RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Palestine

« Le Char et l’Olivier » : Lancement du financement participatif

Roland NURIER
Depuis plusieurs mois, Roland Nurier, ex-gestionnaire d’une petite entreprise de l’économie sociale et solidaire installé dans le Rhône, réalise le film documentaire « Le Char et l’Olivier, une autre histoire de la Palestine » qui relate le conflit israélo-palestinien et son histoire au travers de témoignages et d’interviews. Après s’être rendu une première fois en Palestine en 2014, sa rencontre à Tarare (69) avec la réalisatrice palestinienne Mai Masri, venue présenter son film « 3000 nuits », a été déterminante. "Le char et l'olivier jette un regard honnête et courageux sur les violations de l'occupation israélienne en Palestine à un moment où beaucoup choisissent de fermer les yeux sur les souffrances du peuple palestinien. Avec une approche approfondie et lucide, ce film exige que les dirigeants de la communauté internationale prennent des mesures concrètes pour appliquer le droit international et mettre fin à l'occupation israélienne. Le Char et l'olivier porte un message humain fort que nous devrions (...) Lire la suite »

L’après Balfour : 100 ans d’histoire et d’occasions manquées (Al-Shabaka)

Zena Agha, Jamil Hilal, Rashid Khalidi, Najwa al-Qattan, Mouin Rabbani, Jaber Suleiman et Nadia Hijab
Un déferlement mondial d'analyses et d'activités militantes marque le 100ème anniversaire de la Déclaration Balfour du 2 novembre 2017. La Déclaration a donné l’imprimatur impérial à la Résolution prise par le mouvement sioniste lors de sa première conférence à Bâle en 1897 de « donner un foyer au peuple juif en Palestine garanti par le droit public » et a engendré une guerre et une violence sans fin, ainsi que la dépossession, la dispersion et l'occupation du peuple palestinien. L'histoire aurait-elle pu prendre un autre tour ? Les Palestiniens auraient-ils pu, à un moment ou un autre, influencer le cours des choses pour qu’il prenne une autre direction ? Nous avons organisé une table ronde avec des historiens et des analystes du réseau politique d'Al-Shabaka pour leur demander d’identifier une situation précise qui aurait pu tourner différemment si le peuple palestinien avait décidé d'un autre plan d'action, et d’en tirer un enseignement pour notre quête d'autodétermination, de liberté, de justice et (...) Lire la suite »
Les Accords d’Oslo ont abouti à l’affaiblissement des Palestiniens, au morcellement des territoires et à leur colonisation accrue.

Interview d’Hamdan Al Damiri : « Accepter ce « plan du siècle », ce serait encore des négociations sans fin, un piège, un Oslo-bis ! »

Tayeb EL MESTARI

Hamdan Al Damiri est un intellectuel et militant palestinien. Réfugié, né dans un camp en Cisjordanie, il appartient à la gauche palestinienne et il est représentant de la communauté palestinienne en Belgique. Dans cette interview, il analyse minutieusement les causes qui modifient aujourd’hui durablement la géopolitique au Moyen Orient. Selon lui, la Palestine est sous la menace d’une nouvelle stratégie américaine. En perte d’influence au Moyen Orient en raison de leur échec en Irak et en Syrie notamment, les Etats-Unis préparent un nouveau plan pour regagner le terrain perdu. Dit le « plan du siècle », il consisterait à donner une légitimité aux Américains comme faiseurs de « paix ». Mais les Palestiniens seraient encore une fois les dindons de la farce, puisqu’il est fort probable que ce plan a un agenda caché : faire traîner les négociations comme lors des Accords d’Oslo signés en 1993. Un Oslo-bis ferait peser une menace existentielle sur les Palestiniens, qui ont tiré des enseignements du passé et s’opposeront à toute politique impérialiste qui remettrait en cause les constantes du mouvement national palestinien.

Interview Quelle analyse faites-vous du processus de réconciliation en cours entre les différentes organisations palestiniennes ? Ce processus a démarré en 2005 avec un accord conclu entre 13 mouvements palestiniens sur la base d’un texte proposé par la direction des prisonniers palestiniens. Intitulé la Déclaration des prisonniers et adopté par les organisations de la résistance, ce texte est l’émanation d’un consensus entre les différents mouvements représentés dans les prisons israéliennes et a permis de lancer des négociations inter-palestiniennes. Ce texte fondamental aborde plusieurs points essentiels comme le rôle du mouvement national palestinien, les relations avec l’Etat occupant, c’est-à-dire Israël, le droit à la résistance du peuple palestinien, la reconstruction de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), etc. Les élections de 2006 dans les territoires occupés ont mis un coup d’arrêt à ce processus, en raison des conflits aigus entre les deux principales forces politiques, le (...) Lire la suite »

Palestine occupée : survivre après la destruction de sa maison

Jaclynn Ashly
Les familles des Palestiniens qui ont attaqué des Israéliens luttent pour survivre après la destruction de leurs maisons au titre d’une politique punitive controversée. Ramallah en Cisjordanie occupée - Hassan Ankush, appuyé sur sa canne, erre en boitant au milieu des décombres carbonisés de la maison où il vivait depuis 40 ans dans le village de Deir Abu Mashaal. « Tuer mon fils n'a pas suffi aux Israéliens », a-t-il confié à Al Jazeera. « Il fallait aussi qu’ils viennent détruire ma maison. » Comme d'autres familles palestiniennes dont les proches ont commis des attentats ou des attentats présumés contre des Israéliens, Ankush n'a rien fait de répréhensible. Il fait partie des victimes de la politique israélienne, largement condamnée, consistant à punir les familles des Palestiniens qui ont attaqué des israéliens en démolissant leurs maisons. Selon le groupe de défense israélien B'Tselem, des milliers de Palestiniens ont été déplacés suite à la destruction de leur maison. Le gouvernement israélien (...) Lire la suite »

L’ONU accuse Israël de « dé-développer » la Palestine

Zena Tahhan

Un nouveau rapport examine les conséquences des 50 ans d’occupation israélienne des territoires palestiniens et de développement des colonies.

Un nouveau rapport de l'ONU a sévèrement condamné Israël pour le « dé-développement » et la « détérioration des conditions humanitaires » des territoires palestiniens de Jérusalem-Est, de Cisjordanie et de la bande de Gaza, provoqués par les 50 années d'occupation d'Israël. Le rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), publié mardi, indique que la performance de l'économie palestinienne est « bien inférieure à ses potentialités », et que le chômage s’est maintenu à des niveaux rarement observés à l’échelle mondiale depuis la Grande dépression. « 2017 marque le cinquantième anniversaire de l'occupation israélienne de la bande de Gaza et de la Cisjordanie, dont Jérusalem-Est, l'occupation la plus longue de l'histoire récente. Pour le peuple palestinien, il s'agit de cinq décennies de récession économique, de destruction de son potentiel humain et de déni de son droit fondamental au développement, dans un engrenage dont il ne voit pas la fin », indique le rapport (voir en (...) Lire la suite »

Israël veut fabriquer des Juifs en série pour dépasser en nombre les Palestiniens (Counterpunch)

Jonathan COOK
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a anéanti les espoirs de paix imminente que la visite au Moyen-Orient du conseiller et du gendre de Donald Trump, Jared Kushner, avait suscités chez les perpétuels optimistes, la semaine dernière. Lundi dernier, lors d’une célébration, en Cisjordanie, des 50 ans d'occupation israélienne, Netanyahou a clairement admis que les efforts étasuniens pour relancer le processus de paix n’étaient qu’une vaste farce. Il n'y aura pas de démantèlement des colonies ni d'expulsion de leurs 600 000 habitants – le minimum de ce qu’il faudrait faire pour établir un État palestinien à peine viable. « Nous sommes ici pour toujours », a assuré Netanyahu à son auditoire de colons. « Nous nous enracinons, nous construirons, nous deviendrons de plus en plus fort et nous resterons ». Alors, qu’est-ce qui va devenir le nerf du conflit israélo-palestinien si la solution à deux États est morte ? La même chose qu’au début du conflit. On va avoir une nouvelle bataille éperdue de (...) Lire la suite »

Comment les élèves palestiniens se préparent aux attaques des colons (Al Jazeera)

Jaclynn ASHLY

Face aux violences incessantes des colons de Yitzhar, les Palestiniens du village d’Urif doivent prendre des précautions exceptionnelles.

Naplouse, Cisjordanie occupée - De loin, le collège de garçons d’Urif ressemble à toutes les autres écoles de Cisjordanie occupée : c’est une construction de ciment avec un drapeau palestinien qui flotte sur le toit. Cependant, en regardant de plus près, les cailloux sur les appuis de fenêtres et les trous des conduites d'eau de l'école révèlent la violence inique des colons israéliens de la région. « Notre programme d’études est le même que celui des autres écoles palestiniennes », a expliqué le professeur de sciences Abdel-Hakim Shihada à Al Jazeera. « Mais nous enseignons également aux étudiants comment gérer les attaques des colons israéliens contre l'école, et cela comprend même une formation pratique ». Dans cette école financée par l'USAID, tous les enseignants sont des secouristes confirmés, et la moitié des quelque 200 étudiants sont capables d’administrer les premiers soins. En cours de sciences de Abdel-Hakim, les élèves apprennent à fabriquer des masques pour se protéger des gaz lacrymogènes (...) Lire la suite »

La bataille pour al-Aqsa vient à peine de commencer (Al Jazeera)

Linah Alsaafin et Budour Hassan
Malgré l'absence de leadership politique, la manifestation de la mosquée Al-Aqsa du mois dernier a été un succès. Pourquoi ? Un mois après que les manifestations contre les nouvelles mesures de sécurité israéliennes à la mosquée d'Al-Aqsa ont secoué Jérusalem-Est occupée, la tension entre les résidents palestiniens de la vieille ville et les forces de sécurité israéliennes n’a pas diminué à cause de la politique israélienne de punition collective. Selon le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer, 425 Palestiniens ont été arrêtés à Jérusalem-Est rien qu’en juillet. La majorité des arrestations a eu lieu au cours de la deuxième moitié du mois qui a suivi la mise en place des mesures de sécurité israéliennes aux entrées de l’esplanade des Mosquées. Les arrestations se sont poursuivies en août, après le succès de ce qui a été, selon les observateurs, la plus grande manifestation de désobéissance civile de l’histoire récente des Palestiniens qui a forcé Israël à démanteler les portiques de contrôle et les (...) Lire la suite »

Hébron : « Nous vivons dans une prison » (Al Jazeera)

Mersiha Gadzo
Harcelés par des restrictions et des abus toujours plus nombreux, les Palestiniens luttent pour garder leurs maisons dans la vieille ville historique d'Hébron. Hébron, en Cisjordanie occupée – Cela fait des semaines que les membres de la famille Abu Rajab sont confinés dans leur maison située au cœur de la vieille ville historique d'Hébron. Ils n’osent pas sortir de peur que les colons n’occupent leur maison. Lorsque cela devient absolument nécessaire, un membre de la famille va acheter au plus près de la nourriture ou d'autres denrées de première nécessité, avant de se dépêcher de rentrer. « Nous faisons toujours très attention quand nous sortons et nous rentrons, et nous ne laissons jamais la maison toute seule », a déclaré à Al Jazeera, Hazem Abu Rajab, 28 ans, assis sur le pas de sa maison. Le 25 juillet, un groupe de 15 familles de colons a fait irruption dans des locaux attenant à la maison familiale ancestrale d'Abou Rajab et qui lui appartenaient, et s’y sont installé. Le même soir, les colons (...) Lire la suite »

Pourquoi l’Union Européenne finance-t-elle les tortionnaires israéliens ? (The Electronic Intifada)

Ali ABUNIMAH

L’Union européenne doit arrêter de financer illégalement les tortionnaires israéliens, affirme un important groupe d’experts juridiques internationaux.

Selon eux, le programme LAW-TRAIN viole les règles de l’UE et le droit international parce que l’un des participants, le ministère israélien de la sécurité publique, « est responsable ou complice de torture, d’autres crimes contre l’humanité et de crimes de guerre ». LAW-TRAIN a commencé en mai 2015 avec l’objectif ostensible d’harmoniser et de partager les techniques d’interrogatoire entre les pays impliqués afin de faire face aux nouveaux défis de la criminalité transnationale. Il est financé par un programme de recherche de l’UE appelé Horizon 2020, qui a également investi des millions de dollars dans l’industrie de l’armement israélien. Une utilisation extensive de la torture LAW-TRAIN compte dans ses partenaires l’Université israélienne Bar-Ilan, le ministère israélien de la Sécurité publique, l’Université catholique belge de Louvain, le ministère belge de la justice, la police paramilitaire de la Garde civile espagnole et la police roumaine. Son conseil consultatif comprend Cornelia Geldermans, un (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190