RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Je ne jurerai pas fidélité à Israël (Haaretz)

Pourquoi le gouvernement demande-t-il que seules les personnes sollicitant la nationalité israélienne déclarent leur loyauté à l’état juif et démocratique ? Je veux le faire aussi !

Le temps est venu pour nous tous, que nous soyons juifs, musulmans, ultra orthodoxes ou laïques, de promettre loyauté au seul état juif démocratique du monde. A une condition : il faut que la cérémonie d’engagement ait lieu dans la cour du Tombeau des Patriarches après une visite du centre d’Hébron.

Chaque citoyen saura alors ce que le pays fait en son nom dans la cité des Patriarches. Chaque mère juive saura "où la seule démocratie du Moyen-Orient" envoie ses enfants. Ceux qui aiment ce qu’ils verront signeront la déclaration. Ceux qui ne trouveront pas à Hébron les preuves que les valeurs et les principes de la démocratie sont respectés, refuseront.

Avant de commencer la visite guidée du centre de Hébron, il faut se rafraîchir la mémoire : l’accord de Hébron qui a été signé en 1997 entre le gouvernement de Netanyahu et l’Autorité Palestinienne divise Hébron en deux parties. D’un côté un espace arabe contrôlé par l’Autorité Palestinienne (H1) et de l’autre un espace juif contrôlé par l’armée israélienne (H2). Dans la partie arabe vivent 120 000 Palestiniens et dans la partie juive, qui comprend la vieille ville et le centre commercial de la ville, il y a 500 Juifs et 30 000 Arabes. Afin de prévenir les conflits, Israël a imposé des règles draconiennes de séparation physique entre les deux populations et a réduit drastiquement la liberté de mouvement des Palestiniens dans la plus grande partie du territoire H2.

Un couple de chiens haletants nous accueillent à l’entrée de la rue Shuhada qui traverse le vieux quartier de Hébron qui mène au Tombeau des Patriarches. Les portes des magasins sont fermées et le marché est vide.

Quelqu’un a recouvert les graffitis racistes de visages souriants sur fond rose.

Une étude de la zone autour de la colonie juive menée par B’Tselem et l’Association pour les Droits Civils en Israël à la fin de 2006, a révélé que 1829 magasins palestiniens (plus de 75% de tout le commerce de la zone étudiée) ont été fermés ces dernières années et plus de 1000 maisons (42%) ont été abandonnées.

Yéhuda Shaul, fondateur de "Briser le silence" dit que plus de 40% des résidents Palestiniens ont quitté la zone.

Des soldats désoeuvrés jettent un coup d’oeil nonchalant aux visiteurs et voyant qu’il s’agit "des leurs" ils s’éloignent (peut-être pour aller au cours de danse). L’IDF (l’armée israélienne NdT) a assuré à la Haute Cour de Justice il y a deux, qu’il n’y avait plus de restrictions aux mouvements des Palestiniens, mais les Palestiniens n’osent pas s’approcher de cette zone.

Ils savent qu’à chaque coin de rue on leur demandera leurs papiers et qu’on les fouillera. Eran Efarti qui a servi au poste militaire de Abu Snuneh en 2007 dit que, entre autres instructions, ils recevaient l’ordre de faire en sorte que les habitants "se sentent persécutés".

Dans les données répertoriées par "Briser le silence" il y a des témoignages de soldats qui décrivent les moyens imaginés pour provoquer un tel sentiment. Par exemple faire un recensement de la population en plein milieu de la nuit (l’IDF appelle cela "cartographier") ou taper sur des marmites.

Un jeune homme maigre galope dans un champ sur un cheval blanc, les franges (du sous-vêtement religieux que portent les juifs NdT)) dépassant de sa chemise. Au pied de Beit Hadassah, Shaul met sa kippa noire (la kippa est obligatoire pour entrer dans un lieu de culte juif NdT) et nous indique l’école de filles palestinienne.

Il dit qu’il a une vidéo dans son bureau qui montre comment les enfants juifs du quartier ont l’habitude de tuer l’ennui le Shabbat en jetant des pierres aux gamines de l’école.

Dans une allée qui mène au marché et qui a été fermée suite au massacre qui a eu lieu à la Tombe des Patriarches au début de 1994* un groupe de jeunes juifs poussent une charrette chargée de matériel de construction. Derrière les portes barricadées des échoppes, sous le nez des soldats, ils construisent une nouvelle petite colonie.

A l’entrée de la Tombe des Patriarches nous avons été arrêtés par six Policiers des Frontières. Leur commandant, qui nous a été rapidement dépêché, nous a expliqué que nous ne pouvions pas entrer sur le site avec Yehuda Shaul parce que ce dernier appartenait à un groupe "à caractère politique". L’officier nous a confirmé que deux ou trois jours plus tôt, Noam Arnon, le porte parole de la Communauté Juive de Hébron, qui représentait pour l’occasion le Ministre des Affaires Etrangères, avait accompagné un groupe de visiteurs au Tombeau des Patriarches. Les colons de Hébron, comme chacun le sait, forment un groupe qui n’a aucun "caractère politique".

Les actions de l’état dans la cité où les Patriarches de la nation furent enterrés, à Shekh Jarrah dans la vallée du Jourdain (où Israël expulse des Palestiniens NdT) et dans la bande de Gaza, n’ont rien à voir avec le judaïsme ou la démocratie. Aussi longtemps que l’état juif démocratique montrera ce visage, je refuserai de m’engager à être loyal envers lui.

Akiva Eldar

*Baruch Godstein a tué plusieurs dizaines de Palestiniens pendant une prière du Ramadan.

ARTICLE ORIGINAL
http://www.haaretz.com/print-edition/i-am-not-declaring-loyalty-1.302727

Traduction : D. Muselet

URL de cet article 11108
  

Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Comment devenir un expert médiatique millionnaire :

- Ne jamais avoir la moindre idée de ce dont vous parlez.
- Avoir systématiquement tort sur tout.
- Ne jamais admettre qu’on vous a prouvé que vous aviez tort.
- Dire la vérité uniquement lorsque cela sert le pouvoir.
- Ne jamais recevoir d’invités de gauche ou anti-impérialistes.

Caitlin Johnstone

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
45 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.