Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


La Stratégie du Choc - Documentaire de Michael Winterbottom (d’après le livre de Naomi Klein)

« Seule une crise, réelle ou supposée, peut produire des changements. Lorsqu’elle se produit, les mesures à prendre dépendent des idées en vigueur. Telle est, me semble-t-il, notre véritable fonction : trouver des solutions de rechange aux politiques existantes et les entretenir jusqu’à ce que des notions politiquement impossibles deviennent politiquement inévitables. »
Milton Friedman

SYNOPSIS

En 2007, Naomi Klein publiait La Stratégie du Choc. Un traumatisme collectif, une guerre, un coup d’état, une catastrophe naturelle, une attaque terroriste plongent chaque individu dans un état de choc. Après le choc, nous redevenons des enfants, désormais plus enclins à suivre les leaders qui prétendent nous protéger. S’il est une personne à avoir compris très tôt ce phénomène, c’est Milton Friedman, Prix Nobel d’économie en 1976.

Friedman soutenant l’ultralibéralisme, conseilla aux hommes politiques d’imposer immédiatement après une crise les réformes économiques douloureuses avant que
les gens n’aient eu le temps de se ressaisir. Il qualifiait cette méthode de « traitement de choc ». Naomi Klein la qualifie de « stratégie du choc ».

JPEG - 51.9 ko

En utilisant de nombreuses images d’archives, Michael Winterbottom et Mat
Whitecross démontrent la puissance du texte de Naomi Klein et la nécessité de résister.

J’ai découvert La Stratégie du Choc grâce à Alan Hayling et Alex Cooke, mes producteurs. Ce livre a été un véritable choc pour moi ! Et j’ai eu envie d’en faire un film. J’ai proposé cette aventure à Mat Whitecross, avec qui j’ai coréalisé The Road to Guantanamo.

Avec Mat nous souhaitions respecter l’architecture du livre : en commençant par les recherches de Cameron et les théories de Friedman des années 50, puis en suivant
les mises en oeuvre concrètes de cette pensée à travers l’Histoire. Les étapes du film étaient clairement définies dès le départ : le Chili de Pinochet, les politiques de
Thatcher et Reagan, l’effondrement du bloc soviétique, le 11 septembre et l’essor de l’industrie sécuritaire, Guantanamo et la guerre en Irak. Nous avions également
l’ambition de parler de la crise boursière asiatique et du chapitre de Naomi sur Israël mais nous avons dû faire des choix. Par ailleurs, il nous semblait essentiel de parler de Katrina et du Tsunami. Enfin, l’élection d’Obama comme la crise financière sont survenues
pendant le montage du film. Nous les avons donc intégrées à notre travail. La crise financière est de toute évidence le résultat de la dérégulation des marchés. Même les plus fervents défenseurs du libre échange ont commencé à se poser des questions. D’une certaine façon, l’élection d’Obama était une réponse à cela.

" Ce qui nous a guidé tout au long du processus de création, c’est qu’avant tout, nous voulions réaliser un documentaire qui ait du sens pour la jeune génération. Ma fille vient d’avoir 18 ans et a donc désormais le droit de vote. En adoptant son regard, nous avons tenté de proposer un éclairage pertinent sur la situation actuelle. Le film dans sa forme et dans son rythme est le résultat d’un long processus de recherche d’archives d’une part et d’articulation entre une narration et les interventions publiques de Naomi d’autre part.

Elle n’a pas hésité à réagir sur le matériel que nous lui soumettions. Bien qu’elle ait cautionné l’idée de départ, elle a cependant émis quelques réserves sur l’absence de témoignages d’experts.

Mais comme le dit très justement Naomi, ce film n’est pas son livre mais l’adaptation que Mat et moi en avons fait.

Nous voulions que le film s’achève sur l’encouragement de Naomi à ne pas laisser les politiques décider seuls des changements. Si vous voulez que quelque chose change, vous devez contribuer personnellement à ce changement. ’

Michael Winterbottom


PRESSE
Jérôme Jouneaux et Isabelle Duvoisin
10 rue d’Aumale 75009 Paris
Tél. 01 53 20 01 20
isabelle-duvoisin@moonfleet.fr

PROGRAMMATION
Martin Bidou et Christelle Oscar
Tél. 01 55 31 27 63/24
Fax 01 55 31 27 26
martin.bidou@hautetcourt.com
christelle.oscar@hautetcourt.com

PARTENARIATS MEDIA ET HORS MEDIA
Marion Tharaud et Carolyn Occelli
Tél. 01 55 31 27 32/44
marion.tharaud@hautetcourt.com
carolyn.occelli@hautetcourt.com

DISTRIBUTION
Haut et Court
Laurence Petit
Tel. 01 55 31 27 27

LISTE TECHNIQUE
Réalisation Michael Winterbottom et Mat Whitecross
D’après le livre de Naomi Klein

Producteurs Andrew Eaton, Alex Cooke, Avi Lewis
Producteurs exécutifs Alan Hayling
Coproducteur Melissa Parmenter
Montage Paul Monaghan
Son Joakim Sundström
Mixage Richard Davey
Post Production Pepper
Documentaliste Joon Gooh
Narrateur Kieran O’Brien
Assistants réalisateurs Clem Blakemore & Andrew Eaton

Le film a été soutenu par le Sundance Institute Documentary Film Programme.

Une distribution Haut et Court.


LA STRATEGIE DU CHOC

La Montée d’un capitalisme du désastre

Essai traduit de l’anglais (Canada) par Lori Saint-Martin et Paul Gagné.
672 PAGES / 25C LEMÉAC / ACTES SUD, mai 2008

Qu’y a-t-il de commun entre le coup d’état de Pinochet au Chili en 1973, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l’effondrement de l’Union soviétique, le naufrage de l’épopée Solidarnösc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l’Afrique du Sud post-apartheid, les attentats du 11 septembre, la guerre en Irak, le tsunami de 2004 en Asie du Sud-est, le cyclone Katrina l’année suivante, la pratique de la torture partout et en tous lieux - Abou Ghraib ou Guantanamo, aujourd’hui ?

Tous ces moments de notre histoire récente, répond Naomi Klein, ont partie liée avec l’avènement d’un « capitalisme du désastre ». Elle dénonce, ici, documents à l’appui, l’existence, depuis plus d’un demi-siècle, de stratégies concertées pour assurer la
prise de contrôle de la planète par les multiples tenants d’un ultralibéralisme qui a systématiquement mis à contribution crises, désastres ou attentats terroristes - et qui n’a pas hésité, du Chili de Pinochet à Guantanamo - à recourir à la torture sous diverses formes pour substituer aux acquis des civilisations et aux valeurs démocratiques la seule loi du marché et la barbarie de la spéculation.

Rédigée dans une langue efficace, traquant les zones d’ombre, identifiant responsables et bénéficiaires d’une marchandisation de la terreur dont les conditions peuvent, le cas échéant, se voir créées de toutes pièces, cette histoire secrète du libre marché souligne l’inquiétant avènement d’un « capitalisme du désastre ».

Convaincue que seuls les enseignements dispensés par l’Histoire permettent à l’humanité de faire face au désarroi provoqué par les chocs, les crises et les traumatismes auxquels le monde ne cesse de se trouver confronté, Naomi Klein progresse dans son réquisitoire avec une détermination impressionnante afin d’éveiller les consciences et de prodiguer à ses contemporains d’authentiques outils de résistance pour faire pièce à la faillite programmée du politique.

Tout en dessinant une nouvelle éthique de l’investigation journalistique, La Stratégie du Choc s’affirme comme une lecture indispensable pour réévaluer les enjeux des temps présents et à venir, vis-à -vis desquels les citoyens du monde portent, ensemble, une responsabilité impossible à déléguer.

ENTRETIEN AVEC NAOMI KLEIN (2008)

Propos recueillis par Jean-Marie Durand et Anne Laffeter
Extraits d’un entretien paru dans Les Inrockuptibles le 17 juin 2008
à l’occasion de la sortie du livre.

Pouvez-vous préciser ce qu’est la « stratégie du choc » et le fonctionnement de ce « capitalisme du désastre » ?

La « stratégie du choc » est une philosophie du pouvoir, une tactique, qui vise à imposer les théories ultralibérales développées par les économistes adeptes du libre marché dans le but de s’affranchir des barrières démocratiques. Pour la « stratégie du choc », la crise est le moment le plus adéquat pour imposer une transformation radicale et ultralibérale à 
un pays. Elle crée un état d’urgence qui va justifier des mesures jusqu’alors impopulaires. Le succès de cette stratégie dépend de l’importance de la crise. Plus elle est grave, plus les transformations sont radicales. Le « capitalisme du désastre » ne se réfère pas qu’aux
profits que les entreprises privées tirent des désastres, même si se développe un business florissant avec les nouveaux domaines de privatisation comme la police, l’armée ou les organisations humanitaires. Ce capitalisme est une stratégie politique planifiée par des décideurs qui utilisent délibérément les désastres pour imposer des changements.

Comment l’idée de travailler sur les chocs et désastres vous est-elle venue ?

Lors de mes recherches en Irak. L’invasion américaine a clairement permis la thérapie de choc économique menée par Paul Bremer (administrateur du pays de 2003 à 2005 - ndlr). C’est vrai aussi pour la Banque mondiale après le tsunami, ou ’administration Bush après l’ouragan Katrina. Le titre initial n’était pas The Shock Doctrine mais « Blank is beautiful » (« Le vide est magnifique »), un jeu de mots autour de l’idée qu’un désastre crée un retour à un état vierge qui permettrait la construction d’une nouvelle société.

Vous expliquez que le Chili a joué un rôle important pour la mise en place de ce capitalisme du désastre…

C’est le premier pays à avoir adopté une politique néolibérale. Dans les années 1970, au Chili comme en Argentine, le principal outil utilisé pour imposer une thérapie de choc fut la torture. Il y a un lien entre l’installation de régimes autoritaires de ces pays et la première étape du néolibéralisme. Les idéologues de l’université de Chicago, Milton Friedman et ses « Chicago boys », conseillaient Pinochet. Ils sont complices de la mise en place de la dictature, dont ils ont tiré profit pour tester leurs théories. Dans un premier temps, les seuls pays à les avoir acceptées furent des dictatures qui se faisaient appeler
démocraties. Cette première étape a permis la transition de leurs théories en pays démocratiques. En 1985, la Bolivie fut le premier pays sud-américain à adopter la thérapie de choc économique sans être une dictature.

Quelle influence Milton Friedman garde-t-il dans les universités américaines ?

C’est une figure très respectée. En ce moment, ses fans sont soucieux de protéger son héritage. Un étudiant vient de me transférer un mail du président de l’université de Chicago dans lequel il annonçait la création de l’institut Milton Friedman. Il y a deux semaines, l’institut Cato, un think tank de Washington, a décerné le Milton Friedman Freedom Fighter Award, doté de 500 000 dollars, à un étudiant vénézuélien de 23 ans qui est un des principaux organisateurs de la campagne anti-Chavez.

Le capitalisme modéré est-il incapable de proposer des alternatives lors des crises ?

Dans ces moments-là , les propositions alternatives manquent de conviction. Le poète Yeats écrivait « the best lack all conviction, while the worst are full of passionnate intensity » (« les meilleurs manquent de toute conviction alors que les pires débordent d’intensité passionnée »). Ce fut le cas après l’ouragan Katrina. C’est tristement ironique car cette catastrophe est une conséquence du capitalisme : le réchauffement climatique augmente le nombre et l’intensité des ouragans ; les infrastructures de mauvaise qualité écroulées sont les résultats de trente ans de guerre contre la sphère publique. En Europe notamment, certains pensaient que cela allait réveiller la gauche américaine. Mais l’administration Bush et ses amis n’ont pas perdu une seconde pour se saisir de l’opportunité et finir le job : éliminer le secteur public de la Nouvelle-Orléans. Les progressistes ont bien tenté de dénoncer la relation entre l’ouragan et le réchauffement climatique mais ils se sont vu rétorquer : « Ne politisez pas la tragédie ! ». Alors les progressistes ont abandonné la ville. Barack Obama ne s’en est même pas approché.

Quels effets pourraient produire sur la Chine le récent tremblement de terre de la province du Sichuan ?

La Chine, c’est un peu comme le Chili. Ils n’ont pas besoin de crises car ils ont déjà la terreur. Dans le livre, je raconte que le massacre de Tiananmen a constitué un choc pour signifier à la population que les résistants à la dictature seraient écrasés. Le gouvernement a peur des désastres naturels car tout doit être sous contrôle, les désastres comme les manifestations. C’est pourquoi les autorités sont intervenues rapidement après le tremblement de terre. Aujourd’hui, la Chine est le plus grand marché de la surveillance.

Avez-vous l’impression, comme nombre d’observateurs, que le mouvement altermondialiste est en perte de vitesse ?

En 2000-2001, nous pouvions parler d’un mouvement global. Ce moment a changé les choses. En Amérique latine, il est plus fort que jamais. Aux Etats-Unis et au Canada, le mouvement dénonçait l’économie, il est aujourd’hui centré sur la guerre. C’est pour cela que je fais le lien entre les deux dans mon livre. En France, la résistance a toujours été spécifique, dans la continuité de mouvements antérieurs, alors qu’ailleurs le mouvement était mené par des plus jeunes. En même temps, il est vrai que vous avez des mouvements étudiants incroyables. Dans beaucoup de pays, la gauche est tellement faible que cela a permis la création de nouveaux mouvements, ce qui a moins été le cas de la France où la gauche reste forte.

Vos ouvrages font office de manifestes. Assumez-vous ce statut ?

Je ne sais pas où les gens vont chercher cette idée que j’écris des manifestes. Je raconte de histoires. La Stratégie du Choc s’attache à raconter l’histoire non officielle. No Logo n’a rien à voir avec un manifeste qui dirait : « Ceci est notre monde parfait ». Ma façon d’être une activiste est de faire du journalisme. Avec mon équipe de chercheurs, nous sommes particulièrement attentifs à ne pas faire d’erreur pour ne pas être poursuivis. Le plus dur n’est pas de dévoiler des documents secrets mais plutôt de passer du temps à lire des documents bancaires très ennuyeux (rires) ! Je fais du journalisme à l’ancienne et je suis plus pragmatique qu’utopiste. L’important est de protéger ce qui est bon - nos systèmes publics de santé, d’éducation, les médias indépendants - d’en agrandir les espaces et de faire une société plus humaine. Aujourd’hui, dans le contexte de la crise alimentaire, il faut se battre contre les grosses compagnies agroalimentaires qui brevètent les semences de céréales adaptées au changement climatique. Sinon on se dirige vers une issue terrifiante : à l’identique de celle de l’épidémie du sida en Afrique, où les gens sont morts parce que les compagnies pharmaceutiques avaient breveté les médicaments. Ils les ont laissés mourir.

Cela vous inquiète-t-il que le réchauffement climatique soit source de profit ?

Il vient de se passer une chose importante en Equateur. Le président de gauche Rafael Correa réclamait une taxe sur les profits des pipelines qui traversent l’Amazonie afin de financer la santé et l’éducation. Or il s’est heurté à l’opposition d’un mouvement indigène très organisé qui réclame le départ des compagnies pétrolières et l’arrêt des extractions. Ce groupe refuse un modèle qui participe au réchauffement climatique, quitte à faire une croix sur une politique redistributive. Ce débat est excitant car il va à l’encontre des réponses actuelles au réchauffement climatique, comme la taxe carbone ou le marché de la pollution.

Vos détracteurs ont critiqué le lien fait entre torture, psychiatrie et économie ainsi qu’une vision complotiste. Que répondez-vous à ces critiques ?

Je n’ai pas inventé ce lien. Ce sont les économistes qui appellent leurs travaux « traitement de choc », « thérapie de choc ». Cela fait enrager l’establishment économique que je confronte leurs métaphores à la réalité, mais je ne dis pas que ce sont des tortionnaires. Certains déforment mes déclarations dans le but de me discréditer. Je me suis contentée de mettre en lumière des similarités de pensée entre des stratégies économiques, médicales, psychiatriques et militaires. Sans cette partie, j’aurais subi moins de controverses, mais démystifier les économistes est un de mes buts. Dans mon essai, je cite un passage d’une lettre écrite du Chili à Friedman par l’économiste André Gunder Frank, un de ses étudiants : « Votre théorie, c’est un massacre ». Il l’a appelée « génocide économique » et ils l’ont viré. Ceux qui dénoncent la réalité sont traités avec dédain par les théoriciens. L’économiste Joseph Stiglitz, qui a aussi critiqué le lien avec la torture, m’a beaucoup soutenu en disant que mon livre est avant tout un texte journalistique et politique.

(…)

Propos recueillis par Jean-Marie Durand et Anne Laffeter
Extraits d’un entretien paru dans Les Inrockuptibles le 17 juin 2008
à l’occasion de la sortie du livre.

Naomi KLEIN : Parcours d’une activiste

Journaliste, essayiste et réalisatrice, diplômée de la prestigieuse London School of Economics, Naomi Klein, née en 1970 au Canada, fait partie des penseurs les plus
influents de la scène intellectuelle internationale. Elle est l’auteur du best-seller No Logo, traduit dans 28 langues et devenu une référence incontournable dans le
monde entier. Collaboratrice régulière de The Nation et du Guardian, elle a réalisé en 2004 avec le réalisateur Avi Lewis un film documentaire, The Take, sur l’occupation
des usines en Argentine.

Best-seller international, traduit en 27 langues, La Stratégie du choc a valu à Naomi Klein de recevoir en février 2009 le Warwick prize.

Présente à la conférence de Copenhague sur le changement climatique en décembre 2009, elle y a tenu un blog quotidien pour The Nation.

www.naomiklein.org

1970 Naissance à Montréal de parents émigrés au Canada en signe de protestation contre la guerre du Vietnam. Son grand-père, marxiste, a organisé la première grève des studios Disney.

1999 Conférence de l’OMC à Seattle. Des échauffourées violentes opposent le mouvement altermondialiste aux tenants de l’ordre économique mondial.

2000 No Logo, premier livre et best-seller international, dénonce l’exploitation de la misère et la réduction de l’espace public par les multinationales. Elle écrit ensuite dans The Guardian, The Nation, Harper’s Magazine…

2004 The Take, documentaire sur les entreprises autogérées en Argentine coréalisé avec son mari, le journaliste télé canadien Arvi Lewis.

2007 La Stratégie du Choc : quatre ans de travail, sept collaborateurs, et des ventes US plus importantes que No Logo.


MICHAEL WINTERBOTTOM / REALISATEUR

Filmographie sélective

2010 LA STRATEGIE DU CHOC (The Shock Doctrine) | THE KILLER INSIDE ME | SEVEN DAYS | MURDER IN SAMARKAND
2009 UN ETE ITALIEN (Genova)
2007 UN COEUR INVAINCU (Mighty Heart)
2006 THE ROAD TO GUANTANAMO
2005 TOURNAGE DANS UN JARDIN ANGLAIS (A Cock and Bull story)
2004 TOP SPOT | NINE SONGS
2003 CODE 46
2002 24 HOUR PARTY PEOPLE | IN THIS WORLD
2000 REDEMPTION (The Claim)
1999 WONDERLAND | WITH OR WITHOUT YOU
1998 I WANT YOU
1997 WELCOME TO SARAJEVO
1996 JUDE
1995 BUTTERFLY KISS | GO NOW


MAT WHITECROSS / REALISATEUR

2010 LA STRATEGIE DU CHOC (The Shock Doctrine) | SEX & DRUGS & ROCK & ROLL
2009 MOVING TO MARS
2006 THE ROAD TO GUANTANAMO
2005 JOB STREET

URL de cet article 9965
   
AGENDA
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Thème
"Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
René HAMM
Le titre claque comme un slogan que l’on clamerait volontiers avec allégresse. Quel immense dommage que si peu de Vert(-e)s adhèrent à ce credo radical, préférant, à l’image de Dominique Voynet Daniel Cohn-Bendit ou Alain Lipietz, quelques commodes replâtrages ! Les déprédations gravissimes de l’environnement découlent d’un mode de production uniquement mû par « la maximisation du profit ». La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.

Karl Marx


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.