RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Yasser Arafat
Les deux hommes se sont rencontrés plus de 30 fois

Jacques Chirac, le « sauveur » des Palestiniens ?

Par Élodie Farge

Le président français, qui s’est éteint ce jeudi 26 septembre, est connu dans le monde arabe pour son esclandre contre les forces de sécurité israéliennes dans la vieille ville de Jérusalem en 1996. Mais sa politique n’a pas toujours été si pro-Arabe que cela...

En 1995, après quatorze ans de socialisme, le peuple français rappelle au pouvoir un adepte du gaullisme : Jacques Chirac. Le nouveau président tient à souligner son appartenance à la lignée de l’ancien président Charles de Gaulle, notamment en ce qui concerne la diplomatie française au Moyen-Orient. En avril 1996, au Caire, il proclame son ambition de faire de « la politique arabe de la France [...] une dimension essentielle de sa politique étrangère » et de lui donner « un nouvel élan, conformément à la vision de son initiateur, le général de Gaulle. » Cependant, l’héritage de Chirac dans la région sera très éloigné de celui de son modèle, terni par des incohérences, des excès et des gaffes découlant de son opportunisme politique et du désir de satisfaire des intérêts trop nombreux et contradictoires. Pro-Palestinien dans l’âme ? Les prémisses étaient cependant encourageantes. Fasciné par les civilisations étrangères et ardent défenseur du dialogue entre les cultures à une époque dominée par l’adhésion de (...) Lire la suite »

À qui profite le crime ?

M. SAADOUNE

Yasser Arafat n’est pas mort de vieillesse ou de maladie. Comme les grands révolutionnaires qui ont incarné, y compris dans leurs défauts très humains, les aspirations des opprimés, il a été assassiné. Il voulait être un chahid, une enquête scientifique est en train de confirmer qu’il est mort en combattant.

Beaucoup de Palestiniens le disaient depuis longtemps avec la conviction forte qu'il était, malgré sa disponibilité au compromis, le grand obstacle à la « liquidation » de la cause. Cette conviction, les expertises russes et suisses viennent de l'étayer de manière raisonnable. Le président palestinien a été empoisonné au polonium, une substance réservée à quelques États dont Israël. « Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l'empoisonnement », a résumé jeudi le Dr François Bochud, directeur de l'Institut de radiophysique appliquée de Lausanne, un des auteurs du rapport suisse. Le président de la commission d'enquête palestinienne sur la mort de Yasser Arafat, Tawfiq Tiraoui, a enfoncé une porte ouverte en déclarant qu'Israël était le « principal et unique suspect de l'assassinat » de Yassar Arafat. Les responsables israéliens avaient exprimé publiquement et à maintes reprises leur volonté de le « liquider » et cela équivaut signature. Les démentis d'Israël sont prévisibles et pas crédibles. Par (...) Lire la suite »

L’hypothèse de l’empoisonnement de Yasser Arafat confortée

Lucia SILLIG

Les experts lausannois qui ont examiné la dépouille de Yasser Arafat concluent « raisonnablement » à l’hypothèse de l’empoisonnement au polonium Les chercheurs suisses ont présenté à la presse jeudi les détails de leur rapport sur la mort de Yasser Arafat. Ils concluent à l’empoisonnement au polonium 210 avec une hypothèse « raisonnable »

Les analyses lausannoises soutiennent « raisonnablement » – et non « modérément », comme cela a été un peu vite traduit de l’anglais – l’hypothèse d’un empoisonnement au polonium 210 de Yasser Arafat. Cette conclusion n’est peut-être pas assez tranchée pour certains. Mais pour des scientifiques, habitués des conditionnels et des pincettes à prendre, surtout quand on manie un élément radioactif aux effets peu connus, c’est déjà passablement affirmatif. Au lendemain de la publication de leur rapport par Al-Jazira, les experts du CHUV ont présenté leurs résultats jeudi. Les chercheurs suisses avaient annoncé en juillet 2012 avoir retrouvé des quantités anormales de polonium 210 sur des effets personnels du défunt. Cette substance hautement radioactive émet des rayons – appelés alpha – qui sont arrêtés par la peau ou une simple feuille de papier. Mais, si elle est ingérée, elle produit des effets dévastateurs sur les organes internes. Il suffirait de quelques millionièmes de gramme pour atteindre une dose létale. (...) Lire la suite »

Assassinat de Yassar Arafat : autopsie d’un complot

Chems Eddine CHITOUR
« Inscris ! Que je suis Arabe Que tu as raflé les vignes de mes pères Et la terre que je cultivais Moi et mes enfants ensemble Tu nous as tout pris hormis Pour la survie de mes petits-fils Les rochers que voici. » Mahmoud Darwich Un faux scoop, la chaîne Al Jazeera nous apprend qu'une analyse des effets de Yasser Arafat qu'il portait avant sa mort, notamment sa chapka, par des scientifiques suisses a mis en évidence des traces de polonium, un métal hautement radioactif qui aurait pu causer sa mort. Cette vieille -nouvelle- information a fait le tour du monde. On fait le rapprochement immédiatement avec l'espion ukrainien victime d'un empoisonnement au polonium il y a quelques années. La seule vraie information est que la veuve de Yasser Arafat a demandé l'autopsie de la dépouille pour en fait, découvrir ce qui a été confirmé dès la mort par plusieurs sources. Il y a sept ans disparaissait un des hommes qui a marqué la cause des opprimés. A sa façon, Arafat a incarné la résistance, la diplomatie, (...) Lire la suite »

Palestine 2009 : Que reste-t-il de l’héritage symbolique de Yasser Arafat ?

Chems Eddine CHITOUR
« On pense parfois que la guerre menée par l'armée israélienne contre le peuple palestinien est compliquée et sans solution. Ce n'est pas vrai. Dans cette guerre, il y a un occupant et un occupé. (...) Tout a commencé avec un mensonge historique : la Palestine n'était pas « une terre sans peuple pour un peuple sans terre ». Un peuple vivait là et il n'est pas parti de son plein gré. Il a été expulsé en 1948 et c'est aujourd'hui en grande partie un peuple de réfugiés. » Pierre Stambul (Site de l'UJFP) Il y a cinq ans disparaissait un des hommes qui a marqué la cause des opprimés. A sa façon, Arafat a incarné la résistance, la diplomatie, la tempérance et le refus du fait accompli. Comme De Gaulle qui a refusé l'ordre hitlérien, il a refusé l'ordre israélien. Pendant plus d'un demi- siècle, il lutta avec toutes les armes possibles. Comme Che Guevara, il a pris les armes. Son keffieh, symbole de l'identité palestinienne, est passé à la postérité, le porter est un signe de reconnaissance de cette cause. Petit (...) Lire la suite »