RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
11 

L’image de la France se dégrade

Le politique étrangère française est un désastre. Elle nuit au prestige
de notre pays et à ses relations politiques et économiques.

Katrin, jeune éditrice de New York, m’avait confié il y a trois ans lors d’une escale parisienne, sa « honte » quand on lui balançait sur tous les tons l’agressive politique US ou encore les frasques de George Bush lorsqu’elle voyageait à l’étranger. Depuis l’élection de Barack Obama, « je suis redevenue fière de mon pays, à votre tour d’avoir honte », m’a-t-elle lancé l’autre soir en débarquant à Roissy. Première soirée autour d’une bonne table et tout y passe : la politique spectacle, le bling bling, le prince Jean, l’étalage des parvenus, l’arrogance sarkoziste… Les retrouvailles avec Katrin n’ont pas été à la gloire de la France. L’heure était à la revanche pour cette jeune femme américaine à qui je me suis permis toutefois de rappeler que l’élection d’Obama n’avait pas changé radicalement la politique étrangère des Etats-Unis. « Le coup d’Etat au Honduras avec le soutien de Washington, le soutien à la farce électorale, l’installation de sept bases militaires US en Colombie, l’envoi de 30 000 soldats supplémentaires en Afghanistan, cela ne te dérange pas », lui ai-je méchamment rétorqué.

AUX USA, LA PRESSE Y VA AU CANON

Il n’est pas exagéré d’affirmer que le prestige de la France depuis l’élection de Nicolas Sarkozy en a pris un sérieux coup. Aux Etats-Unis, alors que des sénateurs démocrates
et républicains se moquent en sourdine du « petit français », la presse y va au canon. Le New York Times se permet de souligner « la vulgarité » des gouvernants français tandis que d’autres titres notent « les promesses non tenues » du président français en matière de sécurité et de pouvoir d’achat. Et d’ajouter : « Sarkozy et Bush, c’était le même style, voilà une des raisons expliquant le peu de considération que porte Obama au locataire actuel de l’Elysée. » La palme revient au Los Angeles Times qui affirme que « jamais la France, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale n’avait atteint une côte mondiale aussi basse ». Au Canada, plusieurs chaînes de télévision ont fait leurs choux gras sur les sorties racistes de Brice Hortefeux, sur les « amis toujours fortunés du président » avec rappel des vacances sur le yacht de Bolloré et sur l’avion présidentiel en cours de construction.

En Asie, les Chinois se sont régalés des péripéties du « clan » Sarkozy avec l’affaire du prince Jean. En Inde, on se souvient de la visite « inélégante » du président français à New Dehli et de sa « propension à donner des leçons aux autres. » En Amérique latine, la vente de la photo de Carla Bruni nue a fait l’objet de tous les quolibets. C’est en Afrique que le ton est plus violent. En Algérie, El Watan s’attaque à la campagne sur « l’identité nationale » et conclut un de ses éditoriaux en ces termes : « Un ex-socialiste, M. Besson, est chargé par M. Sarkozy de mener une opération indigne visant à attirer les voix du Front national pour les prochaines élections régionales. » Au Mali, au Sénégal, en Côte d’Ivoire de nombreux médias relaient les informations sur les sans-papiers, consacrent des titres à « la chasse aux jeunes noirs jusque dans les écoles », sur les « charters de l’indignité », certains journaux soulignant la visite à Paris du fils Bongo installé frauduleusement avec la complicité de Sarkozy et de Kouchner dans le fauteuil présidentiel de feu son père. En Europe, la presse anglaise, allemande et nordique multiplie les caricatures et la moquerie, le Spiegel, pourtant fortement marqué à droite, allant jusqu’à écrire : « La France ne méritait pas ça. »

La politique étrangère menée par la France est un véritable désastre. La poursuite de l’aventure dans le bourbier afghan, la distanciation avec la Chine et plus généralement la non-présence en Asie, les mauvaises relations avec le président Obama, les pressions au sein des institutions européennes pour caser le fade Michel Barnier, les fâcheries avec plusieurs pays africains, le refus de plusieurs présidents latino-américains de participer à une réunion à Trinidad Tobago en présence de Sarkozy, sont autant de faits confirmant la perte d’influence de la France. Une situation dégradée portant atteinte au prestige de notre pays et à ses relations politiques ,net économiques.

José Fort

Revue DiversesCités, No 4, 4/12/09

URL de cet article 9590
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.