Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Face à la crise alimentaire, quelles alternatives ?

dessin : "faites le plein, svp"

La crise alimentaire a laissé sans nourriture des milliers de personnes dans le monde entier. Aux 850 millions d’affamés, la Banque Mondiale ajoute cent autres millions, dont la crise actuelle est responsable. Le « tsunami » de la faim n’a rien de naturel, c’est le résultat des politiques néolibérales imposées depuis des dizaines d’années par les institutions internationales.

Mais, face à cette situation, quelles sont les alternatives ? Un autre mode de production, de distribution et consommation d’aliments est-il possible ? Avant d’aborder ces questions, il est important de signaler quelques-unes des principales causes structurelles responsables de cette situation.

En premier lieu, un des facteurs qui expliquent la situation de famine des communautés est l’usurpation de leurs ressources naturelles. La terre, l’eau, les semences… ne sont plus un bien public car elles ont été privatisées. La production d’aliments est passée de l’agriculture familiale à l’agriculture industrielle et est devenue un mécanisme d’enrichissement du capital. La nourriture, qui avait pour valeur fondamentale de nous nourrir, a maintenant une valeur marchande. Pour cette raison, et malgré le fait qu’il n’y a jamais eu autant de nourriture, nous n’y avons pas accès à moins d’en payer un prix chaque jour plus élevé.

Si les agriculteurs n’ont plus de terre pour se nourrir, ni d’excédents à vendre, aux mains de qui se trouve l’alimentation mondiale ? Aux mains des multinationales de l’agroalimentaire qui contrôlent tous les échelons de la chaîne de commercialisation. Il ne s’agit pas seulement d’un problème d’accès aux ressources naturelles mais également du modèle de production. On pourrait dire que l’agriculture actuelle est intensive, « drogo » et « pétro » dépendante, kilométrique, délocalisée, industrielle… Tout l’antithèse d’une agriculture respectueuse de l’environnement et des personnes.

En deuxième lieu on trouve les politiques néolibérales appliquées depuis des décennies dans le but d’aider à un plus grand libéralisme commercial, la privatisation des services publics, le transfert monétaire Sud-Nord (par le paiement de la dette externe), etc. L’OMC, la BM, le FMI ont été, entre autres, certains des principaux acteurs.

Ces politiques ont permis l’ouverture des marchés du Sud et l’entrée de produits subventionnés, lesquels, étant vendus en-dessous du prix de revient, donc à un prix inférieur au prix du produit local, ont détruit l’agriculture locale. Ces politiques ont transformé les cultures diversifiées à petite échelle en monocultures pour l’agroexportation.

En troisième lieu, il nous faut signaler le monopole de la chaîne de distribution des aliments. Des megasupermarchés tels que Wal-Mart, Tesco ou Carrefour imposent le prix d’achat des produits à l’agriculteur et le prix de vente au consommateur. Dans l’Etat Espagnol, par exemple, le différentiel moyen entre le prix au producteur et au consommateur est de 400%, la grande distribution empochant les bénéfices. Par contre l’agriculteur vend toujours moins cher sa production, et le consommateur paie davantage à l’achat.

Propositions

Mais des alternatives existent. Pour faire face à l’appropriation des ressources naturelles, il faut favoriser la souveraineté alimentaire : les communautés doivent contrôler les politiques agricoles et alimentaires. La terre, les semences, l’eau… doivent être rendues aux petits agriculteurs pour leur propre consommation et pour la vente de leurs produits aux communautés locales. Ceci nécessite une réforme agraire intégrale de la propriété et de la production de la terre ainsi que la nationalisation des ressources naturelles.

Les gouvernements doivent favoriser la production à petite échelle car elle permettra de régénérer les sols, d’économiser les carburants, de réduire le réchauffement global et d’être maîtres en ce qui concerne notre alimentation. Actuellement, nous dépendons du marché international et des intérêts de l’agroindustrie.

La relocalisation de l’agriculture au profit de l’exploitation familiale est le seul moyen de garantir l’accès de tous aux aliments. Les politiques publiques doivent promouvoir une agriculture locale, durable, biologique, sans OGM, et, pour les produits qui ne peuvent être produits localement, il convient de mettre en place une politique de commerce équitable à l’échelle internationale. Il faut protéger les agro-écosystèmes et la biodiversité, gravement mis en péril par le modèle d’agriculture actuel.

Pour faire face aux politiques néolibérales il faut générer des mécanismes d’intervention et de régulation capables de stabiliser les prix du marché, de contrôler les importations, d’établir des quotas, d’interdire le dumping, et pendant les périodes de surproduction, de faire des réserves spécifiques pour les périodes de manque. Au niveau national, chaque pays doit être son propre maître dans la prise de décision de son degré d’autoproductivité et prioriser la production de nourriture pour la consommation domestique.

Dans le même ordre d’idées, il faut refuser les politiques imposées par la BM, le FMI, l’OMC et les traités de libre échange bilatéraux et régionaux, tout comme interdire la spéculation financière, les opérations à terme, sur la nourriture et la production d’agrocombustibles.

Face au monopole de la grande distribution, nous devons exiger régulation et transparence tout au long de la chaîne de commercialisation d’un produit. La grande distribution a des effets très négatifs sur les petits producteurs, les fournisseurs, les travailleurs, l’environnement, la consommation… Pour cette raison nous devons mettre en place des alternatives au lieu d’achat : aller au marché local, être membre des coopératives de vente agroécologiques, parier sur les circuits courts de commercialisation… qui auront une répercussion positive localement et seront en relation directe avec les travailleurs agricoles.

Il faut s’orienter vers une consommation responsable, car si nous avions tous, par exemple, la même consommation qu’un citoyen des Etats-Unis, il faudrait cinq planètes terre pour satisfaire les besoins de la population mondiale. Mais le changement individuel ne suffirait pas sans une action politique collective basée, en premier lieu, sur la mise en place d’une solidarité entre la campagne et la ville. Si le territoire est dépeuplé et sans ressources, personne ne cultivera la terre, et par conséquent, personne ne produira notre nourriture. La construction d’un monde rural en bonne santé incombe également aux habitants des villes.

Et en deuxième lieu il faut établir des alliances entre les secteurs touchés par la globalisation capitaliste et agir politiquement. Une alimentation saine ne peut être possible sans une loi interdisant les OGM, la déforestation inconsidérée ne prendra fin que si l’on poursuit en justice les multinationales qui exploitent l’environnement… pour ce faire il est important de mettre en place une législation qui priorise les besoins des individus et de l’écosystème face au bénéfices économiques.

Un changement de paradigme dans la production, la distribution et la consommation des aliments ne sera possible que dans un cadre plus large de transformation politique, économique et sociale. La création d’alliances entre les opprimés du monde : les agriculteurs, les travailleurs, les femmes, les émigrés, les jeunes… est une condition indispensable pour avancer vers cet « autre monde possible » que préconisent les mouvements sociaux.

Esther Vivas est auteur de "En campagne contre la dette" (Syllepse, 2008), co-coordinatrice des livres en espagnole "Supermarchés, non merci" et "Où va le commerce équitable ?" et membre de la rédaction de la revue Viento Sur (www.vientosur.info).

** Article paru dans América Latina en Movimiento (ALAI), nº433. Traduit par Josette Moncourier.


EN COMPLEMENT

Cuba : agriculture biologique et relocalisation de l’économie
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article6246

La bonne vie à la Havane : la révolution verte de Cuba, par Andrew Buncombe / The Independent
http://www.legrandsoir.info/spip.php?article5369

URL de cet article 7357
   
Enjeux politiques de l’histoire coloniale
Catherine COQUERY-VIDROVITCH
Notre patrimoine historique « national » doit-il inclure l’histoire de la colonisation et de l’esclavage colonial ? La réponse positive, de bon sens, ne fait pas l’unanimité : soit parce que parler sans tabou du domaine colonial serait « faire repentance », soit parce que l’ignorance ou la négligence entretenues depuis plusieurs générations font qu’il ne vient même pas à l’esprit de beaucoup de nos concitoyens que notre culture nationale héritée n’est pas seulement hexagonale. La culture française (que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

There is no French word for entrepreneur.

George Walker Bush


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.