RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


George Harrison et Liliane Bettencourt

Au milieu des années soixante, le Royaume-Uni connaissait de sérieuses difficultés économiques et financières, au point que le gouvernement travailliste dut faire appel à l’aide du FMI. Ce fut la première - et dernière - fois qu’un pays riche était contraint de passer sous des fourches caudines normalement réservées aux pays pauvres.

Juste avant cela, le Premier ministre Harold Wilson avait décidé la création d’un impôt exceptionnel (super tax) pour les très riches, de sorte que leurs revenus furent taxés à plus de 95%. A l’époque, la livre anglaise était divisée en 20 shillings, eux-mêmes divisés en douze pennies. Une fois qu’on avait pris le coup, on avait affaire à une monnaie extrêmement concrète : certains produits étaient pensés en livres, d’autres en shillings, d’autre en pennies. Pour tout compliquer, les Britanniques utilisaient même la guinée, qui valait 21 shillings (une livre plus 1 shilling). Bref, c’était le bon temps.

Pas pour le Beatle George Harrison, très bon musicien mais nouveau riche furieux de se voir tondre la laine sur le dos. Pour l’album Revolver, il composa la chanson " Taxman " , dans laquelle, de manière très poujadiste et égoïste, il exprima son ire. Renvoyant dos-à -dos les travaillistes et les conservateurs (« Mr Wilson, Mr Heath »), il créa très habilement un narrateur qui n’était autre qu’un percepteur particulièrement zélé et sadique. Ce fonctionnaire était prêt à tout taxer : la rue si on conduisait une voiture, un siège si on voulait s’asseoir, nos pieds si on voulait se promener. « Si vous gagnez 20 shillings », disait le taxman, j’en prendrai 19 » (« There’s one for you, nineteen for me »).

Mais ce qui révulsa au plus haut point Harrison, ce fut l’augmentation de l’impôt sur les successions. Payer un impôt alors qu’on était mort était incompréhensible pour le Beatle : « declare the pennies on your eyes » (dans l’Angleterre traditionnelle, on fermait les yeux des morts avec des pièces de monnaie, d’or si possible).

Et notre bonne Liliane, me direz-vous ?

J’avoue que l’idée de cette note m’est venue lorsque j’ai lu que l’héritière de l’empire L’Oréal était imposée - en toute légalité - à 11% (c’est fort bien expliqué dans Le Canard Enchaîné de cette semaine).

La nostalgie n’est plus ce qu’elle était.

URL de cet article 11140
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Auteur
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a un sacré paquet de connards à Cuba - comme partout. Mais la différence à Cuba, c’est qu’ils ne sont pas au pouvoir.

Jose G. Perez

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.