RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Antiterrorisme à géométrie variable, par Isabelle Hachey.


RÉSISTER


La Presse, La Havane, 19 mars 2006.


Les États-Unis n’agissent pas toujours avec la même fermeté dans leur guerre contre le terrorisme. En fait, ils se montrent beaucoup plus conciliants lorsque les terroristes en question luttent contre leur vieil ennemi Fidel Castro. Quand la superpuissance adopte la politique des deux poids, deux mesures.

Dès son arrivée à l’hôtel Copacabana, Giustino Di Celmo insiste pour réorganiser la disposition des chaises du lobby. L’homme de 86 ans veut commencer l’interview, dit-il, en me faisant revivre l’attentat. Au bout d’un moment, il m’invite à m’asseoir et plonge son regard dans le mien, l’air grave. « Vous êtes assise à l’endroit exact où mon fils se trouvait lors de l’explosion, à 12h20, le 4 septembre 1997. »

C’est à ce moment précis que la vie du vieil homme a basculé. Fabio Di Celmo avait 32 ans. Montréalais d’origine italienne, il avait suivi son père à La Havane pour l’aider dans sa petite affaire d’import-export. La bombe était cachée dans un cendrier du lobby. Quand elle a explosé, un morceau de métal coupant lui a tranché la gorge. Il est mort sur le coup.

Hanté par le drame, Giustino Di Celmo n’a plus jamais quitté La Havane. « Parce qu’un bon père n’abandonne pas son fils. » Le reste du monde a fini par oublier. Mais voilà que, des années plus tard, l’affaire resurgit et plonge Washington dans l’embarras, démontrant la géométrie toute variable de sa lutte antiterroriste.

C’est que le cerveau de l’attentat était un anticastriste bien connu, Luis Posada Carriles. Dans une entrevue accordée au New York Times en 1998, cet ancien collaborateur de la CIA a admis « avec orgueil » être l’auteur de la série d’attentats perpétrés l’année précédente contre des hôtels de La Havane. Des attentats qui devaient, selon lui, « semer le doute à l’étranger au sujet de la stabilité du régime ». Mais qui n’auront réussi qu’à tuer un homme.


Un long passé terroriste

Né à Cuba et citoyen du Venezuela, Carriles est entré clandestinement aux États-Unis au printemps 2005, dans l’espoir d’obtenir l’asile politique. Il venait de purger quatre ans de prison au Panama, où il avait comploté pour assassiner Fidel Castro lors d’un sommet réunissant les leaders d’Amérique latine, en 2000.

Ce n’est qu’un de ses nombreux faits d’armes. A 77 ans, l’exilé anticastriste traîne un long passé terroriste. La CIA lui impute notamment un attentat à la bombe contre un avion de Cubana, en 1976, au large de la Barbade. Les 73 passagers avaient péri, dont tous les membres de l’équipe olympique cubaine d’escrime.

Malgré son entrée illégale aux États-Unis, Carriles a passé plusieurs semaines en Floride sans être inquiété. Sous la pression des médias, il a finalement été arrêté, mais seulement pour violation de la loi sur l’immigration. Caracas a réclamé son extradition pour juger les crimes de celui que les Cubains considèrent comme leur Oussama ben
Laden.

En septembre 2005, toutefois, un juge a estimé que M. Carriles risquait la torture s’il était extradé au Venezuela. Depuis, le vieil homme est détenu dans un centre d’immigration du Texas. La Havane et Caracas continuent de faire pression pour obtenir son extradition. Mais plusieurs exilés cubains de Miami le considèrent comme un héros.

Dans son entrevue au New York Times, Carriles affirmait avoir la conscience tranquille à propos de Fabio Di Celmo, qui était simplement assis, selon lui, au mauvais endroit au mauvais moment. « Je dors comme un bébé », avait-il déclaré.

« Quand j’ai lu cela, j’ai perdu confiance en l’humanité », raconte le père de la victime, dont le malheur est exploité à fond par la propagande cubaine. Le vieil homme est devenu une personnalité dans l’île, partageant la tribune avec Fidel Castro. Le régime a même ouvert un restaurant italien d’État et inauguré une clinique médicale au nom de Fabio.

M. Di Celmo y trouve son compte, bien sûr, mais demeure l’homme d’une seule cause - et ce n’est pas celle de la révolution. « Je vois Fabio tous les jours, il marche dans ce hall d’hôtel, dans les rues de La Havane. Tant que je vivrai, je lutterai sans relâche pour que les responsables soient punis pour leur
crime. »

Isabelle Hachey


- Source : www.cyberpresse.ca


Pasada Carriles : Terroriste, agent de la CIA, maintenant hébergé aux USA. Dossier.



URL de cet article 3446
   

Maurice Tournier. Les mots de mai 68.
Bernard GENSANE
« Les révolutionnaires de Mai ont pris la parole comme on a pris la Bastille en 1789 » (Michel de Certeau). A la base, la génération de mai 68 est peut-être la première génération qui, en masse, a pris conscience du pouvoir des mots, a senti que les mots n’étaient jamais neutres, qu’ils n’avaient pas forcément le même sens selon l’endroit géographique, social ou métaphorique où ils étaient prononcés, que nommer c’était tenir le monde dans sa main. Une chanson d’amour des Beatles, en fin de compte très (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand le pillage devient une manière de vie pour un groupe d’hommes vivant en société, ils se fabriquent avec le temps un système légal qui l’autorise et un code moral qui le glorifie.

Frederic Bastiat (1801 - 1850)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.