RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Thème : Manuel Valls

Législatives : édito dans l’Huma, déclaration de Jean-Luc Mélenchon, et urgente nécessité de dissoudre le Conseil constitutionnel qui risque d’élire Manuel Valls

Maxime VIVAS

Tsunami LREM et poussée du FN moins forts que prévus, déroute de LR et du PS, légère progression du PCF, entrée de la FI à l’Assemblée nationale avec possibilité de constituer un groupe, échec de personnalités fortement impliquées dans le marasme actuel, bref, mis à part le fort taux d’abstention, ce dimanche « a été meilleur que s’il avait été pire ».

Maurice Ulrich, Editiorialiste de l'Humanité, nous dit qu’il va falloir compter sur la France Insoumise et sur le PCF. A Marseille, Jean-Luc Mélenchon fait une déclaration qui annonce un futur de combat et d’espoir. A Evry, Farida Amrani (candidate de la FI) et son concurrent Manuel Valls (candidat valssiste) revendiquent la victoire, mais les médias annoncent illico de concert que Valls est élu (50,3% des suffrages, et 139 voix d’avance). Le contexte : irrégularités constatées, décomptes des voix contestées, procès-verbaux non signés, large avantage pour la France Insoumise (jusqu’à 60%) dans des bureaux où Farida Amrani avait des assesseurs, recomptage des bulletins en mairie d’Evry avec interdiction à la presse et à la France Insoumise d’y assister, chahut dans le hall de la mairie où un Valls, défait, a parlé devant des citoyens le traitant de tricheur (sans qu’il les interpelle en retour, ce qui n’est pas dans ses habitudes), appel aux forces de l’ordre , recours déposé par la candidate. La loi (...) Lire la suite »
12 

Valls valse, encore une victoire du dégagisme !

Jean-Luc MELENCHON

Après une semaine d’ubuesques publications de résultats, qui ne furent jamais ni définitifs ni exacts, le deuxième tour de la primaire du PS s’est déroulé dans les conditions ordinaires : saturation médiatique intense, amandine cécité sur le bilan des candidats et le contenu précis de ce qu’ils avançaient. Mais cela n’est pas une nouveauté et, par conséquent, cela ne mérite pas qu’on s’y arrête.

L’évènement c’est que le PS a organisé une primaire hors du commun. Sa tenue a d’abord auto-bloqué et asphyxié son président sortant en exercice. Puis elle a conduit à faire voter massivement contre le Premier ministre qui a été l’inspirateur du quinquennat. Le fait n’est donc plus la primaire mais ce qui s’exprime à travers elle. Considérée vue de haut, la situation manifeste un moment particulièrement fort dans la maturation du phénomène « qu’ils s’en aillent tous ». L’insoumission, annoncée par le nom de notre mouvement, partait du constat que ce phénomène travaille en profondeur notre société. Ce phénomène que les Tunisiens avaient nommé le « dégagisme » par référence au slogan omniprésent de leur révolution démocratique à l’adresse du PS de Ben Ali : « dégage ». Car ce résultat est totalement inédit pour un exercice du type d’une primaire. On doit donc en déduire que tout cela constitue une tendance lourde du moment politique. C’est cette pulsion « dégagiste » qui ouvre les saisons de grand remuement des sociétés. (...) Lire la suite »

Avec le 49-3 et les Frères musulmans, il y a Docteur Manuel et Mister Valsarre !

Salah HORCHANI
Manuel Valls, premier ministre et chef de la majorité parlementaire, face à l’hésitation de ladite majorité à voter deux lois qu’il voudrait faire passer, a dégainé six fois l'article 49-3 de la Constitution pour les faire adopter, par un passage en force, sans passer par le vote du Parlement, et cela, en février 2015, pour la loi sur la croissance et l’activité, dite « Loi Macron », et en juillet 2016, pour celle sur la réforme du Code du travail dite « Loi El Khomri » (1). Alors que Manuel Valls, ex-premier ministre et ex-chef de la majorité parlementaire, mais, candidat à la primaire de la gauche pour l’élection présidentielle 2017, a déclaré, le 15 décembre 2016, dans un entretien à France Inter : « Je connais parfaitement les effets pervers du 49-3, je suis lucide (...) Son utilisation est devenue dépassée, trop brutale (...) Je proposerai de supprimer purement et simplement le 49.3 » (2). Ce même Manuel Valls, ex-premier ministre et ex-chef de la majorité parlementaire, mais, candidat à la primaire de (...) Lire la suite »

Quand Manuel Valls montre son ignorance de la Tunisie chez Salamé et Pujadas

Salah HORCHANI
Une photo, à l’attention de Monsieur Manuel Valls, qui montre l’étudiante Khaoula Rachidi s’interposant, le 7 mars 2012, au risque de sa vie, pour que le drapeau tunisien ne soit pas remplacé par le drapeau de Daech qu’un salafiste vient de hisser en haut du bâtiment se trouvant à l’entrée de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM), photo-symbole du combat de la femme tunisienne aujourd’hui, prouvant, soit dit en passant, qu’en Tunisie, contrairement à ses déclarations (voir ci-dessous), le voile n’est pas imposé aux femmes. Aussi, elles n’ont pas à « se battre précisément pour l’enlever », et, au demeurant, contrairement à ce qui s’est passé en Iran – pour citer l’(unique !) autre pays qui a intéressé Monsieur Valls, voir ci-dessous – l’État tunisien n’a jamais eu besoin de légiférer à ce sujet ; qui plus est, dès l’aube de l’indépendance, il a encouragé le dévoilement des femmes. Dans ce cadre, j’invite Monsieur Manuel Valls à visionner la magnifique vidéo suivante où l’on voit le (...) Lire la suite »
Le premier ministre chez Ruquier

Accident sur l’A2 : Valls s’explose sur une Ferrari !

Ariane WALTER

Ce n’est pas faute d’avoir reçu moults avis de prudence, mais Manuel Valls, dont l’impétuosité est connue, avait décidé de se rendre de Matignon à l’Elysée en passant par l’échangeur ONPC. Certes l’itinéraire pouvait paraître tranquille car la traversée des villages Pont-Ruquier, Sainte Salamé et le Puy du Moix ne pose problème que pour les voyageurs qui n’ont pas des pneus antidérapants de la marque CRIF. Ce qui n’est pas le cas de M. Valls qui est chaussé en Crifissime.

M. Valls qui connaît toutes les ruses de la communication, grâce à une équipe de communicants hors-pair, (ceux qui l’avaient filmé sur le perron de l’Elysée conseillant à Pellerin, qui semblait hésitante quant à ce qu’elle allait faire en tant que ministre de la culture, « d’aller voir Monique Lang pour avoir des tuyaux. », sacrée équipe !), avait décidé, lors de ce voyage, de se faire filmer par une caméra go-pro. Un incident ayant émaillé son dernier maquillage, une pauvre maladroite ayant taché son costard et Valls ayant balancé un verre d’eau minérale, Christina Cordula, appelée en renfort, avait conseillé un maquillage nude, lèvres à peine teintées, mascara léger, qui lui donnait un air de revenant. Il sentait la poudre, comme un petit marquis. Malheureusement, les oreilles restaient dans leur couleur naturelle c’est à dire rose vif qui crut et embellit tout au long du parcours. Ainsi, M. Valls ressemblait à un hobbit sur le chemin de l’anneau et du saint Graal : l’Elysée 2017. Premier incident : la (...) Lire la suite »
16 
Le Pouvoir PS met le paquet dans l’enquête

Les tribunaux diront bientôt aux prolos d’Air France le prix faramineux d’une chemise de DRH

Vincent MORET

L’enquête sur les incidents à Air France, lundi, à Roissy, avance. Selon une information du Parisien. 26 salariés ont déjà été identifiés ou sont en cours d’identification.

Pourquoi limiter à 26 ? A 26 lampistes. Selon un sondage exclusif ELABE BFM-TV (Chaîne qui a condamné en boucle les salariés d’Air France), les Français se déclarent à 75% "choqués" par les scènes de violence qui ont éclaté à la suite du CCE d'Air France. Parmi eux, les gens de la droite, du PS, tous les PDG, tous les DRH, les gros actionnaires et les gogos chauffés par les médias et par le gouvernement. Reste un quart qui n’est pas choqué. Un autre sondage donne plus de 33 % des Français qui ne sont pas choqués (Ils n’ont pas la télé ?). Que ceux-là votent à gauche pour les régionales et ça ira. On attend le sondage de BFM-TV sur le salaire 2014 du PDG d’Air-France-KLM, M. de Juniac : 600 000 euros de rémunération fixe, plus 45 000 euros de salaire variable. On attend le sondage demandant à un échantillon représentatif ce qu'il pense du sens du dialogue et du courage des dirigeants d'Air France interpellés par une salariée. Voir ou revoir : https://www.youtube.com/watch?v=fcbY5uOUBNA Dès le lendemain, (...) Lire la suite »
23 
La nouvelle ministre du chômage est arrivée

Portrait d’une apparatchik

Vincent MORET

Nommée le 2 septembre 2015, ministre du Travail à la suite du départ de François Rebsamen qui n’en a pas fichu une rame à ce poste, Myriam El Khomri, 37 ans, n’a jamais été autre chose qu’une apparatchick du PS. Elle a toujours exercé des fonctions attribuées par le pouvoir (missions diverses) et a été adjointe au maire de Paris.

Comme Manuel Valls, Myriam El Khomri n’a jamais été salariée, ni dans le privé, ni dans le public. Voir son édifiante fiche Wikipedia qui précise entre autres : « Diplômée en droit, aucune profession en dehors de son parcours politique n'est connue ». Pourquoi celle qui n’a jamais approché le monde du travail et n’a jamais eu un patron est-elle nommée ministre du Travail, chargée de l’épineux problème du chômage (qu’elle n’a jamais subi, n’ayant jamais travaillé) ? Pourquoi a-t-elle été préférée à Alain Vidalies (réputé être un expert du code du travail) qui semblait ministrable ? Dans les coulisses du Pouvoir on dit que c’est en raison de son aptitude à la communication, Vidalies étant moyen dans ce domaine. Je vous jure qu’ils nous auront tout fait et qu’il est temps de dire que, quelle que soit la configuration pour les Régionales et les présidentielles, le PS, syndicat des élus, distributeur de sinécures et de voitures de fonction n’aura plus nos voix. Vincent (...) Lire la suite »
12 
Après Pasqua, le duoVallshollandais veut « terroriser les terroristes »

Plus culotté que Valls, tu en perds la culotte !

Jean ORTIZ

Le Premier ministre de fer veille nuit et jour sur nous le petit peuple ; non pas qu’il ait mis en place une « loi de renseignement », clone réduit du « Patriot Act » et de la NSA, non non non ; ça c’est pour contrecarrer (« instrumentaliser » disent les « langues de peille » occitanes) le danger et la peur du terrorisme , et donc nous permettre de dormir tranquilles.

Le gouvernement se voit contraint de chasser dans les marécages du Front national, sans aucune arrière-pensée autre que nous éviter les somnifères et nous protéger d’une psychose (qu’il alimente lui-même) et des « barbares ». Décidément tout fait ventre pour que François Hollande apparaisse comme le rempart contre la droite et l’extrême droite au second tour des présidentielles de 2017, comme le champion du « vote utile ». Amnésiques : attention ! Après l’hommage boursoufflé rendu à Pasqua, on peut compter sur le duo Vallshollandais pour « terroriser les terroristes », et laisser en paix les militants anticapitalistes, les mouvements sociaux, les syndicalistes, les cocos et assimilés, les gauchos ; les tous ceux qui en ont plein l’arrière-train , les alternatifs, les accoucheurs d’un autre monde, les « minorités », les Gitans, les « immigrants » qui nous envahissent et ruinent notre pays, alors que tant de « décideurs », de grands patrons philanthropes, de « capitaines d’industrie » patriotes, de cacateurs 40 et (...) Lire la suite »

Vers un droit du travail propre à chaque entreprise ?

Jean-Christophe Chanut

Manuel Valls a décidé de lancer un nouveau chantier : comment renforcer la place "des accords d'entreprise" dans les relations sociales ? Son idée serait de faire de l'accord d'entreprise la principale norme du droit du travail. Analyse.

Au milieu des importantes annonces de Manuel Vall du 8 avril pour favoriser l'investissement, une décision du Premier ministre est un peu passée inaperçue. Pourtant, elle pourrait déboucher sur de très grands changements dans le fonctionnement du marché du travail et bousculer la vie de millions de salariés. Manuel Valls a en effet décidé de confier une mission au haut fonctionnaire Jean-Denis Combrexelle - ancien directeur général du travail et actuel président de la section sociale au Conseil d'Etat - afin de « renforcer la place des accords d'entreprises », sans toutefois, selon Matignon, "supprimer de texte dans le code du travail". Jean-Denis Combrexelle est concrètement chargé de mener un "groupe de réflexion" qui rendra ses conclusions fin septembre en vue d'une conférence avec les partenaires sociaux "à l'automne". L'objectif sera, bien entendu, de trouver les moyens d'accorder plus d'autonomie aux accords collectifs d'entreprise afin de faire davantage « coller » le droit du travail avec (...) Lire la suite »

Anthony Giddens, vrai maître à penser de Manuel Valls

Armand AJZENBERG

« ... c’est bien à l’échelle mondiale qu’il faut maintenant juger de l’état des classes sociales en général, et de la classe ouvrière en particulier. » Connaissez-vous le théoricien de la politique social-libérale en Europe ? Par Armand Ajzenberg, auteur et bloggeur.

« Valls fait du Valls. (...) Il est au pouvoir et entend profiter du pouvoir pour favoriser l’extension du vallsisme. La rénovation que la gauche n’a pas su conduire dans ses longues années d’opposition, il entend la mener depuis Matignon (...). Rien ne l’arrêtera... car le “Monsieur 5 %” de la primaire est devenu le premier ministre qui engrange quelque 60 % d’opinions favorables. Cela vaut tous les encouragements », écrivait Françoise Fressoz, chroniqueuse du Monde il y a peu. Vrai... en partie. « Il faut renoncer aux vieilles recettes, il faut redéfinir cette nouvelle société. L’incarnation de ces mots-là doit être faite par quelqu’un de la nouvelle génération », déclarait déjà notre homme en 2007 au Nouvel Économiste. Faux aussi, Valls ne fait pas que du Valls. Son inspirateur, son maître à penser, c’est Anthony Giddens (Lord Anthony Giddens, baron Giddens). Il applique, avant tout, la ligne politique que celui-ci préconise. Anthony Giddens ? C’est ce théoricien qui inspira la politique du New Labour à Tony (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30