RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Privatisations/Nationalisations

Scandale : le gouvernement privatise les aéroports sous les ordres de l’UE pour une bouchée de pain !

JBC
Après le scandale de la privatisation des autoroutes, le gouvernement privatise les aéroports. Dans la torpeur de l’été, le gouvernement a donc finalisé la privatisation des aéroports de Nice et Lyon. Cette privatisation prévue par la loi Macron a été conduite en application des ordres de l’Union Européenne. Dans le même temps le processus de privatisation des barrages hydroélectriques, toujours sous les ordres de Bruxelles se poursuit. Des aéroports appartenant au patrimoine de la Nation bradés au privé avec l’aide de fonds publics En application des lois de décentralisation – voulue notamment par l’Union Européenne – les aéroports régionaux ont été transformé en concession en 2005, concession dont la majeure partie était détenue par l’Etat et une minorité par les CCI conjointement avec les collectivités locales. Il s’agissait ainsi de lancer le processus de privatisation des aéroports. Sous la pression de l’UE, le gouvernement Valls a mis en œuvre cette privatisation La part de 60% de l’état dans la (...) Lire la suite »
11 

Quatrième paquet ferroviaire : l’Union Européenne impose l’ouverture à la concurrence du TGV !

JBC (Initiative Communiste)

Jeudi 8 octobre, réunis en conseil européen, les ministres des transports de l’UE ont validé la directive imposant l’ouverture à la concurrence des lignes ferroviaires nationales. C’est de fait désormais la privatisation du TGV qui est en marche.

Ce quatrième paquet ferroviaire, ensemble de directives européennes concernant le secteur du transport ferroviaire, finalise donc la libéralisation des chemins de fer, et la liquidation des services publics et des entreprises publiques nationales du secteurs.Cela 20 ans à peine après le traité de Maastricht et le grand mouvement social victorieux de décembre 1995. Alain Vidalies et Ségolène Royal – qui vient d’annoncer l’écriture en urgence des textes réglementaires permettant la privatisation des barrages hydroélectriques concédés, là aussi en application des directives européennes – porteront la honte d’être les liquidateurs finaux de la SNCF. Ceux qui auront validé le quatrième paquet ferroviaire qui finalise l’ouverture à la concurrence du transport de passagers, après qu’il y a quelques années l’Union Européenne a obligé les États à la libéralisation du transport de marchandise. Chaque nouvel acte de ce gouvernement témoigne un peu plus de sa nature de droite. Mais ce n’ont pas les seuls responsables. (...) Lire la suite »
Les luttes pour le féminisme, contre l’homophobie et quelques autres thèmes « sociétaux » sont sans danger

Tout cela manque d’audace, Monsieur Valls !

Floreal

« De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! », s’exclamait Georges Danton devant la Convention à l’époque où la bourgeoisie française et sa « gauche » dite « montagnarde » marchaient aux avant-postes de l’Histoire mondiale...

Qu’on se rassure, ce conseil grandiose a été entendu par les dirigeants actuels du PS. Dynamitant successivement tous les « tabous » hérités de la « vieille gauche », le quarteron de luxe L.V.M.H. (Le Drian, Valls, Macron, Hollande) s’émancipe à grand bruit des archaïques « totems » gauchistes : l’indépendance de la France par rapport aux USA ? Foulée au pieds pour rallier le commandement intégré de l’OTAN et faire de l’anglais la langue de travail de l’armée « française » ! Les aéroports publics ? Privatisez-moi cette vieillerie et qu’ça saute ! Les cotisations sociales du patronat mises en place par Croizat en 1945 ? Dégagez-moi ces « freins à l’embauche » ! Les Prud’hommes, les Comités d’hygiène et de sécurité dans les usines ? A la poubelle, et sans trier ! Le statut des profs ? Idées d’un autre temps, on va faire trimer ces feignants ! La limitation du temps de travail (quotidien, hebdomadaire, etc.) ? Sabrons cette invitation permanente à la paresse en dézinguant le repos dominical, les 35 h et en avant vers (...) Lire la suite »
Y aurait-il un bon et un mauvais capital ?

Retour sur la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac

ROUGES VIFS ILE-DE-FRANCE

En décidant d’ouvrir le Capital de la société d’exploitation de l’aéroport de Toulouse, le gouvernement confirme non seulement le désengagement de l’État dans les aéroports français et plus généralement dans l’ensemble du secteur public, mais surtout sa servitude indécente au Capital pour l’aider à étendre son emprise partout et dans tous les domaines.

Le mécanisme est rodé et pas nouveau : on a volontairement créé une dette publique – entièrement privée ! – pour asservir à perpétuité les peuples et pour« justifier » les politiques d’austérité mises en place par les gouvernements successifs qui elles-mêmes « justifient », entre autres, la vente des bijoux de famille. Et c’est coup double pour le capital, cela lui permet de rentrer dans toutes les entreprises où il n’était pas encore présent pour piller – encore plus – les richesses créées par les seuls travailleurs ; tout cela avec la complicité de ses serviteurs zélés au pouvoir qui, n’ayant pas eu mandat du peuple pour cela, n’ont aucune légitimité sur ce sujet… Mais comment le capital, par ce type d’opération extrêmement néfaste pour le monde du travail, arrive-t-il à déposséder à chaque fois des millions de copropriétaires – car les biens de la nation appartiennent à tous les citoyens, à tous les travailleurs – sans aucune réaction subversive des spoliés de leur propriété collective ? Dit autrement, quels (...) Lire la suite »

Le réformisme et l’opportunisme ont trahi les Cheminots ; le gouvernement et la SNCF prévoient 9000 suppressions de postes !

Jimmy DALLEEDOO

Le gouvernement et la SNCF, prévoient la suppression d’au moins 9000 postes à la SNCF d’ici à 2019. Ces suppressions de postes sont liées au processus de destruction des Chemins de fer en France. En effet, ce processus destructeur, s’est matérialisé par les réformes ferroviaires, qui ont été votées au mois de juin 2014. Ces 9000 suppressions de postes ont balayé les doutes des sceptiques : l’objectif de ces réformes ferroviaires avait été de détruire les Chemins de Fer en France, les cheminots et le service public.

Le syndicalisme et sa politique ; les causes du désastre ferroviaire. Ce processus de destruction a été appuyé par la loi Macron, petite sœur du pacte de responsabilité d’Hollande, toutes deux des attaques de grandes envergures contre le monde du travail. Les travailleurs du secteur privé et du secteur public, tous sans exceptions, subiront les attaques du capital et de ses multinationales : les cheminots disparaissent en France. Mais, avec les cheminots, disparaît aussi ce service public, qui était une conséquence des luttes de classes intenses, qui ont été menées par nos aînés sur les barricades. C’est ainsi que se présente, inévitablement, la question de la véritable nature du syndicalisme en France. C’est donc au mois de juin 2014, que la loi sur les réformes ferroviaires avait été votée au parlement. Une loi qui confirmait ainsi l’ouverture à la concurrence des Chemins de Fer en France. Cette loi, avait été précédée par des paquets ferroviaires, qui avaient été présentés et validés par les différents (...) Lire la suite »

Libéralisation et casse du service public : la directive européenne 2014/23/UE sur les concessions

Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

La Commission Européenne vient d’édicter de nouvelles règles en matière d’attribution des contrats de concessions avec la Directive sur l’attribution des contrats de concession – Directive 2014/23/UE. Vous n’êtes pas au courant ? normal si l’UE rédige ce genre de projet avec l’aide des lobbys des monopoles, elle ne tient évidemment pas compte de l’avis des travailleurs. Antidémocratique ? c’est bien le rôle de cette UE supranationale que de supprimer la souveraineté des peuples condition première de la démocratie, peuples qui n’apprécient guère de se faire tondre la laine sur le dos par les monopoles capitalistes. Et la Commission Européenne est en train de mettre en place une gigantesque zone de libre échange avec les USA, le Grand Marché Transatlantique (GMT, ou TTIP /TISA, TAFTA…) qui va encore plus accroitre les libéralisations en cours aux profits des monopoles capitalistes. Si le mandat de négociation est secret, nous avons un exemple avec cette nouvelle directive de ce que sont les objectifs de l’Union Européenne.

#vidéo Pourquoi il faut lutter contre le TAFTA / GMT et sortir de l’UE ! le champs d’application de la directive : en clair, tout. Près de 30 pages de jargon incompréhensible. On ne peut imaginer que cela ne soit fait exprès pour que le bas peuple ne lise pas, et que si d’aventure, il lisait ce genre de texte, il ne comprenne pas. Des dizaines de pages d’attendus expliquent que la directive ne devrait pas ceci, ne devrait pas cela... A tel point que s’en est suspect. Car les termes réglementaires de la directive sont eux très clairs. Libéralisation et mises en concurrence systématiques sont la règle. Y compris des services publics et des services d’intérêts général. Tout doit être confié « aux marchés », c’est à dire à la privatisation des profits par les multinationales pendant que les peuples continueront seuls de financer et de supporter risques et pertes. Bien sûr les dispositions de cette nouvelle directives ne sont pas nouvelles. Elles ne sont que la reprise pour bonne partie de jurisprudence (...) Lire la suite »

Reprivatisation du gaz

FALD
Je reçois ce jeudi 20 novembre un courrier de GDF-Suez. La prétendue autorité de la soi-disant concurrence oblige ce fournisseur de gaz, hélas plus entièrement public mais encore semi-public, à communiquer les données sur ses clients à ses concurrents privés en vue d’un démarchage commercial. Avec mon mauvais esprit habituel, j’imagine la même autorité enjoignant à une entreprise privée de rendre le même service à un concurrent public. Mais si je l’imagine, c’est parce que, faute de fumer, il m’arrive encore parfois de boire. Si on ne souhaite pas que ses données soient fournies aux dits concurrents, il faut vite renvoyer un coupon dûment rempli dans l’enveloppe « T » jointe. Avant le 17 décembre. Je le fais tout de suite. Et je crois qu’il serait bon qu’un maximum de sites et de réseaux sociaux popularisent la chose. Car il faut qu’un maximum de clients refusent ce démarchage, et réprouvent l’introduction du privé dans un domaine où la clientèle est forcément captive. Surtout que les dispositions seront (...) Lire la suite »

Loi de transition énergétique = privatisation des barrages hydroélectriques

PRCF

L'Assemblée Nationale vient d'adopter en première lecture le projet de loi de transition énergétique. Examiné en procédure accélérée de façon totalement anti-démocratique, ce texte prévoit rien moins que la privatisation des barrages hydroélectriques, démantelant un peu plus le secteur public de l'énergie, pour répondre aux exigences de libéralisation imposées par les traités européens. Bien sûr nous n'avons pas attendu ce texte pour appeler à combattre la libéralisation du secteur de l'énergie, et dénoncer la privatisation des barrages hydroélectriques :

Energie : à vue, sans plan et à contre-courant – le non sens de la privatisation d’EDF-GDF Halte à la privatisation des barrages hydroélectriques ! Oui à un grand pôle public, 100% nationalisé, de l’énergie Sortir de l’UE, contre les privatisations, nationaliser : Alstom, énergie, transports ... (le dossier d'initiative-communiste.fr) Energie nucléaire : Pour un référendum sur la nationalisation d’EDF Santé, Éducation, Énergie, Poste : Tous ensemble pour le service public ! Diversion médiatique et communication pseudo-écolo Durant les quelques jours d’examen de ce projet de loi, les médias du Capital auront amusé la galerie : dissertant un jour de sujets aussi essentiels que l’interdiction de sac plastiques jetables gratuits dans le commerce, le lendemain celui de l’interdiction de la vaisselle jetable. Reprenant en chœur les éléments de langage de la ministre de l’écologie et du développement durable et de l’énergie (MEDDE) Ségolène Royal, le débat aura été sur un sujet touchant de près le portefeuille et (...) Lire la suite »
11 
Vite, au gouvernement de Manuel Valls !

A propos du prix Nobel d’économie à Jean Tirole

ATTAC

Le « prix de la Banque de Suède en sciences économiques en l’honneur d’Alfred Nobel », improprement appelé prix Nobel d’économie, vient d’être attribué au français Jean Tirole. Alors qu’un déluge de commentaires élogieux en forme de « cocoricos » se propage dans les médias, Attac déplore ce choix qui s’inscrit dans la lignée des prix attribués à Hayek, Friedman et autres économistes néolibéraux en grande partie responsables de la crise actuelle.

Présenté comme « un des économistes les plus influents de notre époque » par la Banque de Suède, Jean Tirole est récompensé par « son analyse de la puissance des marchés » et ses recommandations en faveur d’une déréglementation dans les domaines de l’industrie, de la finance et du travail. C’est ainsi que Jean Tirole, dont on peut penser que le nouveau ministre de l’économie Emmanuel Macron est un admirateur fervent, propose une réforme du marché du travail, dont l’une des mesures doit être d’alléger le code du travail et, en particulier, de supprimer les contrats à durée indéterminés (CDI). Ce n’est pas tout : Jean Tirole est depuis longtemps un fervent partisan d’un marché mondial des permis d’émission de gaz à effet de serre. Le prix et la concurrence seraient ainsi les principaux instruments mobilisés pour limiter les émissions. Pourtant le marché européen du carbone est un échec retentissant en même temps qu’un nouveau théâtre de spéculation ! Dans le domaine de la finance, Tirole s’est illustré par une (...) Lire la suite »
Dormez, braves gens, ils vendent les bijoux du pays...

Avis aux intéressés

Mauris DWAABALA

Mardi, le gouvernement a annoncé la vente pour 4 milliards d’euros de ses participations dans des grandes entreprises françaises.

Pour rappel, L’État détient actuellement des parts dans 74 entreprises, comme la SNCF, Air France, Orange ou encore Renault. La valeur totale de ses participations dépasserait 110 milliards d’euros, dont 85 milliards pour les seules entreprises cotées en Bourse (hors PSA Peugeot Citroën). Elles ont rapporté à l’État 4,4 milliards d’euros de dividendes, pour un chiffre d’affaires de 145 milliards. Avec plus de 3 milliards d’euros, c’est le secteur énergétique, par le biais d’EDF et GDF Suez, qui reverse le plus de dividendes à l’État, suivi des industries de défense avec 267 millions d’euros. L’explication de cette manœuvre de revente de parts est simple : pour tenir ses engagements d’économies, de réduction de la dette et d’équilibre budgétaire promis dans le cadre européen, l’État gratte dans tous les coins pour que ça rapporte tout de suite. Un gouvernement qui vend au privé les actions qu’il détient chez les opérateurs publics, c’est un gouvernement de droite. D'ailleurs, depuis début septembre, l’Agence des (...) Lire la suite »
11 
afficher la suite 0 | 10 | 20