RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Rubrique : Actualité

La fin d’un mythe : la Russie, bouclier de l’Occident

Bruno GUIGUE
Parmi les analyses qui portent sur les relations entre la Russie et l’Occident, une interprétation fréquente consiste à dire que l'acharnement mortifère de l'OTAN contre la Russie relève avant tout d’une déplorable erreur de calcul. En un mot, elle aurait eu pour effet pervers de repousser ce grand pays vers son espace asiatique et extrême-oriental, alors même qu'il ne demandait pas mieux, au lendemain de la chute de l'URSS, que de coopérer avec l'Ouest. Autrement dit, la Russie avait l’ardent désir de rejoindre le concert des nations européennes, et c’est la politique à courte vue des Occidentaux qui l’en a empêchée, à son grand regret, tant était puissant le courant pro-occidental qui emportait le pays depuis le changement de régime survenu en 1991. Mais ce n’est pas tout. Les tenants de cette analyse estiment généralement, avec un dépit non dissimulé, que cette erreur stratégique a privé l'Occident d'un allié de poids face à la montée inexorable d’une puissance chinoise plus menaçante que jamais. Je (...) Lire la suite »
13 

2022 : L’année où les États-Unis ont perdu tout respect

Dmitry Orlov

Il y a quelques jours, une attaque terroriste a eu lieu dans le centre d’Istanbul, en Turquie. Les détails ne sont pas importants et je ne vous en parlerai de toute façon pas car je ne suis pas une pute médiatique qui donne du pouvoir aux terroristes en leur faisant de la publicité gratuite. Ce qui est important, c’est la réaction officielle de la Turquie aux condoléances officielles américaines qui ont été offertes après les faits : la Turquie a refusé de les accepter. Le chef du ministère turc des affaires étrangères, Süleyman Soylu, l’a exprimé sans ambages : « Nous n’acceptons pas les condoléances de l’ambassade américaine ».

Il a également dit d’autres choses intéressantes. La Turquie sait où l’attaque a été coordonnée : aux États-Unis. Peu importe qui l’a exécutée, ce n’étaient que des « pions ». Et il a qualifié le comportement des États-Unis dans cette affaire de « retour du meurtrier sur la scène du crime ». Est-ce respectueux ou poli ? Oui, cela l’est ; c’est parfaitement approprié et diplomatique. Mais est-ce ainsi que l’on traite son seigneur et maître ? Non, pas du tout ! La conclusion inévitable est que les États-Unis ne comptent plus et que vous pouvez traiter les responsables américains de terroristes et leur cracher au visage en public. Ils sortiront leurs mouchoirs, essuieront délicatement la salive qui dégouline de leur visage et feront comme si rien de tout cela ne s’était produit. Pendant ce temps, leurs journalistes préférés fermeront les yeux d’un air penaud. Et ainsi, la plupart des Américains ne seront même pas au courant. Et si on leur en parlait, la plupart des Américains penseraient, « Hmm. La dinde... [Turkey (...) Lire la suite »
26 

En bref : le missile sur la Pologne, la coupe du monde, Kherson.

Djamel LABIDI

Le missile ukrainien qui a frappé la Pologne a fait deux morts. Deux travailleurs agricoles. Deux hommes simples. Personne n'en parle. Ni Le président polonais, à part quelques mots de circonstance , ni les medias occidentaux , ni Zelensky.

Ils ne sont préoccupés que de savoir si le missile était russe ou ukrainien. Et puis lorsque la vérité s'impose, et que Zelensky devient indéfendable, on s'intéresse surtout à expliquer cet "incident", cette "erreur technique". Le missile ukrainien aurait simplement raté sa cible pour aller finir sa course en Pologne. "Et puis, il y avait ce jour-là, tellement de missiles russes dans le ciel ukrainien". Finalement, le coupable est vite trouvé, c'est la Russie. "S'il n'y avait pas cette guerre contre l'Ukraine, il n'y aurait jamais eu cet "incident". C'est dit et redit d'une seule voix par le Secrétaire à la défense américain, par le Secrétaire général de l'OTAN, par les animateurs de plateaux des médias occidentaux. Bien sûr ! et si la Russie n'avait pas existé, et si l'Ukraine n'avait pas existé, et si le monde n'avait pas existé ! etc..etc.. Summum de la bêtise, des lapalissades en guise de raisonnement dans la pensée dominante en Occident. Mais tout cela, en fait, ne sert qu'à éviter le véritable (...) Lire la suite »
25 
La France au Forum de Doha : 80, 80, 80, 80, 80 chasseurs (de primes ?)

L’émir avait fait les choses comme il faut......

Vladimir MARCIAC

REPRISE D’UN ARTICLE DU 24 MAI 2013.

Quatre-vingts Français ont participé au dernier forum de Doha (Qatar) dans la troisième semaine de mai 2013. Les Britanniques étaient vingt-quatre. Les Américains, quarante-sept.

Parmi nos compatriotes, Enrico Macias, Michelle Alliot-Marie, Pascal Boniface, François Fillon, l’ancien préfet Daniel Canépa, le patron de Skyrock, Pierre Bellanger, Patrick Balkany, Eric Woerth, les députés de droite Patrick Ollier, Pierre Lellouche, Alain Marsaud, Maurice Leroy et Patrice Martin-Lalande. Pour les Solfériniens ou solférino-compatibles : Jean-Vincent Placé, Malek Boutih, Chantal Guittet, Jean-Luc Drapeau, Hubert Védrine, et d’autres dont nous brûlons de découvrir le nom. Sylvie Andrieux et Jérôme Cahuzac étaient restés en France (ils craignent la lumière). « Ici, les discussions sont généralement très riches, elles réunissent des gens de très haut niveau », jure Pascal Boniface, contredit par Chantal Guittet, députée. A l’issue d’une visite organisée du souk, elle est dans ses petites babouches : « Je pensais qu’on allait nous demander de participer à des tables rondes. En fait, on fait surtout du tourisme (…) On pouvait même venir avec nos conjoints ! » Si autant de Français étaient (...) Lire la suite »

Qatar : la coupe est pleine

Jean LEVY

Deux titres de la littérature française pourraient caractériser la Coupe Mondiale de football 2022, qui doit se tenir au Qatar dans quelques jours : Drôle de jeu de Roger Vaillant, et Les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.

En effet, le choix d'un Etat où le football n'est pas joué par les enfants du pays, qui n'a pas d'équipe nationale (Le Paris-Saint-Germain, acheté par l'émirat, ne compte guère de joueurs qatariens...), le vote pour un Etat minuscule, dont la superficie est comparable à celle de l'Ile-de-France., et dont la population ne compte que 2,6 millions d’habitants dont 80% d'étrangers, soit moins de 600 000 qatariens. Alors, qu'est-ce qui a fait courir les sélectionneurs ? Les dollars, émanation des gisements de gaz. Car le Qatar a réussi la prouesse de devenir le premier acteur mondial de l'industrie du gaz naturel liquéfié. À l’époque où les sanctions européennes ont fermé le robinet russe, le gaz qatarien vaut de l'or. Aussi les dirigeants de l'émirat ont mille raisons d'être courtisés. Et de nourrir des rumeurs de romans noirs. Ainsi le suppléant hebdomadaire du Monde écrit : "Pas une semaine ne s'est écoulé sans que le Qatar n'ait été mis en cause dans un article de presse ou un reportage télévisé. (...) Lire la suite »

Le Qatar est une dictature corruptrice et islamiste ! Tout le monde s’en foot.

Jacques-Marie BOURGET

Mon dieu quelle surprise ! Voilà que l'on découvre que le Mondial va se jouer dans un pays pas gentil. Difficile à soutenir au moment où la machine à lancer des Droit de l'Homme est un canon tourné vers la tempe de Poutine. En ce qui nous concerne, en 2014, quand Nicolas Beau et moi-même avons publié "Le Vilain petit Qatar" , les bien élevés ont regardé ailleurs. Trop tard pour vous indigner les boutiquiers de la "démocratie".

Parlons chiffres, pas en euros ou dollars, mais en indice de liberté. Selon le classement mondial des démocraties dans le monde, le Qatar se classe 114e et devance l’exemplaire Kirghizistan, ce qui est une belle performance. Pour faire court, rappelons que ce magnifique ami de la France n’a pas de comptabilité publique, que la caisse de l’Etat et celle de la famille régnante c’est pareil. Mais, si ce pays micro de 200 000 habitants n’est pas doté d’une constitution, il a une excuse. Alors qu’il est chargé de rédiger la chose depuis 25 ans, Dominique de Villepin n’a trouvé aucune cartouches d’encre adaptables à son stylo en or. Les lois sont de circonstance, et les jugements aléatoires, prononcés par des magistrats qui sont des mercenaires étrangers écrivant leurs arrêts sous la dictée au palais. La presse n’existe pas ce qui a un avantage, ne pas avoir à la priver de liberté. Pour mémoire citons les centaines de milliers d’ouvriers étrangers, et exploités selon les règles de l’esclavage, pour (...) Lire la suite »
15 
Pas touche à Israël et aux Etats-Unis. La Palestine et la vérité, on peut. Sur la Russie, tout est permis

Triste Mendès France

Xiao PIGNOUF

Les médias français fourmillent de prescripteurs d'opinion prétendant faire oeuvre de journalisme, experts en ceci ou cela et qui sévissent aussi sur les réseaux sociaux, histoire que leur parole soit la seule à émerger de la cacophonie permanente. Ils se croient soleil alors qu'ils ne sont que brouillard. Parmi eux, Tristan Mendès France. Celui-ci personnifie à lui seul la duperie du microcosme médiatique parisien étant parvenu à remplacer les véritables journalistes par de sombres crétins bien nés et par des saintes-nitouches sans aspérités qui diront ce qu'on attend d'eux pour maintenir coûte que coûte l'ordre établi dans un tempo bien réglé : culte des États-Unis, eurolâtrie, russophobie, sinophobie, haine du peuple, complaisance avec Israël et son corollaire : antisémites à tous les étages.

Tristan Mendès France illustre bien les us et coutumes d'un système médiatico-artistique parisianocentré calqué sur celui de la monarchie de droit divin. Ces êtres sans talent mais favorisés par leur naissance succèdent à leurs aînés par le simple fait d'être fils et filles de, dans son cas, petit-fils de. Chanteurs, acteurs et maintenant chroniqueurs nagent dans les mêmes eaux où la consanguinité intellectuelle garantit la perpétuation des privilèges de leur classe. Les uns divertissent le peuple de leurs fadaises sans profondeur, les autres narrent leur vision du monde sur les ondes et modèlent les esprits passifs. Ces gens sont pour la grande bourgeoisie et le haut-patronat un moyen de sortir de scène, de faire oublier ses vicissitudes, de détourner les colères et les haines. Les bouffons ont disparu. Place aux cireurs de bottes. Tristan est parvenu là où il est sans briller autrement que par son nom. Co-auteur, c'est vrai, d'Happy World un documentaire honnête sur la vie quotidienne au Myanmar (...) Lire la suite »
25 

Rififi dans l’hémicycle

Emmanuel du MORNE

Une controverse aussi méphitique qu’arriérée secoue l’Assemblée. L’origine de cette confusion ? Le conflit slave mènerait bataille sur les bords de la Seine ? Ouf ! Non ! Rien de tout cela, les hostilités restent contenues sur les rives du Dniepr. « Retourne en Afrique » serait l’objet de la querelle.

Depuis longtemps, les Africains d'Afrique et d'Amérique, en souriant, ont pris le pli de ces invectives. En effet, en se déridant ! Autrement, en réexpédiant l'invitation à son envoyeur, les conséquences eussent été des plus néfastes au sujet de l'économie occidentale. Ceci dit, la démarche raciste pervertissant le monde devrait tôt ou tard trouver son épilogue dans un traitement honnête de la question. Comment y parvenir ? En repérant les contradictions suintant des milieux ayant confisqués la planète, d'une part. En se posant la question : l'occident, peut-il se suicider en éliminant le racisme ? En second lieu. Dans un troisième mouvement, la résolution du mystère désignera la ségrégation comme un choix, né à la suite des voyages de Colomb. Ainsi, nous glisserons sur un autre rythme afin de saisir la lassitude du monde face à une situation de soumission prétendument éternelle. Toutefois, relativement aux discriminés, il paraîtra urgent de passer à l'offensive. Après l'assassinat sans foi ni loi du (...) Lire la suite »

Guerre généralisée au vivant et biotechnologies

Groupe Grothendieck

Chimère humain-porc, clonage humain, souche militarisée, virus à gain de fonction, vaccin codant, ciseaux moléculaires, etc. Il est temps de s’attaquer franchement à tous les petits monstres de la biologie moderne et de comprendre en quoi cette discipline est un des fronts de conquête les plus prometteurs du technocapitalisme sur les humains et la nature.

Grands cycles de capitalisation et montée en puissance technologique, il sera ici question de la Guerre-qui-ne-dit-pas-son-nom, la guerre généralisée à toute condition de génération et d’épanouissement de cette mince, mais ô combien précieuse, couche de matière grouillante à la surface de la croûte terrestre. Celle qui fait que nous pouvons, en tant qu’espèce, espérer et aimer, sentir, jouir et mourir. Il sera ici question de la guerre généralisée au vivant. « Toujours proche d’une vision apocalyptique du monde, j’ai vu s’esquisser la fin de tout ce que signifiait le terme d’humanité ; une fin qu’avait rapprochée et même rendue possible le métier qui était le mien. Pour moi, toutes les sciences de la nature ne faisaient qu’une, et dès lors que l’une d’elles ne pouvait plus se réclamer de son innocence, aucune autre ne le pouvait. Le temps était révolu où on pouvait dire qu’on avait choisi la carrière scientifique dans le but d’en savoir d’avantage sur la nature. Désormais, on vous demanderait aussitôt : « Pourquoi (...) Lire la suite »
16 

Réflexions sur la Chine et le Xinjiang

Xiao PIGNOUF

Encore une fois, un débat ayant suivi un article sur le Grand Soir, cette fois-ci sous celui d'André Lacroix, (In)suffisance journalistique, m'a conduit à écrire un long commentaire que j'ai finalement proposé à la publication comme article. Vanité, quand tu nous tiens. Merci à lui pour avoir suscité cette réflexion.

Posons-nous les bonnes questions sur la Chine et sur le Xinjiang. La Chine connaît-elle des difficultés avec le Xinjiang qu'elle ne rencontre pas dans d'autres provinces ? Oui. Le nier reviendrait à refuser de regarder les faits en face. Ces difficultés se présentent sous trois formes : l'islam radical, le terrorisme et le séparatisme (ou indépendantisme). En ce sens, le Xinjiang est un réel point de convergence des menaces pour l'intégrité du territoire chinois, sans parler d'une porte d'entrée aux influences et manigances extérieures, comme le sont Taïwan et Hongkong, comme le fut en son temps le Tibet avant de tomber en désuétude chez les combattants de la liberté à géométrie variable qui au communisme libérateur du peuple tibétain ont toujours préféré la poigne de fer d'un régime théocratique féodal (motif géopolitique répétitif de la fin du 20ème siècle et de ce début de 21ème s'il en est). La France partage d'ailleurs beaucoup d'aspects de ces problèmes : grosse population musulmane, implantation d'un (...) Lire la suite »
17 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 490