RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Nouvel Ordre Mondial

Discours du Président Vladimir Poutine durant la dernière séance plénière de la XIe session du Club Valdaï (Texte Complet)

Vladimir Poutine
Vladimir Poutine a pris part à la dernière séance plénière de la XIe session du Club International de Discussion Valdaï. Le thème de la réunion était : L’ordre mondial : de nouvelles règles ou un jeu sans règles ? Cette année, 108 experts, historiens et analystes politiques originaires de 25 pays, dont 62 participants étrangers, ont pris part aux travaux du Club. La réunion plénière a présenté une synthèse des travaux du Club au cours des trois journées précédentes, qui ont été consacrées à l’analyse des facteurs d’érosion du système actuel des institutions et des normes du droit international. Retranscription : Chers collègues, Mesdames et Messieurs, chers amis, C’est un plaisir de vous accueillir à la XIe réunion du Club Valdaï. Il a déjà été mentionné que le Club a de nouveaux co-organisateurs cette année. Ils comprennent des organisations non gouvernementales russes, des groupes d’experts et de grandes universités. Il a également été suggéré d’élargir les discussions à des questions qui ne sont pas seulement (...) Lire la suite »

Le monde au bord du gouffre, un sursaut s’impose

José FORT

Rien ne va plus sur la planète. Plus du tout. Guerres, massacres, famines, épidémies, affrontements interethniques, immigrations sanglantes, ventes d’armes inégalées et autres calamités se multiplient dans un monde au bord du gouffre. L’ONU est figée, tétanisée, les institutions internationales comme le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce discréditées.

Le monde offre un spectacle de désolation. La recherche du profit à n’importe quel prix quitte à dévaster la planète, l’exploitation des richesses des plus pauvres, le maintien de peuples sous domination, une génération de dirigeants incapables de dépasser leurs calculs mesquins et de penser l’avenir, des menaces de plus en plus graves contre la paix avec en bout de course une possible folie nucléaire. Le temps est à l’orage. Il peut devenir cataclysme incontrôlable. Regardez, écoutez. Massacres à Gaza, en Syrie, en Irak, au Congo ; affrontements sanglants au Mali, dans le Maghreb, en Birmanie, en Thaïlande ; intégristes de tous poils semant la terreur ; populations déplacées ; encouragements au surarmement. Désormais, la menace plane aussi sur l’Europe, l’Ukraine étant devenue la pièce avancée de l’Otan dans son projet d’étouffer la Russie. Une vieille ambition nazie et napoléonienne dont l’issue – la déroute - devrait faire réfléchir les stratèges qui ont toujours fait la guerre avec la peau des autres. La (...) Lire la suite »
11 
Quand Alexandre Zinoviev dénonçait la tyrannie mondialiste et le totalitarisme démocratique

Dernier entretien en terre d’Occident

Alexandre ZINOVIEV

Entretien réalisé par Victor Loupan à Munich, en juin 1999, quelques jours avant le retour définitif d’Alexandre Zinoviev en Russie ; extrait de "La grande rupture", aux éditions l’Âge d’Homme.

Victor Loupan : Avec quels sentiments rentrez-vous après un exil aussi long ? Alexandre Zinoviev : Avec celui d'avoir quitté une puissance respectée, forte, crainte même, et de retrouver un pays vaincu, en ruines. Contrairement à d'autres, je n'aurais jamais quitté l'URSS, si on m'avait laissé le choix. L'émigration a été une vraie punition pour moi. V. L. : On vous a pourtant reçu à bras ouverts ! A. Z. : C'est vrai. Mais malgré l'accueil triomphal et le succès mondial de mes livres, je me suis toujours senti étranger ici. V. L. : Depuis la chute du communisme, c'est le système occidental qui est devenu votre principal objet d'étude et de critique. Pourquoi ? A. Z. : Parce que ce que j'avais dit est arrivé : la chute du communisme s'est transformée en chute de la Russie. La Russie et le communisme étaient devenus une seule et même chose. V. L. : La lutte contre le communisme aurait donc masqué une volonté d'élimination de la Russie ? A. Z. : Absolument. La catastrophe russe a été voulue et (...) Lire la suite »
11 

Les leçons des élections électorales françaises

Robert BIBEAU

Une élection démocratique bourgeoise est un moment suffisamment important dans la vie politique et économique du grand capital pour que nous prenions le temps d’ausculter cette classe sociale pour tenter d’en subodorer la destinée.

Si la « droite » – du moins ce que les plumitifs des médias à la solde, les bureaucrates syndicaux et la pseudo « gauche » accréditée conviennent d’appeler la « droite française » – revient en force, c’est que le grand capital français le souhaite ainsi. Depuis quelques années, les différentes factions de la grande bourgeoisie se sont solidarisées pour convenir d’une stratégie unifiée afin de contrer la résistance des ouvriers et des salariés et pour les écraser. Leur stratégie va comme suit : Premier mouvement : discréditer la vieille garde des oligarques de « droite », en l’incitant à la prévarication sans retenue, au détournement des biens publics, au vol de l’État et à la débauche au beau milieu de la misère populaire. Les sous-fifres politiques s’en sont mis plein les poches sous l’œil approbateur de ceux d’en Haut, qui s’empressaient ensuite de les livrer en livrée à leurs lévriers de la télé. Pour terminer de paralyser cette faction « droitiste » discréditée, une guerre d’avortons a été montée à l’UMP pour la (...) Lire la suite »

L’assassinat commis par Aube Dorée, Larry Summers et le Nouveau Fascisme

Greg PALAST
Le 18 septembre, l'artiste de hip-hop Pavlos Fyssas, alias Killah P, était poignardé devant un bar à Keratsini, Grèce. Larry Summers a un alibi en béton. Mais je ne le crois pas. Larry n'a pas manié le couteau : le tueur qui est passé aux aveux est un petit taré membre d'Aube Dorée, un parti politique composé de skinheads tordus, de psychopathes racistes, d'islamophobes, d'antisémites, d'anti-albanais et de cinglés ultra-patriotes. Imaginez un Tea Party à la grecque. Après l'assassinat de Fyssas, d'autres groupes de dérangés psychopathes, à savoir l'Union Européenne et la coalition gouvernementale grecque, ont pris des mesures pour faire interdire Aube Dorée. En l'espace d'un week-end, les dirigeants grecs ont arrêté six députés d'Aube Dorée. Apparemment, les dirigeants politiques grecs préfèrent la démocratie telle qu'elle est définie par le Général Sisi en Egypte. A tous mes amis de la gauche grecque : toutes ces explosions de joie autour de l'arrestation des députés d'Aube Dorée me rendent malades. (...) Lire la suite »

Un nouvel ordre pour un nouveau monde

Sejo VIEIRA
En 1968, pendant une réunion du très discret groupe Bilderberg, une personnalité américaine, George Ball, sous-secrétaire d'État aux affaires Economiques dans le gouvernement de J.F.Kennedy et administrateur des banques Lehman Brothers et Kuhn Loeb, suggéra la création d'un conglomérat multinational qui chercherait à acquérir les grands patrimoines mondiaux, par coercition économique sans avoir besoin d'utiliser des moyens militaires. Comme une pieuvre, il tendrait ses tentacules en tous les pays du monde, incorporant, à travers des fusions et des acquisitions, tous les actifs possibles jusqu'à soumettre les États-nations à une banque Centrale Privée. C'est à partir des années 70 que de groupes privés commencèrent à agir sur les politiques des états et à mettre à profit les avantages de la nouvelle panacée du capitalisme, la mondialisation. Cependant, l'idée d'une "stateless global governance", un gouvernement mondial, sans l'intervention des états-nation n'était pas une nouveauté. Au début du XXème (...) Lire la suite »

Le monde sur le fil du rasoir

Sejo VIEIRA
« En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. » - George Orwell Dans cette seconde décennie du XXIème siècle, l'occident meurtri par la récession économique poursuit sa descente aux enfers. La productivité industrielle partit vers les terres de l'Orient et on n'aperçoit à l'horizon de nos nations, aucun signe d'une véritable réémergence de la réindustrialisation occidentale. Le travail, dans les pays naguère industrieux et productifs, devint une denrée tellement rare, que l'on verra, bientôt, les gens se battre pour un emploi misérablement payé. Le mot travailleur finira remplacé par celui d'esclave. D'ailleurs ce fut le travail-esclave des populations asiatiques, dans le cadre de la mondialisation, qui aura permis, en l'espace de trois décennies, cet extraordinaire revirement de la situation : les nations autrefois riches basculent, lentement, mais inexorablement dans le monde de la survie, deviennent le berceau d'un nouveau tiers-monde. Paradoxalement rien ne (...) Lire la suite »
12 

Le culte de l’Amérique en Europe

Emrah KAYNAK

Le rapport que l’Europe entretient avec les États-Unis ressemble à s’y méprendre au rapport traditionnel métropole-colonie à ceci près que la colonie d’antan s’est muée en modèle-type universel. Le moindre événement qui a lieu aux États-Unis a une projection hors norme dans le Vieux Continent. Un attentat engendre trois morts outre-Atlantique et aussitôt le plan Vigipirate est renforcé en France ; un cyclone s’apprête à toucher la côte est des Etats-Unis, après avoir dévasté les Caraïbes, et c’est toute l’Europe qui retient son souffle.

La double explosion qui a frappé le marathon de Boston a joui d'une exposition médiatique extraordinaire : éditions spéciales dans les journaux télévisés et dans la presse écrite. Un événement similaire dans un pays périphérique n'aurait très certainement pas joui du même écho. A l'inverse, les États-Unis sont recroquevillés sur leur société et font très peu cas de ce qui se passe au-delà de leurs frontières, hormis lorsque leurs intérêts directs sont en cause. Ce qui est nommé fâcheusement « mondialisation » n'est en réalité que la propagation virale de la culture consumériste étasunienne et de son corrélat moral dans le reste du monde. Ce qui se déroule aux états-Unis préfigure très souvent ce qui se passera d'ici peu en Europe : combat entre le moderne (néo-libéralisme anglo-américain) contre l'ancien, le dépassé (modèle social européen). Sarkozy, qui faisait du jogging à New-York affublé d'un T-shirt NYPD, incarne à merveille cette dévotion infantile pour l'Oncle Sam. En son temps, il déclarait au Journal Le Monde (...) Lire la suite »
16 

Projet de loi Fioraso : un projet ultra libéral, un projet de précarisation, un projet de destruction de la langue française

Résistance

Le projet de loi sur l’enseignement supérieur, dit loi Fioraso, aggrave la démarche de marchandisation de l’enseignement supérieur déjà engagée par Valérie Pécresse avec la loi L.R.U. : le projet Fioraso est de fait totalement subordonné aux intérêts capitalistes et constitue une privatisation de moins en moins larvée des universités. Son objectif inavoué est la destruction programmée de l’outil de recherche français dans des secteurs stratégiques, au bénéfice d’un espace européen de recherche inféodé aux logiques régressives de la concurrence et de la rentabilité financière.

Dans ce cadre, afin de vendre des services d'enseignement, l'article 2 du projet de loi ESR, multipliant les exceptions, prévoit de modifier l'article L121-3 du Code de l'Éducation, faisant actuellement du français la langue de l'enseignement, des examens, concours, thèses et mémoires, pour y apposer la restriction suivante : « ou lorsque les enseignements sont dispensés dans le cadre d'un accord avec une institution étrangère ou internationale tel que prévu à l'article L. 123-7 ou dans le cadre de programmes bénéficiant d'un financement européen ». De surcroît, et manifestement pour achever le travail, le 12 février dernier, trente-six sénateurs du groupe socialiste ont déposé une proposition de loi « relative à l'attractivité universitaire de la France » L'article 6 de celui-ci (un ajout à l'article L. 761-1 du code de l'éducation) indique que « (…) la langue de l'enseignement, des examens et concours, ainsi que des thèses et mémoires, dans les établissements d'enseignement supérieur, peut être une autre (...) Lire la suite »

Pour en finir avec le 11 Septembre, partie immergée du Nouvel Ordre Néolibéral

Chems Eddine CHITOUR
« Les négationnistes du 11 septembre sont des ennemis de la démocratie ou, au mieux, les idiots utiles de l'extrémisme. ls doivent être dénoncés comme tels » Laurent Joffrin C'est par ces mots que le débat d'idées est engagé, induisant de ce fait, la promesse de toutes les foudres pour ceux qui seraient tentés d'avoir un avis contraire, dans la plus pure tradition de l'intolérance comme ce fut le cas pour le négationnisme à propos de l'ampleur de l'holocauste. Un grand sondage H.E.C. Junior Conseil pour ReOpen911 : 58% des Français doutent de la version officielle des attentats du 11 septembre. Il n'empêche ! La liberté de parole a ses limites en Occident qui se veut donneur de leçon. Le quotidien danois Jyllands Posten, situé à droite, avait publié en 2005 les douze représentations de Mahomet, qui déclenchèrent l'affaire que l'on sait. Les questions liées à la liberté d'expression lui tiennent donc particulièrement à coeur. Des ruines de Ground Zero a émergé une culture de l'outrage qui, poussée à (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30