Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La Conquête des Amériques vue par les Indiens du Nouveau Monde

« Hernan Horna propose une brève histoire des Amérindiens, qui, sans se détourner entièrement de l’historiographie occidentale, apporte un nouveau regard sur la nature du monde des peuples autochtones précolombiens ainsi que sur leurs adaptations, coexistences et leurs luttes contre la domination coloniale et leur assujettissement par l’Église catholique et l’État après la Conquête… »
Hispanic Outlook

NOVATEUR

L’historien Hernan HORNA est un investigateur hors pair dans son domaine. Son érudition se fonde sur un savoir encyclopédique des archives documentaires laissées par les chroniqueurs des conquérants espagnols, disséminées et conservées en divers musées du monde. C’est cette histoire écrite par les Européens qui a marqué notre connaissance historique et notre conscience de la découverte et de la conquête du Nouveau Monde.

HORNA confronte cette connaissance à une autre, également historique et scientifique, léguée par les peuples autochtones amérindiens mais qui avait sombré dans l’oubli. Il ressuscite enfin les passés inca, maya et aztèque d’une manière qui correspond mieux à la réalité de ces peuples, pour les resituer dans un contexte fort différent de la vision faussée, car largement teintée d’incompréhension et de préjugés, du vainqueur européen. S’appuyant sur le travail d’archéologues, d’anthropologues, de linguistes et d’autres spécialistes qui ne cessent d’annoncer de nouvelles découvertes, il fait émerger des éléments qui contestent les vieilles notions présentant les Aborigènes américains comme étant de « nobles sauvages » vivant dans un paradis perdu, ou des peuples primitifs et isolés, rapidement vaincus par des Européens « supérieurs ».

Grâce à ce choc de la confrontation des faits historiques, dans une remise en question des anciennes visions du passé de la Conquista espagnole, Horna nous offre une synthèse historique, aussi belle que nouvelle, de ces magnifiques civilisations trop méconnues.

Ce livre fournit un contexte pour comprendre la résilience des langues, des cultures et des populations autochtones tout au long des XIXe et XXe siècles, ainsi que les exigences posées par leurs dirigeants actuels en termes de reconnaissance et de justice sur les terres s’étendant de l’Alaska à la Patagonie. L’auteur livre une réflexion historique d’une grande modernité, qui permet de mieux appréhender les enjeux politiques de l’Amérique latine d’aujourd’hui.

« Hernan Horna explore l’histoire des Aborigènes latino-américains depuis l’époque du tout premier établissement humain jusqu’à la fin de la période coloniale… Son objectif est d’offrir un contre-récit à la tradition qui dénigrait les peuples autochtones, ignorait l’accomplissement de leurs civilisations, et, pire encore, suggérait que la Conquête européenne les avait sauvé de leur propre barbarie. Dans cette entreprise, il fournit un catalogue des réalisations des civilisations maya, mexicaine et inca, et fait valoir qu’une constellation unique de facteurs pathogènes, technologiques, et stratégiques a permis la Conquête. Il déplore en outre la perte de cultures et de pratiques qui avaient dominé la région avant le XVIe siècle… et dénonce le fait que l’agriculture et l’économie "modernes" ont échoué à nourrir les peuples andins depuis plusieurs siècles. »
Alexander Dawson, Journal of World History

Le livre La Conquête des Amériques est disponible en librairie depuis le 10 octobre 2009

En coédition avec Timéli
Texte : Hernan HORNA - Traduit par Philippe STROOT
216 pages
N° ISBN : 978-2-917112-07-6
N° EAN : 9782917112076
Prix indicatif : 18 €

Pour plus d’informations, consulter la page :
http://www.editionsdemilune.com/la-conquete-des-ameriques-p-30.html

Editions Demi-Lune
18 rue Eugène Sue
75018 Paris, France
Tel : +33 (0)1 42 64 37 96

URL de cet article 9286
   
Le Printemps des Sayanim
Jacob COHEN
Interview de l’auteur. Pourquoi ce titre ? J’ai voulu que le terme « sayanim » apparaisse d’emblée et interpelle le lecteur. On se pose la question, et la définition se trouve juste dans les premières lignes de la 4e. La problématique est installée, sans faux-fuyants, et sans réserve. Idéalement, j’aimerais que ce terme entre dans le vocabulaire courant, dans les analyses, et dans les commentaires. Voulez-vous nous la rappeler ? Les sayanim - informateurs en hébreu - sont des juifs de la diaspora (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand le pillage devient une manière de vie pour un groupe d’hommes vivant en société, ils se fabriquent avec le temps un système légal qui l’autorise et un code moral qui le glorifie.

Frederic Bastiat (1801 - 1850)


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.