RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Terrorisme

Financement du terrorisme : le Président et les éléphants

Richard LABÉVIÈRE

"Pas d'argent pour la terreur"... quelle farce sanglante. A Paris vient de se tenir un énorme happening international visant à dépister et dénoncer les sources financières qui alimentent le terrorisme. Et il y avait là, bien sûr, tous les Etats voyous qui, comme de juste, ont financé et financent encore des engeances comme Daesch ou Al Qaïda. Mais comme ils achètent du matériel militaire et attaquent la Syrie, les yeux restent clos sur leurs mortelles turpitudes.

Jeudi dernier au siège de l’OCDE à Paris, le président de la République Emmanuel Macron a clôturé une conférence intitulée « No Money for Terror - Conférence de lutte contre le financement de Daech et Al-Qaïda ». Un « Pas d’argent pour la terreur » n’aurait empêché personne de dormir, mais les anglicismes, « ça fait plus moderne », disent les communicants ! Toujours est-il que durant une journée et demie, plusieurs centaines d’experts de haut niveau (financiers, juristes, membres des services spéciaux - et pas ceux de BFM ou C dans l’air), des représentants de 70 pays et d’une vingtaine d’organisations internationales ont pu croiser leurs expertises au sein de différents ateliers et tables rondes . Les participants que prochetmoyen-orient.ch a rencontrés, se sont unanimement félicités de la qualité de l’organisation et de la logistique, ainsi que du contenu des travaux. Dont acte - et bravo aux chevilles ouvrières de cette réunion qui conforte la « French touch » et consolide les outils de lutte contre le (...) Lire la suite »
10 

Les monstres

Jean ORTIZ
Notre société, notre monde, en crise, produisent des monstres. Pourquoi ? Que faire ? D’abord, ne pas hurler avec la meute, ne pas se tromper de combat. Ne pas en rajouter à des fins d’instrumentalisation politicienne. Des gamins capables de prendre en otage des innocents, de tuer sans sourciller sont des criminels. Ils n’ont aucune circonstance atténuante. Comment en sommes-nous arrivés là, au pays jadis des Lumières, des Droits de l’homme, de la Résistance ? Poser la question sous cette forme, n’est-ce pas en partie lui répondre ? Effectivement, parce que la France, son image, sa politique, ne sont plus tout ce qu’elles ont été ; désormais perçues comme inféodées à Washington, redevenues (ont-elles vraiment cessé de l’être ?) « gendarmes du monde », guerroyant dans des expéditions militaires aux objectifs impérialistes à peine cachés. Qu’est-ce que tout cela peut avoir comme relation avec les crimes de Trèbes ? Cela n’explique pas tout, mais beaucoup... La seule politique à efficacité réelle, c’est (...) Lire la suite »
53 

Israël édifié sur l’assassinat et le sang !

Karim MOHSEN
On savait que l'Etat d'Israël a fondé son existence, sa survie ensuite, sur l'assassinat de masse et sur l'assassinat ciblé de dirigeants arabes et palestiniens. Ainsi, des milliers de Palestiniens, en particulier, ont été tués dans des meurtres ciblés par Israël ces dernières années. De fait, la philosophie même de l'existence de l'Etat d'Israël est bâtie sur ce principe, faisant du meurtre et de la mort sa stratégie de survie comme le révèle dans son dernier livre Rise and Kill First [Se lever et tuer en premier] le journaliste Ronen Bergman. Selon l'auteur, cette stratégie ne date pas d'aujourd'hui, mais remonte aux années 1930, avant même la création de l'Etat hébreu. Ce qui indique que les promoteurs de cette politique de l'élimination physique des Palestiniens et ceux qui s'opposent à leur projet, n'incluaient pas, ne pouvaient inclure, la cohabitation avec les Arabes en général, les Palestiniens en particulier. Les villages palestiniens brûlés, les massacres de masse – Deir Yassine, Kafr Qassem (...) Lire la suite »

Religion et politique : un couple infernal à séparer de toute urgence !

Claire VÉRILHAC

Depuis la nuit des temps les religions ont été utilisées par des fous afin d'assouvir appétits de pouvoir et instincts meurtriers. Un prétexte bien commode puisque irrationnel. De l'Inquisition à Trump des terroristes ont semé la haine et la mort en leur nom. Il est urgent de les arrêter. Et, pour commencer, exigeons des paroles et actes politiques exempts de toute référence religieuse mortifère !

On l'a déjà oublié mais Donald Trump, à peine investi Président des Etats Unis, annonçait déjà la couleur. Pour son premier voyage officiel, en mai 2017, il se rendait dans les trois Etats religieux que sont le Vatican, l'Arabie Saoudite et Israël ! Ainsi commencera sa "croisade" qui l'amènera à désigner Jérusalem capitale d'Israël, comme il l'avait promis durant sa campagne à la droite évangélique, la remerciant ainsi de son important soutien électoral. Pied de nez au droit international, risque d'embrasement du Proche Orient, dangers de l'importation du conflit, haines et replis communautaires attisés, tout ça est de peu de poids face aux magouilles politiciennes. Et ce n'est pas nouveau. En tous temps et en tous lieux le pouvoir politique a utilisé les religions pour arriver à ses fins. C'est bien au nom d'une religion que, dès le Moyen Age, les inquisiteurs ont torturé et tué des milliers d'hommes et de femmes. Sous prétexte de combattre les "hérésies" l'Inquisition était déjà l'instrument par (...) Lire la suite »

10ème anniversaire du verdict condamnant injustement Jamal Zougam, véritable nouveau Dreyfus, pour les attentats de Madrid.

Cyrille Martin
Il y a 10 ans, le 31 octobre 2007, la Justice espagnole rendait son verdict dans l'affaire des terribles attentats de Madrid du 11 mars 2004 (Atocha, 191 morts). Après avoir suspecté l'ETA, l'enquête s'était dirigée vers de supposés djihadistes, au premier rang desquels le marocain Jamal Zougam, qui fut condamné à la réclusion à perpétuité, accusé d'être l'un des poseurs de bombes. Ce jugement est remis en question par un documentaire, réalisé en autoproduction par l'auteur de ces lignes. Intitulé 'Un nouveau Dreyfus, Jamal Zougam, bouc émissaire des attentats de Madrid ?', ce documentaire est construit sur la comparaison des images des journaux télévisés avec celles des enregistrements vidéos du procès. Il montre que, dans certains cas sensibles, on continue sur le vieux continent à condamner à perpétuité des boucs émissaires dont le seul tort est d'avoir la 'mauvaise' religion du moment. Que ce soit par l’intermédiaire de la Justice espagnole ou de la Justice européenne. La version espagnole du (...) Lire la suite »

Le Qatar n’aime pas que la pierre de taille, aussi le terrorisme

Jacques-Marie BOURGET

La stratégie suicidaire de l’Arabie Saoudite qui, croyant réduire le Qatar l’a élevé au statut abusif de victime, a un effet sur ce monstre dont Bourdieu disait qu’il n’existe pas : l’opinion publique. Dans les chaumières certains esprits contrits imaginent le Qatar ravalé en Somalie ou Yémen où, pour survivre, il faut manger de l’herbe. Non, qu’on se rassure, inutile de lancer une quête pour un « SOS Qatar ». Si les choses de l’argent sont un peu plus difficiles, tout va bien. Mieux Erdogan et le Pakistan ont expédié des troupes pour défendre Doha… d’une offensive saoudienne qui restera imaginaire. Ne pleurez plus, le Qatar reste le bastion de l’islam le plus obscurantiste et radical, le wahhabisme, et son apparence de victime va conforter son activité messianique. Le 19 juin dernier, à Paris, le Centre International de Géopolitique et de Prospective Analytique (CIGPA) a tenu une cession consacrée aux différents aspects géopolitiques du Qatar. L’aide de Doha au terrorisme était au programme…

Le premier indice donné par le Qatar, afin de démontrer sa volonté politique majeure, celle de jouer un rôle décisif au Moyen Orient et même au-delà, dans une vision qui se voulait mondial, a été de donner refuge à tous les mouvements terroristes de la planète. A partir du moment où ils étaient d’essence sunnite et non hostiles aux Frères Musulmans. Ainsi Doha est devenu un lieu étrange, un peu comparable -mais à rebours- à ce que fût Alger dans les années 60 qui servait alors de base pour l’organisation et l’expression de tous les mouvements marxistes de libérations de peuples. La comparaison s’arrête ici, mais le Qatar a ouvert à Doha des bureaux, avec le statut virtuel d’ambassade, à tous les prêcheurs de djihad, à ceux qui rêvent d’Etat islamique ou de Califat. Cet outil diplomatique, si atypique, est surveillé à la fois par le bureau de l’émir et par les Frères Musulmans qui, au Qatar, sont un état bis. Pour ne citer que les plus notables, rappelons que le Front Islamique du Salut, le parti des tueurs (...) Lire la suite »

Iran : la saison des attentats terroristes est ouverte

Ahmed BENSAADA
Lovée dans une des innombrables vallées bucoliques de la chaîne des Monts Zagros, la ville de Paveh est située dans la province de Kermanshah. Cette région de l’extrême ouest de l’Iran, limitrophe de l’Irak, est majoritairement peuplée par des Kurdes sunnites, arborant fièrement le « chalouar » et la large ceinture en tissu. Sise à une trentaine de kilomètres de la frontière irano-irakienne, Paveh n’aurait pu garder que le charme champêtre de son paysage et celui de ses routes sinueuses qui bordent les vergers d’arbres fruitiers si ce n’était sa position géostratégique, les intentions belliqueuses des pays voisins et l’instrumentalisation des minorités ethniques de l’Iran. Déjà, en 1979, Paveh a été l’épicentre de la rébellion kurde à la suite de la chute du Chah et de la proclamation de la République islamique d’Iran . C’est dans cette même région que, durant la guerre Iran-Irak, les opposants iraniens de l’Organisation des moudjahidines du peuple iranien (Mujaheddin-e-Khalq, MeK), mouvement militaire armé par (...) Lire la suite »

L’information se confirme : l’Occident finance et soutient le terrorisme !

Daniel VANHOVE

Pour ceux qui essaient de s’y retrouver dans les tumultes du monde actuel, les guerres qui ravagent le Moyen-Orient et particulièrement celle de Syrie depuis mars 2011, donnent à mieux comprendre le jeu retors des puissances extérieures qui les alimentent.

Sous un départ qui s’apparentait à ce que d’aucuns nous ont vendu comme « les printemps arabes », cette terrible guerre fomentée et financée par l’Occident qui espérait la mettre à profit pour renverser le président Bachar al Assad et avoir ainsi un meilleur contrôle des réserves d’hydrocarbures et des oléoducs du pays, n’en finit pas de nous livrer les arcanes de ce qui se trame dans les couloirs obscurs des chancelleries. Que l’on ne me rétorque pas que mon propos n’est pas étayé. Il y a aujourd’hui suffisamment de preuves qui attestent que c’est bien l’Occident qui est à la manœuvre derrière toutes ces pseudo révolutions populaires, tant au Moyen-Orient qu’en Ukraine ou au Venezuela. Et les dernières déclarations du secrétaire d’Etat américain Tex Tillerson en sont l’illustration la plus flagrante, dès lors qu’il a dit devant le comité des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants : « ... soutenir des éléments à l'intérieur de l'Iran pour une transition pacifique (ben, voyons !) du régime. » De tels (...) Lire la suite »

Georges Corm : « Les pays du Golfe comme les Etats-Unis ont armé et entretenu des groupes djihadistes »

Georges CORM

Économiste et historien, Georges Corm vient de publier aux éditions La Découverte La nouvelle question d’Orient, une « plongée historique dans le destin tragique des sociétés de l’Est de la Méditerranée et du monde arabe ». Il livre ici son analyse sur la crise diplomatique qui secoue la péninsule arabique entre sponsors sunnites du « terrorisme », sous l’œil du parrain militaire étasunien.

Comment analysez-vous la crise diplomatique actuelle et la mise en quarantaine du Qatar, accusé de soutenir le « terrorisme » ? Georges Corm : Heureusement que le ridicule ne tue pas : depuis la première guerre d’Afghanistan, les pays du Golfe comme les Etats-Unis ont armé et entretenu des groupes de prétendus « djihadistes » qui ont été déployés d’un pays à l’autre, en fonction des intérêts géopolitiques de Washington et de ses alliés. Ceci dit, ce n’est pas la première crise entre l’Arabie Saoudite et le Qatar, qui ont en commun comme doctrine d’Etat le wahhabisme. Et qui ont été ces dernières années en compétition très forte, en particulier depuis les soulèvements arabes de 2011, pour recueillir le fruit du détournement de ces révoltes en soutenant différentes mouvances de l’islam politique. L’influence du Qatar, via notamment ses centres d’études, ses think tanks et sa chaîne de télévision al-Jazeera, a visiblement pris trop d’importance pour une Arabie Saoudite qui cherche aujourd’hui, sans aucun complexe, à (...) Lire la suite »

Le double jeu de l’Arabie saoudite !

Karim MOHSEN
Le Qatar pourquoi ? La question ne semble pas devoir avoir de réponse dans l'immédiat tant du fait de la pertinence de l'accusation portée contre Doha – financement du terrorisme – que de la qualité de l'accusateur, l'Arabie saoudite, financier patenté du terrorisme dit « islamiste ». C'est l'histoire du pyromane qui crie au feu ! Mais ce n'est là qu'un aspect de la crise, car elle ne semble pas aussi simple que l'on veut le faire croire, tant l'enjeu pour l'Arabie saoudite (qui se découvre des postures de leader du Monde arabe) est sérieux qui se positionne en maître à penser des Arabes et des musulmans, tout en se servant en sous-main de la terreur « djihadiste » pour imposer son diktat. De fait, la « crise du Golfe » se circonscrit au Qatar et à l'Arabie saoudite, les « alliés » de Riyadh n'étant que des comparses. A commencer par l'Egypte devenue, au fil du temps, le jouet du wahhabisme. Gamal Abdel Nasser a dû se retourner dans sa tombe. Grandeur et décadence ! Mais la crise ? Atteinte de folie de (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190