Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


FUKUSHIMA : Inquiétudes de physiciens asiatiques

Mardi 29. 22H. A l’heure qu’il est, après que des tonnes d’eau ont été injectées depuis les débuts de la catastrophe, le 11 mars, afin de refroidir les réacteurs ainsi que les piscines de combustible usagé à la centrale de Fukushima, la question se pose désormais de la pomper. Tout en essayant de la décontaminer au mieux. D’où l’aide proposée par le groupe français Areva, en envoyant notamment cinq experts spécialisés dans la décontamination des effluents radioactifs.

Pendant ce temps, sans attendre, des physiciens spécialistes du nucléaire (notamment en matière de sécurité et d’armement) commencent à tirer des «  Leçons de Fukushima ». Des leçons pour… l’Asie, selon une tribune publiée par le Pakistanais A.H. Nayyar, à l’université renommée LUMS de Lahore (Pakistan), avec l’Américano-Pakistanais Zia Mian et l’Indien M.V. Ramana, tous deux actuellement à l’université de Princeton (Etats-Unis).

Le tremblement de terre et le tsunami Mars au Japon ont déjà fait plus de 10.000 morts, et quelques 17.500 personnes sont toujours portées disparues.

Cette catastrophe a été aggravée par la menace persistante de contamination radioactive suite aux accidents survenus sur quatre réacteurs nucléaires sur le site de Fukushima Daiichi-et des piscines qui contiennent encore actuellement un combustible nucléaire irradié, chaud, très radioactif. Même si l’accident nucléaire est contenu, il est source de nombreuses leçons pour l’Asie du Sud.

La dépendance vis à vis de l’énergie nucléaire en Asie du Sud est en train de s’accroitre. L’Inde possède 20 réacteurs nucléaires en service, et plusieurs autres en construction, et des plans pour une expansion importante dans les prochaines décennies. Le Pakistan dispose de deux centrales nucléaires en service, une autre presque terminée, et plannifie la construction de beaucoup d’autres dans les 20 prochaines années. Les deux pays ont également des réacteurs qui font partie de leurs programmes d’armes nucléaires. Le Bangladesh et le Sri Lanka projettent de construire leurs premiers réacteurs nucléaires.

La première leçon pour les populations et les décideurs d’Asie du Sud Est est que les établissements nucléaires sous-estiment la probabilité de survenue et la gravité des accidents possibles. Les réacteurs de Fukushima n’étaient pas prêts à faire face au tremblement de terre et au tsunami de la taille de ceux qui ont eu lieu. Un mois avant l’accident, l’usine de Fukushima a reçu un permis d’exploitation pour 10 ans. L’entreprise Tokyo Electric Power qui possède et exploite les réacteurs, l’agence de sûreté nucléaire au Japon et le gouvernement japonais lui-même, étaient tous convaincus que les réacteurs étaient en sécurité.

Cette confiance est évidente dans les établissements nucléaires d’Asie du Sud. Après l’accident au Japon, S.K. Jain, le président de la Corporation des compagnies Nucléaires en Inde a déclaré "Nous avons une connaissance totale de la conception des activités sismiques. Les pires événements sismiques et le tsunami ont été pris en considération dans nos conceptions. "Les autorités japonaises nucléaires pensaient sans doute de la même façon avant de Fukushima.

De même, La commission Pakistanaise à l’énergie atomique a déclaré que la sécurité de ses réacteurs a été vérifiée par des experts étrangers, y compris ceux de l’Association mondiale des exploitants nucléaires. Cela ne devrait rassurer personne. Le Tokyo Electric Power Company est un membre de l’Association mondiale des exploitants nucléaires.

La deuxième leçon est que les catastrophes naturelles extrêmes ne font que rendre plus probables les accidents. Ceux de Tchernobyl en Union soviétique en 1986, à Three Mile Island aux États-Unis en 1979, à Windscale au Royaume-Uni en 1957 et à Chalk River au Canada en 1952 n’ont pas été déclenchées par des catastrophes naturelles.

Les tremblements de terre rendent les accidents de réacteur plus probables parce qu’ils touchent simultanément la majeure partie des installations. Ils mettent hors circuit de multiples systèmes de sécurité et sont succeptibles de créer de nombreuses pannes. Les inondations et les incendies constituent une menace. C’est un incendie qui a causé la panne d’électricité à Narora en 1993, accident nucléaire majeur qu’a frolé l’Inde.

La troisième leçon est que les accidents nucléaires sont le résultat de la nature même de la technologie nucléaire. Ils n’est pas besoin de faiblesse technologique ou de d’absence d’opérateurs qualifiés. L’expertise technologique Japonaise en matière de nucléaire est immense. La catastrophe de Tchernobyl, les accidents à Three Mile Island, Windscale et de Chalk River se sont tous produit dans des pays ayant tous un réel savoir-faire en matière nucléaire.

Une quatrième leçon est qu’aucun réacteur ne peut prétendre être de conception totalement sûre. L’accident a Fukushima concerne un réacteur à eau bouillante. Les cinq accidents les plus graves avant Fukushima se sont produit sur des réacteurs de conception différentes. Des accidents ont eu lieu également sur des réacteurs expérimentaux, tels que les réacteurs à neutrons rapides pour lesquels l’Inde est actuellement en train d’investir.

Une cinquième leçon, est que dépenser plus d’argent sur la sécurité ne peut pas empêcher les petites pannes de s’accumulerr pour produire des catastrophes, et peut causer de nouveaux problèmes. Au réacteurs Fukushima, les systèmes de sécurité ont échoué, certains pour des raisons que nous ne comprenons pas encore. Anticiper toute défaillance possible impliquerait de construire des sauvegardes pour les sauvegardes et rendrait la conception des réacteurs encore plus compliquée, coûteuse, et leur fonctionnement encore plus aléatoire.

Une sixième leçon est que les réacteurs nucléaires et les gens ne se mélangent pas. Les gens peuvent provoquer des accidents et les accidents touchent les gens. Ce sont des erreurs humaines d’opérateurs qui ont contribué à l’accident de Tchernobyl et celui de Three Mile Island. Les travailleurs ont été confrontés à Fukushima à des niveaux élevés de rayonnement dans leur lutte pour reprendre le contrôle des réacteurs et des piscines de combustible. Près de 200.000 personnes vivant dans les 20 km autours des réacteurs de Fukushima ont été évacués ; Ceux qui vivent entre 20 km et 30 km ont été confinés pour éviter les effets de la radioactivité. Les États-Unis ont demandé à leurs citoyens résidant dans la région de s’éloigner d’au moins à 80 km du réacteur. Aliments et eau contaminés ont été retrouvés à des distances de 250 kilomètres à la ronde. Des traces de radiations sont arrivés sur la côte ouest des États-Unis, 8.000 km à travers l’océan Pacifique.

En Asie du Sud, certains réacteurs se trouvent à proximité de grands centres urbains ou à proximité de rivières qui alimentent l’agriculture en eau potable. La centrale nucléaire de Karachi au Pakistan, par exemple, est située sur la côte et est vulnérable aux tremblements de terre et aux tsunamis. Construite il ya 40 ans, son réacteur était à l’origine éloigné de la ville. Mais maintenant certains programmes de logements se retrouvent à seulement 20 km du site. Karachi Nord reçoit une brise de mer qui passe d’abord sur la centrale nucléaire. En cas d’accident, il est impensable que la population résidant dans une circonférence de 80 km autours du réacteur puisse être rapidement évacuée en toute sécurité.

Partout dans le monde, les gens repense l’énergie nucléaire. Après Fukushima, la chancelière allemande, Angela Merkel, a fait observer que c’est « lorsque ... l’impossible devient possible et l’absoluement improbable, réalité, que la situation change". Elle a annoncé une "sortie mesurée » de la dépendance sur l’énergie nucléaire, ce qui signifie la fermeture de l’Allemagne 17 réacteurs. Plus l’attente sera longue en Asie du Sud, plus grand sera le nombre de réacteurs construits et plus difficile une réorientation de politique énergétique.

A.H. Nayyar is a visiting professor of physics at LUMS, Lahore. M.V. Ramana and Zia Mian are physicists at the Programme on Science and Global Security, Princeton University, Princeton, US.

http://www.dawn.com/2011/03/27/fukushima-lessons.html

traduction en commentaire :

http://sciencepourvousetmoi.blogs.nouvelobs.com/archive/2011/03/29/fuk...

URL de cet article 13262
   
Même Auteur
Le « populisme du FN » un dangereux contresens, d’Annie Collovald et Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, d’Emmanuel Pierru
DIVERS
Récemment apparues, les éditions du Croquant, issues d’une dissidence des héritiers de Pierre Bourdieu, publient des ouvrages riches, au coeur des problèmes sociaux actuels et offrant un regard juste et pertinent. Deux d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention : Le « populisme du FN » un dangereux contresens A travers cet ouvrage, Annie Collovald a voulu déconstruire et remettre en cause le terme de « populisme » qui sert aujourd’hui d’explication au succès électoral du Front national. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je suis arrivé au pouvoir, les multinationales recevaient 82% des revenus de nos matières premières et nous 18%. Aujourd’hui c’est l’inverse ! J’ai fait ce qu’il y avait à faire pour mon peuple. J’attends maintenant qu’on m’assassine comme ils ont fait avec Chavez.

Evo Morales, Président de la Bolivie


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.