Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Gauche et droite - A chacun sa définition de la liberté

Photo : ILLUSTRATION TIFFET LE DEVOIR

En entendant les ténors de la droite québécoise clamer leur principal slogan, « Trop d’État et pas assez de liberté individuelle », beaucoup de gens se sont sentis visés juste. On a vu les intentions de vote pour un parti purement virtuel faire sonner la cloche des sondages à plus de 39% (CROP, octobre 2010) et les créateurs du Réseau Liberté-Québec n’en reviennent pas de leur succès. Mais dans notre histoire, la « liberté » est un étendard qui a été brandi par la Gauche bien avant la Droite. Est-ce bien de la même liberté qu’il s’agit ? Et pourquoi ce mythe trouve-il tant d’échos actuellement, chez des gens qui ne partagent pas nécessairement leurs réelles orientations politiques ?

Les accoutrements de la liberté

Pendant les dizaines de millénaires où les humains ont vécu en petites communautés sur d’immenses territoires, la notion de liberté n’avait probablement aucun sens. Elle était comme l’eau pour les poissons. Pour ceux qui se sont retrouvés soumis aux dictats d’un tyran ou d’un propriétaire, elle en avait sûrement beaucoup. Cette liberté-là , synonyme d’affranchissement, est encore loin d’avoir été conquise pour tous les humains. En même temps, pour la fraction riche de l’humanité qui préfère se penser comme « libre », la liberté des affranchis a complètement perdu son sens et elle en a revêtu de nouveaux.

Le plus répandu de ces nouveaux habits de la liberté, c’est l’élargissement de l’éventail des choix. Combien de marques et modèles de shampoing, d’antisudorifiques ou de rouge à lèvres nous sont proposés dans une pharmacie Jean Coutu ? Malgré le gaspillage découlant de cette conception de la liberté, on peut penser que le niveau général de bonheur pourrait s’en trouver rehaussé, grâce aux 250 programmes d’études de premier cycle à l’Université de Montréal ou aux 500 canaux sur le cable.

Ce créneau de la liberté ne souffre cependant pas que d’inflation, il conduit aussi à d’autres dérives. C’est ainsi que la liberté en vient à désigner le privilège, c’est-à -dire la possibilité de faire des choix que tout le monde ne peut pas se payer : l’école privée, la clinique privée, la police privée, etc. Petit à petit, la liberté en vient à désigner la possibilité de dicter ses volontés aux autres. C’est la liberté du renard dans le poulailler, selon l’expression bien connue.

Le prix de la liberté moderne

Ce dont les citoyens des sociétés riches ne semblent pas nécessairement conscients, c’est qu’en optant pour une liberté définie par l’élargissement des choix, ils ont aussi hérité d’une multiplication des contraintes qui viennent réduire la liberté. Ce sont des contraintes différentes de celles de la servitude ou de l’esclavage mais leur accumulation pourrait finir par peser aussi lourd. Plus lourd parfois que les gains en liberté réalisés avec l’élargissement des choix.

Ces contraintes sont de trois types. D’abord, il y a évidemment les innombrables lois, règlements, normes, obligations ou contrôles émanant de l’État et de toutes les administrations publiques. Qu’on pense seulement aux lois de l’impôt, aux normes de construction ou de rénovation.

La volonté de contrôle n’est cependant pas réservée aux agents de l’État, car les administrations privées baignent dans la même culture, même si leurs pouvoirs sont plus dispersés. Que ce soit à titre d’employés ou de clients, nous leur sommes également soumis. Qu’on pense seulement à nos contrats d’assurances ou de téléphonie cellulaire, aux services financiers offerts par les conseillers financiers de nos banques. Dans les registres de la bureaucratie publique et privée, chacun d’entre nous aurait bien des expériences à raconter quant à l’application de normes loufoques ou absurdes.

En plus du pouvoir des institutions, il y a aussi un autre niveau de contraintes, plus inconscient et plus subversif. C’est celui de notre culture intériorisée, qui nous soumet également à d’innombrables normes, obligations et contrôles. C’est la liste de tous les « Faut que ». Par exemple, aucune loi ne nous oblige à décorer la maison pour l’Halloween, à conduire les enfants à des cours de ballet ou de hockey. Parce qu’il fait aussi l’objet d’une inflation ou d’une dérive, ce genre d’obligations ressenties peut finir par peser très lourd dans le bilan subjectif des contraintes à notre liberté.

Liberté de la Droite ou liberté de la Gauche ?

Historiquement issus de « la Gauche », les appels à la liberté ont été accaparés par la Droite et traduits dans un appel à la mise au pas de l’État - une transformation déjà réalisée dans la plupart des pays du « Tiers-Monde ». Dans notre propre société, il est impossible de quantifier le poids des contraintes émanant de l’État et celui des autres institutions (corporations privées, syndicats, associations, etc.) mais il est clair qu’elles baignent toutes dans la même sauce.

Quant à nos bilans inconscients, ils ne sont nullement liés à nos orientations politiques mais c’est peut-être l’impact de ces dérives dans nos mémoires inconscientes qui nous rend aussi sensibles aux appels de la Droite en faveur de « la liberté ».

Privatisation

Peut-on penser que les orientations proposées par la Droite contribueraient à restaurer nos libertés émoussées ?

Cette Droite qui se prétend "lucide" rêve surtout de privatisations. Il est certain qu’un double réseau d’écoles ou de cliniques contribue à élargir les choix - ceux des riches. Cependant, l’expérience montre que les régimes publics, comme Hydro-Québec ou l’assurance automobile pour les personnes, sont plus efficaces et coûtent moins cher aux utilisateurs, tout en augmentant la richesse collective et en réduisant la facture globale des impôts.

La Droite rêve aussi de PPP. Or c’est justement de là que viendront sans doute les prochains sommets de bureaucratisation et d’absurdité. Un indice : déjà , le contrat de privatisation du métro de Londres occupe 135 volumes, totalisant 28,000 pages.

Le principe de l’utilisateur-payeur est un autre slogan de ce programme. On peut toujours multiplier les compteurs d’eau ou les postes de péage mais il y a un coût supplémentaire à ce beau principe. Comment faire payer chaque utilisateur d’un service public sans ajouter de lourdes et coûteuses structures bureaucratiques pour la collecte des paiements ? Les formulaires d’impôt ne sont-ils pas déjà ridiculement complexes ?

L’élargissement des choix ne contribue pas à la liberté lorsqu’il s’accompagne d’une multiplication des contraintes, ce qui est le cas dans notre système en dérive. La Droite nous propose en réalité d’aller encore plus loin dans cette direction. Il est certain que les riches craignent moins cette multiplication des contraintes liées à la complexité des institutions. C’est parce que leur bilan personnel des contraintes subies est compensé par celui des privilèges exercés. Mais pour l’immense majorité des citoyens, la liberté individuelle risque fort d’être encore plus réduite si les discours de la Droite actuelle se traduisent dans nos institutions.

Sans trahir ses objectifs politiques, le discours de la Gauche pourrait aussi invoquer la liberté réelle, la création de richesse - par exemple, la richesse collective des mines et de l’énergie, traduite aussi en richesse individuelle par la réduction des impôts et l’accès à de meilleurs services d’éduction ou de santé -, ou la « mise au pas » de l’État en termes de simplification, d’efficacité ou d’élimination des gaspillages. En plus de désamorcer l’élan de la Droite et d’alimenter un véritable débat sur les enjeux qui nous concernent, ce discours pourrait susciter une essentielle prise de conscience, car c’est précisément en mobilisant un sentiment inconscient d’aliénation que le discours actuellement dominant réussit à promouvoir son propre agenda.

Denis Blondin - denisblondin.wordpress.com

Texte publié dans le journal Le Devoir, Montréal, 22 novembre 2010

http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/311444/gauche-et...

URL de cet article 12068
   
Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous n’y prenez pas garde, les journaux finiront par vous faire haïr les opprimés et adorer les oppresseurs.

Malcolm X.


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.