvernement d’Unité Nationale, en soutien des forces fidèles au Gouvernement, dans l’objectif commun de contribuer à rétablir la paix et la sécurité en Libye » : tel est le communiqué diffusé par la Farnesina (ministère des Affaires Etrangères italien) le 1° août. Ceux qui pensent à « la paix et la sécurité en Libye » à Washington, Paris, Londres et Rome sont les mêmes, qui, après avoir déstabilisé et mis en pièces par la guerre l’Etat libyen, vont recueillir les débris avec la « mission d’assistance internationale à la Libye ». Leur idée transparaît à travers des voix autorisées. Paolo Scaroni [1], qui à la tête de l’ENI a manoeuvré en Libye entre factions et mercenaires et se trouve aujourd’hui à la vice-présidence de la Banque Rotschild, a déclaré au Corriere della Sera qu’« il faut en finir avec la fiction de la Libye », « pays inventé » par le (...) Lire la suite »

Mouammar Kadhafi les avait prévenus !

Françoise PETITDEMANGE

Comment lui ont-ils répondu ? En envoyant, de mars à octobre 2011, des bombes sur son pays, sur le peuple libyen et en le faisant assassiner lui-même.

Alors que la déstabilisation de la Côte d’Ivoire, de la Tunisie, de l’Égypte, de la Libye et de la Syrie était orchestrée par les chefs d’États français, britannique, états-unien, avec l’appui du Qatar et de l’Arabie saoudite, sous l’œil d’Israël, et avec l’utilisation des cellules dormantes d’Al-Qaïda composées de mercenaires, Mouammar Kadhafi acceptait d’accorder un entretien sous sa tente, dans l’enceinte de la caserne Bab al-Azizia, à Laurent Valdiguié. Ses réponses aux questions posées, le 5 mars 2011, sont particulièrement parlantes après les attentats qui ont eu lieu à Paris le 13 novembre 2015, et hier, 14 juillet 2016, à Nice. À propos de ce qui se passait dans le Maghreb, notamment dans son pays, Mouammar Kadhafi« Tout le monde a entendu parler d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Or, il y avait des cellules dormantes en Libye. Quand il y a eu la confusion en Tunisie et en Égypte, ils ont voulu profiter de la situation et Al-Qaïda a donné instruction à ses cellules dormantes de faire surface. C’est ce qui (...) Lire la suite »

Saïf al-Islam Gaddhafi face au peuple libyen

Françoise PETITDEMANGE
Le roi Saïf Kadhafi revient. Il aurait peut-être eu sa place dans les commentaires, mais nous avons préféré le publier car il revêt, à nos yeux, une importance capitale pour une vision plus globale du scénario libyen dans lequel s’inscrit la libération de Saïf Al Islam, et Saïf Al Islam lui-même. Nous parlons de scénario, car il s’agit bien d’un scénario en plusieurs actes, qui a débuté il y a plus d’une décennie et a atteint son point culminant en 2011 avec l’intervention militaire de l’OTAN/Al Qaïda en Libye, pour aboutir à l’élimination physique de Kadhafi et la disparition de son système porteur de l’indépendance des peuples. La libération de Saïf Al Islam, dont on ne peut que se réjouir, pourrait bien n’être qu’une autre étape pour la finalisation parfaite du scénario en question, qui nécessiterait un article entier pour être développé. Un lecteur de La Libye révolutionnaire dans le monde (1969-2011) de Françoise Petitdemange s’est inquiété auprès de l’autrice de ce qu’elle pensait de l’article publié ici même (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190