Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Express.BE (Belgique) lance le tour du Vénézuéla en vélo atomique

Défaite pour les grands médias qui font campagne depuis douze ans contre la révolution bolivarienne. La Salle Pénale de la Cour Suprême de Justice (CSJ) de Colombie a déclaré ce mercredi que « tout le matériel récupéré lors de la mort du numéro deux des FARC, Raul Reyes, a été obtenu de manière illicite et n’a pas bénéficié de la chaîne normale de sauvegarde de données". Les mails soi-disant extraits des disques durs d’un ordinateur attribué à un dirigeant des FARC, ne peuvent être considérés comme preuves. Les magistrats de la Cour Suprême ont rejeté les actions légales en cours pour accuser l’ex-représentant à la Chambre du Congrès pour le Pôle Démocratique Alternatif, Wilson Borja, de supposés liens avec cette guérilla.

Rappelons que le leader de la guérilla Raul Reyes fut assassiné en mars 2008 lors d’une attaque de l’armée colombienne en territoire équatorien contre un campement provisoire de la guérilla (province de Sucumbà­os (nord-est du pays). L’armée aux ordres d’Alvaro Uribe déclara avoir « trouvé sur les lieux » de l’assassinat, l’ordinateur personnel de Reyes. Ce fut sur cette base que le président Uribe et les grands médias accusèrent les présidents du Venezuela Hugo Chavez de « financer les FARC » et le président de l’Equateur Rafael Correa, de recevoir un financement de cette organisation pour la campagne de 2006.

Gageons que ce démenti de la Cour Suprême de Colombie sera immédiatement communiqué au public par ces médias.

A la suite de cette décision de la plus haute instance de la justice colombienne, le chancelier du Venezuela, Nicolas Maduro, a déclaré ce mercredi que la « fable touche à son terme » et que « la décision de la Cour Suprême donne raison au Venezuela qui a toujours rejeté ces mensonges ». Le chancelier vénézuélien a fait ces déclarations depuis Managua, au terme de sa participation à la XVIIème rencontre des partis de gauche latino-américains du Forum de Sao Paulo.

Il a rappelé par ailleurs que dans son pays "on ne monte pas une base de missiles, autre mensonge extravagant que nous rejetons". Les mêmes médias qui avaient déclarés "preuves valides" les ordinateurs magiques de Reyes, viennent en effet de lancer une nouvelle campagne selon laquelle... l’Iran monterait une base de missiles au Venezuela.

Dans le magazine belge « Express.BE (information that works) » une certaine Audrey Duperron annonce ainsi que le Venezuela a décidé de dresser vers le ciel (de Manhattan sans doute) de redoutables ogives, information qu’elle dit tenir de Die Welt, qui « la tiendrait » de « sources américaines » (sic)…

Il y a quelques années on avait pu lire, grâce à d’autres confidences du Département d’Etat, que sous une usine de fabrication de bicyclettes, le Venezuela cachait une fabrique d’armes de destruction massive. Information que le président Chavez avait d’ailleurs confirmée : « c’est exact, nous sommes en train de produire les premières bicyclettes atomiques ».

URL de cette brève 1800
https://www.legrandsoir.info/l-express-be-belgique-lance-le-tour-du-venezuela-en-velo-atomique.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
RSS RSS Commentaires
   
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.