RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
19 
La Shoah, « bouclier humain » du sionisme

Il n’est jamais trop tard pour apprendre

Yad VaShem Musée du Holocaust à Jérusalem

Nous sommes en janvier 2009 et :

J’ai découvert qu’on pouvait appeler « guerre » une ratonnade géante à ciel ouvert menée par des cinglés racistes rongés par un spleen identitaire et existentiel.

J’ai découvert qu’une population civile assassinée ne s’appelait plus « dommage collatéral » mais « bouclier humain ».

J’ai découvert qu’on pouvait emprisonner Gaza et ensuite lancer des tracts pour gentiment « prévenir » la population carcérale que les matons (prononcez Tsahal) allaient jouer avec eux à ballon prisonnier avec des bombes au phosphore.

J’ai découvert qu’un sioniste pouvait prendre son pied devant le spectacle et faire semblant de s’offusquer que l’on puisse mettre en doute son état de « légitime défense ».

J’ai découvert par la même occasion qu’on pouvait lui foutre un poing sur la gueule et que ça ne faisait finalement pas plus mal que sur un autre. J’ai découvert aussi que lorsqu’ils ne sont pas à dix contre un, les sionistes perdent leurs super pouvoirs de « peuple élu ».

J’ai découvert lors d’une émission sur TF1 qu’un porte-parole du régime israélien (encore un ?) pouvait brandir une photo pour appuyer ses dires sur Gaza sans que personne ne lui fasse remarquer qu’Israël interdisait l’accès à Gaza aux photographes.

J’ai découvert que brûler une voiture vide était plus grave que de tirer sur une ambulance occupée.

J’ai découvert que les dirigeants des organisations sionistes n’étaient pas encore en prison. J’ai découvert par la même occasion que l’apologie de crime de guerre n’était pas illégale en France.

J’ai découvert que « interventionnisme humanitaire », « couloirs humanitaires » et « devoir d’ingérence » ont soudainement disparu du vocabulaire de Bernard Kouchner & consorts.

J’ai découvert que l’OTAN n’intervenait plus, ne bombardait plus, ne faisaient plus rien pour sauver une population en danger.

J’ai découvert que des élus français étaient gênés de participer aux manifestations et de se retrouver sur la photo en « mauvaise compagnie ».

J’ai découvert ainsi que le risque, sinon l’assurance, de se faire traiter de salaud par des sionistes était finalement moins grave que la certitude d’en être un en se taisant.

Et c’est là que j’ai enfin compris comment les sionistes avaient transformé cette horreur de la Shoah en « bouclier humain » du sionisme.

Viktor Dedaj
« il n’est jamais trop tard pour apprendre »
janvier 2009

URL de cet article 7859
   
AGENDA
lundi 20 février 2017
vendredi 24 février 2017
samedi 25 février 2017
mardi 28 février 2017
mardi 28 février 2017
samedi 4 mars 2017
mardi 7 mars 2017
mercredi 8 mars 2017
mercredi 15 mars 2017
samedi 22 avril 2017
samedi 22 avril 2017
Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le fait est que les slogans du type "soutenons nos soldats" n’ont aucun sens... Et c’est tout l’objectif d’une bonne propagande. Il vous faut créer un slogan auquel personne ne s’oppose, et tout le monde y adhérera. Personne ne sait ce qu’il veut dire parce qu’il ne veut rien dire. Son importance réside dans le fait qu’il détourne l’attention d’une question qu’il aurait fallu poser : soutenez-vous notre politique ? Mais ça c’est une question qu’on n’a pas le droit de poser.

Noam Chomsky

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
50 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
57 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.