Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Amnesty International salue le Vénézuéla pour la réduction de la pauvreté

L’Amérique Latine reste la région la « plus inégalitaire du monde », malgré une certaine réduction des indices de pauvreté qu’on observe « surtout au Venezuela » selon le rapport annuel d’Amnesty International (AI) qui célèbre cette année ses 50 ans d’existence.

Le document diffusé ce vendredi observe qu’il existe encore de nombreux et graves problèmes à résoudre : les conséquences du conflit militaire de plus de 45 ans en Colombie, la marginalisation des communautés indigènes et la tendance des gouvernements de la région à privilégier les intérêts économiques face aux droits de l’homme.

L’Amérique Latine, de par sa condition de sous-continent et sa population de 580 millions d’habitants, ne réussit pas à dépasser une inégalité plus grave qu’en Asie et en Afrique. L’an dernier ont baissé les indices de pauvreté au Brésil, en Argentine, au Mexique et au Venezuela. Cependant, « beaucoup des pays les moins développés n’ont montré aucune amélioration tangible et à la fin de 2010, l’Amérique Latine restait la région la plus inégalitaire du monde".

Susan Lee, directrice du programme pour les Amériques de AI, a expliqué que malgré la croissance économique et la stabilité sociale et financière "sans précédent", de nombreux gouvernements tendent toujours à "ignorer les gens les plus pauvres face aux intérêts économiques, notamment les peuples indigènes, ce qui est préoccupant pour l’avenir".

"Il est fréquent que les gouvernements ne garantissent pas le respect des droits de l’homme dans la pratique, pas même dans le cas de ceux qui courent le risque de subir des abus, comme les personnes qui vivent dans la pauvreté, les peuples indigènes, les femmes et les enfants. Cette situation s’observe surtout en présence d’intérêts puissants qui considèrent que respecter les droits des communautés est contraire à leurs objectifs économiques".

Lee a reconnu que les deux seuls pays qui n’ont pas enregistré d’améliorations dans la défense des droits de l’homme sont la Colombie et le Mexique. Dans le cas de la Colombie, on observe des dégâts très graves provoqués par la guerre interne dont la population civile qui "subit la pire part des hostilités". Dans ce pays des milliers de personnes ont été victimes de déplacement forcé, d’homicide illégitime, d’enlèvement ou de disparition aux mains de la guérilla, des forces de sécurité et des paramilitaires.

L’augmentation de la violence contre les femmes et les fillettes, ainsi que la négation systématique des droits reproductifs se produisent, surtout dans ce dernier cas : au Chili, au Salvador et au Nicaragua, où on emprisonne "celle qui pratique un avortement ou tente d’avorter, dont les fillettes et les femmes enceintes victimes de viols ou dont la vie court un danger en cas de prolongation de la grossesse".

Au sujet des atteintes à la liberté d’expression, Amnesty International a signalé que "près de 400 travailleurs de médias ont reçu des menaces ou ont subi des agressions et au moins 13 journalistes ont péri aux mains d’assassins non identifiés. Plus de la moitié de ces morts se sont produits au Mexique, suivi du Honduras, de la Colombie et du Brésil". Dans de nombreux cas on considère que les victimes ont fait l’objet de représailles pour leurs efforts de dénoncer la corruption ou les relations entre les fonctionnaires et les réseaux de délinquants.

Le rapport souligne que la prolifération du trafic d’armes légères cause l’augmentation générale de la violence et que la corruption générale des institutions de l’État réduit sa capacité à répondre à la délinquance organisée : "Les gouvernements rechignent à aborder ce problème systématique et prolongé. En revanche ils recourent de manière systématique à l’armée pour répondre à la délinquance organisée et à d’autres menaces pour la sécurité".

Finalement Amnesty attire l’attention sur la situation en Haïti où après les désastres naturels qui ont frappé la population, faisant 230 mille morts et laissant des millions de personnes sans abri, plus d’un million de personnes continue à vivre dans des maisons de fortune ou dans des campements provisoires.

Source : RNV, http://www.rnv.gov.ve/noticias/?act=ST&f=29&t=156471

Traduction : Thierry Deronne, pour La revolucion Vive

URL de cet article 13699
   
Même Thème
Chroniques bolivariennes : Un voyage dans la révolution vénézuelienne
Daniel Hérard, Cécile Raimbeau
Après la mort d’Hugo Chávez, que reste-t-il de la révolution vénézuélienne, de ce « socialisme du XXIe siècle » ? Ses obsèques grandioses, pleurées par des foules pendant plusieurs jours et honorées par de nombreux chefs d’État, ont contrasté avec les critiques virulentes dont il avait fait l’objet dans les médias occidentaux. Cécile Raimbeau et Daniel Hérard nous entraînent au cœur de cette révolution pacifique, à la rencontre de la base, des supporters de Chávez. Ils les écoutent et les photographient, en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.