RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Greenpeace

Les ONG deviennent les fantassins de la guerre économique

Fabrice Delaye

La fondation du géant aéronautique EADS soutient la fondation Prometheus et l’ONG Transparency International. 



Une étude française sur le financement d’ONG comme Transparency International et Greenpeace souligne que ces dernières sont les fantassins de la compétition économique. Au service de qui ?

Les débats sur le secret bancaire en Suisse comme sur la transparence de la vie politique en France ont occulté un intéressant rapport sur un sujet connexe : la transparence des Organisations non gouvernementales (ONG) qui jouent souvent le rôle de « whistleblower » (lanceur d’alerte) sur ces sujets. Publié il y a quelques jours par la Fondation Prometheus à Paris, le sixième Baromètre de la transparence des ONG s’intéresse ainsi aux sources de financement des organisations non gouvernementales et, en particulier, à celles qui exercent le plus d’influence sur la vie économique. C’est, par exemple, le cas de Transparency International, l’ONG qui est à la pointe de la lutte contre la corruption, les paradis fiscaux et l’évasion fiscale. Selon les conclusions des auteurs, l’existence de Transparency International « doit tout à des fondations (Bill Gates et Soros) et des multinationales anglo-saxonnes (BP, Shell, General Electric, Procter & Gamble) ou encore des institutions gouvernementales (l’Agence (...) Lire la suite »
OGM

Greenpeace veut empêcher l’homologation de 3 nouveaux OGM en Europe

DIVERS

Greenpeace a tenu ce lundi une conférence de presse à Bruxelles avec l’organisation "Les Amis de la terre Europe" pour demander à la Commission européenne de refuser l’homologation des 3 espèces OGM actuellement à l’étude : deux variétés de maïs produites par les firmes suisse Syngenta et américaine Pioneer/Dow et une variété de pomme de terre conçue par le géant de la chimie BASF.

Le président de Greenpeace Europe, Jorg Riss, juge "insuffisantes" les analyses effectuées par l'EFSA (l'autorité européenne de sécurité des aliments). Et réclame une réforme du système. "L' EFSA est la seule source pour les avis de la Commission qui ne joue plus son rôle de gestion de risque pour les prises de décision", explique-t-il. Un dossier dont va devoir se saisir la France qui prend la présidence de l'Union européenne à partir du 1er juillet prochain. Jean-Louis Borloo a déjà exprimé sa volonté d'entreprendre la remise à plat des procédures d'homologation des OGM dans l'UE. "L'analyse des OGM produisant des molécules insecticides ou capables de résister à des herbicides devrait comporter des avis de toxicologues, de spécialistes de la biodiversité, un examen du risque d'appauvrissement des sols, des possibilités de cohabitation avec d'autres cultures et des coûts", avait-il indiqué lors du dernier conseil Environnement de l'UE. La Commission européenne rendra quant à elle son verdict mercredi (...) Lire la suite »
Loi OGM

Débat torché, vote irresponsable !

DIVERS

Greenpeace déplore l’adoption cet après-midi du projet de loi sur les OGM lors d’un scrutin solennel à l’Assemblée nationale. Le texte condamne à terme l’ensemble de la production agricole française à la contamination et définit un régime de responsabilité complètement défaillant. En votant une loi génétiquement modifiée au profit d’une poignée d’industriels, la majorité UMP est manifestement passée à côté de l’histoire et de la volonté des Français.

La croisade du sergent-chef Copé contre une secrétaire d'Etat coupable de « soutien » au seul amendement limitant la contamination ne fait pas honneur à la vie démocratique française. « Comme au Sénat, la frange la plus rétrograde de la majorité UMP s'est allégrement assis sur le Grenelle, sur le principe de précaution, sur la directive européenne qu'elle était censée traduire en droit français et sur le souhait des citoyens ! s'indigne Arnaud Apoteker, de Greenpeace France. Pis, si l'on en croit les déclarations vengeresses de M.Copé, le seul vrai amendement de protection adopté pourrait être remis en cause au Sénat dès la semaine prochaine, lors de la seconde lecture. Nous regrettons que les députés UMP les plus éclairés, comme M.Grosdidier, n'aient pas été plus entendus par leurs collègues. L'agriculture française et l'environnement sont sacrifiés sur l'autel de quelques profits industriels. C'est une honte. » Dans ce contexte, Greenpeace ne peut se réjouir des amendements adoptés ces derniers jours. Non (...) Lire la suite »