RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Cinq de Miami : S’il vous plaît, lisez les procès-verbaux !

J’utilise comme titre de cet article une exclamation d’un éminent juriste, qui en son temps s’efforça de rendre justice à Sacco et Vanzzetti. Elle est toujours d’actualité pour ce qui concerne l’affaire des cinq Cubains incarcérés aux Etats-Unis pour avoir lutté contre le terrorisme.

Car c’est un fait : Gerardo, Ramón, Antonio, Fernando et René, qui endurent depuis maintenant plus de 11 ans un injuste et cruel emprisonnement, en un mot, sont innocents. Ceux qui ont cherché à connaître la vérité sur le site du gouvernement des Etats-Unis (US Goverment Department of Justice, US District Court of Southern Florida, United States versus Gerardo Hernandez et al) le savent.

Les Cinq ont été séquestrés, sans communication, dans des cellules d’isolement pendant 17 mois, au moment même où se produisait la séquestration d’Elián González. Une affaire dont le monde entier a eu connaissance car les medias en ont parlée, jour et nuit, sans répit. Cependant, peu de personnes étaient au courant de l’existence de cinq autres séquestrés.

C’est ainsi qu’il fut facile pour le gouvernement nord-américain de refuser aux prisonniers cubains un procès impartial dans un autre lieu, et d’imposer sa tenue à Miami précisément, dans une ambiance d’illégalité et de violence, qui donna à cette ville une notoriété universelle.

Pour comble, les Cinq avaient été arrêtés pour la seule raison qu’ils se consacraient à démasquer les plans contre Cuba ourdis par des groupes terroristes, habitués à tuer et à menacer, à Miami justement. Accomplir cette mission délicate et risquée obligeait nos compatriotes à transgresser ou à ignorer certaines règles et dispositions légales. Ils ne pouvaient pas informer les autorités nord-américaines de leurs activités pour la simple raison que ces autorités ont toujours été complices des terroristes. Le procès de Miami en est la meilleure preuve.

Dès l’étape préliminaire, le ministère public nord-américain l’a reconnu en toutes lettres : la lutte contre le terrorisme est la motivation des accusés et les motivations ne doivent pas être révélées au jury (documents officiels, Motion in Limite du ministère public, 2000). Au début du procès, l’accusation revint à la charge : La Cour incita les témoins à exercer leur droit d’invoquer le 5e amendement*, afin que les actions terroristes contre Cuba ne soient pas divulguées (documents officiels, Motion du ministère public, 20 mars 2001).

La juge, quant à elle, acquiesça : les actes terroristes commis par d’autres ne peuvent pas excuser la conduite incorrecte et illégale de cet accusé ou de n’importe quel autre (Joan Lard, procès-verbal du 14 décembre 2001).

Le gouvernement demanda les sanctions les plus excessives - en tout, quatre peines à perpétuité plus 77 ans de prison -, en insistant cependant que ce châtiment n’était pas suffisant. Il était nécessaire, selon le ministère public, de s’assurer qu’aucun des Cinq ne pourrait tenter dans l’avenir une action quelconque contre les groupes terroristes.

La juge accepta, ajoutant cette étrange sanction : comme condition spéciale additionnelle à la liberté surveillée, il est interdit à l’accusé de s’approcher, ou de se rendre dans des lieux spécifiques qui sont connus pour être fréquentés par des individus ou des groupes terroristes (Lenard ibidem).

Quiconque parcourt les pages de cet infâme procès intenté contre eux à Miami, découvrira immédiatement que les cinq Cubains sont des combattants contre le terrorisme, de véritables héros qui ont sacrifié leurs vies pour sauver celles de leur peuple. Il constatera également que le gouvernement des Etats-Unis est coupable de promouvoir le terrorisme contre Cuba, de défendre et de protéger les terroristes.

C’est la grande vérité que le gouvernement des Etats-Unis s’est acharné à dissimuler. Il ne fait pas de doute qu’il a réussi. Son énorme appareil médiatique - les medias disciplinés, selon Chomsky - s’est chargé d’imposer le silence et la désinformation.

On empêche les Etasuniens, et beaucoup d’autres, de connaître la vérité. Que se passerait-il s’ils pouvaient lire ce qui s’est passé à Miami ?

Ricardo Alarcón de Quesada
Président de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire de Cuba

Publié dans La Jornada, de Mexico
http://www.jornada.unam.mx/

Traduction Gloria Gonzalez Justo

* Le cinquième amendement de la Constitution des États-Unis permet à tout citoyen américain de refuser de témoigner contre lui-même dans une affaire pénale.

EN COMPLEMENT
Le méga-dossier sur le site du Minrex de Cuba
http://www.cubaminrex.cu/English/five%20of%20Portal/Portalcincoheroes_indexingl%E9s.htm

URL de cet article 10170
   

Même Thème
Cinq Cubains à Miami
Maurice LEMOINE
6 octobre 1976, La Barbade : un attentat détruit en vol un DC-8 de la Cubana de Aviación (soixante-treize morts). 12 avril au 4 septembre 1997 : une série d’explosions frappe les hôtels de La Havane. A l’origine de ces actions terroristes qui, depuis 1959, ont fait plus de 3 400 morts à Cuba : Miami ; la très honorable « Fondation » ; quelques personnages ténébreux : Luis Posaril, Pepper Nández, Jorge Maskano, le docteur Orlando… Une même obsession les habite : en finir avec le régime et faire la peau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La convention qui rédigea la Constitution des Etats-Unis était composée de 55 membres. Une majorité d’entre eux étaient des avocats - pas un seul fermier, ouvrier ou paysan. 40 possédaient du Revolutionary Scrip [monnaie émise pour contrer la monnaie coloniale]. 14 étaient des spéculateurs de terrains. 24 étaient des prêteurs. 11 étaient des marchands. 15 possédaient des esclaves. Ils ont crée une Constitution qui protège les droits de propriété, pas les droits de l’homme.

Senateur Richard Pettigrew - "Plutocratie Triomphante" (1922)

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.