Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Et si les incroyants c’étaient nous ?

Voilà une question pour le moins inappropriée, me diront plusieurs croyants, d’autant plus qu’elle surgit au moment même où le Vatican lance à Paris le « parvis des Gentils », structure de rencontre entre catholiques et non-croyants. Mais n’est-ce pas justement le bon moment de nous interroger sur la nature de la foi que nous témoignons à travers notre profession de foi, nos rites et nos liturgies ? Vivons-nous une « foi de culture » ou une « foi, don de Dieu et d’engagement » ? Le dialogue va-t-il porter sur une foi « culturelle » ou une foi « d’engagement » ?

Est-il possible que notre foi ne réponde finalement qu’à l’enveloppe culturelle à l’intérieure de laquelle elle s’est développée sans pour autant répondre à cette foi, « don de Dieu et d’engagement de vie » ? Est-il possible que cette dernière puisse s’exprimer en dehors des formes culturelles et cultuelles traditionnelles ? Dans ce contexte de la double expression de la foi, la question soulevée demeure légitime et plus que jamais pertinente. Un véritable dialogue entre croyants et non croyants devrait reposer tant pour les uns et que pour les autres sur les fondements de leurs engagements au service d’une humanité en quête de justice, de vérité, de vie.

Supposons un instant que Caïphe, le grand-prêtre de la foi religieuse hébraïque du temps de Jésus, ait voulu ouvrir un dialogue entre croyants et non croyants. Dans quel camp Jésus de Nazareth aurait-il pu se faire reconnaître ? Du point de vue de Caïphe il ne pouvait pas être du nombre des croyants. Il a d’ailleurs été lui-même à la tête de la mobilisation pour le faire arrêter et condamner à mort. Pourtant qui des deux était le véritable croyant ?

Beaucoup de croyants et de non croyants remémorent cette année le 30ième anniversaire de l’assassinat de Mgr Oscar Romero alors qu’il célébrait l’eucharistie dans une chapelle à San Salvador. Il avait été, à plusieurs reprises, la cible de menaces de mort, mais elles n’ont jamais affecté sa foi ni son engagement au service de la justice et des plus déshérités de son peuple. Le 4 décembre 1977 il disait ceci :

« Une religion de messes dominicales, mais de semaines injustes ne plaît pas au Seigneur. Une religion de beaucoup de prières, mais au coeur gonflé d’hypocrisies n’est pas chrétienne. Une Église qui ne chercherait que son bien-être, qui n’aurait d’intérêt que pour ramasser de l’argent, s’assurer beaucoup de commodité, mais qui oublierait de dénoncer les injustices, ne serait pas la vraie Église de notre Divin Rédempteur. »

Le 15 décembre 1978, il a ces paroles :

« Lorsque quelqu’un donne du pain à celui qui a faim on le considère comme un saint, mais si quelqu’un demande quelles sont les causes qui font que le peuple a faim, il sera aussitôt identifié au communisme et à l’athéisme. Il y a toutefois un athéisme plus près et plus dangereux pour l’Église : l’athéisme du CAPITALISME qui s’impose lorsque les biens matériels sont érigés en idoles et se substituent à Dieu. »

Ces quelques exemples illustrent bien le fait que la foi n’a pas la même évidence pour tous et toutes. L’apôtre Jacques ne dit-il pas : « Toi, tu crois qu’il y a un seul Dieu ? Tu fais bien. Les démons le croient aussi, et ils tremblent. » (Jc. 2,19)

En somme le regard du croyant à l’endroit de lui-même doit être très critique alors qu’à l’endroit du non croyant il doit être très ouvert. J’espère que ce sera ce regard qui inspirera le cardinal Ravasi, chargé d’organiser ce dialogue entre croyants et non-croyants.

Oscar Fortin

Québec, le 25 mars 2011

http://humanisme.blogspot.com

URL de cet article 13226
   
Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le déficit de l’Etat était l’objet même de spéculations. A la fin de chaque année, nouveau déficit. Au bout de quatre ou cinq ans, nouvel emprunt. Or chaque emprunt fournissait à l’aristocratie une nouvelle occasion de rançonner l’Etat, qui, maintenu artificiellement au bord de la banqueroute, était obligé de traiter avec les banquiers dans des conditions toujours plus défavorables.

Karl Marx
La lutte des classes en France. 1850

« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.