RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Justice est-elle faite ?

Tout d’abord, une précision qui semble bien nécessaire à propos d’un sujet perçu avec tant de manichéisme. Ossama Ben Laden porte bien la responsabilité première du crime contre l’Humanité commis par ses comparses le 11 septembre 2011 aux États-Unis. De même que ceux qui lui ont été attribués par la suite à Londres et à Madrid. Par ailleurs, et bien que se réclamant d’une interprétation ultra-rigoriste de l’islam, l’homme et ses partisans ont causé la mort de plus de musulmans que de « croisés et de juifs » comme il se plaisait à décrire Occidentaux et Israéliens, dans sa vision du monde que l’on pourrait qualifier de « racialo-religieuse ».

Ceci étant précisé, peut-on clamer, comme l’a fait Barack Obama, que « justice est faite » ?

Il me semble qu’une réponse instructive à cette question consiste à en poser une autre. Comment auraient réagi des millions de personnes si un commando - au choix irakien, afghan ou pakistanais - avait, hier, assassiné G.W.Bush à la Maison blanche ou Tony Blair au 10, Downing Street ? Ou si demain, Barack Obama - grand ordonnateur d’attaques de drones qui font des centaines de victimes civiles dans les Zones tribales pakistanaises - était abattu dans cette même Maison blanche ?

Car ces trois hommes ont, eux aussi, du sang sur les mains. Et très vraisemblablement plus encore que celui qu’a fait verser Ben Laden. Verrions-nous avec la même compréhension des foules irakiennes, pakistanaises ou afghanes, leurs victimes, danser dans les rues pour célébrer leur disparition ? Aurions-nous la même mansuétude pour ce qui est bel et bien un assassinat et un acte de vengeance politiques perpétrés dans une guerre opposant un terrorisme d’État à un terrorisme de groupe ? Comme le disent des amis flamands : « la guerre est du terrorisme avec un gros budget »… Assassinat parce que depuis belle lurette, divers responsables étasuniens ont déclaré qu’il n’était pas question de capture ou d’un procès de Ben Laden. Rien ne permet à l’heure actuelle de gloser sur les conditions de l’opération du 1er mai à Bottabad. Ni de jurer que cet homme de 57 ans et que l’on dit fort malade depuis des années, a vraiment « résisté » à l’assaut de dizaines d’hommes, surarmés mais apparemment incapables de l’immobiliser ; ou s’il s’est agi d’une exécution pure et simple, suivie de la disparition d’un cadavre qui aurait peut-être pu « parler ». Tout comme un Ben Laden vivant et passant en justice aurait pu s’avérer fort embarrassant : n’était-il pas un produit de la CIA ?

Or, constatons que ce type d’acte - qui jure avec tous les principes et valeurs de respect de la personne humaine que nous nous honorons de chérir et que nos dirigeants se targuent de faire appliquer de par le monde - « passe » sans trop de problèmes dans les consciences : il y a là , je le crains, une dangereuse évolution.

Certes, nous ne déplorerons pas la mort de Ben Laden. Comme ne le pleurera pas une grande majorité d’Arabes et de musulmans qui n’oublie pas les « victimes collatérales » des attentats d’Al-Qaïda. Et qui n’a jamais apprécié ni sa vision ni ses méthodes que d’aucuns pourtant ont voulu nous présenter comme une émanation de l’islam. Car, il faut le rappeler encore et encore : ce n’est pas l’islam qui « fabrique » les Ben Laden, mais un ordre du monde inique et humiliant pour la majorité des déshérités. Un ordre que des millions d’êtres humains ont voulu, depuis le XIXe siècle - et voudront peut-être demain - combattre et jeter bas en misant sur la fraternité entre les êtres humains. Ce n’était certes pas là la vision de Ben Laden, mais sa rage meurtrière découlait probablement de constats similaires, même s’il en voyait la « solution » dans sa religion.

Or, ce monde inique et humiliant est toujours bien en place.

Et ce sont ceux-là qui en bénéficient le plus et se dédient à le maintenir et à le conforter qui nous disent que « justice est faite » !

Paul DELMOTTE
Professeur de Politique internationale
IHECS- Bruxelles

URL de cet article 13628
   

PALESTINE
Noam CHOMSKY, Ilan PAPPE
La question palestinienne est représentative de ce qui ne tourne pas rond dans le monde. Le rôle des États occidentaux et l’accord tacite de diverses institutions en font un cas très particulier de la politique actuelle. Les trois dernières offensives militaires d’envergure menées par Israël contre Gaza, entre 2008 et 2014, ont fait des milliers de morts du côté palestinien et donné lieu à de nouvelles expropriations de terres en Cisjordanie. Ces guerres de conquête israélienne ont ravivé, chez les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Cette démocratie si parfaite fabrique elle-même son inconcevable ennemi, le terrorisme. Elle veut, en effet, être jugée sur ses ennemis plutôt que sur ses résultats. L’histoire du terrorisme est écrite par l’État ; elle est donc éducative. Les populations spectatrices ne peuvent certes pas tout savoir du terrorisme, mais elles peuvent toujours en savoir assez pour être persuadées que, par rapport à ce terrorisme, tout le reste devra leur sembler plutôt acceptable, en tout cas plus rationnel et plus démocratique.

Guy DEBORD

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.