Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


En Roumanie depuis 1989 : églises en plus, écoles et hôpitaux en moins

En Roumanie depuis 1989 : Chaque année ont été construite 200 églises tandis qu’on détruisait 1000 écoles et 4000 chambres d’hôpitaux

Tandis que les salaires des employés publics pour 2011 vont être réduit, l’état roumain a augmenté le budget pour les salaires des popes orthodoxes qui en Roumanie sont payés par l’état.

Selon la loi de budget pour 2011 la contribution de l’état pour les salaires des religieux va augmenter de 9,12% de 227 856 000 lei à 248 637 000 lei soit 57 millions d’euros. Dans la même le salaire du personnel non religieux de l’église (soit 20 000 personnes ) augmentera de 30% en 2011.

Les représentant du Patriarcat Roumain soutiennent que les popes ont les salaires les plus bas de Roumanie, ce qui est faux et qui n’explique pas pourquoi l’état les paient comme si les religieux était des employés publics. Un prêtre débutant gagne 890 lei par mois (soit 220 euros) tandis qu’un plus ancien gagne un salaire de 1900 (soit presque 500 euros) c’est à dire beaucoup plus que la majorité des roumains. De plus l’église reçoit des dons exonérés d’impôts.

En Roumanie existent environ 15 000 popes. L’état paie 60% de leur salaire et même 80% dans les zones les plus pauvres comme le Delta du Danube ou le centre de la Moldavie.

Dans un rapport daté de début de 2010 pour les ambassades de Suisse et des Pays Bas il a été démontré que durant les 20 dernières années en moyenne ont été construite 200 églises par an tandis le nombre d’école se réduisait de 1000 chaque année ainsi que que 4000 lits d’hôpitaux chaque année.

Cette étude réalisée par l’ONG APADOR Elvetia et la Fondation de la Solidarité pour la Liberté de Conscience montre que comparé à 1990 la Roumanie a actuellement trois fois moins d’écoles et moitié moins d’hôpitaux.

Tandis qu’en 2008 il y avait 16 000 églises orthodoxes dans le pays, lors de l’année scolaire 2008 - -2009 il existait la moitié de garderies, écoles et université réunis : 8221. En 1990 il y avait 28 303 écoles en Roumanie ce qui en 19 ans s’est réduit à un tiers. En 1990 les roumains avaient 207 000 lits d’hôpitaux réservés pour eux et gratuites, en 2008 il n’y en avaient que 137 984, soit un peu plus de la moitié.

C’est donc que le gouvernement actuel, comme les précédents représentants des exécutifs roumains imposé après les coup d’état de 1989 par les intérêts des multinationales et corporations internationales, continuèrent la destruction de l’éducation et de la santé publique des roumains. En définitive il a continué la politique, dont nous l’avons vu, qu’ont exécutés tous les gouvernement du régime capitaliste depuis 1990, la destruction des systèmes sanitaires et scolaires de Roumanie, ainsi que l’industrie et l’agriculture nationale, mais sans oublier de construire des églises.

Curieusement, tandis qu’avec l’excuse de la crise s’applique les recettes néolibérale imposées par le FMI et l’UE et malgré que le peuple roumain s’enfonce chaque jour plus profondément dans la misère économique et sociale, le gouvernement augmente la part du budget destinée à l’église, dans ce cas ci orthodoxe, et montre d’une manière peu discrète que l’important est de continuer avec l’encouragement à la résignation et du renoncement à la volonté propre par le surnaturel pour le maintien de la domination de la minorité privilégié sur la majorité travailleuse et pour canaliser les citoyens vers la soumission et l’abandon de l’autodétermination politique au mains des ses faux représentants.

Source : Rumania desde 1989 : Cada año se han construido 200 iglesias mientras se han destruido 1000 plazas escolares y 4000 camas de hospitales

(source traduction non précisée - NDLR)

URL de cet article 12390
   
Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.