RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Lettre à Obama sur les Cinq Cubains

Jacqueline Roussie

Monsieur le Président,

Il y a à peine plus d’un mois, la veuve d’Orlando Bosch appelait sur les ondes de Radio Mambi, à célébrer le premier anniversaire de la mort de son époux, décédé le 27 avril 2011. Appel entendu cinq sur cinq, puisque quelques heures plus tard, le matin du vendredi 27 avril, un violent attentat pulvérisait, à Miami, les bureaux d’Airline Brokers, compagnie qui organise des vols vers Cuba. Cette compagnie de charters avait été choisie par l’archevêque de Miami Thomas Wenski, pour amener des centaines de pèlerins voir le pape Benoît XVI à Cuba en mars dernier.

Orlando Bosch a été le chef de la Coordination des Organisations révolutionnaires Unies (CORU). Créé en 1976 sous l’impulsion de la CIA, ce commando terroriste, a été, pendant une décade l’un des plus violents du continent américain. On lui doit, entre autres attentats, celui contre le Vol 455 de la Cubana, dont l’explosion en plein vol a fait 73 morts, le 6 octobre 1976. Les deux cerveaux de cet attentat étaient Orlando Bosch et Luis Posada Carriles. Le premier a été gracié en 1990, le second n’a toujours pas été jugé pour ce crime.

Le réseau Avispa, auquel appartenaient les cinq agents cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Fernando González, Ramón Labañino et René González, surveillait les activités des groupes terroristes de Miami, pour éviter que ne se reproduisent de tels crimes.

Quand les Cinq ont été arrêtés, en 1998, ils venaient d’apprendre que des attentats étaient en préparation contre des avions desservant Cuba. Auriez-vous compris, Monsieur le Président, que ces Cubains laissent s’accomplir de tels actes de barbarie sans réagir ? Sans que votre pays en soit informé ? Pourtant, les Cinq ont été condamnés en 2001 par un tribunal de Miami, à de très lourdes peines de prison.

Accuser sous la formulation « Â d’intention de », rend tout possible. Il suffit alors d’influencer le jury en payant des journalistes, de fabriquer les témoins à charge, de choisir le tribunal adéquat, et le tour est joué, des innocents se retrouvent lourdement condamnés !

Les membres du jury ont déclaré les Cinq coupables de tous leurs chefs d’accusation, sans même poser une seule question. Du jamais vu dans un procès long de sept mois.

Une des personnalités de Floride les plus acharnées contre les Cinq est la congressiste républicaine Ileana Ros Lehtinen qui s’est démenée pour qu’Orlando Bosch soit gracié par le Président George Bush, et plus tard, pour trouver les fonds pour payer les avocats de Luis Posada Carriles.

Luis Posada Carriles, ancien membre de la CIA, après des années de cavale, a été arrêté en 2005 par la police de l’immigration des Etats-Unis. Il a été détenu à Miami, puis libéré en 2007 sous une caution de 350 000 dollars, en attendant son jugement.

Après une parodie de procès en 2011 à El Paso au Texas, Luis Posada Carriles, qui n’était inculpé que pour avoir menti sur les conditions de son entrée illégale aux Etats-Unis, est reparti libre du tribunal. Pourtant, le 15 novembre 2007, la sous-commission des Droits de l’homme de la Chambre des Représentants des Etats-Unis avait établi sa responsabilité dans plusieurs actes terroristes, dont précisément, celui contre le Vol 455 de la Cubana.

Dans un interview au New York Times paru le 12 juillet 1998, Posada Carriles a déclaré : « Â La CIA nous a enseigné bien des choses, les explosifs et leur usage, les meurtres, les bombes, les sabotages. Quand les cubains travaillaient pour la CIA, on les appelait les patriotes. »

Si vous doutez encore, Monsieur le Président, de la dangerosité de ces individus, lisez l’entrevue accordée par Orlando Bosch, à "¨Andy Robinson, correspondant du journal catalan La Vanguardia, et publiée le 16 août 2006. En voici quelques extraits.
Au journaliste qui lui demande :

« Â Il n’y a pas si longtemps, une dizaine d’années, il y eut des attentats contre des hôtels de La Havane … », voici la réponse de Bosch :

« Cela a été le travail de Luis Posada. Il a payé un Salvadorien. Ceux d’Amérique centrale, avec la faim qu’ils ont, tu leur donnes 100 dollars, et ils font n’importe quoi. Celui-là est entré à Cuba, il avait son matériel dans un téléviseur. Il a placé trois bombes, une dans un hôtel, elle a tué un Italien, une autre dans la cave du Medio, et il est resté sur place au lieu de partir ! »

« Â Cela a t-il eu un impact ? » lui demande le journaliste, ce à quoi Bosch répond :
« 
 Oui, il y en a eu un. Au début, on se demandait si la bombe n’avait pas été posée par ceux de Castro. Ici vous ne vous rendez pas compte de la merde en ébullition à ce moment là . Cela a crée un impact terrible ici. Les gens croyaient au travail de l’armée de Castro… »

Et un peu plus loin, quand le journaliste lui demande :

« Â Et l’avion de la Cubana, avec 73 passagers à bord, ce fut pour vous une cible légitime ? », voici la réponse de Bosch :

« Â Pour moi, c’est une cible de guerre. Il y a beaucoup de choses que je ne puis dire. Mais c’étaient des actions de guerre. Et cet avion était un avion de guerre. Il transportait des Coréens du nord, des Guyannais. Tous communistes. Les sportifs ramenaient cinq médailles d’or en escrime. Cuba s’était déjà distinguée en boxe, mais pas en escrime. Cela donnait une gloire à Fidel. Nous avions convenu, à Saint Domingue (lors de la création de ce groupe commando, la CORU), que tout ce qui venait de Cuba susceptible de rendre gloire à Fidel, devait courir le même risque que nous qui combattions la tyrannie ».

Vous voyez avec quel cynisme ces assassins ont sacrifié une équipe entière de jeunes escrimeurs Cubains.

Les Cinq n’ont fait que lutter contre les actes de terrorisme commis par de tels individus. Ils sont victimes de la plus grande injustice.

Une fois de plus, je vous demande, Monsieur le Président, d’agir pour leur rendre enfin la liberté dont ils sont privés depuis plus de treize ans.

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments humanistes les plus sincères.

Jacqueline Roussie

Monsieur le Président Obama
Le premier juin 2012
The White House
1600 Pennsylvania Avenue N.W.
Washington DC 20500

Copies envoyées à : Mesdames Michelle Obama, Nancy Pelosi, Hillary Clinton, Kathryn Ruemmler, Janet Napolitano, à Messieurs. Harry Reid, Eric Holder, John F. Kerry, Pete Rouse, Donald, Rick Scott, et Charles Rivkin, ambassadeur des Etats-Unis en France.

URL de cette brève 2678
https://www.legrandsoir.info/lettre-a-obama-sur-les-cinq-cubains.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   

TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si la liberté a un sens, c’est celui d’avoir le droit de dire à quelqu’un ce qu’il n’a pas envie d’entendre.

George Orwell

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.