RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Ikéa aux Etats-Unis a oublié d’implanter son "modèle social" (Dissident Voice)

Qui eût cru que les Suédois, oui les Suédois qui ont des syndicats très puissants, des programmes sociaux tant vantés, la liberté sexuelle, des salaires minimum de 18 dollars l’heure, et 5 semaines de congés payés oseraient traiter les USA comme... eh bien, comme les USA traitent le Mexique ?

Cependant, aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est ce qui se passe en ce moment même. Si on en juge par ce qui se déroule depuis trois ans à l’usine Ikéa de Danville en Virginie, il est clair maintenant que la Suède considère les USA comme une nation en voie de développement du tiers monde - une espace géographique où l’on peut se procurer une main d’oeuvre fiable à bas salaires pour monter les meubles Ikéa. Ils nous voient comme nous, nous voyons le Mexique.

Cela fait seulement trois ans que les officiels locaux et fédéraux ont offert à la firme suédoise renommée 12 millions de dollars de réduction d’impôts et de subventions pour l’attirer en Virginie. Pour une région aussi dévastée sur le plan économique et aussi désespérée que Danville, cet accord avec une entreprise brillante et respectée comme Ikéa a été considéré comme un énorme coup. Un rêve devenu réalité.

Mais le rêve a vite tourné au cauchemar au fur et à mesure que Ikéa, le sauveur, se transformait en bandit. L’entreprise a fait à Danville des choses qu’elle n’aurait jamais osé faire en Suède son pays d’origine, non seulement parce que ces actions auraient endommagé dans son pays l’image de la firme qui est celle d’une employeur éclairé et généreux, mais parce que en fait ces actions auraient été des violations du code de travail en vigueur.

Pour le dire tout net, l’usine Ikéa de Danville s’est transformée en la version scandinave d’un atelier clandestin moderne. Quand l’IMA (l’association international des machinistes) a voulu syndiquer les ouvriers, Ikéa s’est bloqué dans une posture défensive sans nuance, allant jusqu’à louer les services du cabinet d’avocats de Jackson Lewis, un cabinet agressivement anti-salariés dont la spécialité est d’empêcher les syndicats de s’implanter dans les entreprises. Cette firme soit disant généreuse et bienveillante envers ses employés a surpris tout le monde - aux USA comme en Suède - en faisant la même chose que Wal-Mart.

Sans syndicat pour protéger les employés, l’Ikéa de Danville a fait tout ce que les entreprises qui n’ont pas de syndicat font. Ils ont baissé le salaire horaire à l’embauche de 9,75 dollars à 8 dollars (le minimum fédéral est 7,25) et ont commencé à forcer les gens à faire des heures supplémentaires. En fait on leur demande de faire tellement
d’heures supplémentaires - et souvent à la dernière minute- que les employés s’en vont. Gagner huit dollars à l’heure et ne jamais savoir quand vous allez rentrer chez vous, n’encourage pas tellement les gens à rester.

En Suède, les employés d’Ikéa ne sont pas seulement bien rémunérés en salaires et en primes mais les heures supplémentaires se font uniquement sur la base du volontariat. Aucun employé en Suède n’est obligé de travailler s’il n’en a pas envie. Mais à Danville en
Virginie c’est autre chose. Les 355 employés de l’usine ne peuvent rentrer chez eux que lorsqu’on leur en donne la permission. Quant aux vacances, les employés d’Ikéa en Suède bénéficient de 5 semaines de congés payés par an ; à Danville les travailleurs ont 12 jours de congés - dont huit sont choisis par l’entreprise.

De plus, l’EEOC (la commission pour l’égalité des chances des salariés) a entamé plusieurs poursuites judiciaires au bénéfice de travailleurs américains noirs qui accusent l’entreprise de les avoir arbitrairement affectés aux postes les moins agréables et de leur avoir imposé les périodes de travail les moins confortables dans les rotations. Pourquoi d’ailleurs l’entreprise se gênerait-elle ? Qui les en empêcherait ?

Les événements de Danville prouvent clairement deux choses : La première est que sans un filet de sécurité imposé à l’entreprise (soit sous la forme de syndicats, soit sous la forme d’un code du travail rigoureux - justement ce que les USA n’ont pas) les travailleurs se retrouvent à la merci de leurs employeurs. Et deuxièmement que la réputation qu’a Ikéa d’être une entreprise éclairée et bienveillante envers ses employés est de la foutaise. Comment dit-on "exploitation" en suédois ?

David Macaray

David Macaray a été syndicaliste. Il habite Los Angeles et écrit des
prièces de théâtre et des livres (It’s Never Been Easy : Essays on
Modern Labor),. On peut le joindre à  : dmacaray@earthlink.net.

Pour consulter l’original : http://dissidentvoice.org/2011/04/swedish-creepballs/

Traduction D. Muselet pour LGS

URL de cet article 13408
   

Même Thème
CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Les Etat-Unis eux-mêmes, par leur tendance croissante à agir de manière unilatérale et sans respect pour les préoccupations d’autrui, sont devenus un état voyou."

Robert MacNamara
secrétaire à la défense étatsunien de 1961 à 1968
paru dans l’International Herald Tribune, 26 juin 2000.

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.