RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Colombie : La mort BIO

Cela a été annoncé comme une faveur faite aux Colombiens et à leurs terres. Il ne s’agit pas de décréter la moindre réforme agraire favorisant le paysan. Il ne s’agit pas de commencer à faire en sorte que les cinq millions d’habitants indigents mangent à leur faim. Ni que l’armée et ses paramilitaires cessent d’assassiner des innocents. Il ne s’agit pas non plus de la volonté de négocier avec la guérilla pour mettre fin à la guerre.

Rien de tout cela : les Forces Armées se mettent à la mode mondiale avec le bio, le vert, l’écologique. Voilà l’extraordinaire nouvelle.

L’Industrie militaire, Indumil, a annoncé le premier juin qu’elle était en train de perfectionner les bombes « intelligentes » de 250 kg, les mêmes qui sont déjà fabriquées en Colombie avec les technologies israélienne et étasunienne.

Comme le dit ce même communiqué militaire, l’innovation réside dans le fait qu’elles seront « écologiques », car fabriquées avec des « explosifs biodégradables, qui cherchent à protéger la population civile des attaques indiscriminées ou des accidents ». Texto.

Le journal El Tiempo de Bogota note à ce sujet : « Les bombes que fabrique Indumil, outre le fait d’offrir une meilleure précision, possèdent un composant écologico-humanitaire. En collaboration avec différentes universités, elle a travaillé à l’élaboration d’explosifs "biodégradables". » Encore une fois, c’est ce qui est écrit mot pour mot, bien que cela paraisse insensé.

Ce qui les rend « écologico-humanitaires », c’est que celles qui n’explosent pas « perdent leur puissance au bout d’un certain temps, ce qui évite les risques pour la population civile et les combattants. » Il n’est pas précisé quelle sera l’action ’bio’ ni ’écolo’ sur les corps détruits par les bombes qui exploseront.

Etonnant hasard, à la fin de cette même journée (le premier juin), dans la ville de Cali, au sud-ouest du pays, les habitants des quartiers proches du bataillon Pichincha ont commencé à ressentir des brûlures aux yeux, des maux de tête, des difficultés à respirer, des congestions nasales et des fortes nausées. Comme le dit un témoin, « des symptômes qui s’accentuaient proportionnellement au désespoir de ne pas savoir ce qui se passait ni comment agir. » Démunis, les gens se sont précipités dans les rues à la recherche d’une aide qui n’est jamais arrivée.

Quand ils ont appelé la police et les organismes de secours, ils ont appris que des expériences sur les bombes avaient lieu dans le bataillon, que « des gaz s’étaient échappés », mais qu’il n’était pas possible de faire quoi que ce soit, car l’armée est autonome. Il n’y avait qu’à attendre que les effets s’estompent tout seuls. A huit heures du soir, des personnes avaient encore des maux de tête et de vives irritations aux yeux.

Si cela peut arriver dans l’une des villes les plus importantes du pays, que ne se passe-t-il pas dans les campagnes ?

Devant ces bombes ’vertes’ et ’intelligentes’, des questions se posent, comme celles-ci : Combien de milliers de paysans sont-ils morts sous les bombes ’stupides’ lancées depuis 1964, quand il fut décidé d’en finir militairement avec les guérillas ? Combien de milliers de kilomètres carrés de terres ont-ils été contaminés par les produits toxiques contenus dans ces explosifs ? Quand donc l’Etat colombien commencera t-il à investir dans le maïs, les maisons, la santé, l’éducation, et tout ce qui amène la vie et la paix, que ce soit de façon écologique ou même traditionnelle ?

Hernando Calvo Ospina
http://www.hernandocalvoospina.com/

Traduction : Hélène Anger

URL de cet article 10848
   

Même Auteur
« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’information est devenue un produit comme un autre. Un journaliste dispose d’à peine plus de pouvoir sur l’information qu’une caissière de supermarché sur la stratégie commerciale de son employeur.

Serge Halimi

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.