RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : France Inter

France Inter comme les autres

Frederic LORDON
Le problème n’est pas, n’a jamais été les « 1 % ». Au reste si vraiment on voulait cerner la grande richesse qui fait les oligarchies, il faudrait plutôt aller chercher du côté des 0,01 % voire des 0,001 %. Non, le problème — le verrou politique — ce sont les 10 %. Les 10 % qui, ne souffrant de rien, sans être richissimes, « y » croient dur comme fer. Adhèrent à tous les énoncés de l’hégémonie, les répandent comme évidences autour d’eux, s’interloquent qu’on ne les partage pas. Une sociologie plus polémique que scientifique des 10 % dirait : c’est la classe nuisible — tout en postures, à célébrer au nom d’abstractions avantageuses (la mondialisation contre le repli, l’Europe contre les nationalismes, l’ouverture contre la fermeture) des transformations qui détruisent les autres classes. Une économie politique sérieuse (celle de Bruno Amable et Stefano Palombarini) dirait : c’est le bloc bourgeois. Une vue littéraire (celle de Sandra Lucbert) : c’est le PFLB — le PourFaireLeBourgeois. Et en effet, synthétiquement : (...) Lire la suite »
24 
Et un de plus, un ! Mais toujours pas de Français.

Un juriste international, trois fois « nominé » pour le prix Nobel de la paix, démonte méthodiquement la fable du génocide ouïghour

Maxime VIVAS

L’ex-chef d’état-major de Colin Powell révèle dans une vidéo que la CIA, en 2018, avait ourdi une déstabilisation de la Chine en agitant les Ouïghours, des avocats du Département d’Etat états-unien préconisent d’abandonner la fable improuvable du « génocide », deux prestigieux intellectuels dont l’un a conseillé la Maison blanche et l’autre le secrétaire de l’ONU, font de même.
Il faut ajouter depuis peu Mehmet Sukru Guzel, un expert turc dans les domaines du droit et des droits de l’homme. Il est titulaire d’un doctorat et professeur honoraire de l’Académie internationale des sciences d’Azerbaïdjan. Il a été nominé trois fois pour le prix Nobel de la paix.

Ayant posé en titre la question : « Les prétendues allégations de génocide des États-Unis contre la Chine sont-elles justifiées par le droit international ? » il va consacrer 16 000 signes à apporter une méticuleuse et irréfutable réponse négative. L’article intégral est ici (en anglais). Il épingle à neuf reprises Adrian Zenz, seule source de l’accusation pour le gouvernement américain et inspirateur « de l'Associated Press, de CNN et de la BBC ». On pourrait ajouter : l’AFP, les médias français et les politiciens français sinophobes par électoralisme (Raphaël Glucksmann, Clémentine Autain…). Sur Adrian Zenz « spécialiste » du Xinjiang après y être allé une fois comme touriste en 2007, voir mon livre « Ouïghours, pour en finir avec les fake news. » Mehmet Sukru cite à sept reprises, comme source peu crédible, l’ex-secrétaire d’Etat Mike Pompeo. Pompeo ? Le 15 avril 2019, auprès d'étudiants de l'université A&M du Texas, il a évoqué son expérience de directeur de la CIA de 2017 à 2018 : « Nous avons menti, nous (...) Lire la suite »
Cette lettre du 27 mars attend toujours sa réponse

Lettre ouverte à la radio que je paie et qui me calomnie

Maxime VIVAS

Voici la lettre courtoise, pas énervée, que j’ai envoyée à la médiatrice de France Inter.
A contrecoeur. Je ne voulais pas. Des lecteurs et des amis m’ont poussé.
Je pensais que réagir, c’est s’abaisser au niveau de ce chroniqueur et que c’est inutile : j’aurai en réponse, s’il y a une réponse, des arguties foireuses, du bruit fait avec la bouche.

Chère madame France Inter, Je suis auditeur de France Inter et contribuable français, deux raisons d’être attristé par la charge de votre chroniqueur Tristan Mendès-France à mon encontre dans l’émission « Antidote » qui gagnerait en excellence si elle voulait (à l’occasion, ou pas, d’une prochaine salve contre moi) préciser ce qui suit et qui le contredit : 1) Je ne suis pas le responsable du site Le Grand Soir. 2) Le Grand Soir ne relaie pas de « nombreuses théories complotistes ». Il n’en relaie aucune. C’est vérifiable : il a publié 30 000 articles, tous en archives libres. 3) Il n’a donc à aucun moment contesté l’existence « des attentats du 11 septembre 2001 ». A titre préventif, je signale que Le Grand Soir n’a pas davantage nié que Neil Armstrong ait posé le pied sur la lune le 21 juillet 1969. S’il vous est pénible de rectifier vos 3 fake news du 26 mars 2021, au moins pouvez-vous, SVP, considérer qu’il n’est pas digne d’une radio publique de traiter à l’improviste un auditeur et un citoyen d’« (...) Lire la suite »
11 
On épingle ces deux-là, mais il y en beaucoup d’autres

La hargne obsessionnelle, pro-israélienne et pro-étatsunienne de Tristan Mendès France

Maxime VIVAS

A savoir : Tristan Mendès France est acoquiné à Rudy Reichstadt, « membre de l’Observatoire des radicalités politiques, fondateur du site ConspiracyWatch, observatoire du conspirationnisme et des théories du complot » (sic).

En 2011, dans un article dont ces deux enfumeurs recommandent encore aujourd’hui la lecture, une « journaliste » décrivit le site Le Grand Soir comme un site complotiste et elle accusa ses administrateurs de publier des « articles fascistes ». J’avais contacté alors une journaliste amie (qui avait essayé peu avant de rejoindre l’équipe du GS). Elle avait travaillé dans le même fanzine que la signataire de l’article. Je lui ai demandé d’intervenir. Elle refusa. Et pour cause : elle était, sous pseudo, l’auteur de l’article crapuleux, un spécimen parfait de racontars complotistes qui complaisent toujours à ses potes, les duettistes Reichstadt, Mendès France. Depuis cet article, quelques abrutis « antifafs » et les défenseurs, quoi qu’il fasse, de l’Etat d’Israël nous mordent les talons avant de fuir et d'aller pleurnicher dans leur niche quand vient la riposte. Reichstadt, Mendès France sont deux défenseurs des gouvernements d’Israël, quels qu’ils soient, même si on y trouve des ministres fascistes et des (...) Lire la suite »
18 
Sur demande, cette lettre (28 mars) du blog de Bernard Gensane est publiée ici

LETTRE A TRISTAN MENDES-FRANCE, FRANCE-INTER A PROPOS DE MON PERE, MAXIME VIVAS, LE GRAND SOIR

Frédéric VIVAS

J’écoute France Inter, l’émission Antidote, et vous parlez, Tristan MENDES-FRANCE, de mon père, Maxime VIVAS, écrivain et cyberjournaliste. Dans votre chronique du vendredi 26 mars, vous commettez, en moins de 3 minutes 10, deux mensonges, une imprécision et une indélicatesse. Ce qui, vu le temps imparti, relève de la performance.

L’indélicatesse d’abord, c’est celle de traiter par deux fois mon père de manière cavalière (« un individu », « cet individu », pourquoi pas énergumène ?), façon de ne pas reconnaitre son statut d’auteur (20 livres), d’ex-référent littéraire d’Attac et de journaliste alternatif (chroniques dans la presse radio, web et papier : Journal Metro, l’Humanité, Les Z’Indignés). Le procédé est rhétorique, il s’agit de dénigrer la personne pour remettre en cause son propos. Si vous vous étiez arrêté-là, il n’y aurait peut-être pas loisir à poursuivre. Vous ajoutez à l’indélicatesse, une imprécision. Mon père n’est pas « LE responsable du site LE GRAND SOIR », (30 000 articles, 2300 contributeurs dans le monde) mais un de ses administrateurs. L’amplification est une autre figure de rhétorique. Dois-je vraiment vous reprocher d’appliquer la grille de lecture des médias dominants, celle de prendre pour modèle la concentration de l’information ? « LE » responsable, comme si la gouvernance unique était l’évidence. Dois-je y voir le signe (...) Lire la suite »
Ouïghours : un administrateur du Grand Soir enflamme France Inter

Etudiants dans le besoin : ouvrez une boutique de chasseur de "fake news".

Jacques-Marie BOURGET

Simone Weil nous a tout appris en nous donnant un conseil " Croire à l'histoire officielle c'est croire des criminels sur parole". Mais les indignés sur commande qui font commerce de la vérité n'ont jamais lu Simone Weil. Alors, nouveaux chiens de garde, ils aboient pour le compte de leurs maîtres quand un aventurier ou un naïf, peut être un courageux, s'en vient à ne plus croire les criminels sur paroles. Et les dénonce. Ici les fusils des chasseurs de "fake news" les attendent. Le goudron et la plume, la boue aussi.

France Inter est une radio d’Etat que je n’écoute jamais. Seulement quand un quidam me transmet « un lien » me dirigeant « en streaming » vers un moment de grossièreté ou de mensonge. Les gestes barrière s’imposant, j’enfile alors des protections d’oreilles. J’ai donc été contraint de me coiffer d’une charlotte double couche pour découvrir des propos tenus le 26 mars dernier lors d’une séquence matinale de la radio officielle, bavardage intitulé « Antidote » (nous verrons plus loin que ce remède est pire que le mal). Un dénommé Tristan Mendès France, un citoyen qui, visiblement à son rond de serviette dans la maison ronde, pérorait à propos d’un livre « Ouïghours, pour en finir avec les fakes news », une enquête rédigée par Maxime Vivas. Visiblement, pour le sagace agacé Tristan Mendès France, Vivas, en écrivant ses pages, a commis un crime contre l’humanité. Voire un génocide. Puisqu’il est apparent que Mendès n’a pas lu le bouquin dont il dit le plus grand mal, il utilise la vieille technique du dénigrement (...) Lire la suite »
38 

Lettre ouverte à la radio que je paie et qui me calomnie

Maxime VIVAS

Voici la lettre courtoise, pas énervée, que j’ai envoyée à la médiatrice de France Inter.
A contrecoeur. Je ne voulais pas. Des lecteurs et des amis m’ont poussé.
Je pensais que réagir, c’est s’abaisser au niveau de ce chroniqueur et que c’est inutile : j’aurai en réponse, s’il y a une réponse, des arguties foireuses, du bruit fait avec la bouche.

Chère madame France Inter, Je suis auditeur de France Inter et contribuable français, deux raisons d’être attristé par la charge de votre chroniqueur Tristan Mendès-France à mon encontre dans l’émission « Antidote » qui gagnerait en excellence si elle voulait (à l’occasion, ou pas, d’une prochaine salve contre moi) préciser ce qui suit et qui le contredit : 1) Je ne suis pas le responsable du site Le Grand Soir. 2) Le Grand Soir ne relaie pas de « nombreuses théories complotistes ». Il n’en relaie aucune. C’est vérifiable : il a publié 30 000 articles, tous en archives libres. 3) Il n’a donc à aucun moment contesté l’existence « des attentats du 11 septembre 2001 ». A titre préventif, je signale que Le Grand Soir n’a pas davantage nié que Neil Armstrong ait posé le pied sur la lune le 21 juillet 1969. S’il vous est pénible de rectifier vos 3 fake news du 26 mars 2021, au moins pouvez-vous, SVP, considérer qu’il n’est pas digne d’une radio publique de traiter à l’improviste un auditeur et un citoyen d’« (...) Lire la suite »
26 
Une campagne mondiale débridée. Plus c’est gros, mieux ça passe

Le dernier des Ouïghours et les derniers des journalistes

Maxime VIVAS

Voulez-vous soulever une vague mondiale d’indignation contre un pays ? Vous affirmez que les hommes y sont massivement emprisonnés et torturés, voire exécutés en catimini, que les femmes y sont stérilisées de force et qu’on y supplicie les enfants. C’est ce que vient de faire, ce que fait, ce que va continuer de faire la presse mondiale, agissant en porte-voix de quelques journaux états-uniens inspirés en sous-main par des officines de la Maison Blanche.

Qu’il n’y ait pas un mot de vrai dans la campagne antichinoise sur les Ouïghours importe peu. Il suffit de prétendre, d’affirmer. L’information circule, les journaux se lisent entre eux, les politiques s’en mêlent. C’est faux mais plausible : Chine insondable, Chinois impénétrables derrière la fente de leurs yeux. Vous me suivez bien, vous qui êtes pour la plupart normaux, pardon : blancs ? Bruno Le Maire et Clémentine Autain sont indignés et le font vertueusement savoir. C’est tout mensonge, mais le mal est fait. Ce n’est qu’après la destruction de l’Irak et après des centaines de milliers de morts innocents que toute la presse concède que les informations sur les couveuses débranchées au Koweit par les soudards de Saddam Hussein étaient inventées, que la fiole brandie par Colin Powell à l’ONU contenait du pipi de son chat ou du sable de sa litière ou de la poudre de perlimpinpin et non des Armes de Destruction Massives qui risquaient d’avoir raison des USA, de la Grande-Bretagne et (horreur !) de la (...) Lire la suite »
50 
De Charybde en Scylla

Pierre Haski remplace Bernard Guetta pour enfumage quotidien renforcé sur France Inter

Maxime VIVAS

Pierre Haski va intégrer le « 7/9 » de France Inter. « Tous les jours c’est à lui que reviendra désormais la mission d’analyser la marche du monde et de nous faire comprendre que nous en sommes les gardiens, ce que Bernard Guetta nous a inlassablement transmis », a déclaré Laurence Bloch, directrice de France Inter.

Qui est Pierre Haski ? Spécialiste des articles obsessionnels contre la Chine (où il a été correspondant de presse), il est un des fondateurs du site Rue89 après avoir été directeur-adjoint de la rédaction de Libération où il couvrit obstinément quelques fake news, comme nous allons le voir. Il est aussi le président de la fausse ONG pro-US : Reporters sans frontières. Pour « analyser la marche du Monde », on ne pouvait trouver esprit plus moral et impartial dans le vivier des médias. Qu’est-ce que Rue89. C’est un site d’information fondé le 6 mai 2007 par des anciens de Libération, dont Pierre Haski. En 2009, Rue 89 a perçu une aide de 249 000 euros du gouvernement. Les sommes reçues par la suite ne sont pas connues de nous à ce jour. Le 31 décembre 2011, Rue89 a été vendu pour 7,5 millions d’euros au Nouvel-Observateur ( Xavier Niel, Matthieu Pigasse), avec promesse que les fondateurs resteraient aux manettes (et Pierre Haski président). Un exploit de Pierre Haski à Libération. Le 9 janvier 2006, le (...) Lire la suite »
21 

Quand la petite souris du site Le Grand Soir s’introduit dans des soirées privées et dans les coulisses d’une émission de France Inter.

LE GRAND SOIR
Le 24 septembre 2012, la petite souris du site d’informations alternatives Le Grand Soir s’était introduite dans une réception donnée à Paris par l’ambassade de Chine où se pressaient des artistes, journalistes, députés, ministres (dont Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls) et anciens ministres dont la plupart détestent la Chine puisque les USA la désignent en ennemie. Le 12 novembre 2013, la petite souris s’était invitée à une soirée privée de l’ambassade du Qatar à Paris où se bousculaient des artistes, journalistes, députés, ministres et anciens ministres et où Enrico Macias se ridiculisa. La plupart des invités présents adôôôrent le Qatar puisque les USA le désignent en ami et y ont installé d’importants dispositifs militaires qui contrôlent la région et même un peu plus. Le 1er février 2016, la petite souris Soir s’était invitée au dîner donné à l’Elysée par François Hollande en l’honneur de Raúl Castro, les USA autorisant désormais la France à fréquenter le Cubain. On y croisait des artistes, journalistes, (...) Lire la suite »
12 
afficher la suite 0 | 10 | 20