RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Palestine

La malhonnêteté des grands médias à l’égard de la Palestine

Mariam Barghouti
La photo de l’adolescent de 16 ans, Fawzi al-Junaidi, les yeux bandés, contusionné, et entouré d'une douzaine de soldats israéliens, a fait le tour des médias sociaux. On a vu en lui un emblème de l'oppression israélienne. Mais pour les grands médias occidentaux, il était difficile d'intégrer cette photo à tous les discours sur la « colère », la « rage », la « violence » et les images régulièrement recyclées de pneus en feu et de jeunes hommes aux visages dissimulés par un foulard qui lancent des pierres. L'arrestation de Fawzi a donc été présentée comme un cas singulier, une exception, et ce qui lui est arrivé après qu’il a été photographié n'a pas intéressé les médias dominants. On a peu parlé des milliers d'enfants actuellement emprisonnés, et encore moins du fait qu'ils sont la cinquième génération de Palestiniens à vivre sous occupation militaire. De même, alors que de nombreux correspondants étrangers disaient que la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale (...) Lire la suite »
Georges Ibrahim Abdallah. N° d’écrou 2388/ A 221

Lettre à « Vous ». On fera tout pour te sortir du trou, Georges !

Jean ORTIZ

Je viens de recevoir une lettre d’antan, dorée, de celles que l’on écrivait et envoyait jadis avec amour et un joli timbre. L’expéditeur a pris le temps d’en faire une « pépite » (nov-langue). Il doit l’avoir écrite de son bureau coquet et s’être fait un plaisir d’aller la poster lui-même, en respirant l’air revigorant de ce plateau de Lannemezan souvent en rébellion.

Du fond de ma noirceur, j’envie sa liberté. Il nous souhaite, à lui et à moi, « plein de bonnes idées et d’heureuses initiatives ». Il ajoute « bonne année dans le bonheur et la joie de la fraternité et l’enthousiasme de la lutte et des victoires ». Comme si c’était le thème ! Il y a des gens qui ne peuvent s’empêcher de mettre de la politique partout, de tout politiser. Sans doute pour se faire remarquer. Comme si la politique était affaire de bons vœux ! Cet expéditeur téméraire, au nom bizarre et inquiétant, a osé faire figurer son adresse au dos de la lettre. « Expéditeur : Georges Ibrahim Abdallah. N° d’écrou 2388/ A 221. » La prison, c’est chouette, surtout lorsqu’on a déjà plus que purgé sa peine, et qu’on pourrait être dehors ! Heureusement que la France est un pays où fleurissent et sont protégées les libertés individuelles ! En prison, on a tout le temps d’écrire son courrier, de refaire le monde, d’expier ses convictions communistes, de s’enorgueillir d’être parmi les plus anciens prisonniers politiques. Ah (...) Lire la suite »

2018 : pour une année de la Palestine en France

Le Temps de la Palestine

2018, ANNÉE DE LA PALESTINE EN FRANCE

En 2018, nous entendons promouvoir l’année de la Palestine, de Gaza à Jérusalem. Dans cet esprit nous appelons à multiplier les manifestations et initiatives culturelles, partout en France, à mutualiser les moyens, et à mettre en commun un agenda et une plate-forme de diffusion pour donner le maximum de publicité à chacun des évènements qui sera organisé, du plus petit au plus grand.

LE TEMPS DE LA PALESTINE 2018 année de la Palestine en France Appel à l'attention des citoyens défenseurs des droits humains, artistes, associations, amoureux de la Liberté ... Alors que Trump le président des États-Unis, vient de légitimer un fait colonial accompli par Israël en reconnaissant Jérusalem-Al Qods comme sa capitale exclusive, le gouvernement français déclare l’année 2018 « Saison France/Israël ». De nombreuses manifestations culturelles pour le 70ème anniversaire de la création de l'Etat d'Israël sont annoncées en France. Nous sommes choqués de voir notre pays, la France, prêter la main à la gigantesque opération de propagande d’un régime de colonisation, d’oppression et d’apartheid qui foule délibérément le droit international, tout en présentant une façade attractive avec l’aide de véritables diplomates culturels. Depuis plus de 70 ans, les Palestiniens appellent à la reconnaissance de leur histoire et de leurs droits. Leur droit à l'Humanité et à l'existence sur leur terre. Depuis 70 ans ces (...) Lire la suite »

L’Occident célèbre Malala, et ignore Ahed. Pourquoi ? (Al Jazeera)

Shenila KHOJA-MOOLJI
Ahed Tamimi, une jeune Palestinienne de 16 ans, a récemment été arrêtée au milieu de la nuit, pendant une descente de l’armée israélienne dans sa maison. Les autorités israéliennes l'accusent d'avoir « agressé » un soldat et un officier israélien. La veille, elle avait tenu tête à des soldats israéliens qui étaient entrés dans le jardin de sa famille. Peu de temps avant cette intrusion, un soldat avait tiré une balle en caoutchouc dans la tête de son cousin de 14 ans et brisé les fenêtres de sa maison pour y lancer des cartouches de gaz lacrymogène. Sa mère et sa cousine ont ensuite également été arrêtées. Toutes les trois sont toujours en détention. On a observé un curieux manque de soutien de la part des groupes féministes occidentaux, des défenseurs des droits humains et des officiels étatiques qui se présentent habituellement comme de grands défenseurs des droits humains et des champions de l’émancipation féminine. On ne compte plus les campagnes en faveur de l’émancipation des femmes de l’hémisphère sud : (...) Lire la suite »
12 

Quand et comment vont-ils la briser ?

Vincent MORET
Un titre comme « Vont-ils la briser ? » aurait-il été trop optimiste ? Elle seule le sait. Et peut-être le sentiment d'impunité des dirigeants d'Israël. Souvenons-nous de Rachel Corrie, militante états-unienne amie de la Palestine et membre de l'International Solidarity Movement, écrasée le 16 mars 2003 dans la bande de Gaza, par un bulldozer israélien dont elle voulait empêcher qu'il détruise des maisons. Ahed Tamimi, précoce patriote palestinienne (photos), a aujourd'hui seize ans. Elle a été inculpée de douze chefs d’accusation le 1er janvier 2018 par le parquet militaire israélien. Les Israéliens auraient déjà réglé son cas si son courage et son charisme n’avaient fait d’elle une icône mondiale de la résistance palestinienne. Plus elle sera connue et soutenue, plus il sera difficile pour l’occupant de la maintenir en prison ou pire encore. Je plaide ici pour qu'elle reste en vie et soit remise en liberté. Selon l’ONU, 345 cas de mineurs blessés ont été recensés en Cisjordanie et à Gaza en (...) Lire la suite »
25 

Le sel ne perdra jamais son goût (Middle East Monitor)

Samah JABR
Les dernières calomnies religieuses et raciales incarnées dans la décision de l’Administration Trump de transférer l’ambassade US à Jérusalem ont jeté du sel dans la blessure toujours ouverte de l’occupation par Israël de la Palestine. Cette manœuvre est une preuve supplémentaire de l’absence de toute légitimité morale, sociale et légale de la position politique des États-Unis sur l’occupation. Dans la situation actuelle du peuple palestinien et des nations arabes et islamiques, Trump a trouvé exactement ce dont Israël avait besoin pour atteindre ses objectifs : le despotisme arabe est le partenaire approprié pour accomplir cette tâche dangereuse. Cependant, la décision de Trump, aussi choquante qu’elle puisse être, ne devrait pas être une surprise. En 1990, le Congrès US a accepté de déplacer l’ambassade états-unienne de Tel Aviv dans la Jérusalem occupée ; ceci s'est répété sous le Président Bill Clinton en 1995. La décision comporte trois volets : l’unification de la ville de Jérusalem ; la reconnaissance (...) Lire la suite »

Les États-Unis et Israël quittent l’UNESCO… Bon vent et bon débarras ! (The Palestine Chronicle)

Jeremy SALT

Main dans la main, les Etats-Unis et Israël ont décidé de quitter l’UNESCO. On ne pouvait rien espérer de mieux ! Deux états voyous dirigés par deux dangereux bouffons ! Deux États qui ont semé une violence inouïe au Moyen-Orient depuis l’implantation d’ « Israël » en Palestine. En plus de la Palestine, les Etats-Unis ont lancé des guerres génocidaires contre trois pays depuis 1990, l’Irak (deux fois), la Libye et la Syrie, et ils continuent de soutenir l’Arabie Saoudite dans sa guerre tout aussi génocidaire contre le Yémen.

Quant à Israël, vivre en permanence en dehors du droit international est une condition nécessaire à son existence. Ce pays aurait dû être exclu de l'ONU il y a longtemps, ou, au moins, suspendu jusqu' à ce qu'il change de comportement. Après tout, quel club continue d’accepter un adhérent qui n'obéit pas aux règles, qui a été mis en garde une fois, une, deux, trois, voire 50 fois, mais refuse toujours d'obéir aux règles ? Mais Israël n'a pas à modifier ses manières pour rester membre de la « communauté internationale » parce qu'un autre État qui ne respecte pas davantage les règles, ni même le droit international, les États-Unis, le protège à tous les niveaux et de toutes les manières, provoquant ainsi toujours plus de violence. L'UNESCO a fait de son mieux pour protéger le patrimoine culturel palestinien. Rien de ce qui n'est pas juif n’a d’intérêt pour les Sionistes et il y a si peu de traces juives en Palestine que la Palestine musulmane et chrétienne a été ravagée, pas une seule fois (1948) ou deux fois (...) Lire la suite »

Trump se prend pour Balfour. (Frontline)

Vijay PRASHAD

Le 7 décembre, à Hébron, plus de 20 soldats israéliens ont arrêté Fawzi Al-Junaidi, âgé de 14 ans, lui ont bandé les yeux et l’ont emmené en détention. La photo de l’arrestation et de sa violence, ont choqué beaucoup de gens. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a fermement dénoncé l’arrestation : « Israël est un État terroriste. Nous n’abandonnerons pas Jérusalem aux mains d’un État qui assassine des enfants. »

Erdogan faisait référence à la nouvelle controverse sur Jérusalem. Le 6 décembre, le président Donald Trump a déclaré que les États-Unis déplaceraient leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem. Le déménagement de l'ambassade suggère que la capitale d'Israël ne sera plus Tel-Aviv mais Jérusalem. Cette action va à l'encontre de la politique internationale qui considère Jérusalem comme une « ville internationale » - une ville qui devrait être gouvernée par plusieurs acteurs pour protéger le statut particulier de Jérusalem en tant que siège des principaux sites religieux des chrétiens, des juifs et des musulmans. La déclaration de Trump sur Jérusalem a ébranlé la Palestine, dont le peuple craint depuis longtemps l’annexion de Jérusalem-Est, que les Nations Unies considèrent comme faisant partie du territoire palestinien occupé, et du reste de la vieille ville. Des manifestations ont éclaté en Cisjordanie, à Jérusalem, et dans la bande de Gaza. Elles sont globalement non violentes, et expriment la frustration du peuple (...) Lire la suite »

La colère palestinienne finira par éclater.

Jonathan COOK

Il est tentant d’interpréter l’annonce, cette semaine, d’un report à l’année prochaine de la visite du vice-président américain Mike Pence au Moyen-Orient comme le signe que les voyageurs doivent éviter la région pour des raisons de sécurité. En effet l’annonce fait suite à une éruption de troubles provoqués par la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump.

Lors des manifestations de vendredi dernier, les forces d'occupation israéliennes ont tué quatre Palestiniens et en ont blessé plus de 250. En réalité, les responsables américains ne sont pas inquiets pour la sécurité de Pence. En fait, la crainte d'un troisième soulèvement palestinien en réponse à la déclaration de Trump sur Jérusalem est sans doute prématurée. Après des décennies de partialité américaine flagrante envers Israël, Trump n'a fait que confirmer aux Palestiniens ce qu'ils savaient déjà. Certains ont même admis à contrecœur qu’au moins il était franc. Ils espèrent que sa décision mettra fin aux affirmations étasuniennes selon lesquelles les Etats-Unis seraient un « honnête intermédiaire » dans l’interminable « processus de paix » qui a, en fait, tout bonnement fait gagner du temps à Israël. La colère des Palestiniens contre Israël et les États-Unis est un fusible qui met du temps à sauter. Elle explosera quand ils le décideront, pas quand Trump le voudra. Le report de la visite du vice-président par (...) Lire la suite »

Palestiniens et Tibétains : même combat ? Actualisation

André LACROIX

N’en déplaise à certains « défenseurs » des Droits de l’Homme, animés par une indignation à géométrie variable, l’assimilation entre la cause palestinienne et la cause tibétaine relève de l’escroquerie intellectuelle.

Introduction Ces quelques lignes ne sont qu’une actualisation de mon article du 3 mars 2011 : http://tibetdoc.org/index.php/politique/geopolitique/248-palestiniens-.... Cet article se voulait une réponse à la question posée par plusieurs de mes amis : comment toi, un défenseur de la cause palestinienne, peux-tu ne pas défendre la cause tibétaine ? J’y réfutais les comparaisons mal fondées selon lesquelles nous serions en présence de deux territoires envahis, de deux peuples exploités et de deux colonies, alors que ces caractéristiques ne s’appliquent qu’à la Palestine et nullement au Tibet. En revanche, sur base de l’analyse des faits, c’est entre les séparatistes tibétains et les gouvernements israéliens que la comparaison s’impose, car nous sommes bien ici en présence de deux nationalismes messianiques s’appuyant l’un et l’autre sur de puissants lobbies (*). Ça se confirme Cette analyse se confirme chaque jour davantage. La Région autonome du Tibet a beau connaître un développement économique (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190